Sponsors

FacebookTwitterGoogle Bookmarks

Ajoutez des extensions ia votre Amiga ! C'est une tradition, la periode estivale est propice a /'acquisition de caries additionnelles ou de petiphetiques supplementaires. Vu tes nombreux courriers que nous recevons a ce suiet, nous avons decide de faire un point sur les toutes les extensions possibles de /'Amiga. Description pas a pas de tout ce qu'on peut brancher sut chacun des connecteurs. Les connecteurs externes Pcmcia Uniquement disponible sur le cote gauche des Amiga 600 et 1200, ce connecteur est prevu pour recevoir des cartes d'extensions au format carte de credit, soi-disant standards. Dans les faits, les seules cartes du monde Pc qu'il est possible de recup er er sont les cartes d'extension rnernoire, de 4 Mo volatiles OU non. la particularite de la mernoire non volatile est qu'il est possible de recup erer son contenu rnern e apr es avoir et eint l'ordinateur. Dans le monde Amiga, la plupart des cartes existantes pour ce connecteur sont des contr61eurs de disque Scsi (voir Scsi), la fameuse Squirrel en tete. Notre conseil : n'utilisez jamais ce connecteur sur un Amiga 1200 ! En effet, le transfert de donnees par ce connecteur ralenti l'ordinateur et peut poser des problernes de cornpat ihilite avec toute autre extension interne. En revanche, I' Amiga 600 se fa it fi de ces detauts et trouvera la, au contraire, le moyen de profiter d'une Ram de 4 Mo ou d'un contr61eur Scsi a tres bas prix. Cinch jaune Ce connecteur rond, semblable a une prise d'antenne pour Tv est absent des Amiga 2000, 3000 et 4000. II s'agit d'une sortie video composite qui vous permet d'enregistrer les images de l'Amiga sur un rnaqnetoscope. Attention cependant, le signal vehicule est au standard europeen Pal. Veritiez done que votre rnaqnetoscope accepte cette norme (par detaut, les equipements audio-video francais sont en Secam) et, surtout, dispose du rnerne connecteur jaune. Entin, pour une raison que la raison ignore, ce connecteur delivrera toujours une image en noir et blanc sur un Amiga 500. Cinchs rouge et noir Permettent de relier l'Amiga a une chaine Hi-fi, ou, conjointement au Cinch jaune, a un rnaqnetoscope pour enregistrer le son en plus de l'image. 

Click image to download PDF

Document sans nom : pourquoi Java fait peur à Microsoft ?
E pOS décortiqué RiscOS : les secrets d'un système étonnant .... Amiga : la guerre des émulateurs Pc Linux : plein feux sur les répertoires et packages La plus grande compilation d'archives Limm avec manoel d'installation en français !
Chaque distribution Linux est accompagnée de son manuel d'installation en français. Ce pack de 6 CD contient tout ce qui est nécessaire à l'installation et à l'exécution de Linux ainsi que les archives issues de tsx-11 .mit.edu. Incluses les distributions Linux suivantes :
• CD 1 - RedHat 4.1
• CD 2 - Slackware 3.2
• CD 3 - Debian 1.2.9
• CD 4 - MkLinux DR2.1 et m68k Atari et Amiga
• CD 5 et 6 - Archives TSX-11 : Xfree86 (Version 3.2 et 3.2a),
sources des noyaux jusqu'au
2. 0.30 et 2.1.33, WINE (émulateur Windows), distributions Latex
et Gutemberg... avec le partenariat d'Alcyonis, fournisseur
d'accès internet (www.alcyonis.fr) ÿlll Offre spéciale Dream
160 F Oui ! Je souhaite commander le pack Freedom Cocktail au
prix de 162 francs (frais de port inclus).
Ci-joint un chèque de 1 62 francs libellé à l'ordre des Logiciels du Soleil.
Nom : .Prénom : .... Adresse : Code postal : .....Ville : ... Téléphone : Offre à renvoyer aux Logiciels du Soleil, BP
112, 1, rue Pasqualini, 06 800 Cagnes sur Mer.
Renseignements par téléphone : 04 93 14 01 55, fax : 04 93 14 36 75.
La période estivale a ceci de particulier qu'elle laisse deux fois plus de temps pour savourer la lecture de Dream. Ca tombe bien, ce numéro est deux fois plus compact que d'habitude ! Des articles de fond viennent agrémenter le Courant alternatif; le labo s'enrichit d'un comparatif exclusif; un dossier supplémentaire introduit la rubrique En pratique et une nouvelle série débute : il sera désormais possible de suivre tous les mois une saga sur l'histoire de l'informatique dans la zone libre ! Mais, fin du fin, l'événement du mois est l'apparition du système RiscOS dans nos colonnes.
Le CD-Rom n'est pas en reste, ce ne sont pas moins de 1100 utilitaires, 650 démos et 520 jeux pour Amiga, Linux; Risc Pc, Atari et BeOS qui vous sont cette fois-ci offerts !
De quoi occuper toutes vos vacances en attendant de partir au soleil !
CD-Rom - page 4 Plus de 1100 utilitaires, 650 démos et 520 jeux pour Amiga, Linux, Risc Pc, Atari et BeOS ! Un contenu particulièrement ludique en cette période estivale.
Courant alternatif - page 6 Snwsr ' En avant-première : Dream décortique pOS pour vous ! Le RiscOS fait son entrée dans le magazine et Linux est adapté sur Nintendo 64.
Dossier - page 16 Tout sur Java le langage universel qui fait trembler Microsoft et pourquoi vous allez devoir l'adopter !
La guerre des émulateurs : Pc Task
4. 2 contre Pcx 1.1 ! Photodesk, le Photoshop du RiscOS est là.
Que vaut la bureautique sur Amiga ?
Toutes les nouveautés pour Linux.
En pratique - page 36
- Vpplicatio Un mini dossier exclusif : ajoutez des extensions à
votre Amiga ! Spécial Linux : installez X Window sur Amiga,
comprendre le fonctionnement de Linux et suite de la forma
tion au Shell. Nouveau : tout savoir sur RiscOS !
Programmation - page 46 Suite de nos initiations à Tcl tk, Java, le C et l'assembleur.
Forum - page 54 La réponse à toutes vos questions dans la rubrique courrier. Trouvez la bonne affaire du mois dans les petites annonces !
• Zone libre - page 58 i Labo - page 24
• ffiRIGmiRH» Shf»c»«ar.
Abonnement P.15 Dream's bootik P.66 "i WÏM'S: i i0 3- D 5D « _ Des tonnes de previews, toutes les démos de cet été et les jeux du mois. Nouveau : une rubrique consacrée à l'histoire de la micro ! Premier chapitre : les débuts d'Apple.
S C D • rrti
- ü- I Plus de 1100 utilitaires, 650 démos et 520 jeux, un CD-Rom
top délire !
Chose promise, chose dûe. Dream vous offre désormais tous les mois un CD-Rom exclusivement dédié aux ordinateurs alternatifs. En cette période estivale, nous avons insisté sur un contenu... Ludique !
Et pour continuer sur notre lancée, nous fournissons cette fois- ci aux utilisateurs d'Amiga et d'Atari l'environnement X Window qui agrémentera la distribution Linux m68k fournie sur le précédent CD-Rom.
Le CD-Rom sur Amiga, mode d'emploi Tous les logiciels destinés à l'Amiga se trouvent dans un tiroir du même nom, à la racine du CD. Attention, le CD-Rom étant multi plate-forme, son formatage est universel. Ce qui signifie qu'il est tout à fait lisible à partir de n'importe quel Amiga, mais que les icônes n'apparaissent pas. Pour naviguer dans les sous-répertoires, il conviendra donc de sélectionner le menu Fenêtre Montrer... Tous les fichiers du Workbench, histoire de voir quand même les fichiers à l'écran. Petit truc : sélectionnez aussi Fenêtre Afficher... par nom pour que le contenu des
fenêtres soit plus lisible.
Afin de gagner un maximum de place et vous offrir un toujours plus de logiciels, tous les fichiers Amiga sont compressés en Lha, ce qui réduit leur taille avec un facteur très intéressant de 2,5. Pour leur rendre une taille normale, il suffit de les décompresser avec la commande suivante : Lha x fichier à décompresser Cette commande se tape dans une fenêtre Shell. Les fichiers décompressés se copient automatiquement dans la Ram Disk (pour peu que l'invité du Shell, lui corresponde, sinon tapez avant toute chose CD Ram: ). En cas d'erreur, vérifiez que la commande Lha se trouve bien dans le
tiroir C de votre Workbench. Notre conseil : automatisez la commande dans un bouton de Directory Opus ou employez un utilitaire graphique du style Unarchiver pour ne plus avoir à taper l'instruction à chaque fois.
A noter l'apparition d'un nouveau venu : avec plus de 40 Mo, le répertoire RiscOS comblera tous les afficionados de cette merveilleuse machine qu'est le Risc Pc !
Répertoire Amiga Les démos Près de 500 intros rien que pour vos yeux !
Attention, les démos font des appels directs aux composants de votre ordinateur. Ce qui explique que certaines ne voudront tourner que sur 1200 et d'autres uniquement sur 500. Petit bonus historique : la collection complète des démos primées à l'Assembly 95 !
Les docs Comment monter son 1200 en boîtier Tower ? Quelle est la propulsion du vaisseau Starfighter dans Babylon V? Autant de questions auxquelles répondent les encyclopédies Amigaguide contenues dans ce répertoire.
Les jeux Incroyable, la collection complète des jeux shareware qui se pratiquent à deux, soient près de 1 30 titres ! Et pour aller encore plus loin, nous vous offrons également plus de 100 démos jouables de produits commerciaux !
Linux Une version unique de X Window qui fonctionne... Sans Linux ! L'interface graphique est même fournie avec toute une série d'utilitaires dédiés permettant de re-com- piler les applications Unix Linux (CompileXl 1 ), de retoucher les images (Xv), de faire du dessin vectoriel (Xfig) et plein d'autres choses encore !
Les pilotes Quasiment tous les pilotes pour gérer au mieux votre lecteur de CD-Rom, les formats spéciaux de vos disquettes, les modes de votre carte graphique, les spécifications de votre imprimante, les subtilités de votre réseau, les détails de votre scanner... Vous trouverez même des pilotes pour cartes d'extension ésotériques ou pour brancher une souris Pc ! Au total, plus de 135 fichiers !
Workbench Plus de 450 commodités et 80 datatypes pour customiser votre Workbench ! En bonus, quelques patchs pour faire passer certaines librairies en V43.
Répertoire Atari Les archiveurs Une compilation de 40 outils pour compresser et décompresser toutes vos données !
CD-Rom Neuf pilotes pour reconnaître n'importe quel lecteur de CD-Rom sur n'importe quel compatible Atari.
Les démos 82 démos réunies qui feront littéralement exploser votre machine !
Les jeux 217 jeux shareware pour passer un été inoubliable !
Linux Tous les utilitaires pour lancer Linux sur votre Atari (bizarrement absents sur le CD du mois dernier...). Répertoire BeOS Awards Une sélection des cinq meilleurs logiciels primés lors de la récente conférence des développeurs.
Emulation BeBoy, l'indispensable émulateur Gameboy pour votre BeOS !
Les jeux deux fabuleux jeux en 3D !
Les outils Plusieurs outils pour agrémenter votre interface.
Répertoire Linux Le Kernel Les tous derniers noyaux Linux !
Tous les labos Linux sont sur le CD.
Les Rpm Près de 600 free software pour la Red bat !
Retrouvez tous les logiciels testés depuis quatre mois dans la rubrique labo !
Répertoire Linux-68k Xfree68 La version complète du système X Window pour Linux m68k, autre- Xfree 68 sur Amiga ! Ment dit pour tous les Amiga et Atari qui fonctionnent déjà sous Linux grâce à notre CD-Rom du mois dernier !
Foncez vite en page 39 pour tout connaître sur l'installation de cette fabuleuse interface !
Répertoire Risc Pc Les démos Près de 60 démos pour démontrer la supériorité du Risc Pc !
Les jeux 72 jeux dans tous les genres qui transformeront votre machine en véritable borne d'arcade !
Internet un kit de connexion Internet complet, composé d'une trentaine d'utilitaires indispensables !
Les outils 1 3 antivirus et 21 archiveurs pour travailler en toute sécurité avec tous les shareware qui circulent sur les réseaux.
Répertoire Phoenix Le catalogue complet de ce célèbre éditeur qui monte !
VAV VIDEO Tel :04.91.53.10.10 Fax :04.91.81.12.73. CARTES APOLLO 2030 882 50 Mhz + SCSI 2000 Frs Mémoires 1240 33 Mhz pour A1200 1950 Frs 4 Mo Ne 1240 40 Mhz pour Al 200 2300 Frs 8 Mo Ne 4040 40 Mhz + SCSI 3000 Frs 16 Mo Ne 4060 50 Mhz + SCSI 4500 Frs 32 Mo Ne DISQUES DURS IDE 1 Go 1250 Frs 1,2 Go 1300 Frs 2,5 Go 1750 Frs SCSI 2 Go 2340 Frs 3 Go 2660 Frs Autre capacité NC CD ROM IDE 8x 665 Frs 12x 740 Frs 16x 990 Frs Nappe DD+Alim 7UFrs GRAFFITY 500Frs Emplant 1200 499Frs PCX V 1.1 499Frs Boitier infinitif .ZORRO 2 N.C Spécialisé dans les produits electronic Design (Genlock, TBC, .) Nous
consulter pour tout autre produit Imprimante,graveurs,scanner Jazz,moniteur.... Toute configuration PC possible nous appeler pour plus de renseignements Tous nos prix sont en francs français ttc Tarifs à titre indicatif, modifiables sans préavis Offre valable dans la limite des stocks disponibles VAV video, 165 rue breteuil 13006 Marseille tel :04.91.53.10.10 Fax : 04.91.81.12.73 Début 1996, le constructeur allemand Escom entrait dans une période de crise qui allait lui être fatale. Présageant la mauvaise augure, les employés de la filiale Amiga Technologies sont alors nombreux à vouloir
vendre leur génie ailleurs. Si certains se sont retrouvés chez le partenaire Phase 5, les autres se sont regroupés autour de l'éditeur ProDad. Il faut dire qu'à l'instar de Phase 5, ProDad (pour Pro digital animation development) a une certaine idée du devenir de l'Amiga. Et plus particulièrement de son système d'exploitation, l'AmigaOS. L'éditeur y trouve en effet une inspiration technologique prompte à assouvir les besoins informatiques de demain. Alors que les licences d’AmigaOS sont devenues inaccessibles, suite à la faillite d'Escom, ProDad engage à tour de bras les anciens ingénieurs
de l'Amiga et leur demande de continuer le travail. Les jalons de pOS étaient posés.
Encore en pré-version En attendant le CD-Rom de démonstration, qui devrait être disponible pour le grand public au cours de cet été, nous avons décortiqué pour vous la version
1. 0.24 actuellement distribuée aux développeurs. Pour l'heure,
le système pèse environ 4 Mo sur le disque dur et ne se lance
qu'à partir d'un Amiga non-Power Pc (y compris le Draco). De
plus, il tourne parfaitement en mutlitâche avec le Workbench.
La chose est d'ailleurs fortement conseillée, car au
lancement pOS tente de profiter de toutes les ressources
présentes dans l'ordinateur. Mais comme aucun pilote n'a
encore été adapté pour lui, le système de ProDad récupère ceux
du Workbench. Il devient dès lors possible de lancer pOS sur
écran Cybergraphx, ? |pos Tctri.5 DliJ îfr HyE H y Mhyyyy: 1J
._LL-1. 1MH y ü Hhyyy- y j jggBÿ y uumMI -i yy lïjljlu La
seule application, pour l'instant, pleinement utilisable :
Tetris !
Dans la résolution que l'on veut, et de profiter du lecteur de CD-Rom ou des disquettes au format Pc.
Des applications spécifiques Bien que pOS ait directement accès aux disques durs de l'Amiga, il ne peut exécuter aucune des applications qui s'y trouve.
Même s'ils se ressemblent, le système de Prodad est en fait absolument incompatible avec les exécutables de I’AmigaOS.
Néanmoins, chaque programme écrit en Ansi C ou C++ peut-être directement recompilé sans apporter de modification au code source. Cette façon de faire devrait permettre au pOS de disposer d'un grand nombre d'applications assez rapidement.
Pour l'instant, pOS est fourni sans Workbench (ce nom, venu de l'Amiga, sera conservé), mais le Shell de démarrage apparaît tout de même dans un environnement graphique. C'est à partir de celui- ci, en tapant les commandes adéquates au clavier, qu'il est possible de lancer les premières applications spécifiques. A titre d'exemple, un gestionnaire de fichiers, une horloge, un Tetris et un Arkanoïd sont fournis. La première impression est excellente : tout va très vite. Le multitâche est de très bonne facture et lorsqu'une pOS enfin disponible !
% En développement depuis plus d'un an, pOS s'annonçait comme une suite logique de l'AmigaOS, le multi-plateforme en plus. A l'heure où Amiga International relance le développement de son système d'exploitation, pOS se montre enfin au grand public.
9 La bureau pOS avec toutes les applications ouvertes.
Fenêtre se déplace, elle le fait avec son contenu. A ce propos, il est étonnant de voir avec quelle vélocité on peut agiter d'énormes blocs graphiques.
Des particularités étonnantes Véritable boîte à malices, on trouve directement au cœur du système toutes les routines qui ont fait le succès de certains sharewares, Mui et Toolmanager en tête.
Par exemple, pOS trame à la volée les informations d'une image en 24 bits (16 millions de couleurs) pour l'afficher convenablement sur un écran en 256, 16 ou même 4 couleurs ! Les menus et autres gadgets qui composeront le futur Workbench pourront être animés et chaque fenêtre Shell dispose déjà d'un ascenseur pour visualiser son historique.
Mieux, lors d'une écriture ou d'une lecture sur disque, les données sont compressées et décompressées en temps réel. Et pour les réseaux, Prodad nous promet que plusieurs personnes pourront travailler sur le même document en même temps et que les modifications des uns apparaîtront sur l'écran des autres. A l'heure où vous lirez ces lignes, la version 1.0.25 devrait être disponible pour le grand public et quelques développeurs triés sur le volet devraient recevoir la 1.0.26. Gageons qu'il sera possible d'utiliser un système complet avant la fin de l'année.
r A SUIVRE DE PRES Une association qui sort de l'ordinaire L'association helvétique Alphalogic se propose de réaliser ou d'adapter des logiciels pour personnes en difficulté d'apprentissage, ainsi que de trouver des solutions pédagogiques et informatiques adaptées aux cas difficiles. Chose exceptionnelle, son catalogue ne compte pas moins de 22 titres Amiga ! De plus, Alphalogic peut développer des logiciels répondant à des demandes particulières, tels que MusciPlace et A vos ordres Romains, créés sur Amiga pour un enfant psychotique. Pour plus de renseignements, il est possible de
contacter l'association à l'adresse Internet suivante : alphalog@omedia.ch. INCROYABLE Linux sur Nintendo 64 !
Que se passe-t-il quand un programmeur italien, Luciano Aprilia, reçoit une carte de développement Nintendo 64 pour sa station Silicon Graphics ? Il adapte Linux sur une console de jeu ! Selon le programmeur la chose a été des plus simples au monde puisque les deux machines fonctionnent avec le même type de microprocesseur, un R4000 de Mips. Or, Linux a été adapté sur Silicon graphies depuis près d'un an et demi.
Résultat : sa console N64 affiche désormais le bureau de X Window sur la télé du salon !
Seul inconvénient : le système est assez difficile à démarrer car, pour taper les lettres de son login, il faut procéder à de périlleuses combinaisons de touches avec le paddle ! Le plus drôle est que les responsables de Silicon Graphics et Siemens Nixdorf ont trouvé l'idée très intéressante et voient là "l'opportunité d'un nouveau marché pour l'informatique personnelle". Seul problème : Nintendo refuse d'éditer Linux N64 en cartouche !
EMBAUCHE Editeur cherche Amigaïste La société Promachos Athena, basée à Lyon (69), se vante d'être un éditeur hors-norme. Son objectif est de sortir de l'anonymat dans les deux ans à venir avec des produits révolutionnaires. Le catalogue prévoit ainsi la sortie prochaine d'un jeu de rôle inhabituel, Les maîtres guerriers, et d'un CD-Rom orginal sur les ovnis. Le tout fonctionnera sur toutes les plate-formes, y compris l'Amiga et les compatibles Atari. En ce sens Promachos Athena recherche des développeurs, des graphistes et des musiciens spécialistes de l'Amiga.
Oracle a promis, mais bon... Souvenez-vous. Il y a un an et demi, le constructeur Oracle dévoilait à la face du monde ébahie un projet révolutionnaire : le Network Computer.
Un ordinateur ultra économique, car totalement dépourvu de disque dur et de mémoires coûteuses, mais capable d'exécuter toutes les dernières applications. Dans les faits, le Network Computer, ou Ne, était un Risc Pc d'Acorn, un ordinateur étonnant qui déploie autant de puissance qu'un Pentium, mais pour un coût de fabrication dix fois moindre. L'absence de disque dur était quant à elle compensée par l'utilisation intensive d'Internet. Plus besoin de stocker quoique ce soit, on clique directement sur les icônes contenues dans le disque dur du provider (la société chez laquelle on est
abonné pour accéder à Internet). Les ennemis du couple Microsoft-lntel ont été em-bal-lés !
Mieux, en mars dernier, Larry Ellison, patron d'Oracle, annonçait tout bonnement son intention de racheter Apple et de faire du Macintosh le leader micro-informatique, à la barbe et au nez des compatibles Pc.
Les premières euphories passées, on s'aperçoit qu'Oracle n'a en fait débloqué aucun budget sérieux pour commercialiser le Network Computer.
Pire, le dernier prototype est même construit autour du Pentium d'Intel. Quant au rachat d'Apple, Larry Ellison vient tout juste de déclarer qu'il s'agissait d'une bonne idée, à laquelle il penserait s'il y trouve, un jour, une opportunité. Oracle, ou tout l'art de jouer sur les sentiments du grand public pour se faire un peu de publicité...
• Achetez sur Internet Oracle, toujours lu i, vient de présenter
une version finale d'Ies, un nouveau système de commerce grand
public développé sur I n te met. C est i Motorola-ce!ht taire
qui, le premier, permettra au grand public de commander
électroniquement les accessoires de son catalogue.
Httpj www. Orade.com.
• Serele déménage Sere e, la société off icielle de service après
vente pour Amiga International en France, déménage. Ses
nouveaux locaux sont situés en Bourgogne, à Au tint
(11) . P us de renseignements sur le site h ftp
:llperso.wanadoo.frf serele ou à Padresse S E R EL E an adoo
fr.
• Internet sans modem A corn vient de présenter Arm Soft modems,
un patch pour les ordinateurs de poche fonctionnant avec un
microprocesseur Arm (Newton, Psion, compatibles Windows CE,
etc.). Ce patch permet à P ordinateur d'utiliser son
microprocesseur comme modem 56 Kbps. Et dire que le Pentium Mmx
n’y est jamais arrivé‘ pourtant Intel Pavait promis... (adresse
http dfwww.arm. corn)
• L'e-mail par téléphone Bouygues telecom et Aol, partenaires de
longue date, viennent de lancer un service inédit : la
réception d'e-mai! Sur téléphone mobile. Pour moins de 20 F par
mois, les premiers 160 caractères pourront être lus à partir de
P écran à cristaux liquides de votre téléphone et, ce, dès leur
réception chez Aol.
AMIGA LINUX DIVERS agenda ? Les formations du Carré Amelot (La Rochelle) : Infographie 2D du 29 septembre au 24 octobre 91 Infographie 3D du 2 au 2(S novembre 97 Initiation à la vidéo du 3 au 7 novembre 97 Formation à la réalisation vidéo du " au 19 décembre 97 Formation au montage virtuel du 5 au 30 janvier 93 DEVELOPPEMENT Un nouveau pont entre MacOS et BeOS Metrowerks vient d'annoncer l'arrivée de Lattitude sur BeOS.
Lattitude est un ensemble de librairies qui re-dirigent les appels systèmes MacOS vers les routines BeOS.
Concrètement, cela signifie qu'il suffirait juste de recompiler le code source d'une application Macintosh pour que celle-ci tourne directement sous l'environnement de Be. A noter que Lattitude a déjà été utilisé par Adobe pour porter Photoshop et Première sur station Silicon Graphics et qu'Apple compte dessus pour adapter quelques grosses applications en mode natif pour Rhapsody.
CARTE ACCELERATRICE Phase 5 étend sa gamme de cartes Power Pc Transformer son Amiga en Power Amiga ? Ce sera bientôt possible grâce à une nouvelle gamme de cartes accélératrices à base de Power Pc. Jusqu'à présent, le constructeur Phase 5 prévoyait juste de sortir un modèle pour 1200 et un autre pour 3000 et
4000. Désormais, le catalogue s'agrandit avec une carte spécia
lement destinée à Y Amiga 2000, la Blizzard 2604, et une
autre, plus haut de gamme, pour le 1200 : la Blizzard
603e+. Mieux, pour le même prix, chacune des cartes sera
désormais livrée en standard avec un contrôleur
Ultra-wide Scsi. Rappelons que ce dernier devait être
disponible uniquement en option. Voici donc la liste
complète des cartes Power Pc disponibles sur le marché
dès septembre : Cyberstorm Ppc (pour 3000 et 4000, Ppc 640e
à 200 Mhz, extensible à 128 Mo), Blizzard 2604e (pour
2000, Ppc 640e à 200 Mhz, extensible à 128 Mo), Blizzard
603e (pour 1200, Ppc 603e à 1 75 Mhz, extensible à 32 Mo)
et Blizzard 603e+ (pour 1200, Ppc 603e à 200 Mhz,
extensible à 64 Mo). Rappelons que les cartes nécessiteront
la présence d'un 68040 ou 68060 pour tourner correctement.
La Blizzard 603e s'abrogera, elle, d'un 68030.
WHERE DO YOU WANT TO BE TOMORROW?r DISTRIBUTION LINUX Debian 1.3, enfin !
La distribution la plus prometteuse de Linux revient dans une version qui pourrait séduire un public de plus en plus large. Nombreux sont ceux en effet qui ont tenté d'installer la Debian
1. 2 et ont fini par abandonner même si le sentiment de
puissance dégagé par le système de package fait l’unani
mité. Tout d'abord, l'installation de la Debian 1.2 était
longue (il fallait créer cinq disquettes) et l'adaptation dif
ficile (programme dselect à l'interface incompréhensible).
Avec la nouvelle version, on peut démarrer directement
depuis le CD Rom ou créer une seule disquette (pour les
installations depuis le disque dur ou via NFS).
L'autre surprise provient du package "menu" : un système de menu automatique (nous n'avons pas encore pu le tester). Toujours dans un soucis d'intégration du système (le système Debian GNU Linux), le package "dwww" s'occupe de la documentation, c'est un serveur Web intégré. Chaque nouveau package installé peut être automatiquement configuré dans votre window manager. Même s'il faudra sûrement attendre la version 2.0 (en cours de développement) pour que cette intégration soit totale, il est indéniable que la voie empruntée par les développeurs de la Debian (plus de 200 volontaires à travers
le monde) est sûrement la bonne ! Pour ceux qui aiment les chiffres, sachez que la Debian 1.3, c'est aussi un ensemble de 974 packages (en gros tout ce qui existe sous Linux en free software !) Et une compatibilité avec les packages Slackware et Red Hat (n'oubliez pas qu'avec Alien, la Red Hat peut aussi récupérer tous les packages de la debian mais évitez les packages système). La dernière bonne nouvelle est que l'organisation à but non lucratif Debian va bientôt être officiellement reconnue (vous pourrez donc envoyez vos dons). La Debian 1.3 est prévue pour les architectures Intel 386,
Sparc, Alpha et m68k.
Free Distribution Software 82 rue de Sailly, BP 134, 59453 Lys lez Lannoy Cedex Tél : 03.20.02.06.63 - Fax : 03.20.82.17.99 Ouvert du Lundi au Vendredi de 9h à 18 h Vente par correspondance uniquement.
Nous serons fermés du 1er au 31 août 1997 Où en est Acorn ?
Faire le point Evoqué dans notre dossier du mois dernier, le RiscOS est un système qui déclenche les passions. Mais saviez-vous que son constructeur, l'anglais Acorn, est l'une des société qui a le plus d'influence sur le marché ?
Société très discrète du point de vue du grand public, Acorn a la particularité de développer une gamme de microprocesseurs Risc, les Arm, basés sur une technologie macro-cellulaire unique en son genre. La dernière génération de ces composants, le Strong Arm, a été élaborée conjointement avec le constructeur Digital (concepteur du plus puissant microprocesseur au monde, le Dec Alpha). A 202 Mhz, la bête dépasse les 200 Mips (millions d'instructions par seconde) pour une consommation inférieure à 500 mW. S'il est de notoriété publique que l'Arm constitue le cœur des ordinateur Risc Pc, en
revanche peu de gens savent qu'il prend également place dans de nombreux périphériques. Ainsi Rockwell l'utilise dans ses modems, Apple dans son Newton, Oracle dans son premier Network Computer, Cirrus logic dans ses cartes graphiques, 3DO dans ses consoles et Psion dans le.. Psion. A noter qu'Acorn, tout comme Cyrix et Mips, ne fabrique pas ses microprocesseurs mais en laisse le soin à des industriels tiers, sous licence.
Bientôt un Risc Pc 2 !
Acorn prévoit de sortir une nouvelle génération de Risc Pc d'ici à la fin de l'année. Entre autres choses, ce ordinateur devrait enfin disposer de bus d'extensions compatibles avec la norme Pci. Pour l'heure, il est possible d'obtenir un Risc Pc actuel pour moins de 12000 F auprès de l'importateur Ashiv (à Montreuil, 93). A ce prix, la machine comprend un Strong Arm à 202 Mhz, un disque dur de 1 Go et... 4 Mo de Ram ! Pourquoi si peu de mémoire ? Tout simplement parce que le RiscOS (contenu dans 4 Mo de Rom) et ses applications demandent un minimum de ressources pour tourner. Un exemple ?
Une image de 500 Ko, compressée en Jpeg à 50 Ko, continuera de peser 50 Ko dans la mémoire de l'ordinateur : chacun de ses pixels étant décompressé en temps réel au moment où il est balayé par le rayon du moniteur. Du jamais vu ! De toute façon, le Risc Pc peut être étendu avec des composants standards venus du monde Pc (barettes mémoires, disques durs, écrans, etc.). A noter, enfin, que les utilisateurs de cette machine sont supportés par deux associations, le Fraug et l'Armada.
Des produits partout Le système d'exploitation du Psion ? Acorn ! Le plus répandu des Network computers ? Acorn !
Et saviez-vous que l'importateur Ashiv vient de négocier avec la bourse française un contrat portant sur l'acquisition de 3000 Risc Pc ? Autre secret bien gardé : Apple et Acorn ont créé une société commune, Xemplar, pour superviser le marché de l'éducation en Grande-Bretagne.
Http: www.fdsoft.com Wordworth 6 Le plus populaire des traitements de textes Amiga. Version Française Intégrale î 540 Frs Mise à jour ancienne version de Wordworth : 315 F (envoyez les disquettes originales + n° de licence) Reprise concurrentielle : Tél.
Périphériques - Amiga CD 1200 Controllcr - Contrôleur ATAPI pour 1200 690 F CD 1200 Controller + Lecteur CD-ROM 12X 1.380 F Lecteur CD-ROM ATAPI 12 X (seul) 690 F Squirrcl SCSI - Contrôleur SCSI-2 pour A1200 490 F Surf Squirrcl - Idem mais plus rapide + Port série 690 F Lecteur CD-ROM 12X SCSI Externe 1.490 F Modem US Robotics 33.600 + Adaptateur + A-Net 990 F Souris 3 boutons - Haute résolution 149 F Lecteur de disquettes Interne HD 590 F (Précisez A1200 4000 Escom ou Commodore - Monté en Tour ou pas).
Lecteur de disquettes Externe HD 840 F Moniteur Ml438S 2.290 F Disque Dur 2.5” I Go ( A600 ou A1200) 1.990 F SIMM - 8 Mo - 16 Mo ou 32 Mo - 60ns - EDO Tél.
Tarif au jour le jour suivant les fluctuations du marché.
Blizzard 1230-1V (68030 à 50 Mhz) 999 F Blizzard 1240T ERC (68040 à 40 Mhz - Tower) 1.990 F Blizzard 1260 (68060 à 50 Mhz) 3.590 F Contrôleur Fast-SCSI-2 (Pour Blizzard) 659 F Coprocesseur 50 Mhz pour Blizzard 1230-1V 455 F Blizzard 603E PowerPC 175 Mhz (sans 68030) 2.980 F Blizzard 603E+ PowerPC 200 Mhz + SCSI (sans 680xx) avec emplacement pour 68040 ou 060 3.790 F Nous consulter pour la disponibilité et les prix des cartes PowerPC pour Amiga 1200. 2000. 3000 et 4000 Logiciels Organiser V2 Version Française Intégrale 349 F Mise à jour à partir de la version 1 ou 2 249 F (Renvoyer la disquette
originale et indiquer le n° licence) AsimCDFS v3.8 - VF - 490 F Directory Opus 5 Magellan 439 F Master ISO V1.26b (Gestionnaire de graveur de CD) 990 F Miami 2.x enregisté + In-To-The-Net 339 F Network PC + cable * 189 F PCX (Emulateur PC - 68020 minimum) 469 F Personal Paint v6.4 - VF - 69 F Personal Paint v7.1 CD 259 F Pilotes ADFI - VF - 190 F Studio II Pro -VF- 350 F Turbo Cale v4.0 CD - VF - 490 F Turbo Prinl v5.x - VF - 460 F Aminet 17, 18 ou 19 79 F Aminet Set 1 ou 2 150 F Aminet Set 3 ou 4 199 F French Storm - Libre Essai Français 69 F ADE - Geek & Gadgets 2 (Kit dév. POS !!!) 105 F
Assassins CD 3 169 F Amiga CD Développer v1.1 99 F Amiga Desktop Video CD 2 139 F Amiga Formai 13 49 F Amiga Format 14 49 F Amiga Format 15 49 F Amiga Tools 6 139 F APC & TCP Volume 3 89 F Epie Collection Volume 3 199 F Epie Interactive Encvclopedia Of Paranormal 199 F Euro CD Volume 2 89 F The Hidden Truth 279 F Hollywood Studio 169 F Light Rom 4 199 F Light Rom Gold 149 F Magic Puhlisher 279 F Mick Davis’s Cartoons Clip Art 169 F
P. OS PreRelease (mi-juillet) 199 F Scala Plug In 239 F Texture
(T) Volume 1 139 F Des dizaines d’autres CD sont disponibles.
Notre catalogue est gratuit ! Sauf indication contraire, les
Cds sont en anglais.
Commande sur papier libre. Règlement joint par chèque, mandat. Carte Bancaire par téléphone.
Frais de port CD-ROM & Logiciels : 35 Frs Périphériques : 80 Frs - Poste ou messagerie.
• Téléchargez le nouveau Workbench Amiga International vient de
créer un nouveau site Internet à partir duquel il est possible
de télécharger les dernières routines du systèmes (version 43).
L'adresse est ftp :llftp. Amiga. Delpublpublicj.
• Mui, 20% moins cher !
Pour fêter son 3' anniversaire.
L'organisme de distribution de Shareware.1 Sasg (qui s'occupe, entre autres, de Mui et Magic Workbench) offre une remise de 20 % sur 'enregistrement de tous ses produits.
• Be Europe recrute !
La société Be Europe, basée à Pari s-la-défense ( 92), recherche des ingénieurs pour le support technique aux développeurs ainsi que des “évangélistes". Un évangéliste est que qu 'un qui doit se charger de ta promotion de BeOS auprès des développeurs européens.
Envoyez vite vos CV !
RETOURNEMENT DE VESTE Multimedia, j'achète !
En temps normal, le rachat d'une entreprise qui marche par une autre (plus grosse) est un événement. Mais depuis quelques années, Microîoft a complètement banalisé ce mécanisme au point que certaines sociétés se créent pratiquement dans le but d'être racheté par le géant (histoire d'avoir un salaire décent à la fin du mois). Le dernier a être passé à la trappe (il s'agit tout autant de récupérer une technologie que d'éviter une concurrence) est un spécialiste du multimédia sauce cyber- super en avance sur tout le monde. Mais le plus intéressant, c'est que cette société, Dimension X,
est une spécialiste de l'utilisation de java pour le multimédia en réseau.
Après le microîoft "lava, c’est dangereux, ça tue et tout !", voici maintenant le microîoft "Java, c’est super bien et multimédia en plus !". Vous connaissez le numéro un des ventes de plateformes de développement Java ? Microîoft, bien sûr, avec Visual J++ (il faudra un jour que les esprits évoluent !).
BISQUE-BISQUE-RAGE le Dos que microîoft n'a jamais réussi à faire !
Le célèbre Dosemu revient dans une version 0.66.5, nettement améliorée (plus stable, compatibilité DPMI supérieure, etc.). Rappelons que Dosemu permet de lancer des applications M$ Dos dans l'environnement Linux. Ces applications fonctionnent exactement comme sous Dos mais profitent du multitâche de Linux. Ce n'est pas à proprement parler un émulateur de Dos car vous aurez besoin d'une image binaire d'un Dos commercial (et donc une licence) pour pouvoir utiliser Dosemu. Il s'agit plutôt d'une machine virtuelle Dos pour Linux. Deux programmes annexes s’occupent de l'affichage et de la ges
tion des périphériques en mode console ou sous X Window (extrêmement pratique).
Dosemu est même capable de lancer Windows 3.1 Un Windows 3.1 multitâche sous X Window ? Dans une fenêtre X Window mais la stabilité n'est pas encore parfaite (c'est normal, lorsque Linux trouve un bug, il arrête le programme fautif pour ne pas planter lui-même). Avec le patch binfmt_dos (en cours de développement), vous pourrez même lancer directement les applications dos présentes sur votre système. Dosemu existe depuis longtemps mais son évolution semblait stagner. On pensait que ses développeurs (une bonne vingtaine) n'étaient plus trop disponibles mais cette version apporte un vif
démenti : les améliorations présentées sonbYiombreuses et la première version stable 1.0 semble plus proche que jamais.
Le retour des fanzines !
La fertilité tient à peu de choses. La preuve : il suffit que Gateway 2000 rachète l'Amiga pour que toute une floppée de fanzines renaissent de leurs cendres.
• Amiga Forever No 4 Beaucoup plus orienté jeu que le précédent,
Amiga Forever nous propose ce mois-ci un dossier exclusif
consacré aux clones de Warcraft (célèbre jeu de stratégie
pour Pc) sur Amiga. Dans un tout autre genre, l'équipe
rédactionnelle est partie enquêter chez le constructeur Pios.
Enfin, le fanzine se termine sur de très intéressantes
rubriques programmation, pour contrer l'action d'un virus ou
créer des jeux en 3D sur Amiga.
Adresse internet : http : lwww.mygale.org 08 AFE
• Obligement No 3 En plus d'un dossier consacré aux shoot'em up,
Obligemment propose sur 11 pages des trucs et astuces pour vos
jeux préférés, des news et des tests. Surprise, on y trouve le
test de Xtreme Racing
2. 0, uniquement disponible pour l'instant en démo.
Contact : Christian julia, Fontaine lès Dijon POUR 100 FRANCS PAR MOIS, DONNEZ À UN ENFANT DE VRAIS SOUCIS D’ENFANT.
En parrainant dès maintenant un enfant avec Aide et Action, vous lui donnez la possibilité d’avoir les mêmes soucis que nos enfants mais aussi les mêmes rêves.
Notre action? La construction d’écoles, bien sûr. Mais cela ne suffit pas. Alors nous créons les conditions pour une bonne scolarisation : formation des maîtres, pharmacies, cantines, jardins scolaires, accès à l’eau, etc... Avec 500 000 enfants scolarisés et 1300 écoles dans 9 pays, Aide et Action, c’est depuis plus de 15 ans l’assurance que l’argent de votre parrainage est consacré à l’éducation des enfants du- bout-du-monde. Et quelle meilleure preuve que les progrès scolaires d’un filleul que l’on suit année après année!
Votre aide? 100 F par mois. 85 F sont affectés au terrain et seulement 15 F aux frais de gestion. Avouez qu’il y a longtemps que vous n’avez pas dépensé 100 F de façon aussi utile.
En 90 et 95 la Compagnie Nationale des Commissaires aux Comptes a décerné le Prix Cristal à Aide et Action pour la transparence de son information financière.
Aide et Action est membre du Comité de la charte de déontologie.
Et L'ECOLE, UN CADEAU POUR LA VIE « . « (APDP, no ATI ht 1 n l n ërtrtmooo 58ïï] Bon à découper et à envoyer à: Aide et Action - 67, bd Soult. 75592 Paris Cedex 12, DMB&B. Photos : J.C. Thoret M. Roulier. Espace offert par le .supjx n ? OUI, je souhaite parrainer un enfant du-bout-du-monde.
Merci de m’adresser rapidement le dossier complet avec la photo de mon filleul. Je joins un chèque de 100 F à l’ordre d’Aide et Action, correspondant à mon premier mois de parrainage. Sur ce premier chèque, 20 F seront destinés à mon abonnement annuel au bulletin trimestriel ? Je préfère une documentation complète sur Aide et Action.
? Je ne peux pas parrainer un enfant maintenant mais je vous envoie un don de: ? 100 F ? 200 F ? 300 F ? Autre: F Profession (facultatif) .. Conformément à la loi N° 78-17 du 6 janvier 1978. Vous disposez d’un droit d'accès et de rectification pour toute information vous concernant, figurant sur notre fichier. Il suffit pour cela de nous écrire.
? Mme ? Mlle ? M. Prénom ..... Nom ... En majuscules SVP N° Rue ... Code postal l 1 l I Tél. 1 ! J 1 1 I I L !_j Ville J 1 1 I L INTERFACE GRAPHIQUE TRADUCTION Alien 5 est sorti !
Alors que de nombreux fans attendent la sortie d'Alien 4 - the resurection (Ripley explosait dans le 3, mais comme l'épisode était moyen, autant la faire revivre pour le 4), les linuxiens vont pouvoir profiter d'Alien 5 (5.1 pour être précis) en exclusivité mondiale. Le scénario est assez simple : le package .rpm est perdu dans un coin de la galaxie debianus et est malheureusement isolé de ses copains .deb. C'est ici qu'alien (version 1,2,3 et 4) vient à la rescousse en transformant ce malheureux .rpm égaré en .deb vaillant. Mais le dernier épisode (le 5, si vous ne suivez pas)
permet aux mêmes .deb d'être à leur tour tranfor- més en .rpm. Certes, ça n'a rien à voir avec l'histoire originale mais au moins, les deux distributions les plus populaires de linux communiquent enfin entre elles !
Wwwoffle, pour butiner off-line Vous vous connectez par modem sur internet ? Vous retournez toujours sur le même site web ? Son contenu n'évolue guère ? Vous allez désormais pouvoir économiser du temps de connexion (et donc de l'argent) avec cet utilitaire au nom étrange : World wide web offline explorer, c'est en fait un serveur proxy avec quelques caractéristiques originales. Lorsque vous êtes connectés, les pages que vous consultez sont placées dans un cache de manière transparente. Si vous retourné sur des pages que vous avez déjà visitées et qui n'ont pas été modifiées, Wwwoffle utilise
les pages stockées dans le cache.
Lorsque vous n'êtes plus en connexion, vous pouvez préparer des téléchargement de pages web ou de sites complets (avec une interface en ligne de commande ou dans votre browser préféré). Vous pouvez aussi bien sûr consulter les pages déjà présentes dans le cache. Et comme ce programme est évidemment distribué sous licence GPL, vous le retrouverez très bientôt sur votre CD-Rom préféré !
Et un serveur X, un !
Chaque version du plus célèbre des serveurs X- Window, Xfree86, nous apporte son lot de nouveautés. La version 3.3.0 vient tout juste de sortir et apporte comme d'habitude son lot de nouveautés. Tout d'abord, Xfree86 supporte enfin la Matrox Mystique, certains attendaient cet événements depuis longtemps. La méthode générale d'optimisation de l'affichage a été modifiée pour accélérer certains drivers. Le changement le plus important concerne la Matrox BROWSER LINUX Millenium qui avait tendance à se traîner... Vous n'aurez plus de raison valable de ne pas installer linux maintenant,
transformez votre Wintel en station de travail ! Pour les spécialistes, le changement principal provient de l'intégration complète de la dernière version de X-Window en date : X11R6.3 alias Broadway. C'est la dernière version officielle du X Consortium (qui n'existe plus malheureusement) et les extensions sont nombreuses : sécurité, impression, etc. Le free software va maintenant devoir s'occuper de rajouter des extensions ou des protocoles tout en sachant qu'à l'heure actuelle, on commence tout juste à exploiter pleinement XIIR4 !
DEMO PARTY L'endroit où il faut être Suite aux succès des années passées, le groupe de démo- makers Eagles a choisi de frapper un grand coup pour la cinquième édition de sa Place to be. Pour ce faire, les membres d'Eagles se sont rencontrés avec les membres de Sacrface et ont fondé l'association Mips. Leur action commune a ainsi permis de réserver pour plus de 101 heures d'informatique non-stop le parc des expositions de Pau
(64) . La démo-party se tiendra du 14 au 18 août et verra une
lutte acharnée autour de quatre thèmes : la musique
(Soundtracker et Midi), le graphisme, l'animation en image
de synthèse et, bien entendu, la démo (obligatoirement de
moins de 96 Ko). Tous les possesseurs d'Amiga, d'Atari et de
Pc sont invités à participer. Enfin, des écrans géants et
une sonorisation spatiale seront mis à disposition pour pro
jeter les productions du public. Ce dernier aura également
accès à des stations Silicon Graphics et des Network
Computers reliés en permanence sur Internet. Pour tout ren
seignement, contactez Mips à l'adresse suivante :
mips@mygale.org, ou visitez son site sur http : perso.
Wanadoo.fr mips. ¦ P0WERED TM ARM Acorn fi Risc PC StrongARM
• processeur StrongARM en standard cadencé à 200 Mhz
• son digital 16 bits intégré
• architecture ARM RISC 32 bits
• boîtier modulaire (extensible)
• système multi-processeur multitâche
• option second processeur classe Pentium
• mémoire vidéo extensible à 2 Mo
• mémoire dynamique standard extensible à 256 Mo
• accepte tout type d’écran (y compris un téléviseur)
• couleur 24 bits pour un afichage en 16 millions de couleurs
RiscPC Dhrystones Dhrystones MIPSv2.1 StrongARM Risc PC 356 k
204MIPS P200 PC 295k 169MIPS DX2-66 PC 40k 23MIPS Principales
caractéristiques : Processeur StrongARM @ 200 Mhz Mémoire 2 x
connecteurs SIMM (DRAM) 1 x connecteur DIMM (VRAM) Système en
ROM (4 Mo) Système d’exploitation RISC OS 3.7 Système audio Son
stéréo digital qualité CD 16bits 44.1 Khz avec mixer pour une
seconde source audio Vidéo Nombreux modes d’affichage jusqu’à
- 1280 x 1024 @ 8BPP (60Hz)
- 800 x 600 @ 24BPP (60Hz) Extension Nombreuses cartes
d'extension : (réseau, genlock, grabber, expan- der...) Mémoire
de masse interne Disque dur IDE Lecteur de disquette 31 2 2Mo
Drivers ATAPI en ROM Ports et Interfaces I O Port série RS232
Port parallèle Sortie audio stéréo jack 3.5mm Tél - 01 48 58 70
77 CAP 101 - 67, rue Robespierre Fax - 01 48 58 20 09
Distributeur exclusif depuis 1987 93558 MONTREUIL Cedex Email -
public@ashiv.fr Ashiv CARTES GRAPHIQUES Phase 5 - Village
Tronic, rien ne va plus !
C'est une coutume, Internet est régulièrement le champs de bataille où s'affrontent toutes les discordes. Cette fois-ci, c'est au tour des constructeurs Village Tronic et Phase 5 de se crêper le chignon. L'objet du conflit réside dans les pilotes CybergraphX pour Amiga. Rappelons que ces pilotes sont de petits bouts de logiciels qui permettent au Workbench et à ses applications de s'afficher dans les nouveaux modes offerts par une carte graphique. Propriété de Phase 5 pour ses cartes Cybervision, les pilotes CybergraphX se sont toujours adaptés aux cartes des autres constructeurs...
jusqu'à ce que Village Tronic sorte la Picasso IV, concurrente directe de la Cybervision 64 3D. D'un côté, Phase 5 n'a pas adapté la version 2 standard de ses pilotes à la Picasso IV mais s'est, en plus, payé le luxe de sortir une version 3 nettement plus performante, qui ne fonctionne, elle, que sur Cybervision 64 3D.
De l'autre, Village Tronic aurait refusé de donner un exemplaire de développement de la Picasso IV (de peur d'être copié ?) à Phase 5 et accuserait ce dernier de demander des sommes bizarrement astronomiques pour l'adaptation. Dernier coup en date, la publication sur Internet d'un texte de Wolf Dietrich (directeur général de Phase 5) qui laisse entendre que Village tronic a de toute façon copié en toute illégalité certaines routines de Cybergraphx pour les inclure dans Picasso96, le pilote spécifique de la carte Picasso IV.
LINUX FRANÇAIS The french distribution Futurs linuxiens, futures linuxiennes, vous avez besoin d'une distribution dans la langue de molière très facile à installer ? La dernière Mnis (Mai 97) est bien plus qu'une simple mise à jour. Le travail effectué pour rendre cette distribution aussi facile à intaller qu'agréable à utiliser est tout simplement remarquable. L'autre caractéristique de la distribution Mnis concerne le choix très homogène d’applications Linux avec quelques packages rares (msql-java, visuel tel, xcorai, xtel, grail, etc.) et d'autres indispensables (Xemacs, dk 1.0.2,
Afterstep, Xfree86 3.2, etc.). Il s'agit bien entendu d'une distribution commerciale mais on a vraiment l'impression cette fois-ci d’en avoir pour son argent. La distribution Mnis est éditée par Mcd2 diffusion et disponibles dans vos librairies spécialisées préférées (Le monde en tique ou Eyrolles) ainsi que sur le site web de mcd2 : http: www.mcd2-diff.fr. DISTRIBUTION TOUJOURS Le petit chapeau rouge a mangé du loup !
Si vous avez jetez un coup d'oeil sur dream 38, dream 39, dream 40, dream 41, un mot revient sans cesse dans les rubriques dédiées à Linux : Red Hat (chapeau rouge). Eh bien, on aimerait bien ne pas toujours raconter les mêmes choses mais ils sont décidément très forts, ces américains de Red Hat (anti-micro$ oft à souhaits).
On a le droit a une diffusion de nouvelles galettes (du genre plastique réfléchissant si vous voyez ce que je veux dire) toutes plus intéressantes les unes que les autres. Commençons tout d'abord par Applixware 4.3 qui se fait attendre en France mais qui est disponible depuis quelques temps chez Red Hat. Vient ensuite la version Red Hat du Common Desktop Environment (en fait compilé par une autre société : TriTeal ). Cette version est sans doute plus intéressante que la version de Xi graphie, testée dans Dream 40. Tout d'abord, le prix de la version développeur est d'environ 200$ , c'est un
peu plus abordable (50$ c'est toujours ça de prix). La version standard, nettement moins intéressante (il n'y a que le runtime motif) est aux environs de 80$ . Ensuite, le CDE de Triteal n'est pas dépendant d'un serveur X, vous pourrez utiliser Xfree86 (qui lui est gratuit). Enfin, l'intégration dans la toute dernière distribution Red Hat (forcément), la 4.2, est un atout non négligeable. Pour les développeurs encore, n’oublions pas la sortie de Red Hat motif 2.0.1 (spécial X11R6.1), distribuée avec les XRT widgets surpuissants (valeur 5000$ I). Si vous disposez déjà d'une version de motif,
il vous faudra débourser 50$ pour accéder au nirvana (sinon, c'est presque 200$ ). En attendant Lesstif, j'en connais qui vont être heureux ! La dernière bonne nouvelle, bien plus accessible, concerne la sortie de la Red Hat 4.2 qui est plus une évolution qu'autre chose mais qui comble la plupart des défauts de la 4.1 en matière de sécurité (Si vous avez installé la Red Hat 4.1 le mois dernier, vous pourrez vous mettre à jour sans problème mais ce n'est pas urgent !). Plus d'infos sur le site http: www.redhat.com. Retrouvez tous les mois Dream directement dans votre boîte aux lettres !
Passez vos petites annonces gratuitement et en priorité !
11 numéros 11 CD-Rom 299 francs au lieu de 407 francs Soit 25% d'économie Oui, je souhaite m'abonner à Dream au prix de 299 francs.
Nom : Prénom : ...Adresse : ..... .....Code postal : .Ville : .... Machine système (facultatif) : ? Amiga AmigaDos ? Amiga Linux ? Pc Linux 3 Pc Divers ? Be BeOs J Autre machine autre système : ... Ci-joint un règlement de francs, par ? Chèque bancaire, _) mandat postal à l'ordre de Posse Press.
Cl carte bancaire : n° CB i i i i i i i i i i i i i i i i i i i i expire le i i i i i Date et signature obligatoires : Offre à renvoyer à Posse Press abonnement Dream, 16, rue de la Fontaine au Roi, 750011 Paris.
Tarif pour la France métropolitaine uniquement. DOM TOM et étranger, ajouter 100 francs au prix de l'abonnement.
Informatiques et libertés : en application de l'article L27 de la loi du 6 janvier 1978, relative à l'informatique et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification pour toute information vous concernant en vous adressant à notre siège social. Les informations requises sont nécessaires à l'établissement de votre commande. Elles pourront également être cédées à des organismes extérieurs, sauf indication contraire de votre part.
_a Help
p. 'P.
... Java, l'idée de génie d’une petite équipe de Sun qui fait trembler le géant micro Soft sur ses bases (bien établies), est en passe de détrôner le C++, son modèle, en terme de popularité. Retour sur un des événements les plus marquants de la jeune histoire de l'informatique.
K5 Netscape: JavaWortd - IDG's magazine (or itv File Edlt Vtew Go Bookmarfcs Oplions Dlrectory Wlndow V».
- & ‘Mi a « 0 Bacfc Hfiir.* Prirt Fimi su* Location: wv.
;.avavorld. coh What s New Whals Cool Handbookj Net Search Net
Directory' L'historique L'idée de Java remonte au début de 1991
(c'est donc une année faste puisque c'est aussi le début de
Linux). Un groupe de recherche travaillant pour Sun, le célèbre
constructeur de stations de travail, sous l'autorité du guru
James Gosling est alors chargé de plancher sur un langage de
pilotage de télécommande universelle.
Nom de code du projet : "Green". Il faut savoir qu'à cette époque, Sun souffrait d'une crise interne entre les conservateurs et les modernes, à savoir ceux qui voulaient s'intéresser à un marché aussi juteux qu'instable : le grand public.
S MOU mmus-ass.
Perea cQ remette, ee+ffm i9 CQÇ.QP£, eecfiftet?
Lb foerPQir, cotoet?
Demme (£t CYPf&à, IDG’s magazine for thexJava coromunity Juro 1997 Vol. 2 Usa* A ptfisua developer tools, h Which one's best for you?
We compare 5 top visual Java IDEs L A look at Java s future includes 7 key questions for devolopers How tho Java VM handles methods Java makes extranets a realrty How to croate your own JDBC-based middleware layer Reduce your applets’ launch time!
Cet E-mail Alerts on newarticles FREE !
|j Advertising Informotion News & Views Applet rtviews, toob, ncv sçronp syminaries Tctonals. Tij‘3. Mcks, beguicer and expert Deals, opnuons, trends.
Real-woilii Java I Hditore I Intonnanon I Search 13acV. Isspts I Ad II.!g I Java MarkeTpjaca _rj±2i ! 00% of 73K (aî 1 7K oec) L'incontournable magazine online JavaWorld sur http: www.javaworld.com Un langage de conception simple Vu la faible puissance et la diversité des processeurs utilisés dans le domaine des télécommandes, il fallait que ce langage soit concis et portable.
Tout d'abord basé sur le Pascal USCD, il fut rapidement décidé de l'orienter objet. C'est alors que les regards se portèrent sur C++, le seul langage orienté objet aussi généraliste que populaire. Le premier produit présenté par le projet Green fut une télécommande : la "*7". Bien que très puissante, personne n'a pourtant voulu acquérir pareille technologie... Plus tard, une société de Tv par câble dirigée par jim Clark faillit investir dans la toute nouvelle société née du projet Green (First person, inc.), mais une fois de plus la chose est restée sans suite. A noter tout de même que jim
Clark dirigea ensuite Netscape et fit beaucoup pour imposer Java sur le web.
Internet à la rescousse Après de nombreux échecs, la société fut finalement dissoute en 1994. Commençait alors une grande épopée : le début de l'expansion incroyable du world wide web. Mais il manquait au web un vrai langage de programmation, pour dépasser l’idée de document hypertexte. Java était prêt, lava était idéal. Et sous le contrôle de Sun, java renaissait de ses cendres.
Java, c'est quoi ?
La famille des langages de programmation comporte de nombreux membres. Si les bases fondamentales des langages de programmation sont proches (théorie du langage naturel, analyse syntaxique et sémantique, etc.), on distingue plusieurs catégories de langages ipc: JavaSoft Home Page Fie F-drt Vtew Go Oookmartcs Option* Directory Vandow & & m rao Otwt si £ FM 1 j
y. ÎJtttp JJiv» *ur» camS Vaiat » New Whnt » Cooi HwdbOOkj
Searcti Met Drectory Software j : ¦» . The Source For Java Ç
ÎMBHOMEMB AT Java WtuliNew7 3 Rf Ail A bout leva
• frodocts & API* j Download j Appirtl I Fot Ontlofien 4 Ui j m
the Real World
• . Iaim«s A Lkensing PMU krlliuj fmploytnent Java Store
Siujnu'rs java.sun.com 1-.
How to be |§ 100% Pure Pwrr j r-6 cerfôceficii y.'osrwc So !«‘j b« cImt. OcJy «jphc sncr.î. coiopcneatt «ad «ppUu th*i eaauai 100% Pure Java «ad th«t are trojy pcnsble wfi ke 100% Pare Java ctmJied No exceposn» Featlp.es S .SsL Le site officiel de Java : http: java.sun.com. informatiques, chacun pouvant appartenir à plusieurs de ces catégories. Il y a tout d'abord les langages fonctionnels, inspirés des théories de calcul mathématique (en particulier le Lambda calcul) : c'est le Lisp, le Mi. On trouve aussi les langages impératifs qui donnent une séquence d'instructions suivies une à
une par la machine (le C, le Pascal). Les langages orientés objet ont une place à part mais le principe découle du besoin de modularité dans les programmes. On distingue les langages orientés objet de très haut niveau (Smalltalk, modula 3) des sur-couches de langages impératifs (object Pascal ou C++), java, lui est fortement inspiré du C++, même si son principe de portabilité (une application java tourne indifféremment sur plusieurs types de machines) découle des langages interprétés.
Comment ça marche?
Java, le langage universel... Oui, on peut programmer pratiquement tout en lava, mais universel signifie aussi "tous les ordinateurs". Concrètement : on Wanttoleom (jj-isWg , but short on the rfjrgneen?
Fhen IBM has a course for free ! Just cfck here.
_www.IBM.com jovo_ Besoin d'un petit cours de Java ? Allez sur h ttp: www. Ibm.com java. développe un logiciel sur Pc, on insère la disquette dans un Mac et ça marche directement.
Idem sur un Amiga, une station Unix ou une BeBox, sans que l'on ait à réécrire le logiciel, ni même à le recompiler !
Pour rendre ce miracle possible, les concepteurs de Java ont défini le Bytecode, langage-machine d’une machine imaginaire qui n’existe que sous forme d’émulateurs. Un programme est donc exécuté par un interpréteur de Bytecode appelé Java Virtual Machine (Jvm). Pour utiliser des logiciels en Java sur une machine quelconque il suffit que celle- ci dispose d’une ]vm. A noter que toutes les bibliothèques de lava (threads, gestion des fichiers, multimédia, interface utilisateur, fonctions mathématiques, etc...) sont identiques sur tous les systèmes.
Plus vite! Plus vite!
Simple et élégant, il y a tout de même un gros défaut : l'interprétation du Bytecode prend énormément de ressources et à moins d'avoir une machine très puissante (ce qu'un micro n'est pas, contrairement à ce qu'affirme la publicité tapageuse), ça rame. C'est pourquoi des méthodes plus performantes sont utilisées pour concevoir des Jvm rapides. Ainsi, on remplace l’interpréteur par un "compilateur au vol" (Just In Time Compiler, lit) qui convertit dans une certaine mesure le Bytecode en code-machine natif au cours de l'exécution. Le gain de vitesse est spectaculaire (facteur 10 à 50) mais
un ]it est plus complexe à développer et surtout moins portable qu'un interpréteur. D'autre part, JavaSoft prévoit pour la version 1.2 de Java une technologie très pointue capable d'optimiser le code au vol et James Gosling, le créateur de Java Les études exemplaires de cet informaticien récemment propulsé "superstar" se sont terminées en 1983 avec l'obtention d'une thèse d'informatique à la célèbre université Canegie-Mellon. Le sujet de cette thèse était "Les manipulations des contraintes algébriques" (à vos souhaits !). James Cosling est aujourd'hui ingénieur "haut de gamme" chez Sun
Microsystems. Les différents projets qu'il a mené à leur terme montrent ses compétences multiples en matière James Gosling.
D'informatique. Entre autres, on lui doit un système d'acquisition de données par satellite, une version multiprocesseur d'Unix (Solaris ?), plusieurs compilateurs, un système de messagerie et plusieurs gestionnaires de fenêtres. Il a également développé un éditeur de texte WYSIWYG et un logiciel de dessin vectoriel basé sur les contraintes. C'est aussi James Gosling qui a porté emacs sur Unix pour la première fois (mais Richard Stallmann reste le créateur de ce génial éditeur). En entrant chez Sun, il a surtout travaillé sur le système de fenêtrage NeWS mais c’est bien sûr le démarrage du
projet Java HotJava qui Ta propulsé sur le devant de la scène. N'hésitez pas à consulter la page web de James Gosling sur http: java.sun.com people jag. gagner ainsi en vitesse. Gnu travaille évidemment sur une solution brutale : intégrer Java et le Bytecode dans Gcc et Gdb. Ainsi, vous pourrez récupérer des binaires en Bytecode et Gcc les transformera en simples exécutables natifs qui tourneront à la vitesse maximale. Point final, plus besoin de Jvm du tout.
Contrairement à ce qu'on pourrait penser, c'est en fait très difficile à réaliser... mais pour ces gens-là, rien n'est trop dur... Les applets La portabilité totale de Java a donné naissance à un nouveau type de programmes : les applets. Ce ne sont pas des applications à part entière, mais de petits composants de logiciel qui circulent sur les réseaux. Chaque utilisateur peut à tout moment télécharger une applet et l'exécuter dans son environnement qui peut être un Network computer, l'Appletviewer ou un navigateur Www. Dans ce dernier cas, il faut distinguer deux situations : dans la
première, le navigateur intègre lui-même une Jvvm pour faire tourner les applets. C'est le cas de Netscape, de Msie et autres Cyberdog. L'autre possibilité est un navigateur écrit lui-même en Java (comme Hotjava) et les applets s'exécutent simplement comme des parties du logiciel. Au delà du simple gadget, les applets représentent une méthode puissante et très moderne de déployer des applications Javex : la montre à quartz Java.
Flpp I et .
Flpp!et started.
Les applets pour égayer les pages Web.
Java et la concurrence Java est un langage de programmation déjà rangé dans la section "révolutionnaire". Comment se positionne-t-il face aux langages "concurrents" ?
En terme de popularité, la famille des langages de programmation est plutôt réduite. Dans les langages interprétés, la tête d'affiche est occupée par le Tel et ses extensions, le célèbre Perl ou awk pour les applications basées sur des chaînes de caractères (en particulier les scripts CGI pour le web) et les différents langages de script ou assimilés. De nouveaux langages très ouverts comme Guile risquent de gagner en popularité dans les mois et les années à venir. Pour les développements plus "avancés" ou critiques, l'incontournable C ou le très puissant C++ occupent la majeure partie du
terrain. Contrairement à ce que Ton pourrait penser, Java se positionne plutôt comme un remplaçant possible des langages compilés (notamment C++). La première raison est évidente : le langage étant lui-même inspiré de C++, la complexité qui en découle est assez importante. Ainsi, les langages interprétés conservent leur conception plus simple, accélérant d'autant les développements (on peut parler de prototypage).
Cependant, les liens très proches qu'entretiennent Java et Internet pourraient laisser présager d'une sorte de standardisation sur le réseau des réseaux (au détriment de perl par exemple). Avec l'arrivée des JIT et des compilateurs natifs, Java sera à même de rivaliser en performances avec les langages compilés actuels. Mais les programmes natifs continuerons encore longtemps d'exister car pour de nombreuses applications, le critère de portabilité de Java est plus un défaut qu'autre chose (applications proches du système). On pourra programmer en Java mais en utilisant des librairies natives.
Un afficheur de molécules avec ses sources dans le Jdk.
Ouvertes.
Toujours plus loin: JavaBeans "The network is the computer1', affirme Sun. Et cette vision est chaque jour plus vraie. Mais là, les applets ne suffisent pas : encore faut-il pouvoir communiquer avec des objets à distance à travers le réseau ou insérer dans un logiciel des éléments provenants d'ailleurs. Pour cela, il y a aujourd'hui la norme Corba et quelques autres technologies hors standard, comme Dcom (Microsoft) ou G do (Gnu). Java se doit d'être passe-partout, il utilise donc son propre système de protocoles baptisé JavaBeans. JavaBeans n'est pas en concurrence avec les autres, au
contraire, il nécéssite le support de l'un d'eux pour être opératio- nel. On pourra donc l'utiliser aussi bien sous Windows avec Dcom, sous le Système Gnu avec Gdo et partout avec Corba. Java est le grand fédérateur de l'informatique et on comprend pourquoi Bill Gates rêve de le rendre dépendent de Windows, fermé et bien sûr rigoureusement propriétaire.
Des applications en java?
Pour beaucoup d'internautes, Java n'est encore qu’une bizarrerie servant tout juste à rajouter des animations dans les pages Web. Pourtant, les premiers logiciels écrits en Java n'ont rien à voir avec Internet ; en tout premier lieu le compilateur java lui-même ! Mais pour promouvoir son langage et surtout ouvrir le bal, Sun avait besoin d’une démonstration convaincante : Hotjava, superbe browser Web, lui aussi entièrement en Java. Depuis que fipplefc .. ____________,______1 ftpple't y S A Horphinp.*, norphi«Q... Un autre exemple du Jdk : l'applet morphing '•n 5 £: •o O O - •o 0 "r cn Q
¦o -.
- 9 T - g O Nj O t Q. s: 0 C3 O « «O
• -e; •
* 5 O r - 5 3 .
_ Cj +» e: ?: N?
_ r C j Qs &3 O O "C J Q -s N- 0* ¦fc 9 VU S o Vo •o N R CJ çj w y; X fa o Q -S "5 u Z La fa ©N Cs m U y: X* fa O Q CQ H C 2 Cd H Ed P O z Ci, '* ? Fe
s. T3- 2 es ¦2 "5 ?
A. $ 3 -S i fa O O CZ) O O: sj ce •o ? .
* *»«* O O S N td
* C 3 s '& tu 15
* s3 ,&o H fa fa CQ Ü S o 21 CQ CQ CQ CQ
• *: X Ti X Si X Si X Si X Si X Si Si X Si x Si 5 Si â Ux fa
fa fa fa fa fa fa fa fa fa fa fa ©N O 0 ©S r- ©N ©N © «r; «r,
y « ©N 00 © U N r4 N s© u 3« fa O «r; W P S z o P c s 3 p
w p o z ©N ©N ©N oo «ri fN i r- *
• H.
Sa «*, .5P Q
• «4 S M, »
* 4
• n» * Z V» X w ; S H vj «v Z fS 5
• *44 W ?-m, ; «*• « *
• •»* û£
• »» ; •n P P
• **
• 44 N H U
• M.
Cî 0 S
• *é P
• ** “4.
P 73 iç Z fN •X .2?
£
o O _ N
- H Q ïïc H 12 ; P eu Q N + O OQ "z £ 5
* n °- fa j= Î2
- g .S a
• r - 3 £ =3 J=?
Z © OQ S fe r PS C rr s: « z G * ~ 5 w- ÇS m .-
* "H 2f 5 ‘5 ° «r, fS © z - © © © P O rv] • -4 • aS ï C
C CD © o i « e F p r P f5 c 5 U Ü Ü © VM V © s fVM j 5
ü 75 75 Cfi ce çe Si 75 K Ma r- j 5 © © © © © Ma © © © © r-»
* « r~4 ON ~~~ ON © © O ON © r~ï 1 « © ON 1 5 ON îs» T-M 1 i CN
ro NO r N r" t 1 3 rs -r Ü 72 ü 75 ü 75 © ry © On î 3 î 5
«r r- On
• » • w ir.
£ N fa •-*
o If' »r, fN o & e. _ x .&* S3 - CD o ;z 5c U x CQ 72 fa 'X
z* X 50
o H t-H r, r V C Ô O 05 Q O co LU 05 LL LL O (f) LU ? N z o 3 V}
S 72 • » 2 2 èr?
: e : uc 75 ¦-s S ON 3 Z .S |ce 0 -N Ma ‘O a 72 1“ Ç o O © •w © 0 'w»' © X © © © 'T -M © -v © a X : © .* © yS- Z* p © X z ü u 75 X £ © © © ON ON 1 3 e 3 'X
- f WA + fN « jg B 5 1 1 X X 3 w e z © NO + en r- en ON Tf Z en
«“ z © X © © H- »* X x X w CD 0 w zi « V. U VS j 2 X O ON »r,
o fN i-* © © tu G ZJ = Z «« t: «r, on -, n 't. U ex o fN Ci X
o o N i» •5 S 2 5 t Z ts » CC C« p. s R w 0 ü s
- o
* 3 = ô je
- 3 o ci!
- J.. U y £ © ir, » 5 1 5
- T O '¦ ' w V3 r* s Ü ü U 0 U 2 S ü 2 S ® S? I- 3 ON tx 0 Ci
r- - u* .3 P ro p- Cx oÿ 3 C3 S a-) ro
o »- + ? P P Z r .
SSÊ â + a ce * zz T ?u S 3 0 s M X X X v£ + N ? £ Zi *r- © ir © P; I n X fO1 r n ¦yr Is g?
OC 3 X O D£ W 7T g s: C 5 x x S) © * NO M Ma 1 3 r- N rN X T-M zz X 75 72 X zi en © z en © 0 X r Ma © 1 3 NO .s X NO © U T* CJ en M4M CJ © X © x NO M X X 53 ü m4 X X z X O Z 3 ;3 © £5 O ~r © en © 0; 3 X © en © 'g O x O NO © NO x 3 MS ¦© &T3 C W A fa «« 3 75 5 O x Ma .a X X s â © X X z S © X X z irî Li- tî © + P fa X ° X O N jq © = fi u C 7-' Cj
o s © p Q v ex
o ir, U ™
o ' © © 3 ro x ¦s«c + X î
o M V .. © ir, CJ ?“ Q£ es CQ £ S 5 o cr) mm Ûdus |ewe oui o
o S ce WU3 T, X (N NO ' O «V X Ü
• 5 Z X ZM © "• X fO + S © © X s 5 'O o 0 zi © X NO
o 'O « © s fO ro fs (N e ce © o
o .
N ro S o s p .2
o ’ î ¦*«- • £ c (U o © © Z-* Z* _J •*- u xw 'i r. + 1 hH
u s 3 ü 5 fi N «S S ¦2 S S "© 5X ! * O !
P 2 q ce - 3: r î ce © c CJ ¦w- O c O c O Ü I?
Ri O » i s 1 3 X Ü CJ r , 75 5« w Ma 'Si © © O «r.
FO x rr tr.
T 1 © « 5 fN © M« 0 zi zi ç r h. NZ r- fO C NO fN NO © © © £ r 75 X j 5 © © © © ON «r 1 3 O On NO CO » 3 »-M CO NO ü Ü w j 5 Ma lw j 5 © 75 X j 5 j 5 © © © r?
NO O © ON fN 1 4 © .“7* ro NO © G X T-M NO a i .X .X X Z z U- U)
o LU H œ LU -j
o LU Xx O
• ? O o e; f 2f m p 7;
o H* . ?- yj ? LU « » ÔË £î S x o : M = s . 3 O 71 LU nC *r o
1 ' , , yj y* yi y «N P P U ü: &: b ~ ï r r- «73 D re
vo Os i 3 = o 30 gg m vô , .2f £ Se S ï ou 3r 3 V)
LU + 5 5 2 OC ir, ir no !
Z Z Z (i 2 X o o
o e) îr îr O) o z z ts 1S tu ri ce ce w © w
* r« & © X X n re z ce U Ü ¦“N Ü CJ ü «r fN X 75 •a «o 72 £
Si M44 T3 z fa c © M © X PU © © On X O .3 5 © ON .3 ON 1 , «r
en en ? v X ,_i 1 3 rr r- NO © en © © en © r - rr NO
* Ti S 3 l O nU o- N
• .
0 -J VJ tu •2 C ) C3 O tu Z) rn O «* H Ci)
• 3 1 U U ¦ ¦ » NJ z X» S 'X) G 'X) îce £ C. £ Q £ fa 73 £
in H «r N 3 n ? 1 O x Zî
- 4-M CN CN X) Zt z ¦¦M X X)
- 4-4
- à ©* s. Q *3 X *3 X * c »X fa W © © © .5 ir. T- o ir, no x
CC S o
- z « z H « -o X *= S 2 zn s ce e: + g Ü Ü Ü P; O &U C -r x
CQ X X X ce q ce ce U U U U w ü ü y y y £ £ £ x, fa m
* r- v© i 'r' * H -z J 5 X rT“ © © N © M N ex ON + 's xn 3
N U 5 © i- 2r.
n P
* ¦»- .
* ¦«** • 5
- S N &o
• 2; Si U S j 7 y c- Q © © © ü Ü 9 .a ?
4 X f- u Dossier ® I Netscape s'est mis à inclure des vm dans Navigator, c'est le raz de marrée. On trouve maintenant des collections d'applets en tous genres: des afficheurs d'images et autres players, des jeux (allant du Démineur à Quake), des moniteurs réseau, des outils d'administration à distance, tout, tout, tout ! Mais paradoxalement, on ne trouve toujours pas java là où l'on l'attendait le plus, c'est à dire dans la création multimédia. En revanche, il est un domaine où java fait l'effet d'un tremblement de terre : la bureautique.
Let s kill Bill Vous avez dit bureautique? Ah oui, Word, Excel, c'est ça ? Eh bien non ! Corel, concurrent direct de Microsoft sur ce segment de marché, fut le premier à lancer l'offensive en annonçant Corel Office pour java. Une suite qui comprend Wordperfect, QuattroPro, un logiciel de dessin et un agenda mail réécrits sous forme d’applets. La commercialisation Java Workshop : l'intégré de développement en java et pour java (en test dans dream n°40).
Est imminente et Corel se «J HotJava(tm) Browser f.OpreBeta met définitivement du côté de l'alliance rebelle.
Chacun peut d'ailleurs télécharger la version bêta gratuite sur www.corel.com. Des produits concurrents sont annoncés, en particulier Kona (Lotus) et Anyware (Applix). On murmure même qu'un Star Office version java serait en préparation et que Sun, lui- même, envisagerait d’entrer dans la danse.
Paniqué, Microsoft tente bien sûr de stopper la vague (en vain, rassurez- vous). L'éditeur de Redmond vient de présenter un projet concurrent en guise de dernier Fbe Edit tew Pfaces Hefp Trtie: Kot Hints Cjick on me for M. Slarted C?'
Applet staned.
Le browser web Hotjava en test ce mois-ci dans la rubrique Labo.
Linux, la plateforme de développement Java par excellence !
Depuis les début de Dream nouvelle formule (et nouvelle-nouvelle formule), nous essayons de vous faire comprendre les avantages de l'utilisation de Linux comme plateforme de développement Java. L 'histoire débute juste après la sortie de la version 2 du noyau. Certains curieux voient dans les sources un support expérimental des binaires au format Java directement dans le noyau. Parmi ces curieux, certains aventuriers se décident à activer ce support Java et ... Incroyable, Ca marche ! On pouvait d'ores et déjà considérer les applets et applications Java comme des applications "normales" du
système. Certains en rêvaient, Linux l'a fait avant tout le monde ! Même si OS 2 se réclame unique système supportant Java en natif. Concernant le kit de développement, linux est cette fois-ci un peu à la traîne, Sun n'ayant donné l'autorisation du portage non-officiel que tardivement. Mais l'important, c'est de savoir que Linux fait parti des très rares plateformes de développements Java disponibles. La dernière version du kit de développement, le jdk 1.7.7 vient d'ailleurs de sortir pour Linux.
En quelques semaines, ce ne sont pas moins de trois version successives qui ont été distribuées.
F* s* iv-- v*« a» &sê ma Tkr«»e :t* 3 Jàjai • :3 1 W ictiwrfî’T» t ! **• -gr3 Utrrurila lav ! - * IJ If J
- lïMaWïoei»: t:.' »?VjC I m 15 3 iÎ&bm r L'intégré de
développement Vibe de Visix : puissant, peu onéreux et
disponible sous Linux.
V recours (faudrait pas voir à rigoler, Office fait plus de 50% du chiffre d'affaires de Microsoft !), pour le cas où... Enfin, on ne peut pas ne pas citer EyeOpener, une mini-suite shareware avec des outils rudimentaires mais qui sert tout de même de preuve au sérieux du concept. Tout ces logiciels ont en commun le fait de changer profondément la manière de travailler. Plus besoin d'installations lourdes et chères. On allume simplement le Network Computer (ou tout autre ordinateur connecté à Internet), on double-clique sur Yapplet traitement de texte et on travaille tout de suite avec la
dernière version, sans installer 600 Mo inutiles sur le disque dur. Pour inclure un tableau, pas de problème, tout est "document-centrique" : une simple requête sur le serveur et hop ! L'applet tableur se télécharge et s'intégre directement dans le document. Il n'y a rien à acheter, votre provider vous propose d'utiliser les applets sur son serveur moyennant un forfait mensuel. C'est pas beau?
Des outils de développement Avec java, il serait ridicule d'être limité à une seule plate-forme de développement, c'est pourquoi les outils de développement java sont souvent eux- mêmes faits en java, java Workshop, par exemple, est totalement basé sur un browser Web qui permet à plusieurs développeurs de travailler en équipe via Internet. Le système de développement peut se déployer en Intranet aux quatre coins de la planète et le cycle édition-compilation-bug appartient du Dans le magazine + CD : tout pour Hp aodS fctor UN NOUVEAU Dossier “easter eggs” Ces messages mystérieux que cachent
tous voiÉogrammes !
Les 15%ts de l’été Imperi Extrême assault apocalypse eapon ulp fiction mmSÊÈSmmï.
®ênios cih-iOUables films animés Sfiarewares FreeBuilder : un grand projet de Free Software pas encore vraiment utilisable.
Coup au passé. L'heure est à la programmation par composants (applets réutilisables) et aux applications ouvertes, celles où l'on rajoute autant de modules que l'on veut.
Votre premier programme en Java !
Nous n'allions pas faire ce dossier sans une seule ligne de code ! Voici donc le source de l'applet la plus simple que l'on puisse trouver. Si vous disposez du ]DK ou de tout autre moyen pour programmer en JAVA (Kaffe par exemple), lancez appletviewer HelloWorld.html. Si vous voulez des explications, n'oubliez pas notre rubrique mensuelle sur Java.
Fichier HelloWorld.java: Java au futur, des perspectives prometteuses J| ava est encore jeune, on ne fait que commencer là découvrir ce qu’apporte cette nouvelle vision I de l'informatique. Aujourd'hui, Java sert à déve- pper des clients de bases de données, des interfaces graphiques, de petits utilitaires personnels (calculatrice, bloc-notes...), des serveurs groupware... Un domaine idéal est l'authoring multimédia et sa conquête n'est qu'une question de temps (Macromedia, le célèbre éditeur de Director, s'y intéresse déjà de très près). On peut donc s'attendre à ce que les CD-Rom
culturels (notamment les CD avec liaison Internet) soient bientôt basés sur Java, ce qui les rendrait directement consultables sur n'importe quel ordinateur. Le décollage prometteur du Network Computer n’est pas là pour nous contredire. Pour que l’explosion ait enfin lieu, il faudrait que les systèmes d’exploitation intègrent Java dans leurs entrailles. Seuls Linux et OS 2 Warp le font à l’heure actuelle. Quand tous les systèmes en seront là, la juste cause pourra peut-être triompher.
Fred Pesch Jakub Zimmermann Sun, le sauveur des OS abandonnés ?
Iirport java.awt.Graphics; import j ava.awt.Co1or; import java.awt.Font; public class HelloWorld extends java.applet.Applet Font f = new Font("Arial", Font.BOLD, 24); public void paint(Graphics g)
g. setColor(Color.blue);
g. setFont( f ) ;
g. drawString("Hello world", 10, 60); } IH Applet Viewer:
HeiloWorktciass sÉ2l } Apple* Fichier HelloWorld.html: Hello
world '-*** î HTML Apple* s*arted.
' TITLE Hello World... TITLE ! Changed by: Fred Pesch, 14-Oct-1996 HEAD BODY BR APPLET CODE="HelloWorld.class" WIDTH=300 HEIGHT=60 Browser have to support JAVA APPLET BODY HTML Derrière notre enthousiasme débordant pour Java se cache une petite crainte. Il est en effet très difficile de cerner la politique de Sun pour son petit bijou. La plupart des applications de Sun relatives à Java ne sont supportées que sur deux plateformes : WindowS 95 NT et Solaris. De même, seuls ces deux systèmes sont reconnus comme plateformes de développement officielles. Plus grave, même
si les applications programmées en Java sont portables, elles restent difficiles à utiliser sur d'autres systèmes car les scripts d'installation sont spécifiques à WindowS ou Solaris (et chez sun, on n'aime pas les installations simples, semble-t-il). Alors que sun est en position de force, tout porte à croire qu'il cherche à ne pas se brouiller avec le géant de Redmond. Ironie du sort : ce dernier ne se gêne pas pour mettre des bâtons dans les roues au concept Java... Certes, la plateforme Windows est un objectif prioritaire, financièrement parlant, mais il est dommage d’oublier le reste du
monde : comme pour le browser Netscape, il aurait été possible de distribuer des versions gratuites et non supportées.
Ceci dit, java est un jouet quelque peu incontrôlable, les machines virtuelles et autres JIT commencent à fleurir sur bon nombres de plateformes... Malgré Sun ! Sun, le sauveur des OS abandonnés ?... Oui, même si ce n’est pas fait exprès !
AMIGA 1200 SCALA VT 100 199F SCALA MM 211 790F SCALA MM 400 1490F IMAGE VISION 749F CINEMORPH 290F MUSIC X.2.0 349F AUDIO SCULPTURE 250F OCTAMED 6.0 VF 690F DIVERS PC TASK 3.15 VF 990F DEVPACK 3.5 VF 990F BLITZ BASIC 2.1 480F GP FAX 2.346 VF 750F HISOFT BASIC 2.5 VF 1190F MODEM TUTORIAL VF 250F MUI 3.3 VF 400F POWER COPY 3 VF 349F 1 1 Bd Voltaire 7501 1 PARIS 01 43 57 48 20 Fax : 01 43 57 1 0 01 Ouverture : 10H à 19h Photo non contractuelle H001 A 1200 + Pack Magic 3190F H002 A 1 200 + DD 170 Mo + Scalla 3990F H003 A 1200 + DD 1,20 Go + Pack 4490F PERIPHERIQUES AMIGA TOWER Processeur 68040 25
Mhz, mémoire RAM 2 Mo, mémoire FAST 4 Mo ext. 16 Mo , lecteur 3"1 21,76 Mo.
Contrôleur DD IDE + SCSI Disque Dur 1 Go SCSI LECTEURS 88OK0I LECTEURS l,7Mo J001 A 4000 2 Mo + 4 Mo + Scalla 18900F J002 A 4000 2 Mo + 1 8 Mo + Scalla 19500F J003 A 1 200 2 Mo + 1 8 Mo + Scalla 19990F NOUVEAUTES OCCASIONS K001 Amiga 500 650F K006 Moniteur 10835 700F K002 Amiga 500+ 800F K007 Moniteur 10855 700F K003 Amiga 600 800F K008 Moniteur 10845 900F K004 Amiga 1200 1700F K009 Moniteur SVGA 800F K005 Amiga 2000 1500F K010 Lecteur Ext.
250F AMIGA 1200 TOWER Boitier Tower Infinitiv L001 Interface Clavier PC 1002 Interface PCMCIA Tous nos prix sont TTC et modifiables sans préavis. Offres valables dans la limite des stocks disponibles. Photos non contractuelles.
Carte Zorro JEUX 249F GRAPHIQUE N001 Scanner 69t Gris 590F N002 Scanner 256t Gris 990F N003 Scanner Couleur 2190F N004 Tablette ARTPAD A6 1290F N005 Tablette ARTPAD A5 2490F CHAOS ENGINE 2 ALIEN BREED 3D 2 WORLD GOLF TIN TOY ADVENTURE TOURING CAR CHALLENGE TILE MOVE FIGHTING SPIRIT SLAM TILT STAR CRUSADER VIDEO M001 VIDI 24 RT 1390F M002 VIDI 24 RT PRO 1990F M003 Genlock Minigen 790F M004 Genlock Composite 1790F M005 Genlock Y C 2790F DOMAINE PUBLIC GRAND CHOIX DE DISK ET CD JEUX • DEMOS • UTILITAIRES • EROTIQUES SON P001 Interface MIDI 190F P002 Mégalo Sound 390F P003 AURA 890F SERVICE
REPARATION Nous réparons tous les ordinateurs et moniteurs... Délais maximum 10 jours. Devis gratuit ou forfait.
Réparation garantie 3 mois.
IMPRIMANTES GQ07 Canon B 240 1290F G008 Canon BJC 4200 1690F G009 Canon BJC 620 2490F G010 HP 690 1990F G011 HP 820 2490F GO 12 HP 870 3490F CABLES T001 ( Peritel 90F T002 Midi 70F T003 Nul modem 90F T004 Minitel 90F T005 Disque dur 2 , 22 1 2 60F T006 Disque dur 2 , 23 1 2 70F T007 Prolongation joystisk 60F T008 Imprimante 90F T009 Adaptateur multisync.
150F T010 Adaptateur peritel 1083 150F A retourner à : AMIE VPC, 1 1 Bd Voltaire 7501 1 PARIS Nom ..I Adresse ....I Code Postal ......Ville ...| Tel Mon ordinateur ...| Prix TTC, promotions non cumulables 'Frais d'envoi ; poste 5QF tronspofteur 150F por colis C.R 70F en su Désignation ou réf.
? Chèque ? CCP J Carte bleue date d'expiration N° |ü Carte club AMIE Date : Signature : RACHAT COMPTANT Nous reprenons comptant vos ordinateurs, vos périphériques, vos logiciels, vos livres... DISQUETTES Qté. Prix Montant Quick! Softs I I I J Certifiées 100% sans erreurs 3" 1 2 DF DD pi2'40' 1H 2'30' 2,10F® 3" 1 2 DF HD flf| 2,90F ||y|j 2,80F llf 2,60F Élf 1,90F A001 Int. A500 290F A002 Int. A600 1200 300F A003 Int. A2000 350F A004 Ext. Tout Amiga 320F CD-ROM IDE B001 CD 8X seul 620F B002 CD 8X + Kit Randy 990f B003 CD 12X seul 690F 6004 CD 12X + Kit Randy 1090F B005 Kit Randy 490F DISQUES
DURS F001 170 Mo 2 2 IDE 1290F F002 540 Mo 2 2 IDE 1790F F003 630 Mo 31 2 IDE 1090F F004 1,2 Go 31 2 IDE 1290F F005 1,6 Go 31 2 IDE 1590F F006 540 Mo 3, 2 SCSI 1390F F007 1 Go 31 2 SCSI 1890F MONITEURS G001 MuIt.S nc 14" M 1438 2290F G002 Mult. S nc 15" M 1538 2990F G003 Mult. S nc 17" M 1738 7290F G004 SVGA 14" 1490F G005 SVGA 15" 1990F G006 SVGA 17" 3590F CARTE ACCELERATRICE , 68040 E009 Blizard 1240 Omo 1890F E010 Blizard 1240 4Mo 2090F E011 Blizard 1240 8Mo 2290F E012 Blizard 1240 16Mo 2490F E013 Copro 50 Mhz 520f CARTE ACCELERATRICE 68030 28 MHZ E001 MTECK 28 Omo 690F E002 MTECK 28 4Mo
890F E003 MTECK 28 8Mo 1040F E004 KIT SCSI 700F EXT. MEMOIRE D001 A 500 512Ko 200F D002 A 500 1 Mo 300F D003 A 600 1 Mo 300F IOMEGA C001 ZIP SCSI Ext 1190F C002 JAZ SCSI Ext 3690f E014 Blizard 1260 Omo ; 3190F E015 Blizard 1260 4Mo 3390F E016 Blizard 1260 8M0 ; 3590F E017 Blizard 1260 I6M0 ; 3790F E018 KIT SCSI 700F BOITIERS-TIROIR-INTERFACE F008 Boi. Ext. IDE 590F F009 Boi. Ext. SCSI £|é200°0 690F F010 Boi. Exl.
890f FOI 1 Tiroir Int. IDE 140F FOI 2 Tiroir Int. SCSI 170F FOI 3 Inter face Squial SCSI 490F FOU Interface PCMCIA IDE 590F 1003 1004 DIVERS S001 Souris standard 99F S002 Souris 300 dpi.
120F S003 Souris 400 dpi.
160F S004 Souris optique 220F S005 Crayon souris 300F S006 Trackball 350F S007 Multistandard 500 200F 5008 Multistandard 600 260F S009 Commut. Joy souris 200F S010 Alim. 500 600 1200 390F A005 Int. Al 200 590F A006 Int. A2000 590F A007 Int. A4000 590F A008 Ext. Tout Amiga 890F CD-ROM SCSI B001 CD 1 2X seul 1290F B002 CD 12X + Squirel 1690F B003 CD 14X seul 1690F B004 CD 14X + Squirel 2090F B005 Squirel 490F CARTE ACCELERATRICE 68030 50 MHZ E005 Blizard 1230 Omo 890F E006 Blizard 1230 4Mo 1090F E007 Blizard 1230 8M0 1290F E008 Blizard 1230 I6M0 1490F CARTE ACCELERATRICE 68060 EXT. MEM. Al 200
D004 A 1200 Omo 590F D005 A 1 200 4Mo 760F D006 A 1200 8M0 920F SYQUEST C003 EZ 135 890F C004 EZ 235 NC MODEM + R001 OLITEC 14400b 990F R002 OLITEC 28800b 1190F R003 US Robotic 33600 1290F Boîtier mini-tower + leds, 2 baies 3"1 2 + 1 baie 4" , 4.
Alimentation 200W modifiée AMIGA. Interface clavier PC + clavier PC.
Options : bus Zorro II et III 1690' 490 ‘ 290’ 1890F DENNIS LA MALICE CHRISTMAS LEMMINGS BLUES BROTHERS PUTTY BATTLE CHESS 2 JUMP SMASH TV KILLING CLOUD LETHAL WEAPON OVER THE NET WIZKID ZOMBI FATMAN BOB'S BAD DAY JURASSIK PARK TOTAL CARNAGE HUDSON HAWK ONE STEP BEYOND NIGHT SHIFF TITUS THE FOX Aminet 13 14 15 16 17 79F Aminet 18 79F Aminet 17 99F Aminet Set 1 159F Aminet Set 2 159F Aminet Set 3 199F Aminet Set 4 199F French Storm 79F Assassins CD 3 169F Amiga Desktop vidéo 139F Amiga Tools 6 139F Light ROM 4 199F Magic Publisher 279F Personaz suite 169F Scala Plug in 239F @ Net 89F Aga tool
it 97 139F Airman 4.1 310F Amiga Golden 20 139F Amiga Joker 99f Kara collection 349F DELUXE PAINT 5 VF 590F PERSONNAL PAINT 6.4 VF 490F PHOTOGENICS VF 590F SCENARY ANIMATOR 590F LIGHT WAVE 3.5 1990F POV RAY 2.2 VF 300F PAINTER 3D 290F PERSONNAL PAINT 6.4 VF 490F BUREAUTIQUE FINAL COPY II 390F TURBO CALC 3.5 490F
D. OPUS 5.12 VF 690F WORDWORTH 5 690F TURBO PRINT 4.0 560F
DIRWORK 2.1 VF 690F DIAVOLO BACKUP 3.2 VF1 580F ASIM CDFS 490F
GRAPHIQUESlVIDEO & SON JEUX DISCOUNT DISK 99F logiciels Pc
task 4.2 contre Pcx 1.1, la guerre des émulateurs Pc sur Amiga
montés d'origine dans l'Amiga. Une façon de faire qui
implique, de surcroît, un ralentissement dans l'affichage. A
noter que cette règle ne s'applique pas au mode 320x200 en 256
couleurs (celui des jeux) où, là, Pcx cherche véritablement
une carte graphique ou des composants Aga. Enfin, si Windows
Avoir la possibilité de récupérer toutes les applications du
Pc sur Amiga a de quoi tenter. Mais il ne faut pas être trop
regardant quant au résultat.
Commodore avait inventé quelque chose de génial pour l'Amiga, les cartes passerelles. Il s'agissait de cartes mères de Pc qui venaient s'insérer dans un connecteur d'extension. Elles permettaient de faire tourner en multitâche deux ordinateurs, un Amiga et un Pc, qui utilisaient le même écran, la même souris et le même clavier. Mieux, les Amiga 2000, 3000 et 4000 autorisaient en plus l'insertion directe de quatre cartes d'extension PC au format Isa (graphique, sonore, etc.). Pour une raison que la raison ignore, ce principe a été totalement abandonné depuis quelques années. Désormais,
ceux qui veulent faire tourner Ms Dos ou Windows sur leur Amiga n'ont plus pour seul recours que l'émulation logicielle.
Ca émule quoi ?
Les émulateurs Pc ne manquent pas dans le domaine public. Mais les deux produits commerciaux que nous testons ce mois-ci sont les seuls dignes de sérieux. Dans sa version 4.2, Pc task émule un 486 avec co-processeur arithmétique et un chipset graphique Svga 2 Mo (jusqu'à 1280x1024 en 16 millions de couleurs). De plus, il est fourni avec tout un panel d'outils pour reconnaître sous émulation la souris, le disque dur et le lecteur de CD-Rom.
Pcx, lui, se targue d'émuler un Pentium plus une carte SoundBlaster et de ne pas avoir besoin de pilote spécifique pour reconnaître la souris. En revanche, il n'émule que du Vga tout ce qu'il y a de plus standard (640x480 en 16 couleurs ou 320x200 en 256 couleurs). Aïe ! Dans cette première manche, uniquement théorique, Pcx perd sur toute la longueur. D'abord au niveau du microprocesseur : la seule vraie différence qui existe entre un 486 et un Pentium réside dans leur technique de fabrication. Parce qu'il a plus de tuyauteries (pipeline) montées en parallèle (superscalaire) le
Pentium est plus rapide que le 486. Sinon, le jeu d'instructions des deux microprocesseurs est quasiment identique. Donc, pas de poudre aux yeux : Pcx émule un 486 ! Ensuite, Pc Task reconnaît toute carte graphique supplémentaire pour monter jusqu'à 1280x1024 en 256 couleurs, alors que Pcx ne se sert que des composants Ecs (même pas Aga !)
Pense bien avoir affaire à une carte Sounblaster, tous les jeux que nous avons testés se sont plaints de ne pas trouver la puce sonore ! A tout ceci, ajoutons que si les deux produits émulent bien le co-processeur arithmétique (Fpu), aucun d'eux ne prend en compte la gestion de la mémoire virtuelle (Mmu). Conséquence malheureuse : il sera impossible d'utiliser Windows 95... Le problème du disque dur Pc Task et Pcx peuvent travailler avec deux types de disques durs : la parti- S'ils ont l'avantage d'être gratuits et de se contenter d'un 68000 à 7Mhz avec 4 Mo de Ram, les émulateurs Pc
shareware manquent en contrepartie franchement de performances. Amiga Transformer et CrossPc émulent au mieux un 8088 en Cga (320x200 en 4 couleurs), Ibem exploite l'Ega (320x200 en 16 couleurs) et seule la démo de Pc Task 3.1 propose un 286 avec les modes Vga (640x480 en 16 couleurs). A noter que des versions démos de Pc Task 4.2 et de Pcx 1.1 (re-numérotée 2.1) existent sur Internet.
CD JEUX MATERIEL tion physique et le fichier-disque. La partition physique est une partition standard de votre Amiga que les émulateurs prendront soin de re-formater pour installer Ms Dos et Windows. C'est la solution idéale, car les accès aux données sont très rapides. Seul petit hic : on est obligé de re-formater tout un disque dur de l'Amiga. A noter également que la partition ne devra pas dépasser 528 Mo. Faute de quoi, Pc Task obligera l'utilisateur à faire un petit tour du côté de HDToolBox pour changer le formatage du disque (de FFS à MSH). Plus capricieux, Pcx ne voudra, lui, pas du
tout reconnaître une partition supérieure à 528 Mo !
Le fichier-disque est une solution économique qui consiste à créer un gros fichier sur le disque dur et faire croire à l'émulateur qu'il s'agit d'un vrai disque.
C'est beaucoup plus lent, mais au moins ça n'oblige pas à tout reformater. A noter que, contrairement à ce qu'il est écrit dans sa documentation, Pcx refuse catégoriquement de fonctionner avec un fichier- disque préparé par Pc Task.
L'utilisation de Windows Un cauchemar. Certes, Pc Task peut travailler dans toutes les résolutions permises par la carte graphique de l'Amiga. Mais la plupart du temps, sans pointeur de souris ! A vrai dire, nous n'avons réussi à outrepasser ce bogue qu'une seule fois : lorsque nous avons installé la version de Windows 3.1 que distribuait... Commodore ! A l'opposé, Pcx ne souffre pas de ce problème, mais l'affichage de son Windows est en Même les démos Pc marchent !
Entrelacé ! Dur-dur pour les yeux. D'autant que, quelque soit l'émulateur, l'apparition des icônes et des fenêtres est d'une catastrophique lenteur.
Avantage Pc Task.
La vitesse des jeux Féroces comme nous sommes, nous avons fait exécuter à nos deux émulateurs des jeux parmi les plus demandeurs en ressources machines : Duke Nukem 3D, WipeOut, et Descent 2. Première bonne surprise, ils marchent tous ! Première mauvaise nouvelle, ils sont tellement lents qu'ils en deviennent tout bonnement injouables. A noter tout de même que Pcx bat allègrement Pc Task dans cette catégorie. Mais tout de même, sur un Amiga 4000 60 à 50 Mhz et pourvu de 48 Mo de Ram, on compte environ 1 fps (images par seconde) pour WipeOut, 0.75 fps pour Duke Nukem 3D et 0.3 fps pour
Descent 2. Le tout bien évidemment dans la taille écran la plus basse possible et avec le minimum de détails affichables. A noter que les démos s'exécutent également ; la qualité de l'émulation est donc indéniable. Avantage Pcx.
Lequel et pour qui ?
Résultat du comparatif : Pc Task est mieux pour Windows et Pcx est à préférer pour les jeux. Mais même si les deux produits émulent parfaitement un Confmurf Option EL Turbo Levât: 1 Start Cnulator CPU: 68868 5»M»w rpu: Bu.lt-ii» Cache Si p Graphics: SIC* KickStart: 48.68 Workbench: 48.42 Transcriplton J EL Pcx est mieux pour les jeux.
Pc 486 - ou Pentium - on ne pourra véritablement utiliser que les petites applications Pc, celles qui nécessitent peu de ressources du système.
Autrement dit, les jeux en 2D et les logiciels bureautiques. Car émuler un 486 ou un Pentium ne signifie pas transformer l'Amiga en bête de course, mais au contraire ralentir la machine au maximum pour avoir le temps de simuler le fonctionnement d'un Pc évolué. Si bien que Pc Task et Pcx fonctionnent bel et bien sur un simple 68020 à 14 Mhz et 4 Mo de Fast Ram, mais qu'ils ne deviennent vraiment utilisables qu'à partir du 68030 à 40 Mhz avec 12 Mo de Fast. Et encore, le tout reste très poussif avec un 68060 à 50 Mhz et 48 Mo de Fast. A noter que les deux émulateurs sont livrés avec une
version "light" qui nécessite moins de mémoire et n'émule pas le Fpu. Mais dans ce cas, le résultat est pire que tout.
Yann Serra.
Remerciements à Vav vidéo et Fds.
Pc Task 4.2 En hausse Très bonne émulation du 486 Utilise les cartes graphiques En baisse Très lent Bogue avec le pointeur sous Windows.
Ne permet pas de lancer Windows 95 Note ? ? ? K 1ï Pcx En hausse Très bonne émulation du 486 Le meilleur choix pour les jeux Pc en 2D En baisse Très lent Ne reconnaît rien d'autre que l'Ecs, à part pour le mode 320x200 en 256 couleurs Ne permet pas de lancer Windows 95 Note ? ? ?
PARADISE Tower Irrfinitiv A1200 .....1449 F Tower Infïnitiv Zorro II 2490 F Clavier Win95 +adaptateur....139 F Bus Zorro II Micronik 1590 F Extension 5.25 .290 F Extension 3.5 interne ..90 F Adapateur 2 disks intemes...229 F AdaptateurPcmcia .245 F Alimentation interne 230W....449 F Lecteur disks HD ...590 F Tower A4000 + Zlll ...2890 F (7 Zlll, 5 PC ISA, 2 Slot vidéo) Rack extractible IDE ..109 F Rack extractible SCSI 159 F Souris et tapis Frog Design..145 F Nombreux périphériques dispo,
Nous contacter!
Jeux Compil acid attack ....175 F Big red adventure .....199 F Chaos engine II ..259 F Compil Manyk mayhem...175 F Theme park .....149 F Worms directors eut 247 F Swos 96’97 .....199 F Pinball Bundle 229 F Dopus Magellan ..A C !
Ibrowse ....249 F Miami + Into the net ..390 F Network pc .....249 F
P. Os Prerelease A C !
Ppaint 7 ....369 F ¦ rom » Aga tool kit 97 109 F Amiga develloper cd ..89 F Amiga repair kit .269 F Amiga tools 4 ,5ou 6 129 F Aminet 15 ,16 ,17 ou 18.....79 F Aminet 19......' ....79 F Aminet set 1 ou set 2......139 F Aminet set 3 ou set 4......199 F Démos are forever ......49 F Emulators unlimited .169 F Gateway .....37 F Giga graphie set 149 F Imagine pd 3d 155 F Lightrom 4 ......239 F Magic publisher ..269 F
Magicwb enhancer ......99 F Meeting pearl 4 59 F Mods anthology .206 F Rhs erotic collection ..89 F Scala plug in ..249 F Sci-Fi Sensation rel.2......197 F Scene storm vo!.1 .....159 F Autres titres dispos.... téléphonez !
Frais de port logiciels 35 F frais de port matériel 80 F frais de port tour, écran NC!
Software Pàrâdise} iC-A du BAB !39 Rte de Lamouly !64600 ANGLET I_____________________I TEL 05-59-58-20-88 Non, non, Grok n'est pas le cri de guerre d'un barbare quelconque, ce sont les initiales de graphical resource organizer kit, que l'on pourrait traduire par outil graphique d'organisation de ressources. Tout un programme... Xmbase - Grok d'associer des commandes (scripts shell) avec les bases, ce qui permet par exemple de modifier efficacement les fichiers de configuration du système (on peut faire un utilitaire de gestion ments : les différents champs disponibles. Il s'agit en fait
d'un véritable petit générateur d'interface très puissant. Les éléments d'interface disponibles sont nombreux : zone de saisie, date, note, étiquette, choix, drapeau, bouton et graphe. Vous pourrez effectivement rajouter de petits graphiques pour accompagner les enregistre- Grok va vous servir a gérer de petites bases de données (la structure est simple mais le nombre d'enregistrement peut être important. L'interface, basée sur Motif (le programme est compilable avec Lesstif semble-t-il), est d'une simplicité remarquable. Le haut de la fenêtre principale est réservé à la recherche (sur
une chaîne de caractères, une expression régulière) et à la liste des enregistrements de la base courante.
Une rangée de bouton permet de rapidement sélectionner les enregistrements pris en compte dans la liste. Au bas de la fenêtre s'affiche le contenu de l'enregistrement actuellement sélectionné, avec ses différents champs éditables ou non. Cette interface très simple est aussi très pratique, surtout que l'aide en ligne est omniprésente.
La simplicité de l'ASCII Les bases de données gérées par Grok sont de deux types. Tout d'abord les bases statiques dans lesquelles les différents champs des enregistrements sont indiqués en Ascii et séparés par un séparateur configurable. Les bases de données procédurales permettent des utilisateurs dans Grok). La consultation et la modification des bases est donc simple, non seulement dans Grok mais aussi avec un simple éditeur de texte. Si vous indiquez un répertoire comme fichier de base, chaque fichier contenu dans ce répertoire représentera une section spécifique de la base de
donnée (ces sections apparaissent dans le menu section).
Le fenêtre principale de Grok.
En pleine forme !
Le module le plus intéressant et le plus puissant du programme est le form editor (éditeur de formulaire). En fait, votre base de données est pratiquement entièrement configurée ici. La première étape est de donner un nom à la base. Vous donnez soit un nom (le nom de fichier correspondant aura pour extension .db et se situera dans le répertoire - .grok ) soit le nom d'un fichier déjà existant (par exemple etc passwd pour gérer les comptes utilisateurs). Vous choisissez aussi un séparateur et vous devez préciser si votre base est en lecture seule et si elle est procédurale. Dans ce dernier
cas, vous pourrez créer le "shell script" associé à la base. Vous devez aussi décider du contenu de vos enregistrements. Chaque champ d'entrée (input) peut être associé à une requête qui apparaîtra automatiquement dans un des menus de l'application. Grok peut aussi bien servir de carnet d'adresse ou de bookmark (pages web, sites ftp, mots de passe) que d'utilitaire de gestion des utilisateurs.
En tout cas, vous ne viendrez plus vous plaindre parce que vous avez perdu une information !
Fred Pesch pesch@club-internet. Fr En hausse Interface simple et efficace À Editeur de formulaires Format ASCII pour les bases En baisse Ce n'est pas un SGBDR !
Quelques bugs Statut : free software Source : http: www.IN- Berlin. DE User bitrot grok.html Note ? ? ? ?
ProSound Prosound est un logiciel de Direct to Disk de la société Oregan qui permet d'enregistrer jusqu'à huit voies sur le disque dur. Tout ceci se fait sans extensions matérielles sauf, bien sûr, une carte pour digitaliser les sons.
L'installation est, comme toujours, très simple... Un utilitaire permet de tester la vitesse du disque dur et de déterminer combien de pistes vous pourrez gérer en même temps.
La taille des sons supportée par Prosound est virtuellement illimitée. Le travail commence par l'ouverture d'un projet qui peut contenir jusqu'à huit pistes. Il est tout à fait possible d'ouvrir plusieurs projets à la fois. Pour travailler sur un projet de huit pistes, le logiciel peut se contenter de moins d'un megaoctet de mémoire.
Un nombre d'effets impressionnant On peut enregistrer piste par piste, travailler l'ensemble et remixer le tout en temps réel pour l'écoute. Le nombre d'effets disponible est impressionnant ; cela passe du réglage des graves à l'ajout d'un écho et d'une réverbération à la création de filtres. On dispose également d'un système de création d'enveloppe, qui a la particularité de ne pas altérer le signal de base.
L'écoute peut se faire à vitesse variable à l'aide d'un panneau de contrôle.
Prosound supporte également une douzaine de formats de fichiers ainsi que leur dérivés. Certains outils sont vraiment pratiques, comme l'affichage du spectre (FFT) ou le numéroteur téléphonique. De plus, il faut noter que ce logiciel peut être amélioré par l'ajout de "plug in" disponibles gratui- tememt sur le site d'Oregan. Bref, un incontournable qui fait plein usage de l'Arm et qui, en plus, est à la portée de toutes les bourses (moins de 1 300F).
David Feugey Remerciements à Rush.
ProSound En hausse Travaille en temps réel Grand nombre d'effets Affichage du spectre En baisse Aucun défaut.
Note ? ? ? ? ?
Photodesk 2 PhotoDesk 2 est un logiciel de création et de traitement d'images. Il se veut un clone très amélioré du fameux Photoshop.
Le leitmotiv de l'équipe de développement de PhotoDesk est : "ce que Photoshop fait, on le fera en mieux".
Le premier contact avec PhotoDesk 2 laisse une excellente impression : installation aisée et prise en main facile. A l'usage, le logiciel remplit bien son office : aucu- ne des fonctions habituelles ne manque, pas même la séparation des couleurs. La vitesse du logiciel surprend un peu... Beaucoup plus rapide que Photoshop pour certains effets et beaucoup plus lent pour d'autres. En fait ceci est dû à la présence du très véloce processeur Arm et à l'absence totale d'unité de calculs flottants (Fpu pour les intimes). L'ensemble reste globalement très rapide et la gestion des couleurs est
très évoluée (système Cms).
Un système de Plug'in Le nombre de formats de fichiers supportés par le logiciel est suffisant, par contre le nombre d'effets est un peu juste. Dommage, le système utilisé n'est pas compatible avec les modules externes de Photoshop (Kpt, etc.) ! Pour remédier à cela, l'éditeur a prévu un système de "plug in". Il existe déjà un pack qui rajoute des effets graphiques et un autre qui augmente le nombre de filtres d'importation exportation (pour les formats de fichiers étrangers). A noter que les packs sont payants... Ce produit reste malgré tout d'une qualité exceptionnelle. Distribué aux
alentours de 3000 F, signalons que Photodesk 2 dispose aussi d'un petit frère plus économique, mais aussi plus limité.
David Feugey Remerciements à Rush Photodesk 2 En hausse ? Aussi bien que Photoshop !
Nombreux filtres d'importation exportation En baisse lenteur de certains filtres Assez peu de filtres graphiques Note ? ? ?
Organiser 2 Nous avions des traitements de texte, des tableurs, des utilitaires de gestion et de comptabilité... mais il manquait un élément important à notre suite bureautique : un organiser digne de ce nom.
Heureusement est arrivé... Organiser 2 ! Attention, l'essayer, c'est l'adopté.
Organiser est un logiciel édité par Digita International, que l'on connaît déjà pour WordWorth, Datastore, et une multitude d'autres produits pour l'Amiga. Très complet, Organiser 2 intègre les fonctions d'agenda, calendrier, répertoire et carnet de notes. Et tout ceci dans le même produit ! De fait, il saura convenir à tous les usages, des plus simples aux plus sophistiqués. On vous le confirme, Organiser 2 est un outil professionnel performant.
Installation et présentation La procédure d'installation, qui vous guide pas à pas, s'effectue en deux temps trois mouvements, sans aucune difficulté, même pour les plus novices d'entre nous. On pourra aussi bien installer Organiser 2 sur le disque dur que sur des disquettes.
A son lancement, Organiser 2 présente systématiquement l'agenda ouvert à la page du jour. Ainsi, on peut visualiser en un clin d'oeil le programme de la journée : les rendez-vous, les différentes tâches S!
Digito Organiser Y 7 I99S Digita International Passe Press Q 16, Rue De 1 a Fontaine Au Roi 75011. Paris Tel 01 53 36 84 15 Le répertoire.
Que l'on avait programmées pour ce jour, etc. L'interface du programme est très agréable, à commencer par la partie principale qui reprend fidèlement le look d'un véritable agenda sur papier.
La rangée d'icônes sur la partie gauche de l'écran permet d'accéder rapidement aux fonctions les plus utilisées, tandis que celle du haut de l'écran est spécifique à la partie de l'organiser où vous vous trouvez. Voyons maintenant plus en détail les différentes fonctionnalités que nous offre Organiser 2 : Le calendrier Les dates sont ici rangées sous forme de tableaux, avec une ligne par semaine, à raison de trois mois par page. La date du jour apparaît en rouge. A l'aide d'un simple clic sur une date, on se retrouve dans la partie agenda, à la date correspondante.
L'agenda Chose qui n'est pas possible sur un organiser "traditionnel", on peut ici choisir à loisir la disposition des jours : un jour par page, une semaine par double page, ou bien une semaine par page, suivant les besoins. Un rendez- vous ? Un événement important à noter ? Un rapide double-clic sur le jour correspondant, et aussitôt apparaîtra un requester demandant de préciser quelques détails concernant cet événement : titre, priorité, dates, heures de début et de fin, périodicité, et éventuellement une alarme ou même le lancement d'une tâche particulière (un backup par exemple). Si
on a plusieurs événements associés à une même date, ils se classeront bien entendu par heure de début, si celle-ci est précisée, bien évidemment.
La liste des tâches On inscrit ici différentes tâches dont on doit se souvenir, si elles ne sont pas forcément rattachées à une date particulière. Si le travail en question à été effectué, on peut le cocher ou même le supprimer de la liste.
Le répertoire, ou carnet d'adresses De présentation très classique, avec un onglet pour chaque lettre de l'alphabet pour un accès rapide. Comme pour les sections précédentes, un simple double-clic fait apparaître une fenêtre dans laquelle on saisira tous les détails concernant la personne ou la compagnie que l'on désire ajouter dans le répertoire. Là aussi, différentes vues sont possibles : détail de chaque adresse, ou bien juste une liste de noms et de numéros de téléphone.
Les suppléments Dernière partie de notre Organiser 2, celle-ci est destinée à recevoir des fiches d'informations de contenus tout à fait divers. C'est ce genre de pages que l'on retrouve souvent à la fin des agendas, celles qui récapitulent les planètes du système solaire, les formules de math basiques, etc. Une bonne douzaine de fiches de ce type sont proposées, mais libre à vous d'en rajouter si vous jugez cela utile.
Configuration et aide en ligne Quelques options de configuration permettront de régler, par exemple, le format utilisé pour les heures, les polices de fontes, etc. A tout moment, une aide en ligne est disponible. Par simple appui sur la touche Help, un texte au format AmigaGuide apparaîtra, pointant sur la section ou la fonction où on se trouvait à ce moment là.
Encore un formidable produit, très bien conçu et très performant, exclusivement réservé à notre machine favorite et qui aura sa place dans un environnement aussi bien scolaire que professionnel.
Vincent Oneto Remerciements à Fds Organiser 2 En hausse iA Richesse des fonctionnalités Intelligence des zones de saisie A Logiciel et manuels entièrement en français En baisse Non, je ne vois pas... Note ? ? ? ? ?
DUCHET COMPUTERS 51 Saint-George Road - CHEPSTOW - NP6 5LA - Angleterre Téls 00 44 1291 625 780 (8 h à 19 h lundi - samedi) Fax: 00 44 1291 627 046 (24h 24) Ligne téléphonique directe en français MINITEL 3616 AZERTY rubrique DUC LA SEULE ADRESSE POUR VOUS FOURNIR DIRECTEMENT EN ANGLETERRE!
NOUS NE PROPOSONS JAMAIS DES ARTICLES QUI N'EXISTENT PAS OU QUE NOUS N'AVONS PAS EN INVENTAIRE DU MATERIEL AMIGA DISPONIBLE (Prix en Francs Français, T.T.C. port compris) F F F F Interface PCMCIA SCSI2 Hisoft SURF SQUIRREL (A1200) 645 TECHNO SOUND TURBO 2 stéréo (F) Compatible AMIPHONE TCP 285 Adaptateur pour brancher les manettes analogues PC sur AMIGA:45F - les 2: 80 HOUSSE AMIGA 500 600 1200 (PRECISEZ SVP) 25 F - 3 pour 50 Lecteur EXTERNE (Méc. SONY port d'extension) pour TOUS Amigas 425 Carte MAGNUM extension RAM A1200 - 8 Mo maximum - Fournie Oko CARTE SÉRIE HYPER RAPIDE WHIPPET PCMCIA
(A600 1200) INTERFACE MIDI PROMIDI PAULA 8364(252127-02) Amiga500 2000 LECTEUR INTERNE AMIGA 500 LECTEUR INTERNE AMIGA 1200 F ACTION PAD (JOYPAD) Amiga seul. 125 F - 2 pour 220 F KIT de transfert de fichiers AMIGA = PC (doc. F) 120 F SOURIS AMIGA 125 F - 2 pour 220 F - 3 pour 300 F Câble NULL MODEM multistandard 5m: 145 F - 10m: 165 F QUADRUPLEUR de MANETTES: 50 F - 4 pour 150 F Carte AURA 12bit 16bit PCMCIA (A600 A1200) 595 F Carte AURA 8 bit -tous Amigas- 295 F 8375 (318069-16) A500 200C55 F - les 2: 95 F-les 10: 350 F GARY 5719 (318072-01) 55 F - 2 pour 95 F - les 10: 350 F LECTEUR
INTERNE AMIGA 600 285 F ALIMENTATION 220 240V POUR CD 32 225 F 250 F 375 F 425 F 215 F 55 F - 2 pour 95 F - les 10: 350 F 285 F - 2 POUR 500 F 285 F COPIEUR "HARD": XCOPY PRO + Interface CYCLONE (doc en français) PC TASK 4.2: 625 F TTC Port compris Nouvelle version avec émulation de co processeur mathématique Version complète multilingue sur écran: FRANÇAIS Anglais Allemand disquettes commerciales originales + manuel original complet (Processeur 68020-ou mieux- requis) Mise à jour PC TASK 4.2 (software + manuel original complet) si vous possédez déjà PC TASK version 2 ou 3: 275 F TTC port
compris
S. V.P. envoyez-nous vos disquettes originales v2 ou v3 comme
preuve d'achat i elles vous seront retournées (intactes!) Avec
votre mise à jour PC TASK 4.2 PROGICIELS AMIGA DISPONIBLES
(Prix en Francs Français, T.T.C. port compris) AmiFile SAFE
PRO 2.4+ (F) 365 F DICE C Compiler 3.2 (avec manuels sur disk)
325 F DIRECTORY OPUS 5.6 MAGELLAN 425 F AmiFile SAFE USER 2.4+
(F) 175 F
G. F.A. BASIC 3.51 (avec manuel technique de 420 pages) 95 F PC
TASK 3.1 375 F GP FAX (dernière version) 325 F DEVPAC 3.14
(dernière version officielle de Hisoft) 395 F BLITZ BASIC 2.1
175 F TERMITE TCP 295 F HISOFT BASIC 2 (dernière version
officielle de Hisoft) 395 F
B. u.m. 9a 9b 10a 10b (4 disks) 65 F DISKSALV 4 245 F NET & WEB
(Contient IBROWSE 1.11 + complet + MUI) 295 F
B. U.M. 5 16 11 8 (4 disks) 40 F HISPEED PASCAL (dernière
version) 525 F IBROWSE -version 1.11 + complète- contient MUI
3.8+ 245 F BLITZ SUPPORT SUITE (3 DISKS) * 110 F DE NOMBREUX
JEUX AMIGA SONT REVENUS EN STOCK ! (Prix T.T.C. port compris):
AIRBUS II .135 BANSHEE (VF) - A 1 200
.. 60 PLAYER MANAGER 2 (ANCO).....95 F POPULOUS +
DATA .....95 F POPULOUS 2 ..115F POWER
DRIVE (F) 35 F RAILROAD TYCOON (VF) 115 F
ROAD RASH 85 F SHAQ FU -A 1200- ......
60 F SILENT SERVICE 2 .....115F SKELETON KREW (F) - A
1200 ..... 75 F SLAM TILT (F) - A 1200 . 145 F SPACE
OUEST 4 (Doc F.) ..75 F SPECIAL FORCES
(Microprose).....85 F STARLORD (Microprose) ..85 F
STRIP POT -A 1200- (Erotique).....45 F SUPER SKIDMARKS
.....85 F SUPER LEAGUE MANAGER 75 F SUPER LEAGUE
MANAGER A1200 ... 75 F SUP ST. FIGHTER 2 TURBO(F)-A1200 . 95 F
SUPER TENNIS CHAMPION 75 F SYNDICATE
70 F THEME PARK -A 1200 .. 115 F B-17
FLVING FORTRESS -500 600- 115 BLACK CRYPT .110
BLITZKREIG (WARGAME) .45 BLOODNET (F) - A1200 ..
110 BLOODNET (F) -A500 + A600 ... 110 BRUTAL PAWS OF FURY
(VF) ______45 BUBBLE & SQUEAK -A 1200 65 BUBBLE & SQUEAK -A
600 ...... 65 CHAOS ENGINE AGA -A 1200 ..... 65 CHAOS ENGINE 2
(F) A500 600 . . 195 CHAOS ENGINE 2 (F) - A 1200 . . . 195
CIVILIZATION ...95 COALA - A 1200
95 COLONIZATION (F) .....115 DESERT STRIKE
.85 DOGFIGHT (Microprose) ..85
DRAGONSTONE (VF) .....65 DUNE 2 ...95
GUARDIAN + SKIDMARKS 4- GLOOM 145 F COMPILATION (2) A 1200:
FEARS + ROADKILL + LEGENDS (F) . 145 F SELECTION AMIGA CD 32
(Prix T.T.C. port compris) AKIRA ....50 F
ALFRED CHICKEN (F) ....35 F BRUTAL PAWS OF FURY
(VF).....50 F BUBBA'N'STYX (F) ......45 F BUBBLE &
SQUEAK ......75 F CASTLES 2 .65 F CHAOS
ENGINE (F) .....60 F DRAGONSTONE (F) ......60 F
ELITE 2 ....95 F EVOLUTION HUMANS 3
(F) 95 F EXILE .....50 F FEARS
....85 F GLOOM ...85 F
GUARDIAN .75 F HUMANS 1 + HUMANS 2 45
F LEGENDS (F) 95 F LIBERATION CAPTIVE 2
..70 F MARVIN MARVELLOUS ...45 F PINBALL
ILLUSIONS .....65 F PREMIERE (F) ...45 F
ROAD KILL .65 F STAR CRUSADER (Amiga + CDROM]
95 F SUPER LEAGUE MANAGER 75 F SUPER SKIDMARKS
.....75 F Super Street Fighter 2 Turbo (F) . . . 95 F
VITAL LIGHT (F) .45 F American Héritage
Encyclopedia ... 45 F WORMS (F) ...125 F Dungeon
master 2 (VF) A 1200 .... 95 ELJTE 2 (Version Française)
......125 Euroleague manager (2mo ram) .... 85 F Evolution
HUMANS 3 (F) A1200 . .
. 95 F F EXILE - A 1200 . 95 F F EXILE - A 600 .. . 95 F F F-1 5 II (Microprose) ..... 115 F F F-1 9 STEALTH FIGHTER -A500 2000 .
115 F F FIELDS OF GLORY (WB 2 + ) ____ . 95 F F FIELDS OF GLORY -A 1200 ...... . 95 F F HEIMDALL (F) -WB 2 .... . 40 F F HEIMDALL 2 (F) A500 600 ...... . 75 F F HEIMDALL 2 (VF) - A 1200 ...... . 75 F F Impossible Mission 2025 (vf) a1200 . 85 F F Impossible Mission 2025 (vf) a600 .
. 85 F F JAMES POND 2 (F)-A 1200 ..... . 35 F F KICK OFF 3 EURO CH. A500 600 .
. 65 F F KING MAKER (VF) ...... 110 F F The LOST VIKINGS (VF) . . 95 F F MICROPROSE GRAND PRIX F1 (VF) 115 F F MINSKIES the Abduction -A 1200 .
. 85 F F MORPH (F) - A1200 .... . 35 F F NAPOLEONICS -A 500 .. . 65 F F NICK FALDO GOLF ..... . 35 F F NIGHTHAWK F-117 A 2.0 -v 3.01 . 85 F F ODYSSEY . . 95 F PGA GOLF EURO TOUR -A 1200 ... 45 F PINBALL FANTASIES AGA -Al200 . 65 F THEME PARK -A 600 .... 115 F TOTAL FOOTBALL (Domark) ......95 F TOWER OF SOULS - A1200 75 F TURNING POINTS -A 500- . 55 F
U. F.O. (A 600) . 115 F
U. F.O. (A 1200) 115 F UNIVERSE
(VF) * ..75 F VIRTUAL KARTING -Al200 (F) .... 75 F
WATCH TOWER (F) -A 1200 ...... 45 F WHITE DEATH (WARGAME)
......45 F WING COMMANDER .....85 F
WORMS ..115 F WORMS DIRECTORS CUT - AGA ....
175 F XTREME RACING -A 1200- 75 F Xtreme Racing AGA: 2
DATA DISKS 55 F ZEEWOLF 1 (NF) 45 F ZEEWOLF 2
Wild Justice ..65 F ZEEWOLF 1 + ZEEWOLF 2 95 F
ZOOL (F) - A500 600 .... 35 F COMPILATION (1) A 1200:
ou faxez votre commande signée avec détails de votre carte
bancaire. Par Minitel: 3616 azerty puis duc. Ou rédigez (EN
français svp) sur papier libre et joignez votre règlement,
nous acceptons les chèques ordinaires français, les chèques La
Poste Français, les cartes internationales VISA et eurocard,
mandats internationaux (ou Eurochèque en sterling si vous
n'avez pas de chéquier Français). Notre catalogue complet vous
est envoyé -gratuitement- avec votre première commande.
Si vous désirez recevoir un catalogue complet afin de faire votre choix, écrivez-vous en français svp et joignez 6 timbres à 3 FF ou 4 c.R.L; précisez votre configuration exacte, ou nous ne pourrons pas donner suite à votre demande. Transaction minimum 100 ff été 1997 - Stock et prix valables pour la durée de publication du magazine - Toute commande est considérée comme ferme.
Xanim Linux est paraît-il un système pauvre en matière de multimedia-à-la-mode. Eh bien pas du tout, et Xanim nous le prouve !
En tant que linuxien digne de ce nom, vous voudriez bien jeter votre Windoze96 ou 97 (je ne sais plus très bien où on en est ...) par la fenêtre (ils sont sympas : le nom du logiciel indique comment s'en débaras- ser !). Mais voilà, vous désirez continuer à zyeuter vos animations et autres vidéos. Qu'à cela ne tienne, Xanim est le programme qu'il vous faut !
Des formats par ci, des formats par là, le nombre de formats de fichier reconnus par Xanim est tout simplement impressionnant : animations FLI, FLC, IFF (pour les Amigaïstes, car Xanim existe aussi sous AmigaOS), GIF animés, DL (vous savez, les anims marrantes et souvent érotiques), Amiga PFX, Utah Raster Tool kit, AVI, Quicktime et MPEG type I. On pourra aussi regarder des images GIF ou JFIF et jouer des sons .AU ou .WAV. Simple et efficace Xanim utilise principalement deux méthodes pour jouer les animations. La première méthode consiste à décompresser les images et les sons au vol
en lisant directement dans le fichier animation. Xanim peut aussi charger l'animation dans sa totalité pour la placer dans un buffer (prévoir une grosse partition de swap). Les deux méthodes ont leurs avantages et leurs inconvénients. Avec la décompression au vol, le programme démarre instantanément mais la diffusion est plus ou moins lente (souvent plutôt lente) en fonction du matériel. La décompression différée fourni de meilleurs résultats (même si une partie du swap est utilisée, c'est le noyau qui copie les données et c'est un gage de rapidité) mais il faut être patient au lan
cement. Une télécommande peut être affichée pendant la diffusion de l'animation, vous pourrez ainsi revenir en arrière, faire des arrêts sur image, etc. En résumé, Xanim est un utilitaire indispensable pour tous les "Cyber-branchés" linuxiens (et même pour les autres).
Fred Pesch Xanim 2.7.0.6.3 En hausse ? Formats reconnus A Vitesse impressionnante (surtout sous X11R6) A Télécommande pratique En baisse Difficilement intégrable dans une autre application Source : http: smurfland. Cit. Buffalo. Edu xa nim home.html Note ? ? ? ?
Moxfm Dans la série les gestionnaires de fichier se suivent mais ne se ressemblent pas, voici Moxfm, la version Motif du célèbre Xfm.
Les gestionnaires de fichiers pour Linux sont de plus en plus nombreux. Il y en a à peu près pour tous les goûts, car sous linux, on a du goût... Un des plus connus et des plus anciens se nomme Xfm encore utilisé aujourd'hui. Il y eut d'abord la version d'Offix qui enlevait le lanceur d'applications mais rajoutait un protocole de "drag and drop" pratiquement standard désormais sous Linux.
Tout de même, le principal problème de Xfm restait présent : la pauvreté de l'interface utilisateur basée sur les jjj J J J flain Menu Label Directory File name Icon japps.xpnt Push action 1,0AD Drop action J OK Cancel Configuration du lanceur d'applications : facile !
Athena widgets. Moxfm corrige ce défaut en proposant une interface à base de motif bien plus puissante.
Presque un desktop Les fonctions de Moxfm sont pratiquement les même que celles de Xfm : copie, déplacement, lien, effacement de fichiers, création de fichiers ou de répertoires. Vous ne trouverez pas de fonctions étendues (décompression tar gz, gestion des sites ftp, etc.) mais on appréciera le lanceur d'applications, le monteur démonteur de disquette CD Rom, la poubelle et la possibilité de placer des icônes sur le bureau (il s'agit en fait d'une fenêtre sans contour). Vous pourrez donc créer un petit bureau pratique (mais limité) autour de Moxfm.
Merci Motif !
Le grand intérêt de Moxfm provient de son interface, basée sur la célèbre librairie Motif. Vous trouverez donc une gestion évoluée du "drag and drop" (mais on aimerait un support du protocol d'OffiX qui permettrait par exemple de communiquer avec le Windows manager Afterstep). Le look de l'interface est très sympa et complètement configurable. La seule fausse note concerne l'affichage des fichiers sous forme d'icônes, gourmand en ressources et assez limité car Motif ne propose pas de widget réellement adapté à cette tâche. Par exemple, la sélection multiple de fichiers n'est pas
pratique (impossible de tracer un cadre ou de balayer les icônes pour les sélectionner).
Cependant, Moxfm reste un des gestionnaires de fichiers les plus pratiques (et les plus populaires) disponible sous Linux.
Fred Pesch Moxfm En hausse Interface pratique et configurable A Lanceur d'applications et poubelle A Multiples fenêtres En baisse Drag and drop Offix non reconnu Pas de fonctionnalité "étendues" ? Pas d'évolution depuis plus d'un an Note ? ? ? F? K Démarrez Internet & CD Rom Amiga, PC et Mac BP 801 64008 PAU CEDEX Tel Fax: 05 59 82 95 00 v,, Email: phoenix@club-internet. Fr Web: http: www.phoenix-dp.com î&.
Ip m Linux.
AMINET 19 75 F Geek Gadgets 2 105 F MIAMI 2 350 F A G A EXPERIENCE 3 139 F Hollywood Studio 172 F APC & TCP 3 89 F Ency. Paranormal 209 F Epic Coll. 3 172 F Amiga Mag CD 29 F EURO CD 2 89 F Web Explosion 435 F AMINET 18 75 F BURN IT 695 F Assassins CD 3 206 F Scala Plug In 242 F Termite TCP 340 F Ibrowse V 1.1 250 F AgaToolkit97 139 F Amiga Tools 6 139 F Golden Demos 100 F Amiga Format CD 14 49 F Net Web 2 595 F (Termite TCP + Ibrowse 1.10 + MetaTools + Amiga Surfing) Edition MCDZ Diffusion ELF - X11R6.1 Xfree 86 3.2 (x-window) J
* l Support Matrox Millennium Noyau 2.0.29 + 2.1.36 + patchs
jusqu'au 2.0.30 Menu d'installation en français et simplifié
pour les débutants Distribution basée sur Debian,
l'installation se fait directement du CD-ROM sur le disque dur
(sans disquette) sur une partition LINUX pour les systèmes avec
MS-DOS™ ou Windows95™ installés.
CD ROM Amiga Visitez notre site Web pour découvrir tous les CD ROM Amiga, tous les descriptifs, toutes les photos de couverture et téléchargez le contenu détaillé des nouveautés, ainsi que la liste de plus de 1200 CD ROM pour PC et Mac @NET 89 F 3DARENA 1*90 AMIGA GOLDEN 20 139 F AMIGA JOKER 99 F; AMIGA MAGAZ NE.CÙ W29F AMINET 10 à 19 " 75 F AMINET SET 1, 2, 3,4 .199 F CAM CD (2 Cds) 135 F DEMOS ARE FOREVER 79 F GOLDEN G AMES 69 F HERMANN DER USER 189 F INTOTHENET 179 F KARA COLLECTION 349 F LIGHT ROM 4 312 F MAGIC PUBUSHER 279 F MEETING PEARLS 4 53 F MODS ANTHOLOGY 219 F ONLINE UBRARY 170 F
SOUNDS TERRIFIC 2 249 F SPECCY CD 96 139 F SPECIAL EFFECTS 1 299 F TEN ON TEN PACK 245 F VIDEO CREATOR VF 159 F XI PAINT V4.0 CD 399 F Jeux sur Disquettes A320 Airbus II 75 F EuroLeague Manager ; 175 F Alien Breed 2 AGA 350 F Killing Ground AGA "• 350 F Sensible Soccer 96 9 7 210 F Minskies 175 F Chaos engine 2 AGA 310 F Burnout 280 F Samba Partie AGA 210 F Tiny Troops 245 F Worms 110 F Capital Punishemeot 245 F Testament AGA 210 F Jet Pilot 245 F Hugo 280 F Sla mm AGA 175 F Extrême Racing AGA 110 F Gbom Deluxe ''-140 F Formula 1 M asters 210 F B t7 Flying Fortress 175 Fï Colonization 210 F
Dogfigh 0 '% 175 F f19 Stealth Fighter f 175 F |£117a Nighthawk 175 F ÿrields of Glôry , .,;' 210 F ¦lmp. Mission 2025 175 F;-: Stàrlord 175.M U0O , 210 F Compils Acid Software 175 F (5 compils différentes) Jeux sur CD Rom BIGRED ADVENTURE 210 F 210 F 140 F 210F 110 F 245 F Nemac IV Gloom Wendetta 2175 Oldtimer Trapped Mag! AGA 110 F Grandslam G. Gold 175 F Evolution 140 F Cedr ic 70 F Pinball illusions 110 F Peck 8 Jeux Cds 149 F Joypad Honeybee Compétition Pro pour CD32 A1200 199 F Matériels L Lecteurs CD SCSI Externes Panasonic 8X 1354 F Pioneer Toshiba 12X 1499 F Pioneer Toshiba 14X
1933 F Graveur CDR Philips CDD 2600 2X, lecture 6X, boitier externe SCSI2, cable 26 50 ' 4 Logiciel Burn H 3990 F Lecteurs amovibles externes SyQuest 230 Mo EZ F yer + cartouche 2100 F Syquest 1.3 Go Çÿjet 3800 F Iomega Jaz 1 Go 2900 F Cartouche 230 Mo 240 F Cartouche 1 Go 750 F Cartbüche 1.3 Go 750 F CD 74 mn Vierge 50 F Facilité d'installation de l'interface réseau, X11 pré-configurée par menu, accès aux ressources Windows, utilisateurs root pré-configurés avec les interfaces openwin et fvwm 95-2.
Contient tous les utilitaires Unix™ standards, Kits de développement, compilateurs et plus de 200 programmes prêts à utiliser avec leurs sources plus celles des compilateurs, des librairies, des utilitaires... dont : GNU CC 2.7.2, GNU C++ 2.7.2, GNU F77 0.5.18, JAVA SDK 1.0.2, Ici 7.6, Tk 4.1, Visual Tel
1. 08, qps et qt librairies, Perl 5.003-07, Python 1.4...,
Afterstep 1.0, StarOffice 3.1 (suite bureautique, ne nécessite
pas Motif), lesstif 0.79 (un équivalent Motif en freeware),
xemacs 19.15, xcoral (éditeurs de texte), xtel (interface
minitel sous X11), iBCS2 (émulateur COFF, XENIX), tkdesk,
bowman 0.93e, fvwm 95-2, mpeg play, xanim, xgrasp, ImageMagic
3.7.3, Gimp, dosemu 064.3 (émulateur DOS), WINE 970415
(émulateur Windows 3.11), apsfilter... suite TCP-IP, ftp,
telnet, uucp, NFS, PPP, NIS, bowser WEB grail
0. 3, serveur Web Apache 1.2 ... plus de 20 Mo compressés de
documentation (+ Howto en français, guide du ROOTard,...) Plus
de 630 Mo de données, de logiciels et sources compressés.
Disponibles également sur nôtre catalogue ... Applications ELF-97 (MCD2) • GNU-HURD (MCD2) • CALDERA Open Linux Base (Version Française), Standard «CALDERA Solutions CD (pour tout Linux) • Wabi (émulateur Microsoft™) • Linux Official Red Hat (Intel, Alpha, Sparc) • Applixware (Office suite) • Linux InfoMagic • Linux Slackware • MkLinux • FreeBSD • Motif
• Xi Graphics (CDE, Accelerated-AX pour LINUX BSD, support de 450
cartes graphiques dont Matrox Mystique) • Solaris 2.51 x 86
(Tarif Education) Vers. Française ou US • Java WorkShop •
Netscape FastTrack Server • Netscape Navigator 3.0 Gold
• C C++ Super Library • Ada • Eiffel... DES CENTAINES DE CD ROM
AMIGA SONT DISPONIBLES A PARTIR DE 29 Frs. DEMANDEZ NOTRE
CATALOGUE AMIGA GRATUIT. LE NOUVEAU CATALOGUE DETAILLE ET
ILLUSTRE DE PLUS DE 1200 CD ROM POUR PC ET MAC EST DISPONIBLE
AU PRIX DE 18 F. ¦J j Nom: Prénom: j Adresse: Code Postal:
Ville:
Articles: ....
agg
Frais de port Logiciels + 30 Frs Matériels + 90 Frs f
TOTAL: . Règlement par: J O Chèque O
Mandat O Contre Remboursement + 30 F O Carte Bancaire XCZy
Expirant le:_ Date et signature: ÛQ PHOENIX-DP BP 801 64008 PAU
CEDEX Tel Fax: 05 59 82 95 00 Email: phoenix@club-internet.fr
Web: http: www.phoenix-dp.com bon de commande A retourner à
MCD2 Diffusion 5 7 rue Leredde 75013 Paris Tél. 01 42 16 88
00 Fax 01 42 16 89 85 ? Je désire recevoir une documentation
sur :_ ? Je désire commander UNUX MNIS Mai 97 au prix de 185
Fttc ? Je joins un chèque (à l'ordre de MCD2 Diffusion) ? Je
règle par Carte Bancaire en reportant son n° a-dessous expire :
Tous nos tarifs sont en Fttc et port compris • Livraison sous
43 h. Nom Prénom Société_
C. P Ville Tél.
Http: www.mcd2-diff.fr email : mcd2@mcd2-diff.fr I 0K Un véritalbe Excel-killer !
Tout simplement étonnant ! Avec Wordworth 6 et Organizer 2, du même éditeur Digita, Turbo Cale 4 complète une offre bureautique qui n'a rien à envier à la suite de Microsoft !
En tant que tableur, Turbo Cale 4 reprend toutes les fonctions d'un Excel (LA référence) et se paye même le luxe de permettre des manipulations de données inédites ! S'adaptant Turbo Cale 4.0 automatiquement à tout mode graphique, il affiche ses feuilles de calcul (plusieurs peuvent être ouvertes en même temps) sous forme de tableaux pouvant atteindre 10000 colonnes par 10000 lignes. Puisqu'un tableur est destiné au calcul, chacune des cellules peut contenir soit une variable, soit du texte (pour un intitulé), soit une formule mathématique. Telle l'addition de toutes les cellules d'une
même colonne, par exemple. A noter que le logiciel est assez intelligent pour modifier tout seul une formule au cas où une cellule aurait été déplacée, éliminée ou encore rajoutée. Les menus très complets permettent de définir des variables globales, des macros et d'obtenir une aide en ligne à tout moment. De plus, de nombreux graphiques sont possibles pour visualiser l'évolution de ses données.
Des fonctions inédites Mais au delà de ce que fait déjà un Pc, Turbo Cale 4 permet également de zoomer sur une feuille de calcul pour mieux la voir ou encore d'attribuer des couleurs aux cellules. Simplissime, la palette se trouve dans la barre d'icônes.
Enfin, ce tableur est totalement compatible avec les fichiers Excel 4, lotus I -2- 3, Cvs, Procalc et, bien entendu, Digita.
Pour conclure, signalons qu'il est possible de sauvegarder un graphique au format Iff (bitmap) mais aussi Eps (vectoriel). Sans aucun doute, l'Amiga a définitivement rattrapé son retard en matière de bureautique !
Yann Serra BMH En hausse Toutes les fonctions d'un Excel et même plus Compatibilité avec les formats de fichier les plus répandus En baisse Zéro défaut !
Note ? ? ? ? ?
1 jJMl ilüJH *•?J «IüJ 25 | 26 1 27 | 28 | 23 | 30 [ 3t j 32 | J70 170 170 y j fie changer les couleurs que de son propre écran Turbo Caic 4.0 Remerciements à Fds.
Annuler Composé d'un petit boitier et d'un logiciel, voici un kit de digitalisation pour quiconque veut composer des morceaux musicaux, inclure des voix digitalisées dans ses productions, ou même s'amuser à mélanger et trafiquer diverses sources sonores pour son plaisir.
Le boîtier Techno Sound turbo 2 Tout petit,Le boîtier de numérisation est à peine de la taille d'un paquet de cigarettes, il se branche sur le port parallèle de l'Amiga et ne nécessite pas d'alimentation supplémentaire. De l'autre côté, il propose deux connecteurs de type CINCH, l'un correspondant à la voix de droite, et l'autre, naturellement, à la celle de gauche. Il est livré avec un câble qui permettra de raccorder tout type de source sonore (chaîne HiFi, magnétoscope, télévision...). Le logiciel Celui-ci propose trois fonctions principales : la digitalisation ainsi que la retouche
d'échantillons sonores, la modification en temps réel de la source sonore et la composition de titres musicaux. Un bon nombre d'effets sont déjà configurés, mais il est possible d'en créer plein d'autres encore. Attention, certains de ces effets ne seront pertinents que sur des échantillons de voix et non des morceaux musicaux. Même si on y prend quand même un malin plaisir.
Tiens, ça c'est nouveau !
Dernièrement, une nouvelle utilité est apparue pour ce type d'interface. Grâce à un logiciel tel qu’AmiPhone, il est désormais possible d'utiliser Internet pour passer ses coups de fils. Dans ce cas, le boîtier numérise votre voix et le logiciel la transmet à votre interlocuteur. La réponse, elle, est directement restituée sur vos enceintes. Seules limitations : votre interlocuteur doit disposer également d'un Amiga et utiliser le même logiciel. C'est un moyen de plus en plus utilisé, et particulièrement convainquant pour des communications longues distances, puisque chacun ne
paye que la communication locale avec son fournisseur d'accès.
Vincent Oneto Remerciements à Duchet Computers Techno Sound turbo En hausse Les possibilités d'action en temps réel L'ouverture vers AmiPhone, ou équivalent Le manuel en français traduit par Duchet Computers, très délirant En baisse Numérisation limitée à 8bits Note ? ???
3 Rue Galléan 06000 NICE Tel Fax : 04.93.80.71.55 AMIGA 1200 Carte Mémoire Omo 390f Blizzard 1230 IV Omo 890f Blizzard 1240T Omo 1890f Blizzard 1260 Omo 3190f Module SCSI-2 650f PPC603e175 sans 68k cpu 2990f PPC603e200 sans 68k cpu scsi 3690f PPC603e175-68030 50 3490f PPC603e200-68040 40 scsi 4490f PPC603e200-68060 50 scsi 6190f AMIGA 4000 Cyberstorm 40 40 Omo 2590f Cyberstorm 60 50 Omo 3990f Module Fast SCSI-2 650f Cybervision 64 3D 4Mo 1600f Scandoubleur 600f PPC604e150-68040 40 scsi 5490f PPC604e150-68060 50 scsi 7490f PPC604e200-68040 40 scsi 7690f PPC604e200-68060 50 scsi 9490f
PPC604e150 sans 68k cpu scsi 4890f PPC604e200 sans 68k cpu scsi 6990f AMIGA 2000 Blizzard 2060 scsi 3990f Blizzard 2040 ERC scsi 2590f FRAIS DE PORT : CD jeux Logiciel : 35f Carte HD Mem : 60f Ecran : 14” 150f ANTINEA PROMO DU MOIS : Quaterback 5 vf 99f
* Les 4 CD-Rom 150f 17” 200f Tour: 10Of MEMOIRE COPROCESSEUR
Coprocesseur PGA 50Mhz 399f SIMM 32 bits 4Mo 60ns 160f SIMM 32
bits 8Mo 60ns 330f SIMM 32 bits 16Mo 60ns 650f SIMM 32 bits
32Mo 60ns 1290f Disque Dur 1.7 Go IDE 1490f Disque Dur 2.1 Go
IDE 1690f Disque Dur 2 G0 SCSI 2490f Disque Dur 3.2 Go SCSI
2990f CD Rom 8x IDE Interne 600f CD Rom 16x IDE Interne 750f
DIVERS Lecteur HD 1.76Mo interne 585f Lecteur HD 1.76Mo Externe
600f Souris Wizard 99f Tour Micronik A1200 1190f Alim Micronik
Tour A1200 449f Boitier Clavier A1200 390f Scsi slot pour tour
199f Carte Zorro II Micronik 1590f Carte Zorro III Micronik
3190f Video slot pour ZII ZIII 500f Tour Micronik A4000 PCI
2490f Moniteur M1438 14” 2290f Moniteur IDEK 15” 2790f Moniteur
IDEK 17” 4990f Pad compétition pro 149f Tablette Wacom Artpad 2
1290f LOGICIELS Wordworth 6 (vf) 540f Image FX v2.6 (va) 1190f
SCALA MM400 (vf) 1390f Turboprint 5 (vf) 449f I Browse (va)
249f Miama V2 (va) 360f Aminet 15,16,17,18,19 79f Aminetset1,2
150f Aminet set 3, 4 199f Geeks Gadgets ADE 95f Geek Gadgets 2
ADE II 120f Amiga Tools 6 CD 129f Amiga Developer CD 95f Mods
Anthology 219f Colonisation (va) 199f Sens. World Soccer 96 97
199f Sens. World Soccer Upgrade 129f Slamtilt AGA 149f Pinball
Fantasies AGA 99f Jet Pilot 220f Mega Typhoon - PGATour Plus
149f Capital Punishment - Fifa 149f Theme Park AGA ECS 149f
Railroad Tycoon 149f A320 Airbus II - F15 Strike Eagle II 149f
Silent Servive II 149f Desert Strike 129f Chaos engine 2 249f
Burnout 249f Tiny Troops 249f Alien Breed 2 249f Trapped Dk CD
199f Akira CD32 149f PGA Tour golf CD32 99f Nemac IV CDRom
Legends CD32 180f Pinball Illusions CDRom 99f
* Animatic CDRom 49f
* Textures CDRom 49f
* Super Autos CDRom 49f
* Net News Offline 1 CDRom 49f PRIX NETS TTC MODIFIABLES SANS
PREAVIS - CHEQUE A L’ORDRE DE TRACO-ANTINEA Hors série spécial
PC Team n°2 musique Initiation au MIDI.
Jl’audio-tiumeriqttt ¦ 2 Æ . Hardware :tart»s»a cartes Midi.
Ê'. 1 hoBtiladio- Software edit«im 39 F - 100 pages Le Pc sans isses notes it sur ta musique et l'informatique actuellement en kiosque avec un CD-Rom
- IntenietetU tnasique
• tu pratique | Composer une stqu««* l| uchno.unjmqle tidio.uu
karaoké... r • interview erclusive : îpteam Le meilleur a de la
musique sur PC... Virtual Waves 2 I a J. jVrfc» jrmmf (upuirf
tir i eWednMfiPiiimï ?'
Te mus Jl 1, loyWrii rammirtuu. (ü ion. Cakrwa*. C«h*«.
Cncere. Hm-vr pm. Minuit. Moïkrrnw. Quant. QukkScot», Samplitud*.
Sound**»*». MttMannt. UuCoiuriH. Wamib... ). » teçWeh dont f| erocWfi pUwi. Yo MO d« modules. (Ait dt reo fichtre W.y. drmicn driver» pour vos canes sont (tamdtUitrr. CW. TurtW »««cK vt»...) !
• un coon jnetlrpte complet eut la twmr M!t»i Hot Java Premier
logiciel écrit 100% en Java, le browser de JavaSoft n 'a jamais
réellement percé face à Netscape mais il n'en est pas moins
très intéressant. Utilisateurs d'AmigaOS, de BeOS et d'OS 2,
vous avez enfin un navigateur top-niveau!
Une mauvaise surprise nous attend juste après le téléchargement : Hotjava n'est distribué que sous forme d'auto-extrac- tibles pour Windows et Solaris Sparc (même pas Solaris x86l).
Franchement, proposer en plus une archive .tar.gz out .zip pour que tout le monde y ait accès, ce serait trop dur ? Une politique protectionniste aussi stupide chez Sun nous étonne.
Bref, il vous faudra télécharger l'une de ces deux versions, la décompresser sur le système correspondant et transférer tout vers votre machine en enlevant les fichiers dont vous n'aurez pas besoin (genre .DLL, etc...) Il ne reste plus qu'à définir correctement HOTJA- VA_HOME et CLASSPATH et ça roule.
Que c'est beau!
La première remarque que l'on peut faire, c'est que le design est vraiment très soigné. L'ensemble de l'interface est composé d'applets qui s'exécutent sous le browser : par exemple, Foe Edit View Places Place: file: usr local iava-tutorial index.htmî Las* uodated April 28,1997 Mary Campione • Kathy Walrath Welcome to The Java" Tutorial The Java Tutorial Object-Oriented Programming for the Internet a practical, online guide to writing programs in the Java language You’ve found the online version of The Java Tutorial by Mary Campione and Kathy Walrath. The book form of this tutorial exceeds
800 pages and includes a CD-ROM. It's available at many good bookstores, oryou can order it throueh ajr.azon.com. To find other books from the JavaSoft team, see The Java Sériés.
The tutorial is organized into traüs: groups of lessons on a particular subject We currently have trails for the Java language, applets, user interfaces, security, JavaBeans, networking, and native interfaces. The following table lists some places you can go from here.
M G et S tarte d: Quickly get up to speed by writing a Java appiet or application.
Trail Map: Choose your path through the tutorial.
4 Check out ournotes on JDK1.1 API Changes.
Ccntenè can contents ev“7 trail- Le browser du futur déjà disponible.
Les boîtes de dialogue et autres barres d'outils sont en fait des frames HTML avec des applets. Non seulement ça donne au navigateur un look d'enfer, mais surtout ça permet une personnalisation et une extensibilité sans limites. Libre à vous de remodeler complètement l'interface, de rajouter des composants ou de détourner totalement l'utilisation première du logiciel... Hotjava préfigure à quoi ressembleront les applications de demain: l'époque des monstres monolithiques de plusieures centaines de Mo est révolue.
Usine à gaz?
Non, pour une fois ! Hotjava supporte intégralement HTML 3.2 ainsi que les frames et autres extensions Netscape.
Les versions de HTTP reconnues sont
1. 0 et 1.1. L'absence d'ActiveX ne nous étonne pas: primo, ça ne
sert strictement à rien (à part faire planter des machines
sous NT à distance sans avoir un quelconque password),
secundo, Hotjava est fait pour être por-ta-ble, tertio, on est
tout de même chez Sun. Sont également absents VBScript (même
remarque) et javascript, dont le manque risque d'être plus
gênant (encore que...). Les applets sont naturellement sup
portées, mais contrairement à MSIE et à Netscape, Hotjava
n'intègre pas de machine virtuelle. Les applets sont exécutées
par celle qui fait tourner Hotjava lui-même, c'est à dire que
l'on a enfin le choix. Les premiers ravis seront les
utilisateurs de Linux et d'OS 2 qui profitent ainsi de
l'intégration de java au coeur du système. Cependant il ne
faut pas oublier que Hotjava n'est qu'un navigateur. Il
n'intègre pas de gestionnaire de news ou d'éditeur, mais
sa conception ouverte vous laisse le champ libre pour implé-
menter de telles fonctions sous forme d'applets.
Donc si vous tenez à votre usine à gaz... Help A Rien qu'un navigateur Hotjava n'est donc pas un intégré comme Netscape mais un pur browser. Il permet toutefois d'envoyer du mail et gère bien sûr le FTP. Pour le reste, vous trouverez des fonctions classiques: historique, bookmarks, impression... La possibilité de récupérer les bookmarks de Netscape est une bonne chose. Plus original, Hotjava gère des URL commençant par doc: (au lieu de http: et autres ftp: ) Ces URL permettent d'accèder à des éléments installés à un endroit prédéfini: aide en ligne, les différents composants
constituant Hotjava etc... Par exemple, si vous faites une installation multiple de Hotjava, vous pouvez vous arranger pour que le doc: pointe à un unique endroit. Ainsi, les fichiers accédés via ces URL seront partagés et vous économiserez de la place.
Le revers de la médaillé Vous vous doutez bien que tout ceci se paye. Hotjava est écrit en java, ce qui signifie qu'il faut une machine puissante et une Java Virtual Machine très rapide, sinon c'est d'une lenteur exaspérante. Hotjava n'est donc pour le moment que pour ceux qui disposent d'un JIT performant sur leur système, mais l'arrivée de Kaffe sur toutes les plate-formes résoudra le problème.
Jakub Zimmermann H otja va 1 .o En hausse Complet et pratique Extensible Très efficace pour les applets En baisse Il faut une machine musclée Architecture: Java Statut: freeware Source: www.javasoft.com Note ? ? ? * a* 03 O*
* 5 H « ta rj S H uSL Vk r » r_ ¦s «5 s i « « u 9 « C 3 3 Of "S
« iS 06 o Z 2 .g & g 2 c a «U* ° g s. Si .? E ü e *« 31 £ § 1
1 *!
E 3 a ** S -o
* S U 2 -g .2 S « | S 2 £8 4
* - 3 .2 =3 È3 w o fi eu bd Q Z Vfi O U bd 4 X) .S 3 1 S Ctf U
(Zi (Zi A, & O u U) Ü O su s 4) U ??
3
- , S o ~ *3 .O e & 2 s « S « 8 45 0k bu u CJ .2 x 5 ? 1 s X
O *_, fN H
o B î?S
o I"
* a 2 00 | x £ fc ë « o o 1 s s O Q Q 5? M u es 5 9 B | 3 b 11 «3
- ës e I S D «3 Oh U O S p U c Ui O Os H - Ç
i. U g E « 1 5*2 o H H bk s CU U- s- 5 I u ce Èd § JD 3 C Va :3 £
u 8 J3 U 2ï S
o s % * S « v3 O O Ah U u 0* « O bd U o C 3 3 0 T3 .u . 5 a.
C 3 C 1 3 3 O .2 15 0 e (U "O a) 5 3 X) ce e s s 1 * g s u
izi » Tt r- «u -O C 93 S s o u t o c 3 00 O a. czi S O Z O0
bd Nd bd fi* CU 2 S O •o .S os s e s 45 £ X 00 w -a
o S 4 g F cb z s il es a i-s
i. = 5b co ha 03 S S u H H fc 2 'i r3 '3 Va 3 O O* 3 U 5ir sa $
i. fe «cj £ - o &r § §R 2*2 ¦ rt ¦* i «îïï lilll!
I i li! H E «W ë 8 g o 'j 6 N S Q Q rf JJ W | S o W U 3 5 uf «iâ O vn , 2 » w °o t, s g •© o o§*2S 1111 2qu8 « i i j 9§s ?a _, u. JU s'i la g-s| s |S| o g «* J8 © *-• O ¦- s"5 il «J Su §?£ «s s u, Cju C S U* PO sjrpDdssj saire udoid in ç itrauaoryBddB so ip sonhreui so| sojnox sonbfndeJ odXi sjnauo.p oajosçj snos p sojqiuodsip s oop ssp ennui] ü] suup "jiporpin aijq ç xpuuop yuj Gr PRAXIS 36 15 FRANCE MICRO
1. Rue Duperré, 29200 BREST MAC,PC, AMIGA, ATARI VENTE PAR
CORRESPONDANCE TOWER Consoles Portables Logiciels De luxe" D60
Dream vous propose de participer à cette nouvelle rubrique
Dream Market. Particuliers, clubs, associations, boutiques,
PME... Cette rubrique est pour vous.
390 F. H.T. le pavé en couleur !
Renseignements : Valérie Ambrosio au 01 53 36 84 11 Le pfus grand centre d'achatfrente de Micro + de 10.500 offres à -70% Particuliers Soldeurs Grossistes Vente Achat Echange 990 F. (Montage compris) POUR AMIGA 1200 L«ct. CD-ROM z!2 Cîàitivc Labs Avec Télécommande 780 F. CARTES POWER PC AMIGA A PARTIR DE 2980 F. Tél. : 02.98.46.98.24 Fax 02.9333.1103 LE PC SANS SE PLANTER HORS-SÉRIE N°1 AU PRIX DE 35F (+ 16F frais de port) Tout pour comprendre et acheter un ordinateur multimédia voir page boutique RCM PRODUCTIONS 8, nue des Vensei’s 57898 PORCELETTE Tél. : 83.87.93.53.61 Blizzard 1238-------J
1825 Blizzard 1248 T 1998 Blizzard 1268 .. 3598 Blizzard 2860 . 4498 FSCSI 2 B12xx 698 Cartes PowerPC tél.
CyberVision 64 3D 1698 Cyber ScanDoubler.. 698 Cyber MPEG Modul 1398 Tour Infinitiv ... 1498 Carte Zorro II z1.. 1698 Carte Zorro III 3198 Adaptateur PCMCIA 259 Lee. CD-ROM 8x int. 698 Lee. CD-ROM 12x int. 798 Disque dur IDE 2G1 1758 Disque dur IDE 2G5 1998 Moniteur SMILE 17" 3990 Cyberstorm060 50Mhz4690F Cybervision64 3D 4Mo1990f CDROM 12x 690f Pack 6CD Linux VF 149f Foire aux CD-ROM 30f Kit SCSI bfazafd, oopro, EZ-Drive, moniteur. CD-ROM.
Réparations Amiga, imprimantes, modems, AmmeL.. infographie, images de synthèse, bornes multimédia 20 rue du 11 novembre 42100 Saint Etienne MSD multimédia tél 77 41 64 14 ema4 msd@»nternaufe.fr f3X : 77 41 61 29 LA BIBLE DU JEU AMIGA BEST OF JEUX AMIGA ET CD-32 AU PRIX DE 20F (+16 F frais de port) La référence en matière de jeux pour Amiga et CD-32 voir page boutique Extensions Ajoutez des extensions à votre Amiga !
Les connecteurs externes C'est une tradition, la période estivale est propice à l'acquisition de cartes additionnelles ou de périphériques supplémentaires.
Vu les nombreux courriers que nous recevons à ce sujetnous avons décidé de faire un point sur les toutes les extensions possibles de l'Amiga. Description pas à pas de tout ce qu'on peut brancher sur chacun des connecteurs.
Pcmcia Uniquement disponible sur le côté gauche des Amiga 600 et 1200, ce connecteur est prévu pour recevoir des cartes d'extensions au format carte de crédit, soi-disant standards. Dans les faits, les seules cartes du monde Pc qu'il est possible de récupérer sont les cartes d'extension mémoire, de 4 Mo volatiles ou non. La particularité de la mémoire non volatile est qu'il est possible de récupérer son contenu même après avoir éteint l'ordinateur. Dans le monde Amiga, la plupart des cartes existantes pour ce connecteur sont des contrôleurs de disque Scsi (voir Scsi), la fameuse Squirrel en
tête. Notre conseil : n'utilisez jamais ce connecteur sur un Amiga 1200 !
En effet, le transfert de données par ce connecteur ralenti l'ordinateur et peut poser des problèmes de compatibilité avec toute autre extension interne. En revanche, l'Amiga 600 se fait fi de ces défauts et trouvera là, au contraire, le moyen de profiter d'une Ram de 4 Mo ou d'un contrôleur Scsi à très bas prix.
Cinch jaune Ce connecteur rond, semblable a une prise d'antenne pour Tv est absent des Amiga 2000, 3000 et 4000. Il s'agit d'une sortie vidéo composite qui vous permet d'enregistrer les images de l'Amiga sur un magnétoscope. Attention cependant, le signal véhiculé est au standard européen Pal. Vérifiez donc que votre magnétoscope accepte cette norme (par défaut, les équipements audio-vidéo français sont en Secam) et, surtout, dispose du même connecteur jaune. Enfin, pour une raison que la raison ignore, ce connecteur délivrera toujours une image en noir et blanc sur un Amiga 500.
Cinchs rouge et noir Permettent de relier l'Amiga à une chaîne Hi-fi, ou, conjointement au Cinch jaune, à un magnétoscope pour enregistrer le son en plus de l'image. Attention, le son véhiculé par ces connecteurs n'est pas amplifié. Donc, y relier directement des enceintes ne servirait à rien.
Vidéo 12 1 o o o o o o o o o o o o 7 oooooo00000 23 1 Connecteur vidéo.
Spécifique à l'Amiga et à quelques versions de l'Atari St, ce connecteur permet de brancher sur Amiga n'importe quel type d'écran (vidéo ou Vga)... Pour peu que l'on dispose du câble adéquat ! En effet, il existe trois types de câbles possibles, tous plus difficiles à trouver les uns que les autres. Pour relier l'Amiga à une Tv, il faut disposer d'un câble avec un embout Peritel noir. En effet, le même câble en gris ne fonctionnera qu'avec un moniteur 1081 et pas du tout sur une Tv.
Relier l'Amiga à un moniteur vidéo 1083 ou 1 084 ne pose pas de problème puisque le câble est livré avec l'écran.
Dans ces deux premiers cas, le Workbench doit être configuré en Pal ou en Ntsc.
Enfin, on peut tout à fait relier l'Amiga à un moniteur Vga, standard sur Pc, pour profiter de résolutions accrues. M is pour avoir une image correcte, il faudra impérativement que le Workbench soit configuré en DbIPal ou DbINtsc et que le fichier VgaOnly se trouve dans votre tiroir Devs monitors. En revanche, la plupart des démos et autres jeux ne seront plus visualisables.
13 1 0000000000000 OO O O O O O0 0 0 0 o 14 25 Connecteur parallèle.
Parallèle Destiné à connecter n'importe quelle imprimante du marché sur Amiga, ce connecteur sert accessoirement à mettre deux Amiga en réseau. Pour l'imprimante, veillez à obtenir le pilote logiciel lui correspondant avant son achat. Nous vous en fournissons une grande partie sur le CD- Rom de ce mois. Pour mettre deux Amiga en réseau, il faut utiliser le shareware Parnet et construire un câble approprié (dont le schéma est fourni avec le logiciel).
Attention, les lecteurs Zip avec connecteur parallèle ne fonctionnent pas sur Amiga.
Série 1 0000000000000 000000000000 14 Connecteur série.
Et l'Overdrive ?
L'Overdrive est un disque dur 3,5 pouces Ide qui vient se brancher sur le connecteur Pcmcia du 1200 et du 600.
Autrefois construit par feu-Archos, l'Overdrive est aussi commode à installer qu'il est contraignant à utiliser sur 1200.
D'une part, le disque dur 3,5 pouces peut très bien se mettre à l'intérieur du 1200.
Il se connecte alors sur le bus Ide interne et prend beaucoup moins de place sur le bureau. D'autre part, la carte contrôleur de l'Overdrive pose des problèmes de compatibilité avec toute extension mémoire placée sur le connecteur Expl200 interne. Le verdict est sans appel : si vous possédez un 1200, débarrassez-vous de l'Overdrive ou, tout du moins, de son boîtier. Si vous possédez un 600, récupérez à bas prix l'Overdrive d'un utilisateur de 1200.
1 23 1 O O O O O 7 O O 0 o Pourquoi une carte contrôleur ?
Pour schématiser, la carte contrôleur est un morceau d'électronique qui relie la carte mère de l'ordinateur au connecteur apparent, sur lequel va venir se brancher, par exemple, un lecteur de CD-Rom. Pour rentrer un petit peu plus dans les détails, la carte contrôleur est un petit concentré d'intelligence qui explique à l'ordinateur la manière de communiquer avec les disques qui lui sont reliés.
9 6 Connecteur souris.
Connecteur pour lecteur de disquette externe.
Jusqu'à il n'y a pas si longtemps, l'Amiga ne reconnaissait que des lecteurs de disquettes spécialement prévus pour lui. Mais depuis qu'un petit bidouilleur de génie a bricolé une petite interface d'un centimètre sur cinq, il est possible de brancher n'importe quel lecteur de disquette du monde Pc (environ 150 F I), même haute densité. Cette interface et son câblé de raccordement ne sont disponibles qu'auprès des revendeurs Amiga, le schéma circule même sur Internet. Le lecteur de disquette, lui, s'achète à n'importe quel coin de rue.
A noter qu'il est possible de brancher jusqu'à quatre lecteurs de disquette en même temps sur Amiga.
Connecteur multifonction, le principal intérêt du port série est de permettre l'adjonction d'un modem pour surfer sur Internet.
N'importe quel modem est utilisable sur Amiga. La connexion Internet, quant à elle, se pilote via le logiciel Miami, fourni sur le CD-Rom du mois dernier. A noter, qu'il est possible d'y brancher une souris PC, reconnue uniquement par l'intermédiaire des pilotes que nous vous offrons ce mois-ci sur notre CD-Rom.
Disquette Certains constructeurs n'hésitent pas à rajouter d'autres connecteurs sur leurs cartes d'extension. C'est le cas de Phase 5, notamment. Ces connecteurs ne sont absolument pas standards et sont juste destinés à recevoir un autre produit du même fabricant. Une carte Mpeg pour la Cybervision, une carte Scsi pour la Blizzard, etc. A noter que les prochaines cartes sonores pour Amiga accepteront les extensions prévues pour les cartes audio du Pc.
Joystick et souris Ces deux connecteurs répondent à la norme Atari, ce qui signifie qu'il est possible d'y brancher n'importe quel joystick ou joypad initialement prévu pour Amiga, Atari, console Sega Des connecteurs exotiques 13 12 0 0 Q 0 0 0 0 O 0 © 0 0 1 O O O O O O O O O O 0 A part sur Y Amiga 3000, le connecteur Scsi est toujours fourni en option, par l'intermédiaire d'une carte d'extension interne (voir connecteurs internes). Le Scsi est le standard le plus répandu de périphériques, il permet de brancher des disques durs, des lecteurs de CD-Rom et même des scanners répondant à
cette norme. Si la présence du connecteur Scsi est directement reconnue par l'Amiga, il faudra dans tous les cas passer par un pilote logiciel pour piloter le ou les nouveaux périphériques. Pour le disque dur, c'est HDToolBox (livré avec le Workbench, dans le tiroir Tool) qui s'en charge. Pour le lecteur de CD- Connecteur Scsi Centronics.
Rom, il faudra disposer d'un fichier nommé CDO dans le tiroir Devs Dosdrivers (fourni avec le Workbench 3.1 ou avec la carte Scsi). Le Scanner sera quant à lui piloté par un logiciel spécifique. Nous vous en fournissons d'ailleurs plusieurs sur notre CD- Rom du mois. Attention, il existe trois types de connecteurs Scsi : le Db 25, que l'on trouve sur les cartes d'extension pour 1200 et sur les petits périphériques (Zip, etc...), le Centronics 50, standard sur les périphériques et le Db 50, symbolisant la norme Scsi 2. Un simple câble pourra vous Megadrive, Master System ou encore Cbs
Colecovision. En revanche, les joysticks du monde Pc ne fonctionneront pas. Le cas de la souris est plus délicat, car son brochage est spécifique sur Amiga. N'essayez donc jamais de brancher une souris Pc ou Atari, ça ne marcherait pas. Selon nous, les deux meilleures souris existantes pour Amiga sont celles de Logitech et de Wizard développement.
Scsi permettre de passer d'un connecteur à l'autre. De plus, quelque soit la version de la norme (Scsi, Scsi 2, Ultra wide Scsi), n'importe quel périphérique Scsi fonctionnera avec n'importe quelle carte Scsi.
Les connecteurs internes ExplOOO Ce connecteur interne n'existe que sur Amiga 1000 et sert à étendre la Chip Ram de 256K à 512K. Contrairement à ce que prétend la rumeur publique, il n'a aucune autre fonction. Même pas celle d'étendre la Chip Ram à 2 Mo... Exp1200 Nanti d'une forme barbare, ce connecteur ne se trouve que dans Y Amiga 1200. Il s'agit en fait d'un connecteur Zorro 2 maquillé (voir Zorro 2). Mais même s'il est possible de bricoler un adaptateur Exp1200 - Zorro 2 (schéma sur Internet), il faudra impérativement adopter un boîtier Tower pour profiter des mêmes cartes qu'un 2000.
Zorro 1 ou Cpu Le connecteur Zorro 1 (86 broches) est présent dans les Amiga 500, 1000 et 2000.
Il s'agit du connecteur d'extension par excellence, car il permet de brancher toutes les cartes électroniques supplémentaires. D'origine, il accepte les cartes contrôleurs Scsi, Ide (voir Ide) et les extensions de mémoire de marque Gvp, Commodore et Dataflyer. Via un adaptateur mâle-femelle, il est possible d'y connecter toutes les cartes accélératrices du 2000 (le connecteur est mâle sur le 500 et le 1000, et femelle sur le 2000). Et grâce à un simple adaptateur 86 broches - 100 broches (dont le schéma circule sur Internet), il est même envisageable de connecter sur un 500 ou un 1000
n'importe quelle carte Zorro 2 (voir Zorro 2).
Zorro 2 Le connecteur préféré de l'Amiga, que l'on trouve en cinq exemplaires dans le 2000 et les cartes filles pour 1200 montés en tour.
C'est sur ce port (100 broches) que viennent se brancher toutes les cartes électroniques additionnelles. Parmi celles-ci, on trouve bien évidemment des cartes contrôleurs Scsi ou Ide, des extensions mémoires, En pratique • nrtWWiVn A R e x x Des connecteurs Pc dans l'Amiga ?
Au sein même des Amiga 2000, 3000 et 4000 se trouvent des connecteurs Eisa, alignés avec les Zorro 2 et 3. Ces connecteurs ne sont utilisables que par une carte passerelle (une solution hardware pour émuler un Pc). Sans elle, inutile d'investir dans une carte d'extension Pc, l'Amiga ne s'apercevrait même pas de sa présence !
A1 A31 C1 C18 1 n ivr . -.r.r.r *: *.K7.r «t t r- r r .
J - .1 j - - u Vl - - '.1 - - ii - -i 2 - - i - A a 'a ’ù V* ' ' « • fW i I 1 i l lin 61 B31 D1 D18 Connecteur Ide.
Mais aussi des cartes graphiques, audio, numéris, Ethernet, de numérisation vidéo, de pilotage midi, etc. Il existe même des cartes pour piloter la machine à café !
Conçue à partir d'une technologie libre de droit, n'importe quel quidam un peu doué en électronique peut construire une carte Zorro 2, au contraire de la technologie Pci (sur Mac et Pc) qui nécessite une puce spécifique et très chère. Il est possible de brancher autant de cartes simultanément qu'il * y a de connecteurs dans la machine et tous les revendeurs Amiga proposent des cartes Zorro 2 à leur catalogue.
Zorro 3 Physiquement identique au Zorro 2, ce connecteur se distingue de son prédécesseur par une gestion des données en 32 bits plutôt qu'en 16 bits, donc plus rapide.
C'est d'ailleurs pour cela qu'on le trouve uniquement dans les Amiga 3000 et 4000.
A noter que les Amiga 4000 de Commodore (pas ceux d'Escom) ne fonctionnent pas correctement avec la carte contrôleur Scsi A2091 (de Commodore...). Sur ces machines, il faut changer la puce nommée Superbuster 9 par une puce Superbuster 11... Ou ne jamais utiliser de carte A2091 ! Les cartes exclusivement 5 1 QOOOC 10 oooo ooooc 5 ?
0 6 15 11 Connecteur VGA.
Zorro 2 fonctionnent sans problème dans un connecteur Zorro 3, mais ne profitent pas du tout du gain de vitesse.
Vidéo 1 Ce connecteur ne se trouve que dans les Amiga 2000 et 3000. Il est destiné aux cartes Scan Doubler et Flicker fixer, lesquelles autorisent l'affichage d'un écran Pal ou Ntsc (mode graphique des jeux et des démos) sur un simple moniteur Vga.
Accessoirement, il peut aussi servir à une carte graphique déjà insérée dans un bus Zorro 2 ou 3. Dans ce cas, il permet de regarder à la fois les modes graphiques de la carte et ceux de l'Amiga sur un seul et même écran Vga.
Vidéo 2 Il s'agit du connecteur vidéo interne du
4000. Sa seule différence avec le vidéo 1 est de disposer de
broches supplémentaires pour véhiculer les modes
spécifiques du chipset Aga.
Ide Concurrent du Scsi, l'Ide est le standard des disques durs et autres lecteurs de CD-Rom sur Pc. Comme les disques obéissants à cette norme sont peu chers et très largement répandus, il a été décidé d'inclure un connecteur de ce type sur la carte mère des Amiga 600, 1200 et 4000. Il n'est possible de brancher que deux périphériques sur ce connecteur. Un disque dur sera automatiquement reconnu par l'Amiga, même si avant de le formater il faudra passer par l'utilitaire HDToolBox du Workbench (tiroir Tools). Pour que l'Amiga gère convenablement le lecteur de CD-Rom, il faudra disposer
du fichier Atapi.device dans le tiroir Devs et du fichier CDO dans le tiroir Devs Dosdrivers (fourni avec des utilitaires du domaine public : AmiCDfs, Cdfs, AsimCDfs, etc.). Ne vous laissez pas berner par l'appellation Scsi.device donnée par le Workbench, il s'agit juste de l'héritage de Y Amiga 3000, un modèle antérieur dont la carte mère était, elle, en Scsi. Attention : le connecteur Ide des Amiga 600 et 7200 est au format 2,5 pouces, utilisé sur Pc dans les ordinateurs portables. Donc, soit vous utilisez un disque dur 2,5 pouces (rare et cher), soit vous achetez un adaptateur 2,5
- 3,5 pouces pour profiter, comme sur 4000, des disques durs
les moins chers.
Mais ceci implique deux choses : mettre le disque dur en externe sur un 600 (il n'y a pas la place dans le boîtier) et récupérer l'alimentation du lecteur de disquette (via une rallonge multi-prise).
Supports Simms Les supports Simms sont présents uniquement sur la carte mère de l'Amiga 4000 et sur les cartes d'extension récentes. Ils permettent, via l'ajout de barrettes Simms, d'augmenter la mémoire. Attention, il existe deux formats : les barrettes 8 bits et les barrettes 32 bits. Les premières ont 30 broches et les secondes 72, vérifiez donc le nombre de broches sur votre support.
Les barrettes à utiliser sont exactement les mêmes que dans le monde Pc. A savoir, les barrettes 8 bits doivent toujours se mettre par paires de même taille, un inconvénient qui n'existe pas avec les supports 32 bits. Avec ces derniers, on peut tout à fait insérer une barrette seule ou la combiner avec une autre de capacité différente.
Yann Serra.
Avant toute chose, précisons que nous employons le terme de "X Window" uniquement en référence à l'interface graphique d'Unix, le standard. Dans les faits, la version Linux de cette interface se nomme Xfree (XFree68 pour Amiga ou Atari et Xfree86 pour Pc).
Certes, c'est moins parlant mais il fallait bien souligner la différence entre X Window (produit commercial) et Xfree (logiciel gratuit). Attention, pour fonctionner, Xfree requiert impérativement un moniteur Vga ou tout autre écran Amiga acceptant ce mode (1940, 1942, 1950, 1960, 1438, 1538 et 1 738 mais surtout pas 1080, 1081, 1083, 1084 ou
1085) . La version que nous allons installer ce mois-ci est la
toute récente 3.2. Configuration Grâce au précédent CD-Rom
de Dream, vous avez pu installer Linux m68k sur votre Amiga
ou votre Atari. Ce mois-ci, encore plus fort, nous vous
offrons le système X Window, l'environnement graphique de
Linux.
Installation facile de X Window sur Amiga Xfree68 se trouve dans le tiroir Linux- 68k Xfree68 du CD-Rom de ce mois-ci.
Il est constitué de plusieurs archives dont le nom se termine par ".tgz". En tout premier lieu, créez un tiroir "linux" à la racine de votre disque de démarrage et recopiez-y ces archives. L'étape suivante consiste à créer un fichier de configuration. Pour ce faire, nous allons lancer un éditeur de textes (Az, GoldEd ou encore Ed qui se trouve dans le tiroir C) et y taper les lignes suivantes (surtout, respectez bien chaque majuscule) : Section "Files" ’?
RgbPath " usr XllR6 lib Xll rgb"- FontPath " usr XllR6 lib Xll fonts 75dpi n FontPath " usr X11R6 lib Xll fonts mise" Endsection-* Section "Keyboard" -?
Protocol "Standard"-* XkbKeymap " amiga "-* XkbKeycodes "amiga"-* XkbSymbols "fr(amiga)"~* XkbGeometry " amiga " -* EndSection-* Section "Pointer"-* Protocol "BusMouse"-* Device " dev amigamouse" -* EndSection-* Section "Monitor"-* Identifier "AmigaMonitor"-* HorizSync 15-31. 5~* VertRefresh 60-* EndSection-* Section "Device"-* Identifier "AmigaChipset"-* EndSection * Section "Screen"-* Driver " fbdev" ~* Device "AmigaChipset"-* Monitor "AmigaMonitor"- SubSection "Display"-* Modes "default"-* EndSubSec t ion-* EndSection-* On sauvegarde ensuite ce fichier dans le tiroir linux (celui que l'on
vient de créer) sous le nom XF86Config, toujours en respectant les majuscules.
Installation Le reste du travail se fait sous Linux. On lance donc ce système, en double-cli- quant sur l'icône BootLinuxHD installée le mois dernier. N'oubliez pas que votre login est "root" et que votre mot de passe est "linux". Bien, arrivé à ce point, partons du principe que vous disposez de deux disques durs Ide. Le premier est celui où se trouve votre Workbench avec le tiroir linux que l'on vient de créer et qui contient toutes les nouvelles archives. Son nom est donc hdal. Le second est divisé en deux partitions. La première correspond au Swap de Linux et la deuxième au disque Linux
lui- même. Leurs noms sont donc, respectivement, hdbl et hdb2. Si cette configuration ne correspond pas à votre matériel, reportez-vous à l'article du mois dernier pour connaître le nom de vos disques.
Une fois votre mot de passe entré correctement, tapez les lignes suivantes (en faisant toujours attention aux majuscules) : mount dev hdal mnt -t affs-* cd usr XHR6-* tar xvzf mnt linux x32bin .tgz-* tar xvzf mnt linux x3268fb.tgz tar xvzf mnt linux x32cfg.tgz tar xvzf mnt linux x32 fnts . Tgz~* tar xvzf mnt linux x321ib.tgz mv etc XF86Config etc XF86Config.old * cp mnt linux XF86Config etc XF8 6Conf ig-* ldconfig ln -s usr XHR6 bin XF8 6_FBDev usr XI1R6 bin X-* Plusieurs messages d'erreur peuvent subvenir, mais ils n'ont aucun intérêt.
Lancement Dorénavant, à chaque fois que vous souhaiterez lancer l'environnement X Window, ou plutôt Xfree, il faudra taper : startx Vous vous retrouverez alors sous un environnement graphique avec, pour l'instant, juste quelques fenêtres Shell et une horloge. Pour quitter cet environnement, il suffit d'appuyer sur la combinaison de touches Ctrl-Alt-Backspace (Backspace est la première touche d'effacement, pas Del mais l'autre). Nous verrons, dans les mois à venir, quels petits outils sont à rajouter pour bénéficier d'icônes dans tous les sens, de menus à n'en plus finir et
d'applications toujours plus graphiques. A noter que si un erreur surgit au lancement de startx, du style "server X not in PATH", c'est certainement parce que vous avez commis une faute de frappe en tapant la dernière ligne du deuxième script (celle qui commence par "ln -s..."). Pas de panique, il suffit juste alors de taper : rm usr XllR6 bin X Puis à nouveau la ligne "ln -s...". Bon courage !
Yann Serra.
- Hndique un retour ligne.
Système La philosophie Linux Ca y est... Enfin ! Contre vents et marée, vous avez réussi à installer Linux. Les premières commandes marchent. Mais où suis-je ? C'est quoi usr local lib ? Dans quelle étagère ? Et comment on fait pour installer une application ?
Première partie : Les répertoires, c'est par où ?
Cachés (commençant par .) Placés, eux, à la racine du répertoire personnel.
Librairies et binaires dans lit», sbin et bin Vous trouverez dans bin et Mb les programmes et librairies nécessaires au fonctionnement de base du système. On trouve par exemple la librairie C standard dans lib et l'utilitaire cp ou bash dans L'arborescence des systèmes Unix n'est pas complètement standardisée mais les grandes lignes ont été établies il y a quelques années et sont respectées par la plupart des Unix. Linux ne déroge pas à la règle.
Les utilisateurs dans home Le répertoire home contient autant de sous-répertoires que d'utilisateurs disposant de comptes sur la machine. Par exemple, si un utilisateur porte le nom de chewbacca, son répertoire personnel sera home chewbacca. C'est dans ce répertoire qu'il mettra ses fichiers et programmes personnels. Une exception notable concerne le root (super-utilisateur) qui a son répertoire personnel dans root.
Chaque utilisateur peut composer l'arborescence qu'il souhaite dans son répertoire personnel (lequel est dans home, d'accord ?).
bin. Le répertoire sbin contient les outils d'administration système de bas-niveau comme le célèbre shutdown.
Autres répertoires en vrac Le répertoire tmp contient les fichiers temporaires des différentes applications en cours d'exécution. En général, les utilisateurs peuvent écrire dans tmp, mais le root peut effacer ce répertoire quand la place vient à manquer sur le système (il La configuration dans etc On trouve dans etc les fichiers de configuration du système ainsi que différents scripts importants (gestion des runlevels, démarrage des démons, etc.). Cependant, les outils qui permettent une configuration par utilisateur (bash, netscape, etc.) utilisent plutôt des fichiers ou
répertoires prévient avant). Le répertoire var contient des fichiers de données relatifs aux démons. On y trouve par exemple le spooler d'impression ( var spool), le mail en transit, etc. Les fichiers de diagnostiques des différents démons en cours d'exécution se trouvent aussi dans var (par exemple var log pour syslogd). Le répertoire proc est propre à Linux et contient de nombreux pseudo-fichiers qui donnent des informations en temps réel sur le système. Les fichiers de périphériques (ce sont en fait des liens entre le système de fichier et les gestionnaires de périphériques du
noyau) se trouvent dans dev (par exemple dev fdO correspond au lecteur de disquette).
L'arborescence des répertoires sous Linux.
Le répertoire usr : l'utilisation du système Les répertoires usr lib et usr bin contiennent les librairies et binaires de la plupart des applications disponibles sur le système. On trouve par exemple la commande man dans usr bin et la librairie libvga.so (si vous avez installé la svgalib) dans usr lib. Les fichiers d'inclusion pour la programmation (déclarations des variables globales et des fonctions publiques) se trouvent dans usr include. Tout ce qui concerne directement la programmation se trouve dans usr et ses sous-répertoires.
La documentation en ligne est située en grande partie dans usr man. Le répertoire usr sbin contient les outils d'administration relatifs aux utilisateurs (démons de communication comme pppd).
usr local : deux utilisations possibles Sur un réseau de stations de travail (disposant de mémoires de masse), le répertoire usr local sert à placer les applications, librairies et autres fichiers propres à chacune des machines, le reste de l'arborescence étant fournie (via nfs généralement) par le serveur. Il n'est pas rare de trouver, par exemple, le compilateur C en local pour ne pas trop charger le serveur. Avec l'utilisation courante de Linux sur une machine unique, on a l'habitude de placer les applications "compilées à la main" ou que l'on veut retirer facilement. Avec les
distributions Red hat ou Debian, on place souvent les applications qui ne sont pas fournies dans le format de base utilisé par la distribution (.rpm ou .deb) pour ne pas "déstabiliser le système". Remarquez que ces différentes utilisations ne sont pas incompatibles entre elles.
Partagez avec usr share Si vous avez des fichiers de données (bases de données, sons, images, documentations, configurations, etc.) intéres-
- 4erm0afterstep.org [pesch@tatooine articies]$ rpm -qfi
usr bin wish Distribution: Red Hat Linux Vanderbilt Vendor:
Red Hat Software Build Date: Wed Dec 18 16:56:37 1996 porky .
Redhat. Coin Name Version Release Install date Group Size
Summary Description Tk is a X Windows widget set designed to
work closely with the tel scripting language. It allows you to
write simple programs with full featured GUI's in only a little
more tirne then it takes to write a text based interface.
Tcl Tk applications can also be run on Windows and Macintosh
platforms.
CpeschQtatooine articles]$ 0 tk
4. 2 2 Wed Apr 30 03:34:03 1997 Deve1oproent Languages Tc1
4761427 Tk toolkit for Tel, version 4.1 Build Host: Source
RPM: tcltk-7.6_4.2-2.src.rpm with shared libraries Plein
d'informations sur le fichier usr bin wish ?
Existe : le système de fichier standard faisant partie du Linux Documentation Project.
Deuxième partie : Gestion des packages rpm Le principal avantage de la distribution Red hat, offerte le mois dernier sur le CD-Rom de Dream, est son système de gestion de packages.
L'ergonomie des outils Red Hat reste à démontrer mais l'efficacité, elle, est au rendez-vous.
Installer une application Les packages Red hat portent généralement (si ce n'est tout le temps) l'extension .rpm. Il existe principalement deux types de packages : les packages sources et les packages binaires. Sur les sites ftp et sur CD, on trouve souvent un répertoire RPMS qui contient un ensemble de packages binaires au format rpm. Pour installer un package, on utilise la syntaxe : rpm -ivh nom du package.rpm L'option -i lance rpm dans le mode de fonctionnement installation. Les options -v et -h affichent une barre de progression santés pour tous les utilisateurs, ils trouveront
leur place naturellement dans le répertoire usr share ou un de ses sous- répertoires.
X Window, c'est dans usr Xll Toutes les applications, librairies ou documentations relatives au système X Window se trouvent normalement dans le répertoire usr Xll (qui est un lien symbolique vers usr X11 R version ou version vaut 6 pour l'instant. On trouve des sous-réper- toires lib , bin et man . A noter le répertoire usr X11 lib Xl 1 qui contient les fichiers de configuration des différents clients X Window.
Voilà, nous avons effectué un tour d'horizon des répertoires principaux des système Unix. Concernant Linux, un document plus précis et pratiquement standardisé S -J ÜS Remarquez que l'on n'indique pas l'extension .rpm puisqu'il s'agit d'un package déjà installé, ce nom doit se trouver dans la liste retournée par la commande rpm - qa.
Pour lister les fichiers appartenant à un package : rpm -ql nom_du_package Pour savoir à quel package appartient un fichier quelconque : rpm -qf nom_du_fichier Enfin, on peut obtenir les mêmes informations sur des fichiers .rpm non installés avec l'option -p. Par exemple, la commande : rpm -qpi toto.rpm Donne des informations détaillées sur le package toto.rpm qui n'est pas forcément installé sur la machine.
Désinstallation La première chose à faire pour désinstaller une application est de récupérer le nom lors de l'installation. On utilise souvent l'option test pour voir si le package est correct sans l'installer et l'option nodeps pour empêcher la gestion des dépendances (par exemple, si le package est dépendant d'un autre package mais que l'on a installé à la main).
Mode requête Ce mode de fonctionnement est initialisé par l'option -q. Pour lister tous les packages installés : rpm -qa Pour avoir des informations détaillées sur un package installé : rpm -qi nom_du_package Dream Prof
• Démon : Programme système qui tourne en tâche de fond (exemple
: inetd qui gère le protocole Internet).
• Root : Nom de F utilisateur qui a droit d'écriture et de
lecture sur tous les fichiers. En général, un utilisateur
normal n V le droit de lire et d'écrire que dans son propre
répertoire, et de lire tout court le répertoire fus '.
• Local : Se dit de la machine sur laquelle on est en train de
travailler.
• Client X Window : Une application qui demande à X Window de
s'occuper de l'affichage de ses fenêtres et de ses icônes. I F
opposé, un serveur X Window fait référence à X Window lui-même.
• Les man et les howto : Les man sont une aide en ligne sur une
commande précise et les Howto sont des fichiers de
documentation.
Ce n'est un secret pour personne, l'AmigaOS est fortement inspiré d'Unix.
Du coup, le système est organisé de la même manière sur le disque dur. Voici la liste des équivalences entre les répertoires système de Linux et ceux de l'AmigaOS : etc équivaut à S : bin équivaut à C : lib équivaut à Libs : tmp équivaut à T : var équivaut à Env : dev équivaut à Devs : A noter qu'il n'existe pas, sous AmigaOS, de distinction entre la racine et le répertoire usr.
Du package correspondant (en utilisant rpm -qpa). Ensuite, la commande est simple : rpm -e nom_du_packag Il existe de nombreuses autres possibilités dans rpm, notamment la fabrication des packages (mode build). Consultez le man rpm ou le Howto correspondant et bonne bidouille !
Fred Pesch pesch@club-internet. Fr Les équivalences entre AmigaOS et Linux Les redirections et les tubes Les commandes Unix permettent de réaliser de nombreuses manipulations mais c'est surtout de leur association que résulte la puissance extraordinaire du système. Et le shell est le moyen le plus efficace pour profiter de cette puissance.
La plupart des commandes accessibles depuis le Shell peuvent utiliser des données en entrée ou en sortie, ou les deux (on parle alors de filtre). Ces données qui transitent sont des flux de caractères, nous verrons que c'est une caractéristique très importante des entrées-sorties.
Les canaux du Shell Chaque commande est associée à un canal d'entrée standard (stdin), un canal de sortie standard (stdout) et d'erreur (stderr). Prenons par exemple la commande de filtre wc. Elle récupère sur l'entrée standard un flux de caractère, effectue des comptages et affiche le résultat sur la sortie standard. Le canal d'erreur n'est pas utilisé. Voici un exemple d'utilisation de wc : $ wc J'aime le shell (ctrl-D) 1 5 30 Lorsque vous lancez la commande wc, le shell se met en attente d'une saisie au clavier.
En effet, l'entrée standard est associée par défaut au clavier. Pour terminer la saisie du texte, il faut utiliser la commande de fermeture de fichier control-D. A ce moment là, le texte est transmis à la commande wc qui indique le nombre de lignes, de mots et de caractères du texte sur la sortie standard (par défaut, l'écran).
Redirection Pour l'instant, ces canaux d'entrée sortie ne sont pas d'une grande utilité. En ce qui concerne wc, il serait par exemple pratique de spécifer un fichier en entrée plutôt qu'une saisie au clavier. Pour se faire, il suffit de rediriger l'entrée standard depuis un fichier. Voici un exemple pratique : $ echo test Moi, je fais le plein chez shell(control-D) $ wc test 1 5 18 Nous avons tout d'abord créé le fichier en redirigeant la sortie standard de echo vers un fichier. Normalement, echo attend une saisie au clavier et la répète sur la sortie standard (affichage à l'écran). Ici,
la sortie se fait dans un fichier portant le nom test qui est créé pour l'occasion (s'il existait déjà, il est d'abord effacé). Ensuite, nous redirigeons l'entrée standard de wc depuis le fichier test.
Le résultat est bien celui attendu : wc donne bien les statistiques du fichier test. On peut bien sûr mixer les redirections : $ wc test résultat $ cat résultat 1 5 18 La commande cat copie sur la sortie standard le fichier passé en paramètre. La commande wc a donc récupéré le contenu du fichier test sur son entrée standard. Le résultat est sorti sur la sortie standard redirigée dans le fichier résultat. Remarquez l'affichage des deux commandes suivantes : $ wc test 1 5 18 $ wc test 1 5 18 test Lorsque nous utilisons la redirection sur l'entrée standard, wc affiche le bon résultat mais
ne connait pas le fichier source (ni son nom ni toutes les informations relatives excepté son contenu). Lorsque l'on précise le fichier sur la ligne de commande, wc ouvre lui- même le fichier avant de le traiter, c'est un comportement courant mais non standard.
Ceci montre bien que l'entrée reçoit un flux de caractères (le contenu du fichier) et non le fichier lui-même.
Doubles redirections La redirection en sortie écrase comme nous l'avons vu le fichier destination. La double redirection en sortie » permet de conserver le fichier existant. Les nouvelles données seront simpement ajoutées à la fin du fichier.
On utilise aussi de temps en temps l'expression « lorsque l'on programme des shell scripts. Ceci permet de piloter une commande interactive (comme ed ou ftp) à l'aide d'un fichier de commande (here script ou here document). Voici un exemple de here script : $ echo "Micro $ oft c'est bien" toto $ cat tôt Microîoft c'est bien $ vi toto END Micro $ oft :s Micro $ oft Linux g : wq END $ cat toto Linux c'est bien La commande vi exécute en mode interactif toutes les commandes qui suivent l'exécution de la commande. Cette exécution prend fin lorsque l'interpréteur Shell trouve le mot END (c'est
celui qui est précisé à la suite de la "redirection" «). Ce mécanisme puissant est pourtant assez peu utilisé car de nombreuses commandes peuvent fonctionner en mode non interactif (exemple : sed pour l'édition).
Certaines commandes utilisent plusieurs niveau d'interaction (par exemple ftp, lorsque l'on doit saisir le nom de login et le mot de passe), l'utilisation des here scripts devient alors délicate, voire impossible.
Enchaîner les commandes L'utilisation des redirections simples imposent la création de fichiers temporaires lorsque des commandes ont besoin de la sortie d'autres commandes pour fonctionner. Par exemple, voici une succession de commandes qui indique le nombre d'entrées dans le répertoire courant : Les numéros de canaux $ ls -1 toto $ cat toto toto titi tata $ wc -1 toto 3 Nous avons dû utiliser le fichier temporaire toto pour enregistrer sur une colonne les différents fichiers du répertoire courant. Nous avons ensuite passé le contenu de ce fichier sur l'entrée de wc avec l'option -I,
nous avons ainsi obtenu le nombre de lignes de toto qui est bien le nombre d'entrées du répertoire courant. En utilisant le symbole I, nous pouvons nous passer du fichier temporaire. Il indique tout simplement à la commande située à sa gauche de détourner sa sortie standard sur l'entrée standard de la commande située à sa droite. Pour la commande ci- dessus, on aurait pu simplement écrire : $ ls -1 | wc -1 3 Le résultat est bien le nombre d'entrées du Chaque canal d'entrée ou de sortie porte un numéro. Par exemple, le canal d'entrée standard porte par défaut le numéro 0. La sortie standard
correspond au canal 1 et la sortie d'erreur est représentée par le canal
2. On peut créer soit même de nouveaux canaux (de 3 à 9) et
associer ces canaux aux différents flux mais c'est une
pratique peu courante. On peut préciser lors d'une redirection
le numéro du canal à rediriger : $ wc -1 0 toto 1 titi est
identique à la commande $ wc -1 toto titi On utilise
surtout cette écriture pour gérer le flux d'erreur : commande
sortie 2 erreurs répertoire courant. Nous verrons que cette
notion de pipe occupe une position très importante dans les
systèmes Unix. On peut ainsi chaîner un grand nombre de com
mandes : $ ls -1 | grep linux | sort Cette commande affiche
une liste triée par ordre alphabétique les fichiers du
répertoire courant dont le nom contient le mot linux. Il
existe deux autres méthodes pour chaîner des commandes. La
première est l'exécution séquentielle : commandel ; commande 2
; commande 3 ; (...) Chaque commande est exécutée après la fin
de l'exécution de la commande précédente.
L'utilisation des parenthèses permet de récupérer la sortie standard d'une succession de commandes dans un sous-shell : ( commande1 ; commande2 ; commande 3 ; (...) ) résultat On peut aussi utiliser les accolades mais on ne lancera alors pas de sous-shell, la distinction est surtout importante lors de l'écriture de shell scripts (l'environnement n'est pas le même). Nous avons à peu près fait le tour des redirections et des enchaînements de commandes. Nous verrons le mois prochain la gestion des processus, une autre étape importante de notre initiation.
Fred Pesch pesch@club-internet. Fr place dans le fichier sortie le résultat de commande et stocke les erreurs éventuelles dans le fichier erreur. Il est parfois pratique de coupler la sortie standard et la sortie d'erreur standard, on utilise alors la syntaxe : commande 2 &1 sortie Pour réellement comprendre ce mécanisme, il faut tout d'abord s'intéresser à la gestion des fichiers (et des descripteurs de fichiers) des systèmes Unix. Ce sujet dépasse quelque peu le cadre de notre initiation.
Sachez pour terminer que ces redirections sont spécifiques au shell bash, il y a des différences importantes (même si le principe est le même) dans les shell de type Csh ou Ksh.
Système Risc OS est basé sur un noyau concis et de multiples modules porteurs des fonctionnalités du système. L'interface graphique est un module, les systèmes de fichiers sont gérés par des modules... En fait les modules peuvent tout autant être des pilotes que des morceaux du système, ou encore des programmes quelconques. Chaque module peut apporter de nouvelles fonctions pour la ligne de commande ainsi que de nouvelles interruptions et routines pour le système. Cette facilité à étendre le système n'est pas sans rappeler la manière de fonctionner du langage Forth.
Le système utilise des interruptions logiciel les (les Swi, ou Software interrupt) pour toutes les routines, il existe des milliers d'interruptions... Une excellente boîte à outil pour les programmeurs !
Grâce aux Swi, il est possible de développer un logiciel pour l'interface graphique à partir du Basic ou d'un Assembleur.
Gestion des tâches Le système utilise un multitâche coopératif. De notoriété publique, ce genre de multitâche est souvent instable en cas de surcharge du système. Ce n'est pas le cas ici : la plupart des applications font une utilisation massive des interruptions logicielles, ce qui permet au système de reprendre très souvent la main. En fait, le multitâche ne ralentit que rarement. Le choix d'un multitâche coopératif est donc judicieux dans le sens où la gestion est moins lourde que celle d'un multitâche préemptif, ce qui permet de laisser plus de ressources aux applications.
Grâce à cette souplesse, des programmeurs ont même réussi à implanter une gestion du multitâche préemptif à l'intérieur du multitâche coopératif. Il faut cependant que les applications soient adaptées pour pouvoir fonctionner dans ce mode.
Gestion de la mémoire RlscOS, l'OS Risc !
Risc OS est le système d'exploitation qui anime les machines d'Acorn. Il est peu gourmand en ressources puisqu'il se contente de 2Mo de mémoire. Il est actuellement stocké dans une mémoire morte à la mise à jour aisée, ce qui autorise un démarrage très rapide de la machine. La dernière version de Risc OS est la 3.7. La gestion de la mémoire a été pendant longtemps un des gros points noirs de Risc OS. Maintenant il n'y a plus guère de problèmes. On peut facilement donner ou enlever de la mémoire aux applications. La gestion de la mémoire dynamique est souple et efficace. Une des
possibilités intéressantes est celle qui permet de contrôler la mémoire allouée au système lui-même. De plus la mémoire vidéo inutilisée est à la disposition du système ce qui permet d'éviter les pertes (comme cela est également le cas sur Amiga avec la Chip Ram).
Risc OS ne gère pas la mémoire virtuelle, ainsi les applications doivent le faire individuellement. C'est finalement un bon choix, car seule les applications qui ont réellement besoin de mémoire virtuelle l'utilisent. Autre point commun avec l'Amiga, la mémoire n'est pas protégée ; malgré tout, le système reste fiable. Secret du miracle ? Un procédé efficace permettant d'arrêter les applications instables.
Les systèmes de fichiers Les systèmes de fichiers se présentent eux aussi sous la forme de modules. Le système de base est Adfs. Adfs est très rapide et d'une redoutable efficacité.
Cependant il soufre de deux défauts : le nom des fichiers ne peut dépasser dix caractères et le nombre de fichiers par dossier ne peut être supérieur à 77. Ceci est fort ennuyeux quand on copie des fichiers au format PC sur une machine Acorn ; effectivement le Pc propose 8 caractères + 1 point + 3 caractères pour l'extension, ce qui fait douze. Ainsi les noms sont souvent tronqués.
Heureusement on a la possibilité d'imbriquer les systèmes de fichiers. On peut facilement, via un module, créer un fichier qui sera vu par le système comme une partition utilisant un système de fichiers différent. Cette méthode permet entre autres de gérer les archives comme des dossiers ordinaires. Les application utilisent un format original en informatique : il s'agit en fait de dossiers contenant toutes les ressources de l'application. On peut ouvrir ces dossiers pour aller 'fureter' dedans. Certains se rappelleront les exécutables du NexT qui utilisaient un principe identique.
L'avantage est évident ; en supprimant une application on supprime toutes ses ressources (il ne reste pas de librairies perdues sur le disque dur).
L'interface graphique s'appelle le Wimp.
Le CM Ceci est la ligne de commande. Il n'y a rien à en redire : d'un premier abord déroutant, celle-ci se révèle rapide et d'une grande puissance. De plus on peut étendre ses fonctionnalités au travers des modules. Le Cli n'est pas vraiment un interpréteur de commande, mais plutôt une interface directe avec le système.
Le Wimp L'interface graphique s'appelle le Wimp pour Windows Icons Menus Pointer.
Celui-ci dispose d'une quantité de fonctions uniques en leur genre. Bien avant l'heure le Wimp s'est adjoint les services d'une barre d'icônes qui peut 'scroller' quand elle est trop chargée. Sur la gauche de la barre on trouve les unités ou systèmes de fichiers, sur la droite on trouve les applications et deux icônes.
L'icône en forme d'écran permet de changer de mode à la volée entre les très nombreux modes disponibles. L'icône en forme de gland (le logo d'Acorn) permet de gérer le système et l'allocation de la mémoire. Graphiquement, le système n'est pas en retrait : les fenêtres se déplacent avec leur contenu (pas de fantôme, contrairement à l'Amiga). De plus si on les redimensionne, leur contenu se réorganise en temps réel. Les fontes sont des polices vectorielles lissées (anti-aliasing). Le Wimp est lui aussi très modulaire : on peut facilement changer les messages systèmes puisque se sont des
fichiers textes. De même il est facile de modifier l'aspect de l'espace de travail, du fond d'écran, de l'encadrement des fenêtres ou des icônes, car il s'agit de simples fichiers images.
Le travail sur les fichiers est simplifié. Par exemple, on ne dispose pas de sélecteur de fichiers pour enregistrer un document ; une simple boite de dialogue apparait avec l'icône du fichier, il suffit de poser cette icône sur un dossier pour que le fichier y soit enregistré. L'échange des données est tout aussi souple.
On sélectionne des données et on les emmène vers l'autre application ; si celle-ci accepte le format de données elle les intègre directement, sinon rien ne se passe. Cette méthode permet de faire abstraction du presse papier, qui n'existe pas sous Risc
05.
L'utilisation de la souris est particulière. Le bouton de gauche fait une action, celui du milieu affiche le menu contextuel qui est le seul type de menu disponible sous Risc OS et le bouton de droite permet de faire une action souvent liée à celle du bouton de gauche. Il est clair qu'avoir toujours les menus sous la main est fort agréable. L'utilisateur Risc OS est donc, en général, un grand utilisateur de la souris.
Autres fonctions Une des fonctions les plus impressionnantes est la gestion des images Jpeg en interne. Seule la partie visible à l'écran d'un fichier jpeg est décompressée ; un jpeg ne prend en mémoire que la taille de son fichier. Celui-ci est décodé à la volée suivant les besoins. Cette méthode est unique... Elle permet de faire une grosse PAO avec 4Mo de mémoire, voire moins ! De plus, Risc 05 dispose d'un pack logiciel assez impressionnant. Une partie de ce pack est disponible en mémoire morte. C'est le cas du Basic, de certaines fontes... Et même du Wimp !
Autrement dit, on peut même utiliser un Risc Pc avec son interface graphique, même quand l'ordinateur n'a pas de disque dur ni de disquette dans le lecteur !
Un système riche et puissant qui tient dans une Rom de 1, 2 ou 4 Mo suivant les versions !
David Feugey Tcl Tk tkcalc.tcl Une calculatrice en Tcl Tk Après un début plus théorique qu'outre chose, il est temps pour nous de passer à l'action et de créer notre premier squelette d'application en Tcl Tk.
Tkca About.. HMMMm Je peux pas l'encadrer !
En plus des fenêtres top niveau, les cadres (widgets frame) peuvent aussi contenir des widgets enfants. La gestion de géométrie des enfants se fait alors relativement à ce cadre.
On peut donc composer des hiérarchies complexes de widgets pour obtenir virtuellement n'importe quel présentation (y compris les plus moches I). La procédure listée ci-dessous prend en charge la création et l'affichage de la boîte de dialogue "à propos”, première version. Cette procédure "AboutCommand" est appelée lorsque l'utilisateur clique sur le bouton about de la fenêtre principale. Cette procédure montre une telle hiérarchie à bases de widgets simples (messages, boutons) et de cadres. L'autre procédure, "AboutOkCommand" permet de détruire la boîte de dialogue avec la commande destroy.
En détruisant la fenêtre top-niveau, on détruit également tous ses widgets enfants. La commande "wm title" permet de donner un nom à une fenêtre top-niveau. Le source complet des programmes du mois ce trouvent sur le CD dans le répertoire EnPratique TclTk bien sûr !
Figure 1 : une interface minimaliste.
A partir de ce numéro, et pendant quelques mois encore, nous allons mettre en oeuvre ensemble une application exploitant un grand nombre de possibilités de Tcl Tk. Il s'agira de créer une surcouche graphique au programme bc.
Nous apprendrons donc par la même occasion les rudiments de ce mini langage qui permet des calculs très précis sur des nombres réels à précision arbitraire. En termes clairs, nous allons réaliser une petite (pas si petite que cela) calculatrice graphique sans pratiquement nous occuper du côté mathématique de ce projet. Notre programme parlera en anglais, non pas pour être à la mode mais tout simplement parce que nous allons créer un free software et que le free software n'a pas de frontière.
Une interface minimaliste Développer en Tcl Tk est rapide lorsque l'on maîtrise le langage mais nous n'allons pas commencer à griller des étapes. Notre premier objectif sera tout simplement l'affichage d'une boite de dialogue "à propos".
L'interface de la fenêtre principale se résume à l’utilisation de deux boutons : "about" et "quit". Le premier bouton affiche la boîte de dialogue et le bouton "quitter" permet bien sûr d'aller voir ailleurs si on y est. La création des boutons est on ne peut plus simple : button .aboutbtn -text "About ..." button .quitbtn -text "Quit" pack .aboutbtn -side top pack .quitbtn -side top Créez le fichier tkcalc.tcl et placez-y ces quatre lignes. Exécutez la commande suivante : $ wish tkcalc.tcl Vous obtiendrez alors l'affichage de la figure
1. Le premier bouton cherche de l'espace en haut de la fenêtre
principale (-side top) et le deuxième cherche aussi de la
place en haut.
Pourtant, le bouton "quit" se trouve bien au-dessous du bouton about l'espace alloué est donc en dessous du bouton "about". En fait, lorsqu'un espace est alloué au bord d'une fenêtre top-niveau, cet espace n'est plus récupérable. Les différents widgets pris en charge par le packer sont donc ordonnés mais il est possible de modifier cet order (options -before et -after). Je vous avais prévenu, le packer est un gestionnaire de géométrie assez étrange mais on s'y fait rapidement.
Changement de taille des widgets enfants Le packer est surtout intéressant parce qu'il prend en compte les changements de tailles des widgets qu'il prend en charge. Par exemple, si vous augmentez la taille d'un bouton (paramètres -width et -height), il changera non seulement la taille du widget bouton mais il changera aussi la taille de Figure 2 : Changement de taille pour le bouton about.
L'espace alloué à ce bouton et si cet espace vient à manquer, il demandera au widget parent de se redimensionner. Modifiez dans tkcalc.tcl la création du bouton .aboutbtn : button .aboutbtn -text "About ..." - width 12 -height 8 On obtient alors la figure 2. La largeur (width) et la taille (height) des boutons est donnée par défaut en nombre de caractères. On voit que la taille de la fenêtre principale a changée du fait du changement de taille du bouton "about". Ces différentes interactions montrent la complexité de la gestion de la géométrie. Voici un autre exemple amusant. Reprenez le
fichier tkcalc.tcl et rajoutez les lignes suivantes en fin de fichier : set largeur 1 set hauteur 1 while $ largeur 40 } chemin_du_widget configure [options .. .] Nous verrons la prochaine fois que lorsque les fenêtres top-niveaux ou les cadres changent de taille, on peut apporter des modifications sur le comportement par défaut des widgets enfants. On voit sur la figure 3 qu'après redimensionnement (en utilisant la souris) de la fenêtre principale, les deux boutons ont toujours la même taille et sont "collés” en haut (c'est le paramètre -side top qui impose ce comportement).
.aboutbtn configure - width $ largeur -height $ hauteur update incr hauteur set largeur [expr $ largeur*2] } Exécutez le fichier et admirez ! La fenêtre principale change progressivement de taille.
La boucle while attend en premier paramètre une condition et en second paramètre le corps de la boucle (les accolades permettent de différer la substitution des variables). Remarquez l'utilisation de la commande update qui envoie toutes les requêtes d'affichage au serveur X Window.
Ici, le bouton ".aboutbtn" change de taille 3 tkcalc.tcl _[x About ... Quit Un peu d'interactivité Avant de vous laisser partir en vacances, il est important d'ajouter à notre programme du mois (en fait notre premier programme en Tcl Tk) un soupçon d'interactivité.
L'option -command des boutons permettent de préciser une procédure Tel exécutée lorsque le bouton est actionné. Nous avons donc modifié la déclaration de nos boutons about et quit : button .aboutbtn -text "About ..." - command AboutCommand button .quitbtn -text "Quit" -command exit La commande "exit" permet évidemment de quitter le programme lorsque l’on clique sur le bouton "exit". Vous trouverez en encadré la procédure "AboutCommand" qui se charge d'afficher et de gérer une boîte de dialogue "à propos". La figure 4 montre cette boîte de dialogue. Vous pouvez peut-être deviner notre
objectif pour le mois prochain ... Rendre cette boîte de dialogue attractive ! D’ici là, bon Tel, bon Tk et bonnes vacances (pour ceux qui en ont !).
! . BBBgSgH Figure 3 : Changement de taille pour la fenêtre principale.
Tant que la largeur de la fenêtre est inférieure à 40 caractères. L'incrément utilisé étant de deux caractères par tour de boucle pour la largeur et un seul pour la hauteur. Notez que pour modifier un paramètre d'un wid- get après sa création, on utilise la syntaxe : Fred Pesch pesch@club-internet. Fr proc AboutCommand } interface de la boite de dialog "a propos" toplevel .aboutdlg wm title .aboutdlg "About Tkcalc..." frame .aboutdlg.framel -bd 2 -relief sunken mes sage .aboutdlg.framel.title -justify center -text "Tkcalc 0.1 n nA Gnu bc frontend" frame . Aboutdlg . Frame2 -bd 2 -relief
groove message .aboutdlg.frame2.copyright - text " (C) 1997, Fred Pesch. nDistributed under the Gnu General Public Licence" button .aboutdlg.frame2.okbtn -text "Ok" -command AboutOkCommand affichage pack .aboutdlg.framel -side top pack .aboutdlg.framel.title pack .aboutdlg.frame2 -side bottom pack .aboutdlg.frame2.copyright -side left pack .aboutdlg.frame2.okbtn
- side right } proc AboutOkCommand } destroy .aboutdlg }
Figure 4 : Le début d'un superbe programme !
Java nitiation à lava Le développement de votre simulateur de combat avance bien. Vous avez défini vos classes Xwing, MilleniumFalcon, Tiefighter et Croiseur. Vous en êtes maintenant à la classe DeathStar et particulièrement à sa méthode attirerVaisseau (avec le rayon, bien sûr).
Comme vous voulez pouvoir attirer tous les vaisseaux, vous devez en écrire quatre exem- plaires, une pour Xwing : attirerVaisseau(Xwing v), une pour Tiefighter : attirerVaisseau(Tiefighter v) etc. Et m..., un bogue ! Il faut corriger les quatre versions de attirerVaisseau, sans se tromper et sans en oublier une. Pas très élégant, hein, d'autant plus que si l'alliance rebelle développe un nouveau type d'appareil, une DeathStar ne sera même pas capable de l'attirer ! Vous décidez alors de remplacer vos vaisseaux par une classe générique Vaisseau, mais comme chaque type de vaisseau a un comporte
ment différent, toutes les méthodes de Vaisseau contiendront des séries de if pour décider de l'action à faire (en fonction du type du vaisseau). Comme vous êtes à plusieurs sur le projet, ça devient complètement ingérable et il est toujours impossible d'introduire, plus tard, des chasseurs Corelli probables... A moins de reécrire à chaque fois la classe Vaisseau. Il n'y a vraiment pas moyen de s'en sortir plus élégamment?
Pour l'instantil faut bien dire que Java ne nous offre aucune possibilité supplémentaire par rapport aux langages classiques : avec des records et des procédureson peut imiter en Pascal ce que nous avons fait avec les classes. Mais alors, ça sert a quoi?
Un nouvel espoir En quoi consiste exactement le problème ?
Les vaisseaux ont chacun des caractéristiques propres, mais ils ont aussi beaucoup de choses en commun. Dans notre programme, on veut travailler sur les particularités de chaque vaisseau, mais aussi pouvoir manipuler les vaisseaux plus globalement sans faire de distinctions. On veut en fait distinguer pour chaque vaisseau quelles sont les propriétés qu'il partage avec tous les vaisseaux et quelles sont celles qui sont propres à un Xwing, un Tiefighter ou un Croiseur. Plus concrètement: on veut disposer d'une classe Vaisseau générique et définir les classes Xwing, Tiefighter, Croiseur
et MilleniumFalcon comme étant chacune une version particulière de Vaisseau. C'est précisément ce que l'on appelle l'héritage.
L'héritage Il s'agit donc de définir une classe à partir d'une autre classe plus générale. La classe Vaisseau ne définit que les caractéristiques communes à tous les appareils et la classe Xwing rajoute des choses qui font la différence avec un Croiseur, tout en étant par ailleurs un Vaisseau. On dit que Xwing est une classe dérivée de Vaisseau et que Vaisseau est une superclasse de Xwing.
Voyons ça en pratique : class Vaisseau public void décoller() System.out.println("je décolle"); } public void afficherType() System.out.println("vaisseau générique"); } La classe Xwing est dérivée de Vaisseau. Cela se signale à l'aide du mot-clé "extends". Par défaut, la classe dérivée est identique à sa superclasse, nous devons donc redéfinir les méthodes qui font que c’est un Xwing : class Xwing extends Vaisseau public void afficherType() System.out.println("xwing"); } } Une classe dérivée peut aussi contenir des champs ou des méthodes qui n'existent pas dans la superclasse:
class MilleniumFalcon extends Vaisseau public void afficherType() Sys tem.out.println("mi 1lenium falcon"); } public void vitesseLumière() System.out.println("accrochez vous ! " ) ; } } Si on crée une instance de Xwing, elle est bien-sûr de type Xwing. Mais elle peut aussi être traitée comme si elle était de type Vaisseau. C'est justement l'intérêt de l'opération : class DeathStar public void attirerVaisseau(Vaisseau v) System.out.print("Vaisseau attiré : ");
v. afficherType(); System, out .println ( 11 Rayon désactivé"),-
v. décoller(); } } Vous voyez que la DeathStar peut manipuler
les vaisseaux sans distinctions. Lançons un petit programme
qui utilise ces classes pour bien voir ce qui se passe : class
Exemple static public void main(String[] p) DeathStar
etoileNoire=new DeathStar(); Xwing vaisseauDeLuke=new Xwing();
MilleniumFalcon vaisseauDeHanSolo=new MilleniumFalcon();
etoileNoire.attirerVaisseau(vai sseauDeLuke);
etoileNoire.attirerVaisseau(vai sseauDeHanSolo);
vaisseauDeHanSolo.vitesseLumier e ( ) ; } ) etoileNoire n'a
qu’une méthode attirerVaisseau qui prend en paramètre une
instance de Vaisseau, c'est à dire également une instance
d'une classe dérivée.
Ainsi, vous pouvez définir à posteriori un nouveau vaisseau en dérivant Vaisseau et il sera directement utilisable dans le reste du programme. Nous avons ainsi séparé les propriétés communes des particularités propres à chaque vaisseau.
L'accès aux membres On connaît pour le moment deux modes d'accès : public et private. Dans quelle mesure les méthodes d'une classe ont-elles accès aux membres de la superclasse ?
Pour les membres public, pas de problème: ils sont hérités tels quels et on les retrouve donc en public dans la classe dérivée. Les membres private sont également transmis par héritage, mais ils sont "tellement privés" qu'ils ne sont pas visibles pour les méthodes définies dans la classe dérivée.
Ajoutons par exemple à la classe Vaisseau les membres suivants: private int nombreDeMissiles; public void tirerünMissile() nombreDeMissiles=nombreDeMissil es-1; } tirerünMissile est public, on peut donc écrire sans problème vaisseauDeLuke.tirerünMissile(; car la méthode est héritée. Elle s'exécute et accède bien au champ nombre DeMissiles qui est lui aussi hérité. Mais comme il est en private dans la superclasse, il n’est pas possible de définir une nouvelle méthode dans Xwing qui accède à ce champ. En clair : un champ hérité private n'est accessibles qu'aux méthodes elles-mêmes héri
tées. Il faut donc introduire un nouveau mode d'accès moins restrictif.
Protected Le mode d'accès protected ressemble à private, sauf qu'un membre protected hérité est accessible dans la classe dérivée.
Modifions notre déclaration : protected int nombreDeMissiles; On peut maintenant définir dans la classe Xwing une nouvelle méthode qui utilise ce champ. L'accès est autorisé non seulement pour toutes les méthodes de la classe Vaisseau, mais aussi pour toutes les méthodes de toutes les classes dérivées.
La surprise du jour En lava, on ne peut en fait définir que des classes dérivées. Eh oui, on faisait de l'héritage depuis le début ! Lorsqu'on n'utilise pas le mot extends pour déclarer une superclasse, la classe définie dérive implicitement de Object, superclasse générale en Java (cf.
Encadré). Autrement dit: toutes les classes crées en Java ont Object pour superclasse.
Par exemple, Xwing dérive de Vaisseau qui dérive lui-même de Object. De plus, une méthode qui attend Object en paramètre peut très bien prendre un Xwing. Ce qui est fort, c'est que même les tableaux (qui ne sont pourtant pas des objets au sens propre du terme) dérivent de Object ! Ainsi, dans une application, on a souvent affaire à une véritable arborescence de classes. C'est ce que l'on appelle arbres d'héritage.
On s'arrête là Eh oui, l'héritage est un gros morceau et on n'a pas fini d'en étudier le fonctionnement ! Mais comme vous devez commencer à le savoir, il n’est pas possible de programmer réellement en java sans le maîtriser, comme on ne peut pas faire du Pascal si on n'a pas compris les procédures. Alors en attendant la suite à la rentrée, jouez avec ce simulateur de simulateur de Starwars. Faites par exemple deux classes dérivées de Vaisseau : Alliance et CoteObscur et dérivez les différents vaisseaux à partir de là. Quels sont les avantages de procéder ainsi ?
Jakub Zimmermann (KXJBOtOS, omms, ssoumox, CHOCÛL(ÏÏZ La classe Object Mère de toutes les classes Java, la classe Object implémente certaines fonctions très importantes. Voici la définition de cette classe. Les méthodes non commentées seront vues plus tard.
• Constructeur : Object() construit un objet vide
• Méthodes publiques : Class getClass()
• int hashCode() renvoie un entier en tant que clé de hachage
pour cet objet.
Très utile!
• boolean equals(Object o) renvoie true si l'objet et l'objet o
sont identiques
• Object clone()
• String toString() renvoie une chaîne de caractères décrivant
l'objet
• void notify()
• void notifyAII()
• void wait(iong délai)
• void wait(long us, long ns)
• void wait()
• void finalizeQ Bon, si vous avez suivi cette petite saga, vous
vous souviendrez certainement que nous avons abordé la
programmation de la librairie Gadtools et l'utilisation des
datatypes. Vous savez donc ouvrir une fenêtre avec des gadgets
à l'intérieur, traiter des événements simples et examiner un
fichier pour connaître son type. C'est pas grand chose, je suis
d'accord, mais c'est un début. Ce mois-ci, nous allons voir
comment ouvrir et utiliser des fenêtres de requêtes ASL.
Celles-ci vous seront très utiles lors de la programmation de
logiciels. En effet, elles permettent entre autre de
sélectionner très simplement un fichier dans l'arborescence des
disques.
ASL permet également d'ouvrir d'autres fenêtres de requêtes, mais nous en reparlerons par la suite.
Programmation C Maintenant que l'Amiga a été racheté, nous sommes persuadés que de nombreux lecteurs de Dream vont s'investir dans la programmation en C. Et c'est justement le sujet de cet article.
Ah bon, c'est marqué au dessus ? Désolé... Notre exemple ouvrira plusieurs requêtes de fichiers dans le Workbench puis dans un écran dédié. Ainsi, nous aborderons à peu près toutes les sortes de requêtes de fichiers. Nous suivons toujours le même principe : le listing est marqué de commentaires *COM x* qui correspondent à des explications dans cette partie. Vous êtes prêts, alors c'est parti.
COM 1 : On inclut les fichiers dont on a besoin et on déclare des pointeurs sur les librairies.
COM 2 : Déclaration des méthodes définies dans notre programme.
COM 3 : Déclaration de deux structures.
Une qui définit les paramètres de l'écran et l'autre de la fenêtre.
COM 4 : Déclaration des structures qui permettent de paramétrer les futures requêtes de fichiers.
COM 5 : Ouverture des librairies utilisées.
COM 6 : Ouverture de la plus simplifiée des requêtes de fichiers et traitement de la réponse.
COM 7 : Ouverture d’une requête plus complexe qui utilise une des structures définie au départ comme paramètres.
Cette requête permet la multi-sélection de fichiers.
COM 8 : Traitement après la fermeture de la requête. On peut savoir si l’utilisateur a sélectionné un ou plusieurs fichiers, ou a cliqué sur CANCEL. On peut évidemment connaître le nom et le chemin de chaque fichier.
COM 9 : On ouvre maintenant une requête qui permet la sauvegarde de fichier. On reprend la même variable que précédemment mais en l’ouvrant avec d'autres propriétés.
COM 10 : On effectue maintenant des tests sur un écran dédié. On ouvre donc cet écran et une fenêtre dans celui-ci.
COM 11 : On ouvre une requête de fichiers sur l’écran que l'on vient d'ouvrir.
On utilise toujours la même variable.
COM 12 : On attend que l'utilisateur clique sur le gadget de fermeture de la fenêtre ou presse la touche 'q'.
COM 13 : Définition d'une fonction utilisée pour interagir avec la requête de fichier.
Cette fonction est appelée lorsque la requête est ouverte et qu'elle reçoit un événement particulier. On peut donc grâce à cette fonction garder le contrôle de la requête. Il faut noter que le cas DOMSG doit renvoyer obligatoirement l'object (message) passé en argument et que le cas DOWILDFUNC doit renvoyé 0 pour accepter le fichier (il vous est donc possible de refuser un fichier avant la fermeture de la requête en renvoyant -1).
COM 14 : fonction qui permet de libérer toute la mémoire allouée par les librairies puis de quitter le programme. On appelle de nombreuses fois cette fonction durant le programme. Ceci remplace les innombrables "if" imbriqués (voir le listing du mois dernier).
Voilà, c'est terminé. Vous allez pouvoir travailler sur les autres types de requêtes qui fonctionnent de façon similaire. Parmi celles-ci existent la requête de polices de caractères et la requête pour les modes d'écran. Lorsque vous en aurez fini avec ASL, essayez de faire la même chose avec reqTools. Celle-ci permet plus de choses, mais elle est du domaine public, alors qu'ASL est fourni avec le Workbench.
Bonne programmation et à plus.
Richard Thibault * COM 1* include cintuition intuition. H include utility tagitem.h rinclude utility hooks.h include libraries asl .h include clib exec__protos. H include clib dos_protos.h include clib graphics_protos. H include clib intuition_protos.h include clib disk£ont_protos.h include clib asl_protos.h include stdlib.h include string.h struct Library *AslBase; s truc t • Library * Intui tionBase ; struct Library *GfxBase; struct Screen *MonEcran; .
Struct Window *MaFenetre; struct FileRequester *FileRequester; * COM 2 * void freeAndExit ( int ) ; int main(int, char **); ULGNG FileHook (ULONG, CFTR, struct FileRequester * ) ; * COM 3 * struct TextAttr MonTextAttr = " topaz. Font ", TOPAZ_EIGHTY, 0,0 } ; struct NewScreen MonNouvelEcran = 0,50,320,200,5, * taille de l'écran * 1 2, 0, CUSTOMSCREEN, &MonTextAttr, * type d'écran et fonte * "Un Ecran", * titre de l'écran * 0,0 }; struct NewWindow MaNouvelleFenetre = 10,10,300,150-, * taille de la fenêtre * 1 2, REFRESHWINDCW | NEWSIZE | ACTIVEWINDCW | CLOSE- WINDOW |
VANILLAKEY, ACTTVATE | SMART_REFRESH | WINDOWDEPTH | WIN- DÜWSIZING | WINDOWDRAG | WTODaCLOSE, * types d'événements et de comportements acceptés * 0,0, "Une Fenêtre", * titre * 0, 0, 20,20,1000,1000, CUSTOMSCREEN } ; * COM 4 * struct Tagltem MultiTags[] = ASL_FuncFlags, FILF_MULTI SELECT | FILF_PATCAD, * type de requête multiSélection * ASL_Pattem, (ULONG) " ?", ASL_Hail,(ULONG)"MultiSelect", TAG_DONE, * il faut toujours finir la liste des TAGS par celui-là * }; struct Tagltem SaveTags[] = ASL_Hail, (ULONG) "teste de sauvegarde", ASL_FuncFlags,FILF_SAVE | FILF_PATGAD, * type
de requête sauvegarde * ASL_OKText, (ULONG) "Sauver", TAG_DCNE, }; struct Tagltem FileTags2 [ ] = ASL_Window, NULL, ASL_HookFunc, (ULONG) FileHook, ASL_FuncFlags, FILF_DOMSGFUNC | FILF_Da JILDFUNC, * type de requête * ASL_Hail, (ULONG) "teste dans un écran dédié", TAG_DONE }; main(int argc,char *argv[3) ( struct IntuiMessage *msg; ULONG class,code; struct WBArg *p_wbargs; int i; * cm 5 * IntuitionBase = OpenLibrary " intuition. Library " ,36); if ( IntuitionBase == NULL ) freeAndExit(30); } GfxBase = OpenLibrary( "graphies.library", 36); if ( GfxBase == NULL ) freeAndExit(31); }
if ( (As1Base = OpenLibrary (AslName,36)) == 0 ) printf ( "Can11 open asl. Library n" ) ; freeAndExit(33); } * cm 6 * FileRequester = AllocFileRequestO ; if ( FileRequester == NULL ) printf ("Irrpossible d'allouer la requête de fichier ASL n") ; freeAndExit(34); } if ( RequestFile(FileRequester) ) printf("répertoire (%s) fichier (%s) n",FileRequester- rf_Dir, Fi 1 eRequester- rf_Fi le ) ; else printf ("L'utilisateur a cliqué sur CAN- CEL n") ; FreeFileRequest( FileRequester ); * COM 7 * FileRequester = AllocAslRequest(ASL_FileRequest, NULL); if ( FileRequester NULL ) printf
("Inpossible d'allouer la requête de fichier ASL n" ) ; freeAndExit(34); } *¦ cm 8 * if (AslRequest(FileRequester,I4ultiTags)) if ( i = Fi1eRequester- rf_NumArgs ) printf ("%d fichiers sélectionnés n", i) ; p_wbargs = Fi1eRequester- rf_ArgList; while ( i ) printf("MultiSélection : lock $ %lx nom %s n" ,p_wbargs- wa_Lock,p_vjbargs- wa_Name) ; p_wbcu:gs++ ; } } else printf ("Sélection unique - répertoire (%s) fichier (%s) n",FileRequester- rf_Dir,FileRequester- rf_File); } else printf ("L'utilisateur a cliqué sur CAN- CEL n"); * COM 9 * if ( AslRequest( FileRequester, SaveTags ) )
printf("répertoire (%s) fichier (%s) n",Fi1eRequester- rf_Dir,FileRequester- rf_File); else printf ("L'utilisateur a cliqué sur CAN- CEL n"); * cm io * MonEcran = OpenScreen (&MonNouvelEcran) ; if ( MonEcran == 0L ) printf ( " Impossible d' ouvrir 1'écran... n"); freeAndExit(1); } MaNouvelleFenetre.Screen = MonEcran; MaFenetre = OpenWindow (ScMaNouvelleFenetre ) ; if ( MaFenetre == 0L ) printf ("Impossible d'ouvrir la fenêtre... n"); freeAndExit(2); } AncienneFont = MaFenetre- RPort- Font; * COI 11 * Fi leTags2 [ 0 3 . Ti_Data = ( ULONG) MaFenetre ; if ( AslRequest( FileRequester,
FileTags2 ) ) printf("répertoire (%s) fichier (%s) n",FileRequester- rf_Dir,FileRequester- rf_File); else printf ("L'utilisateur a cliqué sur CAN- CEL n" ) ; * COM 12 * while ( TRUE ) WaitPort( MaFenetre- UserPort ); msg = (struct IntuiMessage *) GetMsg(MaFenetre- UserPort); class = msg- Class; code = msg- Code; ReplyMsg( (struct Message *)msg) ; if ( class == CLOSEWINDOW ) freeAndExit( 0 ) ; if ( class == VANILLAKEY ) if ( code == 'Q' ) freeAndExit(0); else goto Again; } } } * COM 13 * ULONG FileHook(ULONG Type,CPTR Object,struct FileRequester *fr) switch ( TyP ) case
FXLF_DOMSGFUNC: printf ( "Fichier domsgfunc: IDCMP class $ %lx n",( (struct IntuiMessage
* )Obj ect)- Class); retum( (ULONG) Object ); break; case
FILF_DCWILDFUNC : printf( "Fichier dowildfunc: %s n", ((struct
AnchorPath *)Object)- ap_Info. F ib_Fi leName ) ; retum(NULL);
* accept le fichier * break; default: printf ( "hook %ld n"
,Type) ; } } * COM 14 * void freeAndExit(int rc) if (
FileRequester ) FreeAslRequest(FileRequester); printf (
"Freed File Request! n" ) ; } if (MaFenetre)
SetFont(MaFenetre- Rport,AncienneFont) ; CloseWindow(MaFenetre)
; } if (MonEcran) CloseScreen (MonEcran) ; if (AslBase)
CloseLibrary(AslBase); if (GfxBase) CloseLibrary (GfxBase) ; if
(IntuitionBase) CloseLibrary (IntuitionBase) ; exit (rc); }
Assembleur J Quand l'assembleur apprend à compter !
Nous disposons, en programmation Assembleur, de peu de types de données. Il y a l'octet, le mot de 16 bits et le mot long de 32 bits. En plus, nous sommes très limités quant au nombre de valeurs possibles : Ce mois-ci, nous allons laisser de côté les fonctionnalités de l'Intuition, library pour revenir à des problèmes plus classiques en Assembleur : nous allons apprendre à compter... 8 bits, 256 valeurs dans [0-255] 16 bits, 65536 valeurs dans [0-65535] 32 bits, 4 milliards de valeurs dans [0- 4294967295] Remarquons ici que nous n'avons affaire qu'à des entiers, or nous avons aussi besoin de
nombres réels pour faire des calculs en Assembleur. Nous allons voir comment faire lorsque nous ne disposons pas de FPU et qu'en plus nous n’utilisons pas les bibliothèques de fonctions mathématiques. Mais tout d'abord, comment compter avec des valeurs entières ? Rappelons les bases de l'arithmétique binaire : 0 + 0= 00 0 + 1 = 01 1 + 0 = 01 1 + 1 = 10 Ici, nous pouvons constater que même en binaire 1 +1 =2 (à savoir 10) ce qui revient à dire en langage d'écolier : "un plus un font deux, je pose zéro et je retiens un.". En suivant ces règles simples on peut faire n'importe quel calcul
entier non signé en Assembleur. Par exemple : %0010 + %0111 ( 2) (+ 7) ( 9) %1001 Dans cet exemple, une retenue est générée lorsque nous additionnons deux bits dont la valeur est 1 (1 + 1 = (1)0). Cette retenue est reportée sur le rang suivant, ce qui génère encore une retenue (0 + 1 + (1) =
(1) 0 ). De fait, le dernier rang correspond à 0 + 0 + (1) = 1.
Tout serait merveilleux si nous n'étions pas limités en
nombre de valeurs.
En effet, faisons un calcul simple sur un octet : %11111111 (255) + %00000001 (+ 1) (1 )%00000000 ô Ce résultat est faux car nous avons dépassé les bornes de notre intervalle de calcul : on ne peut malheureusement pas agrandir la taille d'un octet ! Une solution simple à ce petit problème, me direz-vous, est de faire cette opération sur 1 6 bits. Hélas, ce n'est que reculer pour mieux sauter, que pourrons-nous faire lorsque nos calculs dépasserons la valeur maximale sur 32 bits ? Il n’y a pas de solution triviale, si cette valeur est à calculer nous devrons passer par un petit programme
maison pour la traiter correctement.
Dans le dernier exemple, on peut remarquer qu'une retenue est générée lors de l'addition des derniers bits. Cette retenue est toujours reportée dans le drapeau Carry (noté C) du registre d'état du 68000. Et c'est ce qui nous sauve ! Car nous pouvons détecter ce report grâce à l'instruction BCS, qui effectuera alors un branchement à notre petit programme, héhé ! Nous allons maintenant voir comment faire des opérations signées.
Il suffira d'un signe... Pour représenter les nombres entiers signés, on utilise une technique connue sous le nom de "complément à deux".
Pour obtenir un nombre négatif, il suffit de prendre un nombre binaire, d'inverser tous ces bits et de lui ajouter 1.
Par exemple, pour obtenir -3 : not(%00000011 ) + 1 = %11111101 Le bit le plus à gauche est le bit de signe, il vaut 1 lorsque le nombre est négatif. Avec cette représentation, nous changeons notre intervalle de valeurs (i.e sur 8 bits 256 valeurs dans [-128,+127]).
Et bien sûr cela marche : 9611111101 -3 + %00001010 i.e + 10
(1) 9600000111 7 Vous remarquerez qu'à nouveau un report est
généré mais le résultat est juste. Nous n'avons pas à nous en
préoccuper, c'est un des grands avantages de cette notation.
Cependant, nous n'avons fait qu'échanger un problème avec un autre.
En effet, si nous effectuons un bête calcul sur 8 bits: 9601000000 64 + 9601000001 i.e+ 65 9610000001 -128 Notre résultat est faux car nous avons écrasé le bit de signe. Cela s'appelle un débordement, cet événement est notifié dans le drapeau Overflow (noté V) du registre d'état du 68000. Et nous pouvons le tester grâce aux instructions BVS et BVC. Cette erreur se produit uniquement lorsque nous ajoutons deux nombres positifs ou négatifs et que le résultat dépasse les bornes des intervalles signés.
Aux frontières du réel... Nous voici donc au coeur du problème : Comment faire pour représenter des réels dans un domaine de valeurs aussi limité et avec des entiers uniquement ? On utilise une technique connue sous le nom de calcul en point fixe.
Le principe en est très simple, puisque nous n'avons que des entiers, nous multiplions nos opérandes réelles par un entier suffisamment grand et bien choisi (au hasard une puissance de 2).
Par exemple :
3. 5x1 024 + 2.3x1 024 = 5.8x1 024 Bien sûr, encore une fois, il
faut faire attention au débordement. De plus, il faut avoir
conscience d'une propriété de cette technique lorsque nous
multiplions, il ne faut pas oublié de rectifier le résultat.
En effet :
(3. 5x1 024)x(-2.0x1 024)= -7x1024x1024 ce résultat est
incorrect, il faut le ramener à la précision originale en
divisant par 1024.
C'est à dire en décalant de 12 bits vers la droite à l'aide de l'intruction ASR, ce qui justifie le choix de multiplier par des puissances de 2. Pour illustrer ce dernier point, voici le listing du mois qui trace la courbe f(x,y)=xA2+yA2.
David Mignon ; Ecrit pour Devpac ...Pour asm- one ajouter ;la directive INCDIR avec le rüpertoire ; correct et supprimer opt c+,d- ; exemple: INCDIR "Asm- one:include " opt c+,d- include exec exec_lib.i include intuition intuition. I include intuition intui- tion_lib.i include graphies graphics_lib.i xmin equ -4*1024 ymin equ -4*1024 Dx equ 8*1024 320 Dy equ 8*1024 256 max_col equ 31 lea intnom(pc),al moveq 0,d0 CALLEXEC OpenLibrary move.l dO,_IntuitionBase lea gfxnom(pc),al moveq 0,d0 CALLEXEC OpenLibrary move.1 dO,_GfxBase lea ScreenED,a0 CALLINT OpenScreen move.1 dO,ScreenEDRas t move.1
dO,WindowEDS1 lea WindowED,a0 CALLINTOpenWindow move.1 dO,WindowEDRast bsr init_couleur bsr fx bsr cliqu'er_souris move.1 WindowEDRast,aO CALLINT CloseWindow move.l ScreenEDRast,aO CALLINT CloseScreen move.l _GfxBase,al CALLEXEC CloseLibrary move.1 _IntuitionBase,al CALLEXEC CloseLibrary rts cliquer_souris move.1 WindowEDRast,aO move.1 86(aO),aO CALLEXEC GetMsg tst.l dO beq.s cliquer_souris rts init_couleur move. W max_col+l, dO move.1 ScreenEDRast,aO lea $ 2c(aO),aO lea couleur,al CALLGRAF LoadRGB4 rts En BASIC fx s'écrit for x=319 to 0 for y=255 to 0 pset(x,y,x*x+y*y) next y,x fx move.w
319,d7 move.1 xmin,dO ext.1 dO .for_x move.w 255,d6 move.l ymin,dl ext.l dl .for_y move.1 dO,d2 move.1 dl,d3 muls.w d2,d2 muls.w d3,d3 add.l d2,d3 ;on décale de 24-8 bits ;au lieu de 24 bits ;pour obtenir un résultat ; entre 0 et 31 asr.l 8,d3 asr.l 8,d3 bsr pset_x_y_col add.l Dy,dl dbf d6,.for_y add.l Dx,d0 dbf d7,.for_x rts p s e t_x_y_co1 movem.1 d0-d7 a0-a6,-(a7) exg d3,dO andi.w $ lf,d0 move.1 ScreenEDRast,al lea $ 54(al),al CALLGRAF SetAPen exg d7,dO exg d6,dl move.1 ScreenEDRast,al lea $ 54(al),al CALLGRAF WritePixel movem.1 (a7)+,d0-d7 a0-a6 rts intnom INTNAME GRAFNAME gfxnom even
_IntuitionBase de.1 0 _GfxBase de.1 0 ,-structure Newscreen ScreenED dc.w 0,0,319,256,5
dc. b 0,1 de. W 0
dc. w CUSTOMSCREEN de. 1 0 de.1 ScreenEDtitre
dc. l 0 de. 1 0 ScreenEDtitre d c "Z=f(x,y)=x*x+y*y",0
ScreenEDRast dc.l 0 even WindowED leftedge topedge width
height de. W 0 de. W 0
dc. w 319
dc. w 255 de .b 0 ;detailpen de .b 0
dc. l MOUSEBUTTONS ;idempflags de. 1 ;blockpen
BACKDROP!BORDERLESS!SIMPLE_REFR ESH!ACTIVATE
dc. l 0 ;Firstgadget
dc. l 0
dc. l 0 WindowEDSl ;screen ;checkmark ;title de. 1 0 bi tmap
minwidth minheight maxwidth maxheight ; type
dc. l 0 de. W 0 de. W 0 de. W 0 de. W 0
dc. w CUSTOMSCREEN WindowEDRast dc.l 0 couleur dc.w
$ f,$ e,$ d,$ c,$ b,$ a,$ 9,$ 8,$ 7,$ 6,$ 5,$ 4,$ 3,$ 2,$ 1,$ 0
dc. w $ 1, $ 2, $ 3 , $ 4, $ 5, $ 6, $ 7 , $ 8, $ 9, $ a, $
b,$ c,$ d,$ e,$ f,$ lf A Dream, Une série d'articles sur
l'installation de Magic Workbench et de Mui serait la
bienvenue, ceux-ci devenant des utilitaires obligatoires
pour tout Amiga. De même si votre revue pouvait donner les
adresses pour se procurer ces sharewares en version
intégrale française et enregistrée, ce serait bien. Autre
idée : ce ne serait pas mal qu'un éditeur ou une revue ose
enfin consacrer un CD-Rom aux utilitaires en versions
intégrales et francisées. Dernier point, Gateway 2000 est-il
capable de nous sortir un Amiga utilisant les modes vidéos
d'un simple moniteur Svga ? Car l'utilisation d'un Tv me
semble idiot pour le graphisme... Pierre, St Genix sur
Guiers.
Nous avons à maintes reprises évoqué l'installation de Magic Workbench et Mui dans nos pages, mais sommes sensibles à votre requête toute justifiée.
Nous préparons donc dès aujourd'hui une série d'articles sur le sujet. En revanche, il nous est interdit de donner une liste des adresses où l'on peut acheter des logiciels. Ceci serait considéré comme de la publicité et, de fait, serait sévèrement réprimandé par la Commission paritaire, organe essentiel de notre indépendance. Mettre des¦ utilitaires en version intégrale sur le CD ? Autrement dit, vous voudriez que nous vous donnions gratuitement des logiciels disponibles uniquement à la vente ?
Ca s'appelle du piratage et nous ne voulons absolument pas en entendre parler ! Gateway 2000 est tout à fait capable de sortir un Amiga exploitant les modes graphiques Svga... Comme l'ont d'ailleurs été Commodore et Escom ! Hé oui, Depuis le 3000, l'Amiga peut aussi bien fonctionner en mode Pal qu'en mode Svga. En l'occurrence, la faute n'incombe pas au constructeur, mais aux développeurs de jeux et de démos, lesquels verrouillent leur affichage sur un mode Pal.
A noter qu'il existe une carte nommée Scan Doubler, pour Amiga 1200 et 4000. Sa fonction transforme tout signal Pal en Vga, autorisant ainsi les jeux à tourner directement sur un écran Svga.
A LA LOUPE Salut la Dreamette, Je possède un Amiga 1200 avec carte Blizzard 040T Ere.
J'aimerais savoir si le doubleur de barrettes Simms existant pour Pc et Mac sera compatible avec ma Blizzard (pour, par exemple, mettre deux barrettes de 8 Mo). Lorsque je demande à Cpu-Control de calculer la vitesse de mon ordinateur, il me répond quelque chose comme 27,7 Mips.
Pourquoi est-il alors écrit dans votre test (Deam n°37) qu'il dépasse les 30 Mips ? De même, dans l'une des captures de votre test, on voit que Sysinfo trouve un coprocesseur arithmétique, alors que ma carte n'en possède pas.
Pourquoi ? Où pourrais-je trouver le pilote de l'imprimante Bjc 70 de Canon ? Existe-t-il une solution pour gonfler mon Amiga en 060 en passant par le connecteur d'extension de ma Blizzard ? Et pour le Power Pc ?
Jean-Noël, Albert.
Le doubleur de barrettes mémoire proposé sur le marché du Pc est tout à fait compatible avec votre carte Blizzard. Cpu-Control calcule la vitesse de votre ordinateur avec le multitâche activé, pas la vitesse effective du microprocesseur. D'où la nuance.
Effectivement, le co-processeur arithmétique est absent dans un microprocesseur 68040 Ere (économique - recyclé). Et si Sysinfo le croit pourtant présent, c'est parce que ce logiciel de test est bogué : écrit bien avant la sortie du 68040 Ere, il est encore persuadé que tout 68040 dispose d'un coprocesseur arithmétique. En ce qui concerne les pilotes pour imprimante, nous nous sommes efforcés d'en mettre le maximum sur notre CD-Rom du mois. Le connecteur de votre Blizzard est uniquement destiné à l'ajout d'une carte contrôleur Scsi.
Lorsque vous voudrez passer au 68060 ou au Power Pc, il faudra changer de carte accélératrice.
ANGOISSE Un grand bonjour à toute l'équipe, A propos de cartes Power-up de Phase 5, vous avez dit que la carte serait fournie sans microprocesseur 680X0. Les revendeurs le proposeront-ils en option ou devrons-nous nous débrouiller pour en trouver dans les poubelles du quartier ? D'autre part, si le 680X0 assure le fonctionnement des programmes existants, est-ce à dire qu'aucun jeu actuel ne profitera de l'accélération du Power Pc ?
Fabrice.
Effectivement, par soucis d'économie Phase 5 distribuera ses cartes sans 680X0. Néanmoins ces mircoprocesseurs, indispensables au bon fonctionnement de la machine (au moins dans un premier temps), seront disponibles soit auprès des revendeurs de la carte Phase 5, soit auprès de distributeurs de composants électroniques (beaucoup moins cher). Aucun des logiciels actuels, qu'il s'agisse d'un jeu ou d'un outil de Raytracing, ne profitera de l'accélération du Power Pc. En effet, le Power Pc est totalement incompatible avec le jeu d'instructions 680X0 ! Au pire, il faudrait passer par une
émulation, ce qui ralentirait dramatiquement l'ordinateur ! Tout comme sur Macintosh, le Power Pc est un microprocesseur bien plus rapide que le 680X0, mais afin de profiter du gain de vitesse, il faut des logiciels spécialement écrits pour !
CULOTTE Monsieur, je vous serais reconnaissant de copier sur les disquettes ci- jointes la version démo de Racer. Si Racer ne prend qu'une seule des deux disquettes, merci de bien vouloir remplir l'autre par la démo d'un futur hit.
Alexandre, Bellegarde.
Hé bien c'est non. Pour la énième fois : Dream est un magazine et, malheureusement pas, un organisme de distribution de sharewares... D'une part, nous ne voudrions absolument pas faire concurrence aux sociétés dont c'est le rôle et d'autre part, nous n'en avons même pas le temps !
Donc, s'il vous plaît, cessez de nous envoyer des disquettes vierges et des timbres ! Vous allez finir par vous ruiner et en plus ça ne sert à rien. Croyez cependant bien que nous faisons déjà l'impossible pour vous satisfaire, mais dans la mesure de nos moyens : désormais, Dream est livré avec un CD-Rom en couverture.
BOOSTER SON 600 Chère Dreamette, Quelles seraient les effets, si elle existait, d'une Rom 3.1 sur mon Amiga 600 (68020 à 25 Mhz, 8 Mo de Ram). Quelles résolutions peut-on obtenir avec la carte Grafity sous Ecs ?
Microcosm est-il sorti sur Cdtv ?
Xavier-Alexandre, Audruicq.
La Rom 3.1 existe belle et bien pour Amiga 600, on peut se la procurer auprès des distributeurs de Village Tronic et d'Amiga International. Il s'agit essentiellement d'une mise à jour du système qui rend votre ordinateur plus compatible avec les périphériques (lecteurs de CD-Rom, etc.) et les logiciels actuels. Comme il était dit dans notre test; la carte Graffiti n'apporte aucune résolution supplémentaire mais permet juste de faire croître le nombre de couleurs à l'écran. Par exemple, un Amiga 600 pourra enfin afficher du 320x256 en 256 couleurs. Les principaux logiciels
exploitant les caractéristiques de cette carte sont pour l'instant Shapeshifter (émulateur Macintosh) et Nemac IV (Doom- Like). Bien que prévu, Microcosm n’est jamais sorti sur Cdtv.
CHERCHE DP Cher Dream, Dans votre n°39, vous avez mentionné le jeu Le solitaire dans la rubrique Domaine public. Où pourrais-je le commander ? Et à quel prix ?
Fabien, St Gilles Croix de Vie.
Petit rappel. Le solitaire dont nous avons parlé est un shareware, ou logiciel du domaine public.
Concrètement, cela signifie qu'il est possible de s'en procurer une version gratuitement. La version en question est disponible chez les revendeurs de Dp, lesquels ne vous facturent que le coût de la disquette et de l'envoi. Bien entendu, ces revendeurs passent de la publicité dans Dream et nous vous invitons à consulter leurs pages pour obtenir leurs coordonnées. Autre source pour se fournir en Dp : Internet. Les utilisateurs d'Amiga ont la chance unique d'avoir un site Internet sur lequel on peut trouver absolument TOUS les Dp Amiga, Aminet le bien nommé. Sur les autres machines, il faut
jongler entre des millions d'adresses Internet pour avoir une vague chance de trouver l'objet de toutes les convoitises. Enfin, depuis qu'un CD-Rom est offert en couverture de Dream, nous nous efforçons de vous fournir toute l'actualité du Dp mois après mois. Mais il nous faudrait au moins cinq années pour vous offrir ne serait-ce que le parc de Dp déjà existant !
CAUSTIQUE Cher Dream, Ce qui a le plus motivé cette lettre, c'est la publication de la photo d'une démo (page 60 du dernier numéro) très inspirée d'une excellentissime BD, Le grand pouvoir du Schninkel.
Pourriez-vous me rappeler les auteurs de cette dernière ?
Une autre chose qui m'a fait sursauté, c'est le test d'Hugo.
Sans vouloir être vexant, je suis presque sûr d'y avoir joué il y a au moins deux ans chez un ami ! Enfin, dans le dossier Tous incompatibles, vous dites, je cite : "A son époque, l'Amstrad Cpc rivalisait de puissance avec le Pc... Pour quatre fois plus cher I". Le Pc quatre fois moins cher qu'un Cpc ?
Ce n'est pas plutôt l'inverse ?
Surtout que l'Amstrad avait un meilleur son et de meilleurs graphismes que le Pc... Pour finir, voici une petite anecdote sur Ibm. J'ai acheté un Ibm Pc en 1993 et, dans toutes ses docs, Ibm avait traduit To select (sélectionner en anglais) par Sélecter. Aucune faute d'accord, de temps ou d'orthographe dans les docs, juste un verbe qui n'existe pas. Ça m'avait bien fait rire, à l'époque. Mais le pire, c'est que dans les dernières pubs d'Ibm qui passent actuellement à la télé, on lit sur un écran, de manière bien visible à côté du curseur qui clignote, un bouton "Sélecter". Il faudrait
peut-être leur dire ?
Adrien, Versailles.
Les auteurs du Grand pouvoir du Schninkel sont Rosinski pour le dessin et Van Hamme pour le scénario. A noter qu'ils sont également les auteurs d'une série culte, Thorgal. Pour tout avouer, nous aussi nous avons été surpris de recevoir Hugo en test, car toute la rédaction se souvient de l'avoir vu tourner il y a sept ans sur Amiga 1000.
Renseignements pris, nous avons élucidé le mystère : Hugo est un jeu sorti en 1990 pour l'utilisation exclusive de la télévision danoise. Mais des pirates en ont fait circuler des versions dans toute l'Europe à l'époque. Hugo était alors constitué de trois titres répartis en 24 disquettes !
Fin 1994, la télévision française rachète le concept et tous les Amigaïstes se souviennent que le produit tourne sur leur machine.
Dream réalise même un reportage, mais le jeu n'est toujours pas disponible pour le grand public.
Mai 97, Hugo connaît une dernière résurrection : il sort enfin en disquettes pour le grand public. Raison pour laquelle nous avons décidé de le tester dans notre précédent numéro. La légende qui prenait place sous la photo d'un Cpc 664 était à l'origine : " A son époque, l'Amstrad Cpc rivalisait de puissance avec le Pc, lequel coûtait quatre fois plus cher ! ". Malheureusement, les besoins de la mise en page ont écourté cette phrase et le sens en a été involontairement inversé. Encore toutes nos excuses. Votre anecdote nous a bien fait rire.
• Forum MOI AUSSI, J'ECRIS Salut à toute l'équipe, je profite de
l'envoi de mon coupon pour vous exprimer mon soutien. En effet,
je ne connais aucun autre magazine qui regorge autant de savoir
et d'informations utilisables que le vôtre. Une petite remarque
: j'ai lu que vous pensiez diffuser sur votre CD des
utilitaires pour Mac. Connaissant bien la mentalité des
défenseurs de la Pomme, je pense que ceux-ci ne
s'intéresseraient que peu à Dream, qui ose parler de Linux et
BeOS. Enfin, je me permets Chers lecteurs, le forum lecteurs de
Dream est votre rubrique !
Surtout, n'hésitez pas à nous poser vos questions, émettre vos critiques ou commentaires, nous nous ferons un plaisir de vous répondre.
Abientôt Dream forum - 16, rue de La Fontaine au Roi 7501 1 Paris Dream est édité par Posse Press, SARL au capital de 250 000 francs, 16, rue de La Fontaine au Roi, 75011 Paris.
Directeur de publication : Romain Canonge Tél : 01 53 36 84 25 Directrice de la rédaction : Christine Robert Tél : 01 53 36 84 24 Responsable publicité : Hélène Blondel Tél : 01 53 36 84 20 Directeur des projets multimédia : Fred Botton fbotton@hol.fr Tél: 01 53 36 84 12 Assistante de direction : Valérie Ambrosio Tél : 01 53 36 84 11 Secrétaire générale : Anna Vincent Renseignements : (techniques, abonnements et VPC de 1 OhOO à 12h30) Tél. : 01 53 36 84 18 Télécopie : 01 43 55 66 68 Rédaction Tél : 01 53 36 84 15 Email : gpossepr@hol.fr Rédacteurs en chef adjoints : Yann Serra Geoffroy Marty
gpossepr@hol.fr On collaboré à ce numéro : David Feugey, Gem, David Mignon, Vincent Oneto, Yann Serra, Frédéric Peschanski, Richard Thibault, jakub Zimmerman.
Directeur artistique : Pierre-Yves Roudy Tél : 01 53 36 84 28 Email : pyroudy@hol.fr Ier rédacteur graphiste : Catherine Paire Tél : 01 53 36 84 27 Rédacteur graphiste : Véronique Belpois Tél : 01 53 36 84 27 Illustrateur : Christophe Bardon Fabrication Photogravure : La station graphique Impréssion : Leonce Deprez Réassort : Distrimédia (Toulouse) 05 61 40 74 74 Diffusion : MLP Dépôt légal : à parution Commission paritaire : n°75364 Représentant légal : Romain Canonge.
Associés principaux : Romain Canonge, Christine Robert.
Droits de reproduction : Copyright 1997 - Posse Press Toute représentation ou toute reproduction intégrale ou partielle du magazine, toute utilisation du logo de Deam ne peuvent se faire sans l'accord de l’éditeur. L’envoi de textes, photos, logiciels à l’éditeur implique l'acceptation par l'auteur de leur libre publication. Sauf accord spécial, les documents ne sont jamais restitués. L'éditeur décline toute responsabilité quand aux opinions formulées dans les articles, celles-ci n’engageant que les auteurs. Les marques citées appartiennent à leurs propriétaires respectifs. Leur citation est
faite sans aucun but publicitaire et ne signifie en aucun cas que les procédés soient tombés dans le domaine public.
Posse.
De vous proposer mes services pour écrire un article sur le Power Pc., aussi n'hésitez pas à me contacter si vous êtes intéressés.
Forum • Lecteurs Ghislain, Cuers.
Si nous avons évoqué le fait de rajouter des applications Mac sur notre CD-Rom, cela n'a toujours été qu'un conditionnel imagé. Notre propos était de dire que Dream tend à couvrir toute l'actualité de l'informatique altrenative. Mais le cas du Mac est particulier : ce n'est pas un compatible Pc et ce n'est pas non plus un ordinateur à proprement parler alternatif. Ce qu'il fallait comprendre en lisant l'article du mois dernier c'est que, peut-être un jour, nous aurons quelque chose à apporter au Mac, si ce jour-là lui aussi tombe dans les méandres de la clandestinité. Quelques
petites précisions quant à l'appel aux lecteurs (toujours d'actualité) : envoyez-nous directement vos articles sur disquette. Les meilleurs seront publiés et gagneront un abonnement.
PROBLEME DE COMPRESSION Bonjour, Pourquoi est-ce que les contributions de vos lecteurs sont mis sur le CD avec une compression Dms au lieu du célè- brissime Lha ? A propos d'une question récemment posée dans les colonnes de votre forum, à propos de l'utilisation d'un moniteur Amstrad Cpc sur Amiga, voici une petite bidouille. Il suffit d'ouvrir le boîtier du moniteur et, à l'aide d'un petit tournevis, de régler cinq petits variateurs (un pour le rouge, deux pour le vert et deux pour le bleu). Ces variateurs sont situés au bout du tube cathodique. La manipulation est sans danger aucun :
j'ai moi-même utilisé ce moniteur pendant des années sur Amiga, sans connaître le moindre problème !
Olivier, St Egrève.
Mille mercis pour cette bidouille qui dépannera bien Eric. En ce qui concerne la compression, il faut savoir que le Dms est un format de compression de disquettes, au contraire du Lha qui compresse une arborescence de fichiers sur le disque dur. Il se trouve que toutes les contributions que nous recevons sont sur disquettes et que, dans la plupart des cas, il s'agit d'applications prévues pour démarrer toutes seules lors du boot. C'est afin de préserver cette fonctionnalité que nous avons opté pour le Dms.
A CHACUN SON WINDOW MANAGER Cher Dream, Depuis peu, j’ai installé Linux sur mon pc et je peux dire que ça change des bugs pondus à Redmond ! J'ai donc une petite question : existe-t-il une façon de faire coexister deux Window managers sans devoir à chaque fois changer la dernière ligne de mon .xinitrc ?
Patrick.
Connaissez-vous le shell et ses capacités infinies en matière de programmation ? Voici un petit script très simple qui permet de choisir un Window manager.
Bien sûr, ce script est minimalis- te, n'hésitez pas à l'améliorer !
La première chose à faire est de créer un fichier .xinitrc. template qui est votre .xinitrc actuel sans la dernière ligne (la ligne exec window manager). Voici le source du script startwm : $ cat startwm - ?
DEBUT DU SCRIPT STARWM * ! bin bash » echo "Lancement de X- Window" -*• echo "" cp .xinitrc.template .xinitrc - select wm in Afterstep "Fvwm" "Fvwm95" -+ do -*¦ case $ wm in -*¦ Afterstep) echo "exec afterstep" .xinitrc ; break ; ; - Fvwm) echo " exec fvwm" » .xinitrc ; break Fvwm95) echo "exec fvwm95~2" » .xinitrc ; break ; ; -* esac -* done usr Xll bin startx FIN DU SCRIPT STARTWM Indique un retour ligne Le principe de ce script est simple. Tout d'abord, on crée un nouveau .xinitrc (sans lancement de window manager) à partir de .xinitrc.template. La commande select permet de
choisir le window manager en tapant son numéro dans la liste. Suivant la réponse, la ligne de lancement du window manager est ajoutée au .xinitrc et on lance startx, la commande standard pour lancer X Window depuis le mode console. La morale de l'histoire : on peut pratiquement tout faire avec le shell !
LINDOWS NT ?
J’aimerais savoir comment faire cohabiter Linux, Win NT4.0 et Win95, soit l'OS loader de NT et Lilo.
Thomas.
Autrement dit, vous utilisez Windows 95 pour jouer, linux pour travailler mais ...A quoi vous sert Windows NT ? Trêve de plaisanterie, il n'est pas possible de mettre deux loaders sur les secteurs de boot de votre premier disque dur.
En général, les boot managers fournis avec les systèmes commerciaux ne reconnaissent pratiquement que ces systèmes.
Cependant, il existe d'autres loaders qui marchent pour la plupart des systèmes mais ce sont encore des produits commerciaux. Il existe deux documentations sur le sujet : Linux+WinNT et Linux+WinNT++ qui sont dans les mini-howtos (sur le cd de dream 41, dans les documentations en anglais). On reste cependant dans le domaine de la bidouille. La solution la plus simple consiste à utiliser une disquette LILO, le chargement est très rapide et cela marche à tous les coups.
Petites annonces Ventes Vds Al 200 Tower ; Cd Rom HD 540 ; 10883S , 8 Mo , CD + D7 ; 68020 + FPU ; etc... 5 000 Frs à Déb.
Mr. DUVAL, rue A. Camus 59160 Lomme.
Vds HD3 2 Go Ide neuf 1 800 frs. HD1 2 Go Scsi neuf 1 400 Frs, PSX neuve + Puce + 10 jeux 2 500 frs Ch.
Contacts CD. Vds jeux . Tél. : 06 80 52 02 56.
Vds PC Pentium 1 33, CD-Rom 8x , carte son soundblaster 16, Win 95, imprimante epson 500 color, 16 Mo ; 5 000 Frs Tél. : 03 23 81 25 30.
Vds Al 200 6Mo 28 Mhz DD 80 Mo CD -Rom Moniteur .... : 3 000 Frs + Port Max : 0555 843208 PI 50 - 24 Mo - 2, 4 Go 15 " .... à débattre ... URGENT...... Vds Al 200 + 1230 Copro 4 Mo + DD120 + Imprim.
H8510 + écran + Digit. Son DSS8 + VIDI 12 + NB ; utils + Jeux + Manettes : 5 000 frs.
Tél. : 01 45 06 71 63.
AV carte accélératrice DKB cobra 68030 40 Mhz - 4 Mo Ram : 1 000 Frs. Tél. : 05 46 49 29 26 le soir.
Vends : lecteur 880 Ko - 150 Frs, moniteur 1084 - 600 Frs, DD 3.5 - 600 Frs, DD 2.5 - 200 Frs, barette - 4 Mo - 150 Frs, imprimante Epson.LQ 100
- 600 Frs. Tél. : 05 53 04 59
91.
Vds HD- 635 Mo plein : utils, jeux, images ... 800 Frs + Lecteur D7, DD Ext. 200 Frs + Rom 1.3 : 100 Frs + Souris 100 Frs. Tél. : 02 40 59 68 87.
Vds Lot 650 disk à 650 Frs port en sus, ach. CD Amiga.
Tél. : 04 77 28 74 10.
Demander Frédéric.
Vds carte Al 230 Turbo GVP + Copro + 4 Mo. Demander Eric au 03 44 73 29 82.
Vds CD-32 + 4 Jeux + S - port (cable permettant de relier la CD32 à l'amiga ) livré avec 2 CD-Rom (network2, CD exchange) : 750 Frs. Tél. : 03 24 35 15 40.
Vds alimentation pour 500 600 1200 : 200 Frs. Tél. : 05 61 12 25 27 Thierry.
Cherche contact programmeur Blitbasic 2.1. Vds HD 630 Mo Seagate : 700 Frs (oct. 96), barette 8 Mo EDO : 200 Frs (fév. 97), le tout garantie. Cherche contact ASM C AMOS ( :- ), sur Paris et proche banlieue (93,92,....) dem. Malek après 18h00 au 01 42 43 81 95 Vds A500 de 2 Mo ds emballage d'orig. Avec jeux, utils... (+1084) en excellent état val. 2 300 Frs vendu 1 000 Frs A D. Sébastien 02 51 57 52 48.
Vds barette 4 Mo + carte acc.
68030 à 28 Mhz + imprimante BV10 N& B. + cherche contact sur Al 200 (SR rég. Vendée) Tél. : 02 51 57 52 48 soir.
Vds amiga 1200 + écran 1085 S + Nbx jeux 1500 Frs. 04 78 26 19 77.
Vds DD 1,6 Go 80 % pleins de jeux et utils 1 700 Frs aussi Jeux. Contactez Alfred 01 30 38 85 89. 3 rue Maçons de Lumière 95800 Cergy.
Vds disquettes vierges 1 frs, filtre écran 50 Frs boîte de rangement 100 D7 3'1 2, 25 Frs.
Tél. Fax.02 35 69 50 66 Vds A1200 + DD60 Mo + 6 Mo + 100 disks + originaux 2 500 Frs à déb. Interface DD PCMCIA 200 Frs Modem 14400 bds 700 Frs Interface MIDI + utils 100 Frs. Tél. : 03 83 48 35 18 Dép. 54.
Vds 8 jeux 500 1200 à 50 Frs, 5 CD à 30 Frs, ASIMCDFS 3.6 75 Frs, CDBOOT 75 Frs ou 600 Frs le tout, David 02 35 68 03
06. De 19 h à 21 h. Al 200 : 1 000 Frs Mon. 1942 : 1 200 Frs
Bliz40scsi +8 Mo + Alim 200 W : 2 200 Frs HD IDE 40 Mo :
150 Frs HD SCSI 210 Mo : 300 Frs Boitier SCSI + cable :
300 Frs eps 2 Mo 350 Frs 03 85 46 52 28.
Vds A500 + ext 512, Horloge, jeux, logiciels, souris, Joystick, docs prix : 650 Frs. Tél. : 01 48 09 10 48.
Vds Apollo 1230 Turbo + 4 Mo + QCSI 600 Frs. Stéphane, Tél. : 02 51 56 75 21. Après 19h00.
Vds 2 barettes 4 Mo EDO 100 Frs l'unité + jeux originaux.
Tél. : 04 78 94 39 65.
Demander Giao.
Vds Amiga 1200 + Blizzard IV 68030 + 8 Mo + 2 manettes IR + 260 D7 + Doc Dpaint IV Wordworth etc 3 500 Frs Tél. : 05 45 38 42 49.
Vds Tower Al 200 + 68060 + 16 Mo + HD 2.0 Go + CD X 4 + Lecteur 1.44 Mo + multi IDE + 1083S + Canon BJC 210 le tout 8 000 Frs. Tél. : 02 41 32 23 30.
Vds A2000 B rev. 6.2 WB 3.1 Tarif des PA Abonné Dream Non abonné Dream Insertion maqazine Dream 0F 20F Option couplée maqazine PC Team (+15F) (+15F) Option en qras (+10F) (+20F) Total 2 lecteurs int. Joy + souris 560 DPI 1 200 Frs, 100 jeux Amiga 500 avec manuels 1 000 Frs.
Tél. : 04 94 95 69 42.
Envoyez votre règlement (selon les tarifs ci-dessus) par chèque à l'ordre de Posse Press PA, 16, rue de La Fontaine au Roi, 75011 Paris. La vente ou l'échange de logiciels concerne uniquement les originaux. Dream se réserve le droit de refuser toute annonce. - Rubriques : ? Achats J ventes ? Contacts - Système : ? Amiga ? Linux J autre Vds ext. Mem. Al 200 peuplée avec horloge + 4 Mo SIMM 32 Bits + Copro 68882 PLCC 33Mhz prix 600 Frs à débattre.
Tél. : 03 89 76 41 75. Dép. 68.
Vds Al 200 DD840 Mo, moniteur alim 250 W CD utils + jeux imp. PANASONIC.
KXP1 126 Docs 4 500 frs à débattre. Tél. : 04 94 89 34
22.
1 1 1 P 1 1 I f l i 1 j f i t I I j ji ( i 1 îi G 1 1 l i
- --- h , Vds A2000, 3 Mo + cart A2320, rech : A4040, cart Zorro
2+ SCSI + lect. Hd Al 200, copro 68882 plcc,rech contact Al
200. Té I. : 02 47 96 68 63 (Jimmy).
Vds Disquettes vierges 3'1 2 1,50 Frs pièce filtre nylon 50 Frs. Recherche CD Rom pour Amiga. Alexis au 02 35 69 50
66.
Vds Al 200 + Pad CD 32 + Jeux + Docs : 1 200 Frs DD 120 Mo : 350 Frs écran + filtre : 500 Frs Tbe A500 3Mo + jeux 800 Frs. Tél. : 02 35 87 86 54.
Vds Al 200 + DD 80 Mo + écran 1083S + Jeux + magazine dream + Joystick = 2 000 Frs. Tél. : 04 93 31 00 95.
Achats Achète jeux originaux de Cannon Fodder II et Chaos engine II. Tél. : 04 75 90 29 63 après 20h00.
Recherche jeux CD32 : Tower assault, Super stardust, Micro- cosm, Prey, + ch. Contact sur Al200 faire offre au 02 51 57 52 48.
Ach. Jeux utils sur Amiga envoyer liste à Dufour Sandrine 3 place Charles de Gaulle 48000 Mende.
Contacts Cherche contact sur 500 et 1 200 réponses assurées écrire à Vialatte Pascal 12 avenue de foix 09100 Pamiers .
Cherche contact A600 A500 envoyer liste à Blondel Dany , 3 voie Henri Dunant 59760 Grande-Synthe + Cherche Ext.
1 M0A6OO.
Ch. Contacts 1200 et 4000 France et Francophonie Bernard Tél. : 03 23 98 43 21.
Cherche contact PC Linux sur Région Lyon : Tél. : 04 72 02 79 44 (Rép.) Bruno, 9 rue Arago 69330 Meyzieu.
Amigaïste isolé ch. Contacts Al 200 pour éch., prog, discuter, écrire à Wysocki Laurent 6 Place Chevalier 02190 Guignicourt.
Cherche personnes pouvant digitaliser des photos sur amiga 1200. Région 42 ou 69, Grimaldi Pierre, Lieu-dit Milissieux, 42800 Saint-Joseph.
Quions dans cet édito. Preuve en est Gilbert Goodmate, de Prelusion. Le véritable titre devrait en fait être Gilbert Goodmate et le champignon de Phungoria. L'histoire commence lorsqu'un champignon dangereux est soustrait à la garde de votre grand-père. La peine de Où est mon champignon ?
Mort prononcée contre lui vous donne le courage nécessaire à affronter les dangers qui vous menaceront au cours de cette aventure dont le but est évidemment de retrouver le champignon. Délectez-vous de ces superbes images !
• Autre jeu d'aventure en préparation, In shadow of time, de
Shadows elks (un groupe de développeurs suédois), devrait faire
son apparition d'ici à Noël.
Nos camarades suédois n'en sont pas à leur coup d'essai, mais leurs autres logiciels n'ont jamais dépassé leurs frontières, et n'ont connu là-bas qu'un succès d'estime. A en croire les graphismes, In shadow of time devrait pour sa part être capable de devenir une nouvel- In shadow of time.
Genetic species.
A venir evoilà Genetic species, que nous vous avons le mois dernier, avec de nouvelles images et, la chose est de moins en moins courante, une démo pour vous permettre de vous faire une idée sur le Cd du mois. Pour l'essayer, il vous suffira de décompresser le fichier aage- nesp.lha. Quelques précisions supplémentaires au sujet des spécifications techniques pour continuer de vous faire baver : Amiga 020+, AGA, et minimum 8 Mo de Ram. Genetic species, nous promet-on, devrait tirer parti de tout ce que vous pouvez lui donner en terme de matériel ! Une date de sortie a également été avancée :
octobre. Espérons que Vulcan tiendra les délais !
• Les jeux d'aventure sont de retour, comme nous l'expli- i I
Manie Mayhem Boadkill+Fears+ Legends 99 FF 599 FB 69 450
199 1199 69 450 99 599 99 599 99 599 99 599 69 450 99
599 99 599 69 450 99 599 99 599 49 299 99 599 49 299 69 450
199 1199 149 899 99 599 69 450 79 499 79 499 99 599
199 1199 199 1199 199 1199 99 599 49 299 79 499 69 450 79 499
79 499 99 599 99 599 99 599 79 499 199 1199 79 499
199 1199 94% (Dream)
• ••••••••«••••••••••••••••••••••••••••••••••••a résolution et en
3D. Gageons que la jouabilité sera au rendez- vous...
• En ce qui concerne les amateurs de stratégie, Fubar de Q-
group devrait être... disons un mélange de Nord et sud, de Risk
et de Givilization. L'objectif, s'emparer du monde et dégager
vos adversaires de façon sanglante. C'est pas un jeu pour
minettes ça, madame !
Normalement prévu pour deux joueurs, la version finale devrait permettre de jouer à 4 sur internet.
• Enfin, le produit le plus novateur que nous attendions s'ap
pelle Golem, et est développé par un groupe italien répon- le
référence dans le genre !
• Dans un tout autre genre, mais particulièrement apprécié à la
rédaction, Vulcan nous prépare Pinball brain damage, qui
proposera deux tables en haute leur moteur de décompression
d'animations et de lecture XFL96. Ce dernier est, paraît-il,
capable d'afficher des animations en 320x200x256 couleurs
plus rapidement que des fichiers Avi, Mpeg ou Quicktime sur un
1200. Renouveau des jeux et renouveau des technologies
semblent désormais aller de paire !
Dant au nom de Underground software. Il s'agit encore d'un jeu d'aventure, mais très orienté action, et assez proche d'un film. En fait, Golem le jeu n'est qu'un moyen de faire connaître ?Je désire recevoir gratuitement et sans engagement le catalogue.
? Je commande le(s) tifre(s) suivant(s) : Titre Quantité Prix unit.
Total 1 Frais de port : 1 - 100FB, 2- 120FB, 3- 14QFB------------ ?
1-3ÛFF, 2-35FF, 3-40FF (Colissimo : 24H 48H) Paiement : ? Chèque ¦ ? Mandat postal ¦ ? Contre-remboursement „ Grand Total yHorr 67T0 Banshee VF AGA - 92% (Dream) Bloodnet NF .. Bob’s Bad Day NF .... Bubble & Squeak ..... Civilization ..... Coala Al200 .. Colonization EF - 89% (Dream) .. DragonStone NF .
Dune ..... Dune II . Fears A1200 - 92% (Dream) ..... Fields of Glory ..... Fifa Soccer ...... Football Glory A1200 - 90% (Dream) .
Formule 1 Grand Prix (Microprose) .. Gloom A1200 - 92% (Dream) ... Heimdall II VF AGA - 92% (Dream) ... Help - 95% (Dream) .. Humans III AGA NF - 93% (Dream) ... KGB Legends EF A1200 - 90% (Dream) .
Minskies - 88% (Dream) ..... Odyssey - 88% (Dream) ...... Overdrive NF . Pinball Dreams + Pinball Fantasies NF, Pinball Illusions AGA NF .... Pinball Préludé - 97% (Dream) Railroad Tycoon .. Roadkill A1200 - 90% (Dream) Road Rash ..... Skeleton Krew AGA NF Super Skidmarks - 92% (Dream) Super Tennis
Champs .. Syndicale EF ... Tneme Park EF A1200 ou A500 600 UFO EF - 89% (Dream) . Universe VF - 93% (Dream) .. Virocop NF A1200 ou A500 600 . Virtual Karting - 85% (Dream) ...... XP8 ... DREAM GAMES - 9 rue Duwez - 7500 TOURNAI - Belgique Tél Fax : France : 1932 69226546 - Belgique : 069 226546 Ouvert du lundi au samedi de 10H30 à 19 H00
2. Tous les envois se font dans les 24H suivant la réception de
la commande.
3. Si ce que vous commandez n’est plus de stock, nous vous en
informons.
NF : notice en français - VF : version française intégrale - EF : jeu en français à fécran Prix en francs français Prix en francs belges BON DE COMMANDE PAR CORRESPONDANCE Les 3 règles d’or de Dream Games Nom et prénom : Adreue : .. CP + Ville :..... «I o I Ficid Flttack Skidmorks+ Guardian+ G oom 99 FF 599FB ProFitez-en vite !
Les démos de l'été Sous ce soleil de plomb, offrez donc un rafraîchissement mérité à votre Amiga : donnez-lui des démos ! Et pour vous, qui avez travaillé toute l'année, offrez-vous des vacances bien méritées en visitant, par exemple, les démos-partys que nous vous proposons dans l'Agenda... pc w ?”SUXX« Sic Thug Life ESSENCE ESSENCE THUG LIFE Code : lamie Musique : Marvin Graphisme : Norm, Momo et Horus Suite et fin de la Symposium 97, voici la démo qui est arrivée à la troisième place. On reconnaît bien là notre petite équipe française, ex-Skarla. La 3D est comme toujours à l’honneur,
avec des scènes complètes et des gros objets complexes. On y trouve également quelques effets bitmaps, comme des tunnels, le tout baignant dans des palettes colorées. Il manque tout de même une certaine coordination entre tous ces effets. Les démos d'Essence se suivent et se ressemblent... Une version fonc- Du concentré d'énergie.
Tionnant correctement avec les cartes 040 et 060 devrait être disponible à l'heure où vous lisez ces lignes.
Démo AGA, disque dur (3,5 Mo) et mémoire Fast obligatoires.
Code : NoName Musique : CDK et Marc Graphisme : jCS Cette démo-ci nous vient d'Allemagne, de la Siliconvention plus précisément, une démo-party qui s'est tenue fin mars à Brème. C'est une démo très agréable, mais attention car certaines parties ne sont que de pures animations précalculées. Autrement, vous y découvrirez des belles déformations lièrement bien réalisés, et qui sortent un peu de l'ordinaire pour certains : un double Bump, un spot qui éclaire une image, un torus dont les faces sont transparentes, un cube en Motion-Blur, puis sa réflexion sur une bouteille, des particules
magnétiques en Shade... Une bien belle production.
Démo AGA, en un fichier exécutable (3,7 Mo), mémoire Fast obligatoire.
Code : - Musique : - Graphisme : - C'est de plus en plus rare, mais cette démo contient un bon nombre de graphisme, et ceci est fort appréciable.
La musique, plutôt funky, entraine avec elle une petite dizaine d'effets particu- chose de plus abouti.
Démo AGA, disque dur (2,5 Mo) et mémoire Fast obligatoires.
Code : Zig Musique : Revisq Graphisme : Famé et Zig Floppy est un sympathique groupe polonnais très productif, mais leurs productions ne sont jamais d'un niveau excellent. C'est encore le cas ici avec "Déport" : il y a bien quelques effets qui tiennent la route, comme une scène en 3D mappée, un objet en Phong, un effet de double tunnel, mais rien en fait qui puisse nous faire briller les yeux d'admiration. Peut-être devraient-ils plus se concentrer sur leurs projets, et réaliser quelques Ce n'est pas à proprement parler une démo, mais plutôt une suite d'animations en 2D.
Originellement, elles faisaient même partie d'une Wild Démo qui avait été présentée à The Party S, et cette partie est maintenant disponible sur Aminet. Le contexte est un match de football, comme vous l'aurez compris de par le titre.
Un match plutôt mouvementé, ou tout et n'importe quoi (surtout n'importe quoi) peut arriver... Certes, la réalisation n'a rien à voir avec un bon Disney, mais la caricature est vraiment à hurler de rire ! A voir au moins une fois dans sa vie, si on ne veut pas mourir idiot... ? Kindergarten 97 : du 3 au 6 juillet, à Oslo, eu No vège.
Renseignements par Email à : (larkness.impliobia@interweb.be ? Rage 97 : du 4 au 6 juillet prochain, à Budapest en Hongrie. La deuxième édition de cette partie hongroise. Compétitions prévîtes pour Amigaf PC et C64.
Renseignements auprès du groupe Enlightenmenî par Email à : ward@aufomex.com ? SCC : du 4 au 6 juillet également, à Ko pin g en Suède. (7ne démo-party organisée par les groupes Fairlig ity Obscene et Stop.
Compétitions prévues pour .1 miga, PC et
CM.
Renseignements par Email à : scc_org @ho tu ail. Corn ? Wired 97 : du IS au 20 juillet, à Wasmes en Belgique (tout près de Mous). Là aussi, des compétitions sont prévues pour PC, Amiga et C64. Renseignements par Email à : dark7iess.imphobia@interweb.be ? Euskal 5 : du 25 au 27 juillet, à And nain, en Espagne.
Soccer Goes Crazy par Industrial Brothers agenda Jeux test par David Ashley L'un des tout premiers jeux de réflexion-action fait son come- back dans le monde du jeu vidéo grâce à Linux et à David Ashley. A consommer sans modération !
X-scavenger, c'est le petit nom de Lode runner sous Linux. Rappelons que ce grand classique du jeu vidéo fait parti de ce que l'on appelle communément un jeu de réflexion-action. Pour être plus clair, dans X-scavenger, vous contrôlez un petit personnage vu de profil qui cherche à s'emparer de [?; X Scavenger by David Ashley 1997 BE5T 00000 LEVEL 0006 SsraiflHtzj ; s tous les "diamants" d'un niveau. Une fois tous les diamants en sa possession, notre valeureux héros voit une échelle apparaître qu'il doit rejoindre pour accéder au niveau suivant.
Tout comme Lode runner La première difficulté du jeu réside dans la configuration des niveaux. Il n'est pas rare en effet que certains diamants ne soient accessibles que d'une seule et unique façon. Il faut donc prendre le temps d'étudier le terrain avant de foncer tête baissée. C'est ce qu'on appelle un jeu de réflexion... L'autre difficulté, majeure pour la plupart d'entre nous dont l'esprit logique ne devrait pas avoir trop affaire avec la majorité des niveaux, réside dans la présence d'enquiquineurs. Ces derniers vous ressemblent presque comme des frères (de couleur différente, c'est
du racisme ?), et n'ont de cesse de venir droit sur vous, assez bêtement il faut le dire. Ils sont tellement bêtes qu'ils tombent la tête la première dans tous les pièges que vous pouvez creuser en chemin. Parfois même, il leur arrive de s'y retrouver enterrés ! Ils sont donc idiots, mais nombreux et, forcément, ils gagnent souvent... Pire encore, ces coyotes n'hésitent pas à prendre des diamants en vous poursuivant, et ne les abandonnent que lorsqu'ils tombent dans vos pièges. Autrement dit, ils arrivent sans X-scavenger BDHU5 00000 5CQRE £5500 ni ii it ir it ii ii ii ii ir ' il il n
ii n. : n ni ir~~ir il ii n n ir~in .
Mais où sont les ascenceurs 1 même le vouloir à gâcher (et parfois à faciliter) la.réalisation de vos plus beaux plans !
En plus dur et en plus complet Globalement, et parce que les niveaux sont particulièrement bien réalisés, X-scavenger est plus difficile (et donc plus passionnant) que son ancêtre. Certains sont même tellement difficiles que les meilleurs d'entre nous s'y sont cassés le nez... Et ce n'est pas tout, car vous disposez, comme d'habitude sur Linux, des sources du programmes, afin de l'améliorer. Mieux encore, le développeur a eu la gentillesse et l'intelligence de nous mâcher le travail en ajoutant un éditeur de graphiques et un éditeur de niveaux. L'éditeur de niveaux a été particulièrement
bien pensé, et vous devriez être capable de faire vos propres niveaux en un tournemain. L'éditeur de graphiques est également exceptionnel, et vous permet pratiquement toutes les fantaisies sans difficultés. Vous pouvez ainsi aisément changer le fond d'écran, créer le vôtre, mais aussi (et surtout), retravailler tous les éléments du jeu, tant au niveau des couleurs que de la forme elle-même, et au pixel près !
Ultra-indispensable C'est sûr, à le voir comme ça en quatre couleurs à l'écran, X-scavenger ne donne pas vraiment envie. Et pourtant, sans proposer grand chose de novateur, la qualité des niveaux (hormis leur esthétique) est exemplaire, et les deux éditeurs fournis suffisent à rendre X-scavenger indispensable à tous les linuxiens. Les plus anciens d'entre vous y joueront même très certainement avec un léger pincement au cœur. Une touche de nostalgie n'est jamais pour déplaire... Cem u t U vtW rr.
|_| n mæ mmmÊSm ca X-scavenger ni ii ii ii ii ir ii n ~ir 1 n " ii ir irn u il il u: ~ii n il il il ir in PLRYER:PE5CH En hausse Les deux éditeurs, les niveaux bien pensés.
En baisse Le choix des touches de contrôle, l'esthétique des niveaux.
Note ? ? ? ? ?
Fred Pesch au niveau 6 : un véritable exploit !
Hidden truth Sadeness software L'encyclopédie des ovnis, du paranormal et des monstres existe. Dream l'a rencontrée pour vous... cherchez à en savoir plus sur les ovnis, les X-files, les boules de cristal, les tueurs en série, les appareils top secret, le watergate et ses cousins ? Ou encore, plus simplement, vous souhaitez apprendre à faire une bombe nucléaire ?
Alors n'hésitez pas à vous procurer Hidden truth ! Ce CD est en fait une compilation organisée de nombreuses, très nombreuses pages html (internet) sur ce type de sujets hauts en couleurs. On y trouve six rubriques (science-fiction, curiosités humaines, ovnis, espace, secrets gouvernementaux, paranormal), elles-mêmes découpées en plusieurs sous-rubriques, et ainsi de suite.
Comme sur le web L'intérêt des liens est, objectivement, assez aléatoire, mais on tombe parfois sur de véritables merveilles, comme cette galerie d'oeuvres signées Giger, une bédé X-files ou encore une compilation de plusieurs centaines de photos d'ov- nis... Malheureusement, certains des liens croisés (liens qui font appel à d'autres pages web) ne fonctionnent que si vous êtes "online". L'avantage, par contre, c'est que, comme il s'agit d'une compilation de pages web, vous pouvez utiliser ce cd-rom sur n'importe quel type d'ordinateurs, du moment que vous disposez pour ce dernier d'un
browser web. Notez également que certains sont fournis en version shareware : Aweb pour Amiga, lexplorer pour Pc et Mac. Une compilation qui devrait ravir ceux d'entre vous qui aiment le surnaturel, le paranormal et tout ce qui va autour. Surtout s'ils n'ont pas d'accès internet !
Gem Hidden truth En hausse Multiplateforme sans soucis, bien organisé et bien pensé.
En baisse V Aweb pour amiga, lexplorer pour Pc et Mac, certains liens ne fonctionnent qu'online.
Note ? ? ? ?
Old timer Max design Vous voulez de la gestion ? Vous voulez de la stratégie ? Vous voulez un peu d'arcade ? L'allemand ne vous fait pas peur 1 Alors essayez-vous à Oldtimer !
||os camarades allemands de Max I mi design soutiennent l'Amiga depuis ¦longtemps. Pour continuer de proposer des jeux à moindre coût, les voilà qui nous ressortent un jeu pour A500 datant de
1994. Old timer a évidemment été remis au goût du jour, en
version Aga et sur Cd-rom, mais le manuel et le jeu restent
pour leur part dans la langue originale.
Malheureusement... Gestion à l'allemande Dans Old timer, vous retournez un siècle en arrière, et vous retrouvez à la tête d'une petite société qui se lance dans la fabrication du véhicule qui allait révolutionner le monde : l'automobile. Débutant avec un peu d'argent et beaucoup de bonne volonté, il vous faudra être polyvalent et excellent gestionnaire.
Après avoir construit différents bâtiments (atelier d'assemblage, centre de recherche, entrepôts...), il faudra acheter des pièces, développer de nouveaux moteurs, châssis et carrosseries, mettre au point des prototypes, les tester, et enfin les vendre.
Globalement cependant, ces modules n'interagissent pas véritablement entre eux, et ne font que se suivre de façon linéaire.
Ainsi, vous commencez par développer des pièces ou en acheter, vous assemblez ensuite un prototype, vous le testez, et enfin, vous le commercialisez... Un peu rudimentaire, d'autant que la concurrence n'est pas spécialement active.
Voyage au pays des autos Au final donc, Old timer est un jeu de gestion loin d'être désagréable et permettra à la plupart d'apprendre nombre de choses sur l'automobile et son évolution. Mais à cause d'une interface un peu lourde, et parce qu'il manque de "piquant", ce sont principalement les amateurs de voitures anciennes qui se feront plaisir. Les autres risquant de se lasser assez rapidement.
Remerciements à Phoenix DP Gem Old timer En hausse A Voyage dans le monde merveilleux de la voiture de collection, graphismes agréables, durée de vie.
En baisse ? Langue, trop linéaire, interface peu efficace.
Note ? ? ?
4 Zone lit k 1 t. f Microstory Un collector : le premier logo Apple.
Apple, culte d'une personnalité Nous inaugurons ce mois-ci une nouvelle rubrique, l'histoire de la micro. A tout seigneur; tout honneur; Apple est le premier à honorer ces quelques colonnes.
F f n ° cart:e blanche pour pro- B grammer ce jeu. Mais si on arrive à le faire avec moins de 50 circuits imprimés, Atari nous offre une prime pour chaque circuit économisé". Tout en parlant Steve était intimement convaincu que Woz était le seul homme à pouvoir relever ce genre de défi. Woz réfléchissait.
Son travail de programmeur chez Hewlett Packard lui prenait beaucoup de temps, mais le marché que lui proposait Steve était amusant et probablement lucratif. "Je prends" avait simplement répondu Woz. Il scellait ainsi l'une des plus brillantes associations du siècle combinant la force de persuasion de Steven Jobs au génie électronique de Steven Wozniak.
Un an plus tard, en 1976, Steve tombe en extase devant une des innombrables inventions de Woz : une carte reliée à un écran et munie d'un clavier permettant de taper des programmes. Sans plus attendre, il propose à Woz de se lancer dans la commercialisation de cette carte. L'entreprise n'a rien de sérieux, Jobs a 20 ans et Wozniak à peine quatre de plus et aucun d'eux ne dispose des fonds et des connaissances en gestion nécessaires.
Les deux garçons finissent par tomber d'accord sur le nom d'Apple Computer.
Contrairement à la légende qui veut que Steve, fatigué de ne trouver aucun nom, ait crié en regardant le verger de son père "si dans vingt minutes nous n’avons pas trouvé, nous l'appelons Pomme", le choix du nom est beaucoup plus réfléchi : "Apple" leur parait sérieux et sans provocation inutile, il a l’avantage d'arriver avant Atari sur l’annuaire téléphonique et personne au monde ne déteste les pommes !
L'Apple I Sans se le formuler clairement, Jobs et Wozniak vont imaginer une stratégie parfaite pour la vente de leur produit. Leur première préoccupation est liée à la cible de leur nouveau concept. En dehors des conversations d’étudiants fanatiques à la Homestead High School et au Hombrew Computer Club, le mot "micro-informatique" n'évoque rien au grand public.
L'Apple I, pour viser la plus large partie de la population, sera distribué, à la différence de tous les autres produits du marché disponibles, uniquement en pièces détachées, entièrement monté avec huit kilo-octets de mémoire et le langage basic sur une cassette.
Vient ensuite le prix de la machine. Cette année-là, les processeurs 8 bits comme le Motorola et l'Intel coûtent plus de 200 dollars. Le MOS Tech 6502, clone du Motorola vendu 25 dollars, leur semble être une alternative séduisante. Steve, dont l'éloquence fait des ravages, se débrouille également pour avoir les composants à des prix encore plus favorables que ceux accordés au géant Hewlett Packard. Le génie de Woz dans la conception de cartes peu gourmandes en composants fait le reste.
Pour la distribution de ses machines, Steve conclu un accord avec Paul Terrell, le dynamique gérant de "The Byte Shop", l’une des premières boutiques de micro- informatique d'EI Camino Real. Par la suite, le succès du magasin obligera Steve à sous- traiter la production de ses ordinateurs, jusque là assemblés chez lui par ses amis et sa famille payés un dollar l'unité.
En route vers la gloire La communication d'Apple jusqu'à la fin de 1 976 est pratiquement inexistante.
L'imminence de la Foire de l’ordinateur de la Côte Ouest, pousse Steve à se préoccuper de son image. N'ayant aucune notion en marketing, Steve jete son dévolu sur l’agence Me Kenna. Habituée à travailler avec des valeurs sures, l'agence refuse dans un premier temps de conclure un quelconque accord avec cette société inconnue et endettée dont les managers ont plus l'air d'adolescents hippies que d'hommes d'affaires. Là encore, la persévérance de Steve porte ses fruits puisque l'agence accepte finalement de dessiner le fameux logo de la pomme multicolore à moitié entamée, une variante du
jeu de mot "bite", mordre et "byte", octet.
A cette date, la société a vendu 150 appareils et Woz développe déjà un Apple II sur lequel il exerce son talent de visionnaire : la machine doit pouvoir être utilisée par tout le monde, elle doit être "conviviale".
Le mot est lancé.
Avec l'arrivée de Mike Markkula, homme de management, au sein d'Apple Computer, l'effort marketing est incontestable : l'Apple II devient puissant et, chose jusque là superflue pour un informaticien, beau et pratique.
Alors que la plupart des ordinateurs clas- Tout l'univers siques en sont toujours au noir et blanc, Yapple II autorise l'affichage en couleurs et dispose d'emplacements réservés à des cartes d'extension. Il est livré avec un boitier en PVC au design profilé, cachant une carte dont les composants et les fils forment un ensemble harmonieux. La machine intègre tous les outils nécessaires à une mise en route instantanée : un clavier, une interface pour brancher un téléviseur, une prise pour relier un magnétophone, une alimentation électrique et le langage basic en mémoire.
Dans la foulée l'agence Me Kenna conseille à Steve, Woz et Mike de passer leur première publicité dans un magazine grand public traitant d'autre chose que d'informatique : le trio inaugure donc la grande saga publicitaire d'Apple par une annonce dans... Playboy !
Cette offensive publicitaire, ajoutée à la présence remarquée d'Apple à la foire de l'ordinateur de la Côte Ouest, met Steve en extase : fin avril 1977, la compagnie a reçu 300 commandes pour Y Apple II, soit deux fois plus que le total des ventes pour Y Apple I. Il faut reconnaître que Steve affine sa politique commerciale : Apple accorde un an de garantie à ses clients alors que la norme pour les appareils électroniques est de 90 jours. Les propriétaires des machines Apple originales peuvent acquérir un kit de remise à niveau. Les logiciels et les périphériques pour la machine se multi
plient. Apple ne cesse en effet d'encourager la création d'applications dans le domaine du traitement de textes, des télécommunications, de la gestion des données, des calculs et des simulations (comprenez le jeu !). Cela donnera naissance à une fonction à part entière au sein d'Apple, celle de "Software Evangelist", personne chargée de contacter tous ceux susceptibles d'écrire des programmes, de leur offrir des ordinateurs et des contrats. Cette politique portera ses fruits puisqu'à la fin de son règne, Y Apple II comptera à son actif plus de 20000 logiciels.
Avec le temps, Apple Corporation prend de plus en plus d'importance. Les locaux déménagent du garage des parents jobs pour les bureaux de Cupertino. Steve commence à engager des gens grâce à des annonces dont l'impact a sans doute autant d'importance que la publicité des produits : "si vous êtes plus âgés que Steve jobs et plus diplômé que Steve Wozniak, vous nous intéressez". En 1979, l'entreprise compte 250 salariés. A l'image d'une culture d'entreprise extraordinairement décontractée (fêtes en quantité, pas de tenue particulière, activités multiples pour les employés), les questions
de Steve lors des entretiens de recrutement sont atypiques : "vous-shootez vous régulièrement au LSD ?", "quand avez-vous perdu votre virginité ?" Ou encore "aimez vous la pizza à l'ananas ?".
La première erreur Steve est conscient que la croissance foudroyante de sa marque est liée à son potentiel d'innovation. Il lance donc le développement de Yappte III. Pour une fois, le souci d'économie de composants propre aux ordinateurs de Woz va être fatale : les connecteurs de la carte ne sont pas faits en or et, à l'usage, la carte de la machine s'oxyde rapidement créant des interférences. Malgré un lancement très médiatique dans le parc de Disneyland, Yapple III ne fonctionnera jamais et sera boudé par les utilisateurs qui préféreront des versions avancées de Yapple II.
L'heure est venue de passer à la génération suivante. Mais l'épopée du Macintosh sera autrement plus terrible.
Wim Sical.
De sur le Web !
Www.linux-kheops.com
• Les documentations (format html ou téléchargeable) Manuel
utilisateur RedHat
4. 1, Debian 1.2.9, Slackware 96 3.2... Guide Xfree86 3.2, Métro
X, configuration noyau
2. 0 2.1... Le guide du Rootard, Linux Facile, etc.
• Les liens Linux Où trouver éditeurs de textes, éditeurs html,
clients email, browsers, tableurs, traitements de textes,
gestionnaires de fichiers, utilitaires systèmes, utilitaires
graphiques... Les acteurs commerciaux du monde Linux Les
Web-zines consacrés à Linux N'hésitez pas à vous connecter !
Logiciels du Soleil 1, rue Pasqualini - BP 1 1 2 - 06 802 Cagnes sur mer cédex tél : 04 93 14 01 55 - fax : 04 93 14 36 75 m&m - Le Pc sans se . . « 35F LES ANCIENS NUMÉROS planter Tout pour I .
Comprendre et Y01 • % acheter un uâU. % *'*3m ordinateur l - J?.-'"f multimédia : l'unité centrale, le t£~* stockage ffTp r?;L __ magnétique, l'affichage, le multimédia, les communications, les imprimantes, les souris, les joysticks... Avec CD-Rom Le Pc sans wapflEfl j*jJ fausses notes IpÛîl ? P0R11 Musique assistée w par ordinateur : le 1 gr~ F* Midi, le hardware, internet, rubriques l ' v pratiques... Avec 1 'M un CD comprenant 34 démonstrations commerciales, 50 Mo de modules, 13 trackers, 100 fichiers Wav... La bible du jeu • Amiga fllS La référence en matière de jeux pour Amiga et
CD-32. Découvrez les 101 meilleurs jeux, 101 trucs et WÈ&mÊ astuces et un méga-dossier sur les jeux de foot. Incontournable.
La coeur ? Une réalité avec ce T-shirt taille unique XL 100% coton à l'effigie du magazine 20F ? PüRie
• Dream n°l Dossier : la CD-32 Reportage : l'ECTS de Londres
Disquette : DSS 1, version complète
• Dream n°2 Dossier : les jeux de Noël Reportage : comparatif
numériseurs Disquette : Amos Turbo
• Dream n°B Dossier : les imprimantes Reportage : le Supergames
Show Disquette : Cinemorph, version complète
• Dream n°4 Dossier : les virus Reportage : le Winter CES de Las
Vegas Disquette : Quickwrite, version complète
• Dream n°5 Dossier : sex'n'Amiga Labo : Blitz basic 2,
Mediapoint... Disquette : Skidmarks démo
• Dream n°6 Dossier : le salon Imagina 94 Labo : ADPro 2.5,
Quarterback... Disquette : Personal paint 4, version complète
• Dream n°7 Dossier : le piratage Labo : Scenery Animator, Vidi
24, le PAR... Disquette : Canon studio, version complète
• Dream n°8 Dossier : les simulateurs Labo : Overdrive CD,
Caligari, Directory Opus... Disquette : Personal font maker,
version light
• Dream n°9 Dossier : l'Amiga en vacances Labo : Imagine 3.0,
Emplant Disquette : Abank
• Dream n°10 Dossier : les mangas et l'Amiga Labo : carte M-Tec,
Can Do... Disquette : une sélection de DP
• Dream n°ll Dossier : l'avenir de l'Amiga Labo : Lightwave,
Dice, Videostage... Disquette : Painter 3D, version complète
• Dream n°12 Dossier : la création d'un jeu Labo : DSS 3.0,
DirWork, Brilliance 2... Disquette : Desktop Magic
• Dream n°13 Dossier : l'Amiga à la télé Labo : PageStream,
Panorama Disquette : Virus Checker 6.41
• Dream n°14 Dossier : l'Amiga et les graphismes Reportage : Le
World of Amiga Disquette : Real time sound processor II lite
• Dream n°15 Dossier : le rachat de l'Amiga Labo : Photogenics...
Disquette : Skidmarks II, la démo
• Dream n°16 Dossier : les clones Amiga arrivent Reportage :
l'Amiga s'impose à Imagina Disquette : Photogenics, la démo
• Dream n°17 Dossier : la Doom-mania arrive sur Amiga Labo :
GoldEd 2.1.1, Easy calc, Studio professional 2... Disquette :
DSS 3, version complète
• Dream n°18 Dossier : l'ECTS de Londres Labo : Dpaint V, Scala
MM400, Sherlock, Diavolo, Power CD... Disquette : Brutal, la
démo
• Dream n°19 Dossier : les dessous du rachat par Escom Reportage
: l'Amiga à L'E3 de Los Angeles Disquette : OctaMed Pro 5.04,
version complète
• Dream n°20 Dossier : l'Amiga et Internet Labo : Photogenics
1.2, Kit tower 1200, Digita organiser... Disquette : Obsession
flipper, la démo
• Dream n°21 Dossier : transformez votre Amiga en Pc, Mac... Labo
: OctaMed 6, AsimCDFS, Fax on ... Disquette : Flight of the
Amazon Queen, la démo
• Dream n°22 Dossier : l'avenir ludique de l'Amiga Labo : CD
Write, lecteur Zip... Disquette : Vroom multiplayer, version
complète
• Dream n°23 Dossier : optimisez votre Workbench !
Reportage : l'Amiga aux commandes du virtuel Disquette : Coala, la démo
• Dream n°24 Dossier : choisir un lecteur CD- Rom pour Amiga Labo
: Devpac 3.5, carte Piccolo, Action Replay 1200... Disquette :
Boston bomb club, version complète
• Dream n°25 Dossier : l'Amiga expo fait un carton Labo :
Directory Opus 5.0 Disquette : Virus checker 8.03
• Dream n°26 Dossier : les ordinateurs exotiques Labo :
ImagineVision, Blitz basic 2.1, Arts et frontières... Disquette
: Zeewolf 2, la démo
• Dream n°27 Dossier : le guide du programmeur Labo : la carte
68060 Blizzard 1260T Disquette : Cloom Deluxe, la démo
• Dream n°28 Dossier : les extension du Pc au service de l'Amiga
Labo : Tower TBD, SX32, TurboCalc 3.5, @-Net... Disquette :
TurboPrint professional 4.1, version light
• Dream n°29 Dossier : Viscorp rachète l'Amiga Labo : DeltaTower,
DiskSalv
4. .. Disquette : MandelTour AGA, version complète
• Dream n°30 Dossier : toutes les clés pour éviter la galère Labo
: Wordworth 5, World Atlas, encyclopédie Adfi... Disquette :
Blitzbank 2.1
• Dream n°31 Dossier : le quizz de l'été Labo : Image FX 2.a,
Artpad 2, Vid 24, Kit internet... Disquette : une sélection de
DP
• Dream n°32 Dossier : quel fournisseur Internet choisir ?
Labo : Turbo print v 4.1... Disquette : Poweroïds
• Dream n°33 Dossier : le multimédia et l'Amiga Labo : la carte
Cyberstorm 060 Disquette : une sélection de DP
• Dream n°34 Dossier : la communauté Amiga à la rescousse Labo :
OctaMED, Soundstudio, Imagine 5.0... Disquette : Alien Breed 3D
2, la démo
• Dream n°35 Jeu : Capital punishment Labo : iBrowse,
InterOffice, MaxDOS Disquette : une sélection de DP
• Dream n°36 Dossier : pourquoi investir sur Amiga Labo : 2
modems 33600bps, X-DVE, SMD-1 00... t .
Disquette : une sélection de DP
• Dream n°37 Dossier : gagnez de l'argent avec votre Amiga
Reportage : l'histoire de l'informatique à Londres Disquette :
Magic Menu 2.15
• Dream n°38 Amigazone : Typesmith, Wordworth Linuxzone :
Lincity, Xquad, Lyx Disquette Amiga : Doopsi, Monopoly...
• Dream n°39 Amigazone : les browsers Web, Shapeshifter...
Linuxzone : Xwindow, The gimp, Mesa OpenGL, Xclamation...
Disquette Amiga : Gestion 2000 (démo) et FirePower
• Dream n°40 Amigazone : Blobz, Cybervision 64 3D, Airmail Linux
: les distributions, Maëlstrom, DDD, CDE... Disquette Amiga :
Amigameboy, WebDesign, VirusZ-ll...
• Dream 41 Dossier : tous les formats non compatibles Pc Tests
Amiga : Burnit, GoldEd... Manuel d'installation Linux sur Pc,
Amiga et Atari CD : la distribution Redhat 4.1 et Watchtower
Tous les classiques du jeu sont encore disponibles sur Amiga :
Double dragon, Bat II, First samouraï, Humans, Indiana jones,
It came from the desert, Loom, Monkey island 2, Pit fighter,
Space invaders, Trivial poursuit... N'hésitez pas à appeler au
01 53 36 84 18 pour connaître les disponibilités et les
nouveaux arrivages.
A. D.F.I. A ÉDITIONS A.D.F.I., 47 avenue de la libération,
F-63000 Clermont Ferrand Téléphone 04 73 34 34 34 lication
Port 36 h sans matériel = 40 F Port 36 h avec matériel = 70 F
Assurance 0 à 6000 F= +30 F Virement postal = +20 F Etranger
(En Europe) = +15 F Eurochèque = +15 F Chèque étranger = +60 F
Traitement prioritaire +20F 1- Téléphonez û nos opérateurs 2-
Utilisez votre earte bancaire.
J- Attendez notre rappel.
4- C'est fait.
Votre commande est validée.
_t [t1tf Pfcgâjfl ¦ a ¦"* il JÛ' JÏÏr b g® ¦ jrf * ¦» 3W ' : • ia tT’ ¦ 'm ' ' '•'K- jf '-'m tP” W sH
* frL0Jk k,~ » *'¦ * ÉÊ.d «* tËSsjI DrawStudio travaille les
images, textes et vecteurs comme s’il s’agissait de simples
objets : Tout devient possible! Modélisation. Signature-
Illustration. Plan technique. Tableur, etc. TFUR AMTRADE A1200
coffret pack Magic® .....3090 A1200
H.D. 260 MO coffret pack Magic® 3640 A4040 H.D. 1 GO SCSI
coffret pack Magic®... 1 6890 Émulateur Emplant Mac-pc de luxe
et scsi 3490 Moniteuf multiscan Amiga 14 pouces ...2190
Moniteur Goldstar 14 pouces ...1490 Moniteur
Goldstar 15 pouces ...1990 Lecteur CDROM IDE 16x
J S w....,...790 Lecteur CDROM SCSI 14x ..1590
Graveur JVC 2x6X SCSI ......2790 F 1 : gi
Interne pour F interne pour 5* . Interne pour F § jf Interne
pour fWî Interne pour r? ¦ Interne pour P 4 p Interne pour
1590 F 590 F m Bien Débuter A.D.F.I. VF aôoo 190 F
Bien Débuter A.D.F.I. VF A1200 A4000.. ... 190 F Cours Jennifer
Amos A.D.F.I. VF .....190 F Cours Annabella C.FA A.D.F.I.
VF 320 F Cours Ophelie de uiSoti Devpa..-
3.50 ...390 F Aide Hypertexte do hïSok Dcvpac
3.50 390 F Macros spécialisées de Htsofi Devpac
3.50 .490 F HiSoft Devpac 3.50 VF avec cours+aide+macros
795 F StormC ANSI C++ version 1 VF ....1490 F StormC
ANS1 C++ version 2 VF 2490 F Storm
Wizard ..490 F
Encyclopédie A.D.F.I. Tome 1 : Exec 320 F Encyclopédie A.D.F.I.
Tome 2 : Matériel.. 320 F
A500 .450 F A1200
Commodore ......450 F A1200 Commodore en tour .450 F
A1200 Escom .....500 F A1200 Escom en
tour ...500 F A2000 ..... 550 F
A4000 ...450 F F Wr f Lecteur
H.D. externe ...600 F AMIGA, ECRAN & CDROM
o t r?
DROM viêrge- Bn|. .....,...50F aaettes SONY DD x 10 45 F n
- U r auene Air iuu Mu iBl 99 F
• •cm)" IMPRIMANTE Stylus color
400 ..1690 F Stylus color
600 ..2190 F Stylus color
800 ..3190 F Canon BJC
4200 .1690 F Hewlett
Packard ' ..1940 F Cable
d'imprimante .45 F Pilotes
A.D.F.I. Stylus ci Canon LQ ou ESC P2).... 1 90 F Spouleur
A.D.F.I .2404F 190 F Émulateur
TurboPrint nécessite une ROM JÈ Carte Ariadne réseau Ethernet
Squirrel SCSI m Disque dur I.B.M. 3% IDE 2,1 GO.... 1790 F
Disque dur I.B.M. 3Vz IDE 3,2 GO.... 1890 F Disque dur Seagate
3Vi SCSI 540 MO... 1190 F Disque dur Quantum 3! 2 SCSI I GO
1790 F Disque dur I.B.M. 3l 2 SCSI 1 GO 1790 F Disque dur
I.B.M. 3Vi SCSI 2 GO Disque dur I.B.M. 3* 2 SCSI 4 GO Disque
dur I.B.xM. 3‘ 2 SCSI 4.5 G Disque dur I.B.M. 3* 2 SCSI 9 GO ’
Flash 33600 . 1440 F oice 56000.... 1890 F uméris 3590 F Modem
& Amiga séiectio Blizzard 1230 lvvé t $ Mhz pour 1200 Tower
..... 1 950 F
y. . 3590 F . 4390 F
- •..... ....640 F lizzard 1230 ..425 F e pour carte Zorro
2 . 990 F , à partir de 150 F MI *3 F A JOUR Devpac 2.0 en
3.50.1 ....590 StormC 1.0 en 1.1 ...90 Paeestream 3.0 en
3.1.. 190 StormC I .x en 2.0 .690 Paaestreain 3.0 en
3.2..350 ArtEffect 1.0 en 1.5 .90
TypeSmith ....90 ArtEffect 1.x en 2.0......690
Devpac 3.50 en 3.50i ...290 Pilotes A.D.F.I 120
Devpac 3.14 en 3.50.i ..490«jSpouleur A.D.F.I .....60
* • » » -¦ - FaiHatEmMki : la nouvelle version officielle de
HiSoft Devpac est actuellement la 3.50.i (visible dans le menu
information). Les Éditions A.D.F.I. sont co-créateur de la
version
3. 50 et distributeur exclusif du logiciel en version 3 et
suivantes dans les pays francophones. Voir AmigaNews N° 101
page 10.
L'AMIGA FAITES j ~ AMIGA m 1 Amigazette No 19 Toujours aussi bien présenté sur 30 pages, Amigazette brille de plus en plus par la qualité de ses rubriques En pratique. Toutes les réponses à vos questions sur Imagine, Scala, les documents Amigaguide, les icônes du Workbench, Protracker, la compression Lxz ou encore le téléchargement sur Aminet sont dans ses colonnes. On appréciera également les rubriques Programmation (Amos et Blitz basic), ainsi que les tests poussés de quelques dernières nouveautés parues sur Aminet. A noter que pour son troisième anniversaire, Amigazette est aussi disponible
sur Internet.
E-mail : amigazette@toulon.pacwan.net adresse Internet : http : www.netlinker.com amigazette

Click image to download PDF

Merci pour votre aide à l'agrandissement d'Amigaland.com !


Thanks for you help to extend Amigaland.com !
frdanlenfideelhuitjanoplptroruessvtr

Connexion

Pub+

55% 
9.9% 
3.7% 
3.6% 
3% 
2.3% 
2.1% 
1.3% 
1% 
0.9% 

Today: 30
Yesterday: 74
This Week: 194
Last Week: 732
This Month: 2120
Last Month: 2867
Total: 77508

Information cookies

Cookies are short reports that are sent and stored on the hard drive of the user's computer through your browser when it connects to a web. Cookies can be used to collect and store user data while connected to provide you the requested services and sometimes tend not to keep. Cookies can be themselves or others.

There are several types of cookies:

  • Technical cookies that facilitate user navigation and use of the various options or services offered by the web as identify the session, allow access to certain areas, facilitate orders, purchases, filling out forms, registration, security, facilitating functionalities (videos, social networks, etc..).
  • Customization cookies that allow users to access services according to their preferences (language, browser, configuration, etc..).
  • Analytical cookies which allow anonymous analysis of the behavior of web users and allow to measure user activity and develop navigation profiles in order to improve the websites.

So when you access our website, in compliance with Article 22 of Law 34/2002 of the Information Society Services, in the analytical cookies treatment, we have requested your consent to their use. All of this is to improve our services. We use Google Analytics to collect anonymous statistical information such as the number of visitors to our site. Cookies added by Google Analytics are governed by the privacy policies of Google Analytics. If you want you can disable cookies from Google Analytics.

However, please note that you can enable or disable cookies by following the instructions of your browser.

Visitors

Visite depuis
03-10-2004
Visite depuis
23-02-2014