Sponsors

FacebookTwitterGoogle Bookmarks

X Window sur Amiga . Sans Linux Ade, le groupe de developpeurs independent sur Amiga (auquel on doit deja toute l'adaptation de l'environnement Gnu), vient de presenter la derniere version de son adaptation d' X Window. Rappe Ions qu' X Window est !'interface graphique par excellence des systemes Unix. Autrement dit, c'est le logiciel qui se charge d'afficher sous formes de fenetres et d'icones les informations du systerne d'exploitation. Une interface que les Arniqaistes connaissent bien d'ailleurs, car elle etait offerte en version Linux sur le precedent CD-Rom de Dream. Mais l'originalite de la version d' Ade est qu'elle fonctionne directement sous AmigaOS, sans rnerne reclarner Linux ou quelque autre Unix que ce soit ! verification faite, ce X Window n'est pas de la poudre aux yeux (au contraire d'AmiWin, egalement offert sur le precedent CD) et dispose pourtant bien de la rnerne architecture de conception que !'interface originale. Quid ? Les developpeurs d'Ade expliquent que leur X Window n'a pas besoin d'un Unix supplementaire, tout simplement parce qu' Unix est present dans chacun des Amiga ! En effet, ii est de notoriete publique que les concepteurs de I' AmigaOS se sont depuis toujours inspire ouvertement I d'Unix pour concevoir le systerne d'exploitation de l'Amiga.

Click image to download PDF

Document sans nom Linux, Amiga, BeOS, Risc PC : 140 émulateurs sur le CD !
Septembre 1997 - n°43 Incroyable : 7 nouveaux Amiga sur le marché !
Apple a-t-il vendu son âme à Microsoft ?
Mensuel - 10,95 Scan - 245 FL - 10,80 FS - 255 FB N°ISSN 1259 1165 enfin accessible aux débutants Amiga : Quake et Duke Nukem 3D arrivent Atari : comment installer Linux et X Windnw Risc Pc : le meilleur kit internet est sur Acnrn En pratique : Que vaut l'Atari ?
£î Histoire de la micro : toute la vérité sur Commodore £i Labo : Kde meilleur qu'Afterstep ?
Çl Programmation : Tcl Tk, Java, C, assembleur.. Système : customisez votre Workbench wwivers du pc Chaque «ois, fe
• "«saune
* CD-pom Dossier : les 10 meilleur cartes 31 ibards envahissent
Sim city Nouvelles rubric Electronique : surveillez la
température de votre Pc Programmation Quake C W-- Et aussi :
Trackei Emulatqmsr jeux multijoueurs...!
Comparatif graveurs de CD-Rom Soluce Atlantis Spécial preuiews tous les hits de la fin d’année - Démos . La Wired 97 Concours mods et images de synthèse Rubriques Psion, Pilot, HP48, U92 Cn pratique Système, Imagine, Duke 3D. Programmation 3D... frtusif,; la démo Constructor, „ eu de stratégie !
"er avec VÇrsion de )mmunieator !
Abonnement P.13 repousse Visual Workbench... Dream's bootik R.66 E d i t o Cette nouvelle année scolaire commence en fanfare : Amiga international annonce le succès de sa politique de licence et prévoit la sortie de sept compatibles d'ici à décembre. Beaucoup moins drôle, Bill Gates a profité de la pagaille ambiante chez Apple pour racheter quelques 150 millions de dollars d'actions à la pomme et se débarrasser de son ennemi actuel, Netscape.
Pour Dream aussi, l'été aura été mouvementé. Mais heureusement, ce ne sont que des bonnes nouvelles qui ont frappé à notre porte. Rendez-vous compte : nous sommes désormais les partenaires officiels de l'excellent magazine St Mag et de l'émission Plug-in (animée par Arnaud Chaudron) diffusée tous les vendredi soirs de 20hOO à minuit, sur les ondes de RTL. Inutiles de dire que nous ne sommes pas peu fiers et que nous vous en reparlerons au prochain numéro. Pour peu, on oublierait presque de signaler que les ventes de Dream ont plus que doublé depuis la nouvelle formule !
Incroyable : Microsoft rachète pour 150 millions de dollars d'actions Apple, X Window arrive sur Amiga sans Linux, le dernier Siamese tourne à 600 Mhz, l'exploration sur Mars serait-elle de la camelote ?... 9 Dossier - page 18 Sept nouveaux Amiga prévus pour la fin de l'année. Toutes les interviews des acteurs principaux.
0 Labo - page 24 CD_Rom - page 4 Une compilation exclusive de 140 émulateurs, la nouvelle version de Xfree 3.3, et toujours des tonnes d'utilitaires, jeux et démos pour Amiga, Atari, BeOS, RiscPC, Linux et Linux 68k.
Courant alternatif - page 6 Kde, une interface révolutionnaire pour Linux, Ppaint 7.7 débarque avec une tonne de filtres, Top model limites du calcul 3D, modifie tout le En pratique - page 34 Deux dossiers incontournables : cus- tomiser son Workbench et Installer Linux sur Atari, premiers pas sous Linux, découverte de l'Atari... Programmation - page 46 Suite de nos initiations à Tcl tk, java, le C et l'Assembleur.
Forum - page 54 La réponse à toutes vos questions dans la rubrique courrier. Trouvez la bonne affaire du mois dans les petites annonces !
Zone libre - page 58 Scandale : Quake et Duke nukem 30 tournent sur Amiga mais personne ne peut les publier l Des tonnes de trucs et astuces dans la rubrique Message in the bottle et toutes les productions des démoparty de cet été dans la rubrique Démo. Histoire de la micro : Dream vous révèle la véritable histoire de Commodore !
I La plus grosse compilation d'émulateurs pour quasiment toutes les machines !
Oui ! Ce ne sont pas loin de 140 émulateurs que nous vous offrons ce mois-ci sur le CD-Rom.
Redécouvrir les joies d'un Amstrad Cpc 6128, d'un Commodore 64, d'un Zx Spectrum ou d'une Gameboy est un bonheur dont nous ne pouvions pas vous priver.
Les aficionados de Linux de tous bords seront également comblés : ils trouveront cette fois-ci sur notre CD de couverture une distribution complète de RiscBSD pour RiscPC (96 Mo compressés !), la toute dernière version de Xfree (pour 68K et Intel, ) et des tonnes d'utilitaires pour agrémenter leur environnement.
Bien entendu, près de 150 Mo sont toujours consacrés aux jeux et autres démos !
Répertoire Amiga Les démos Près de 150 démos exclusivement Aga, ainsi que les toutes dernières intros parues pendant l'été. Et pour continuer sur notre lancée historique du mois dernier, la collection complète des démos présentées lors de la mythique Assembly'96.
Souvenez-vous... Les docs Comment devenir un spécialiste de l'Amiga ? Voici plus de 8 Mo de fichiers Amigaguide pour tout comprendre de l'AmigaOS, des composants Aga, du disque dur, des datatypes, des connecteurs, etc. En bonus : pleins de cheats modes pour vos jeux Playstation !
Les émulateurs Ce tiroir est divisé en cinq parties : les consoles, les micros, les processeurs, les systèmes d'exploitation et les divers.
Attention, aucune Rom n'est fournie !
Les outils graphiques Deux excellents utilitaires graphique ce mois-ci : WFBase pour faire de la retouche d'image et Xtrace pour faire du dessin vectoriel.
Jeux 21 Mo de démos commerciales, la collection complète des jeux d'arcade shareware et toutes les nouveautés en deux joueurs et sous Workbench.
Le Spectrum et ses jeux déments !
Linux Tous les outils pour recompiler sur Amiga des logiciels prévus pour une autre plateforme.
Multimédia Relisez enfin tous les fichiers Avi, Quicktime, Mpeg, Fli et numérisez les pistes audio de vos CD.
Nouveau Toutes les nouvelles versions apparues cet été.
Workbench Tous les nouveaux antivirus, archiveurs, commodités et autres Datatypes. En bonus : tout ce qu'il faut pour customiser l'esthétique du Workbench (voir article En pratique, page 34).
Répertoire Atari Linux Le fichier de configuration pour Linux M68k.
Système Tous les utilitaires pour configurer à outrance votre bureau, tous les lecteurs de fichiers vidéo et tous les patchs pour améliorer les performances du Gem. En bonus : des tonnes d'utilitaires pour profiter pleinement des ressources du Falcon et même les améliorer !
Répertoire BeOS Docs Quelques docs pour découvrir BeOS.
Emulateurs Les 25 meilleurs émulateurs tournant sous BeOS.
Répertoire Linux AfterStpep L'intégralité du site consacré à Afterstep, l'interface pour X Window, est sur notre CD-Rom ! Soit plus de 50 Mo de d'icônes Anstrad 128K M i oroconputer v3 s 1985 Anstrad Consunpr Electronics pic and Locomotive Software Ltd.
BASIC 1.1 Ready L'Amstrad, toute une époque... Jf ¦Û ¦4f £ .c w uC uC 990, 989, 299, 689, 459, 379, 349, 499, 149, 699, 939, 369, 579, Blizzard PPC 603e 175 Mhz 603e 2 989,-F Cyberstorm PPC 604e 150 Mhz 4 889,-F CyberStorm PC 604e 180 Mhz 5 599,-F CyberStorm PC 604e 200 Mhz 6 479,-F et d'applications dédiées.
Emulation Incroyable ! Grâce à Dream, les linuxiens sont désormais capables d'émuler des bornes d'arcade, toutes les consoles 16 et 8 bits, le Pilot et la plupart des micros (dont le Mac, l'Amiga et l'Atari St !).
Bonus : Il vous sera même possible d'exécuter des applications Ms Dos et Windows directement sous Linux ! Attention : aucune Rom n'est fournie.
Gnu La majeure parties des archives Gnu, cet environnement de développement incontournable.
News Des tonnes de nouveautés en vrac.
Xfree86 La toute dernière version (3.3) de Xfree pour Linux Intel.
Interfaces Donnez enfin l'aspect de Windows 95 ou de Nextstep à votre X Window !
Utilitaires Des tonnes d'utilitaires (archiveurs, développement, bench,...) pour agrémenter votre Linux et -surtout - les indispensables pour X Window : gestionnaires de fichiers, jeux, démos et même le langage de programmation Tcl Tk vous sont enfin offerts !
Xfree68 La toute dernière version (3.3) de Xfree pour Linux m68k !
Emulation Emulez un Oric et une console Sega !
Utils L'essentiel pour décompresser au mieux les CD-Rom de Dream.
RiscBSD La distribution complète de Bsd pour RiscPC, réalisée par l'Armada.
Tout comme Linux, Bsd est un Unix gratuit !
Emulation Une version spécifique d'Aros, l'Amiga replacement os, pour 68k. A noter que les utilisateurs de 68k peuvent récupérer tous les émulateurs du tiroir Linux en les recompilant.
Répertoire Linux68l Répertoire RiscPc Tous les logiciels destinés à l'Amiga se trouvent dans un tiroir du même nom, à la racine du CD. Attention, le CD-Rom étant multi plates-formes, son formatage est universel. Ce qui signifie qu'il est tout à fait lisible à partir de n'importe quel Amiga, mais que les icônes n'apparaissent pas. Pour naviguer dans les sous-répertoires, il conviendra donc de sélectionner le menu Fenêtre Montrer... Tous les fichiers du Workbench, histoire de voir quand même les fichiers à l'écran. Petit truc : sélectionnez aussi Fenêtre Afficher... par nom pour que le
contenu des fenêtres soit plus lisible.
Afin de gagner un maximum de place et vous offrir un maximum de logiciels, tous les fichiers Amiga sont compressés en Lha, ce qui réduit leur taille avec un facteur très intéressant de 2,5. Pour leur rendre une taille normale, il suffit de les décompresser avec la commande suivante : Lha x fichier à déccnpresser Cette commande se tape dans une fenêtre Shell. Les fichiers décompressés se copient automatiquement dans la Ram Disk (pour peu que l'invité du Shell, lui corresponde, sinon tapez avant toute chose CD Ram : ). En cas d'erreur, vérifiez que la commande Lha se trouve bien dans le tiroir
C de votre Workbench. Notre conseil : automatisez la commande dans un bouton de Directory opus ou employez un utilitaire graphique du style Unarchiver pour ne plus avoir à taper l'instruction à chaque fois.
Strasbourg Venez découvrir Le Monde de l’Amiga IDIGITAL PRODUO _ llizzard 1230 IV 68030 50Mhz+MMu Jizzard 1240 ERC 68040 40Mhz+MMu+FPu 1 llizzard 1260 68060 50Mhz+MMu+FPu 3 ÎCSI Kit 1230 OU 1260 +support SIMM :opro FPU 68882 50 PGA pour 12301V Blizzard 2040 ERC 68040 40Mhz+MMu+FPu 2 Blizzard 2060 68060 50Mhz+MMu+FPu 3 Cybervision 64 3D 4 Mo 1 Ipeg Module Cybervision 1 ican Doubler LoopTTiru Module pour Cybervision lyberstorm Mark II 60 50 æoæ soMhz+mmu+fpu 3 lyberstorm Mark II 40 40er:68mo4(Mtz+nm +fpu2 lyberstorm Fast SCSI KIT . .FFUSIOAr 03 88 62 20 94 Tours Mikronik à partir de î 290,-F
AM ÎGA Le CD-Rom sur Amiga, mode d'emploi WHERE DO YOU WANT TO BE TOMORROW?
Port: Tour- Moniteur 120 F, CD 20 F, Souris 25 F, autre 70 F .Votre Commande par courrier avec votre règlement à :
S. L. Diffusion - 6 rue d’Obernai - 67300 Schiltigheim ROULEAU
COMPRESSEUR Microsoft s'approprie Java !
Le résumé de la politique de la firme de Redmond, donné par notre confrère javaworld (www.java- world.com) est encore une fois vérifié : la propriété privée est une bonne chose, Java est une mauvaise chose, nous devons faire de Java un produit propriétaire. Dernière annonce fracassante en date de Mr. Bill et de ses acolytes : il y aura dans M$ internet exploder, une machine virtuelle Java permettant d'accéder à toute Y Api Win32. En clair, avec J Direct, Microsoft veut rendre Java dépendant de Windows quitte à prendre des risques énormes au niveau de la sécurité ! Amusant, par le passé, la
World company de Redmond n'avait trouvé que l'argument de la sécurité bancale pour attaquer le phénomène Java qui ne lui appartenait pas... Heureusement, l'éditeur Netscape veille et risque bien de mettre des bâtons dans les roues de Microsoft, car les prochaines versions du navigateur Communicator intégreront un support total JavaBeans Corba. Encore un autre standard. C'est un peu comme chez les morses, les mâles (Microsoft et Netscape) sont prêts à tout pour s'accaparer la femelle (Internet) !
Evénément X Window sur Amiga... Sans Linux !
A de, le groupe de développeurs indépendant sur Amiga (auquel on doit déjà toute l'adaptation de l'environnement Gnu), vient de présenter la dernière version de son adaptation d'X Window. Rappelons qu'X Window est l'interface graphique par excellence des systèmes Unix. Autrement dit, c'est le logiciel qui se charge d'afficher sous formes de fenêtres et d'icônes les informations du système d'exploitation. Une interface que les Amigaïstes connaissent bien d'ailleurs, car elle était offerte en version Linux sur le précédent CD-Rom de Dream. Mais l'originalité de la version d'Ade est qu'elle
fonctionne directement sous AmigaOS, sans même réclamer Linux ou quelque autre Unix que ce soit ! Vérification faite, ce X Window n'est pas de la poudre aux yeux (au contraire d' AmiWin, également offert sur le précédent
CD) et dispose pourtant bien de la même architecture de concep
tion que l'interface originale. Quid ? Les développeurs d'Ade
expliquent que leur X Window n'a pas besoin d'un Unix supplé
mentaire, tout simplement parce qu'Unix est présent dans
chacun des Amiga ! En effet, il est de notoriété publique que
les concepteurs de Y AmigaOS se sont depuis toujours
inspiré ouvertement d'Unix pour concevoir le système
d'exploitation de l'Amiga. De fait, les noyaux des deux
systèmes accusent quelques flagrantes ressemblances,
notamment en ce qui concerne la gestion du multitâche. Mais
ce n'est pas pour autant que les applications de l'un
fonctionneront sans problème sur l'autre. Ainsi, pour
tourner, X Window réclame impérativement la présence de
l'ixemul.library. Cette librairie, à placer dans le tiroir
Libs du Workbench, est une simple table des matières qui va
re-diriger tout appel Unix à l'adresse de la fonction
correspondante sous AmigaOS. Autrement dit, lorsqu'une
instruction d'X Window demande : "je voudrais copier un
fichier avec la routine truc-bidule d'Unix", ixemul.library
intervient pour lui répondre : "l'instruction truc-bidule ?
Ça n'existe pas ici. Il faut utiliser l'instruction
machin-truc d'AmigaOS".
Une floppée de logiciels déjà disponibles Du coup, les applications X Window - Unix peuvent être converties très rapidement pour tourner dans la version d'Ade ; il suffit juste de re-compiler le listing original en code 680X0 et d'enregistrer l'exécutable dans un format reconnu par Y Amiga.
Preuve en est la longue liste d'utilitaires déjà disponible sur le site d'Ade : interpréteurs Java, langage Tcl tk et autres éditeurs graphiques (Xpaint, Gimp, etc.) sont enfin directement accessibles à l'Amiga.
Mais il y a mieux : les versions des logiciels proposés par Ade ont une longueur d'avance par rapport à celles que l'on trouve dans le monde Linux 68k : l'X Window d'Ade, par exemple, en est à la version XI7R6.3, alors que celui de Linux 68k n'a toujours pas dépassé la XIIR6.7 ! Si bien que les utilisateurs d'Amiga peuvent ici profiter de tous les environnements graphiques les plus en vogue sur Linux Pc, notamment les très esthétiques AfterStep et Fwm 95 qui font ressembler l'interface à NextStep et Window 95. L'X Window d'Ade est disponible sur le site http : www.ninemoons.com, ainsi que
sur le CD Geek gadgets 2, distribué en France par Fds.
• Des tonnes de jeux pour Atari et Amiga La société française Ifa
Information et Communication (à CoIIeret, dans le 59) vient de
nous annoncer une très bonne nouvelle : son catalogue de jeux
compte désormais plus de 100 titres différents pour Amiga et
Atari, dont quelques perles rares. Mieux, les prix proposés se
trouveront dans une fourchette incroyablement basse de 30 à 80
francs. Enfin, cerise sur le gâteau, Ifa organise une immense
foire dans ses locaux les 13 et 14 septembre prochains.
• Le Gign entraîné sur Amiga Depuis janvier 97, c'est un Amiga
qui entraine le Groupe d'intervention de la Gendarmerie
nationale (Gign). Interfacée avec un clavier conçu sur mesure,
la machine pilote 14 cibles avec détecteurs d'impacts. La carte
mère est celle d'un Amiga 1200 boostéà 30 Mhz et le tout
fonctionne sur le principe de la communication Midi. Cette
prouesse est due à la société Fatec, que l'on peut contacter
sur Internet à l'adresse eliatid@alpes- net.fr.
• Le CD Aminet set 5 arrive bientôt Parallèlement à la collection
des CD-Rom Aminet, Aminet set est une compilation sur CD des
meilleurs shareware Amiga que l'on peut trouver sur le site A
minet.
Prévu pour mi-septembre, ce cinquième numéro contiendra environ 4 Go de logiciels compressés en 7400 archives et 1 Go de données (images, sons, etc.) qui n 'apparaîtront pas dans la collection A minet normale. A noter que chaque nouvel Aminet set rend ses versions précédentes obsolètes.
LOGITHEQUE La caverne cTAlinux Baba !
Pardon ? Nous n'en avons pas encore parlé ? Bon, reprenons Dream 38... Non. 39 ? Non.
40, 41 ? Non ! Bon, on n'en a pas parlé alors... Peut-être que, en fait, nous avions raison de pas trop en parler ; inconsciemment, nous avons dû vouloir garder pour nous cette véritable mine d'or ! Il s'agit bien entendu de la Linux applications and utilities page. On y trouve la majorité des applications (free softwares,
- --inCÉHi M M Un Workbench dans le Workbench.
Commer- c i a u x , share- w a r e s ) d i s p o - nibles sur Linux, triées par genres et régulièrement mises à jour. Le point de passage obligatoire pour tout linuxien qui se respecte : www.xnet.com ~blatura linapp
s. shtml. Ea bps ferait très bien l'affaire ! Mais attention, pas
des modems spécialement développés pour les communications
spatiales. Non, non, il s'agit de l'appareil tout bête que
vendait Motorola au grand public, il y a six ans. Et n'allez
pas croire que tout ceci est supervisé par les super-ordina
teurs qui font la fierté de la Nasa. Une fois encore, ce
sont juste deux stations du commerce qui ont été mises à
l'épreuve : une RS 6000 d'Ibm (à base de Power Pc 604e) a
servi à guider l'atterrissage de Pathfinder sur Mars et une
Octane de Silicon graphies permet de piloter, depuis la Terre,
les déplacements de Sojourner. Toutes les informations sur
l'exploration de Mars peuvent se trouver à l'adresse Internet
http: mpfwww.jpl.nasa.gov . AMIGA LINUX DIVERS RISC PC ATARI
un jeu conçu dix ans avant lui. C'est justement là le propos
de Windos, cet émulateur recrée, sur une machine dernier cri,
un environnement identique à celui de l'Amiga 500. Là ou
Windos devient fort intéressant, c'est quand on s'aperçoit que
son émulation tourne dans une fenêtre Workbench ! Jusqu'à
présent, la seule solution qui existait pour arriver, à peu
près, à faire tourner un jeu 500 sur Amiga 1200 et 4000 était
de charger en mémoire le contenu d'une ancienne Rom.
Problème : si les jeux retrouvaient bien leurs points d'ancra
ge originaux, ils ne comprenaient toujours rien à ces
composants électroniques qui allaient plus vite que la
normale. Windos, lui, adapte en temps réel chaque
instruction d'un jeu aux capacités des nouvelles machines.
Il ne nécessite même pas de charger un ancien Kickstart !
Chaque instruction sera redirigée au bon endroit et son timing
sera ré-ajusté. Et quitte à rediriger, pourquoi ne pas
rediriger l'affichage dans une fenêtre Workbench ? Du coup, on
bénéficie du multitâche et il devient possible de jouer à Dyna
Blaster tout en calculant une scène sous Imagine ! Les
premières versions de WinDos devraient faire leur apparition
sur Aminet courant septembre.
L'exploration sur Mars, de la camelote ?
Les médias se sont largement étendus sur le sujet : la mission d'exploration sur Mars est, jusqu'à présent, l'étape technologique la plus avancée de toute la conquête spatiale. Certes. Mais saviez-vous que dans un souci de réduction des coûts, la Nasa n'a pas hésité à ressortir du placard toute une gamme de matériels désuets ?
Les prises de vue du sol martien, par exemple, sont confiées à un appareil Kodak utilisé autrefois dans les hôpitaux pour l'imagerie médicale. Pire, Sojourner (le petit robot qui se déplace pour prendre des photos) est contrôlé par un vieux 80286 à 8 Mhz, un microprocesseur qui fit les beaux jours de l'Ibm Pc At en 1984. D'ailleurs, avec quoi pensez-vous que Sojourner communique ses informations à Pathfinder (la base fixe qui renvoie les images à la Terre) ? Il a été décidé qu'une bonne vieille paire de modem à 9600 WinDos est le projet fou d'un étudiant allemand, Andréas Falkenhahn. Le
but de cet utilitaire est d'émuler un Amiga sur Amiga... Complètement stupide ? Peut-être pas tant que ça. L'Amiga a beaucoup évolué depuis sa première apparition en 1985 ; à ce titre, le 4000 60 est bien souvent incapable de lancer Un émulateur Amiga pour... Amiga !
TECHNOLOGIE EMULATION L'actualité des fanzines et des associations
• Amigazette n°20 Une actualité toujours plus dense
* | pour e plus renommé des fanzines Amiga. Démarrant sur un
article de fond concernant l'avenir de la machine selon Gateway
2000, Amigazette enchaîne tests (Ppaint 7.1, Siamese sytem, Ide
CD1200, Scalos, Worms De, Brain Killer et Cenetic species 2) et
conseils (monter un 1200 en tower, apprendre la programmation,
créer une interface graphique, etc.). Mais le thème de ce
vingtième numéro est la création : ce ne sont pas moins de dix
pages qui sont entièrement consacrées aux plus importants des
logiciels de Pao, dessin et autres réalisation vidéo.
E-mail : amigazette@toulon.pacwan.net http : www. Netlinker. Com amigazette.
• Obligement n°4 Fort de ses 1 6 pages toutes en couleur,
Obligement est un fanzine qui ne mâche pas ses mots. Les
actualités donnent une opinion objective sur les acteurs du
marché et les tests n'hésitent pas à dénoncer la mauvaise
qualité d'un produit. Au sommaire de ce quatrième numéro on
trouve la suite d'un très intéressant dossier sur les micro
processeurs et un reportage exclusif sur l'Amiga Show 97 qui
s'est récemment tenu en Belgique.
Contact : Christian Julia, Fontaine lès Dijon.
Mouvoir au maximum la machine. Cela passe par le lancement prochain d'un fanzine, la création d'une nouvelle collection de Dp de haute qualité et la mise en place d'une base de données gigantesque sur tous les intervenants du marché Amiga. De plus, Triple A fera très prochainement paraître un questionnaire exhaustif destiné à tous les utilisateurs d'Amiga. Une fois les réponses épluchées, Triple A fera part à Gateway 2000 et Amiga international des tendances du marché français afin que les prochains Amiga soient le mieux ciblés possible.
• Armada L'Armada est l'association française entièrement
consacrée aux ordinateurs Acorn (Archimède et Risc Pc). Outre
la publication d'un mensuel très complet de 24 pages
(I'Armazine), le but de l'Armada est de proposer à ses
adhérents un support technique ainsi que des réductions de
prix très intéressantes sur tous les logiciels et matériels
Risc Pc. Il est possible de les contacter à l'adresse :
mirko@cyberline.fr.
• Usuarios amiga zaragoza Le Club espagnol Usuarios amiga
zaragoza a pour but de promouvoir l'Amiga de l'autre côté des
Pyrénées. En ce sens, Cuaz vient de commander à une agence de
publicité la réalisation d'un pin's Amiga, absolument collector
!
Il est possible de les contacter à l'adresse e-mail cuaz@arrakis.es ou de visiter leur Web sur http : www.geocities.com SiliconValley Vista
5070.
CONNECTEZ VOUS Internet et Atari ? Mariage réussi !
Depuis que le constructeur Sun a récupéré la machine Sunsite qui occupait les locaux du Cnam (Centre national des arts et métiers), le plus grand serveur Ftp Atari en France se retrouvait sans hébergement.
Après plusieurs contacts pas toujours fructueux (il n'est pas facile de faire comprendre aux providers et autres universités françaises qu'il existe autre chose que Microsoft en informatique), les responsables du site ont trouvé logis auprès de Rémy Card. Rappelons qu'en plus d'être l'auteur du système de fichier de Linux, Rémy Card est aussi à la tête du plus gros serveur Ftp français, toutes machines confondues : Ylbp (récemment renommé en "Lip6"). On retrouvera donc désormais aux adresses ftp: ftp.ibp.fr pub atari et ftp: ftp.lip6.fr pub atari la majorité des fichiers précédents,
régulièrement agrémentés de toutes les nouveautés. A noter qu'il n'était jusqu'à présent pas évident de se connecter sur le Net à partir d'un Atari. En effet, les logiciels disponibles ne supportaient pas encore la couche Ppp, très en vigueur dans les protocoles de connexion en France (le protocole rarissime Slip, cher aux Ataristes, est néanmoins reconnu par le provider Imaginet). La chose est désormais réparée avec la sortie de l'intégré Internet Wensuite. En plus de son protocole de connexion tout ce qu'il y a de plus standard (Tcp ip, Ppp, etc.), on y trouve Web (un navigateur compatible
avec la norme Html 3.2 ainsi que plusieurs extensions de Netscape et Microsoft), Mail'et News. Une site Internet lui est dédié à l'adresse http: www.oxo.ch . Mëï I Edition Hlitorlque Réptrtolre Options Module» Internet 1 Atorl Courrier Electronique ' °Mt: 1 "«»*»»* rj flêrnerinriHEl I I Internet & I Adresse tu* il Foruns Electroniques ) Eoruns souscrit* Qtiÿfjïnrw) PPP Link Pour le nonent, juste est disponible. Proch décrivent l'instellet couches réseeu et des EftoonsiUUL.
Si maDisFifïïE ? ?
Nensuite sur Atari.
CD JEUX MATERIEL ©fkmm PARADISE Rien ne va plus Mat Tower Infinrtiv A1200 .....1449 F Tower Infinitiv Zorro II 2490 F Clavier Win95 +adaptateur....139 F Bus Zorro II Micronik. 1590 F Extension 5.25 .290 F Extension 3.5 interne ..90 F Adapateur 2 disks intemes...229 F AdaptateurPcmcia .245 F Alimentation interne 230W....449 F Lecteur disks HD ...590 F Tower A4000 + Zlll ...2890 F (7 Zlll, 5 PC ISA, 2 slot vidéo) Rack extractible IDE 109 F Rack extractible SCSI 159 F Souris et tapis Fnog Design..145 F
Nombreux périphériques dispo, Nous contacter!
Microsoft rachète une partie d'Apple !
Après Atari et Commodore, Apple restait le dernier bastion de la micro- informatique non Wintel. Mais plutôt que de sombrer à son tour, l'ex- géant a préféré faire alliance avec le diable. Certains pensent déjà qu'Apple vient surtout de donner un sacré coup de main à Microsoft... Tout a commencé en décembre 96, au moment où Apple a racheté Next. L'intérêt était double : récupérer les technologies d'avant-garde du système OpenStep pour les intégrer dans le futur MacOS, et redorer l'emblème d'Apple d'une légende, Steve jobs. Il faut dire que ce charismatique personnage n'est autre que le
fondateur d'Apple et que son licenciement en 1985 est une chose qui avait fort déplu aux aficionados du Mac. De retour chez Apple, Steve Jobs s'est donné pour mission de redonner confiance aux clients de la Pomme... Il faut dire que la marque s'apprêtait à annoncer une perte nette de 56 millions de dollars pour l'exercice 96-97. Après six mois de mise au point stratégique, la révolution culturelle a commencé son explosion chez Apple le 10 juillet dernier : Gilbert Amelio, l'actuel président, "a été démissionné" ! Alors que tout le monde s'attendait à une simple nomination dans les semaines
suivantes, la MacWorld Expo (à Boston) de début août à créer une surprise planétaire : Microsoft rachète 150 millions de dollars (près d'un milliard de francs) d'actions Apple et entre ainsi en fanfare dans le capital de la pomme.
Jeux Compil acid attack ....175 F Big red adventure .....199 F Chaos engine II ..259 F Compil Manyk mayhem...175 F Theme park .....149 F Worms directors eut 247 F Swos 96’97 .....199 F Pinball Bundle 229 F Dopus Magellan ..A C !
Ibrowse ....249 F Miami + Into the net ..390 F Network pc .....249 F
P. Os Prerelease A C !
Ppaint 7 ....369 F Aga tool kit 97 109 F Amiga develloper cd ..89 F Amiga repair kit .269 F Amiga tools 4 ,5ou 6 129 F Aminet 15 ,16 ,17 ou 18.....79 F Aminet 19 ...79 F Aminet set 1 ou set 2......139 F Aminet set 3 ou set 4......199 F Démos are forever ......49 F Emulators unlimited .169 F Gateway .....37 F Giga graphie set 149 F Imagine pd 3d 155 F Lightrom 4 ......239 F Magic publisher ..269 F Magicwb
enhancer ......99 F Meeting pearl 4 59 F Mods anthology .206 F Rhs erotic collection ..89 F Scala plug in ..249 F Sci-Fi Sensation rel.2......197 F Scene storm vol.1 .....159 F Autres titres dispos.... téléphonez !
Frais de port logiciels 35 F frais de port matériel 80 F frais de port tour, écran NC!
ÏSoftwârêParâdise] jC-A du BAB !39 Rte de Lamouly , I64600 ANGLET !
I_____________________I Comment Bill Gates a bluffé tout le monde L'annonce était à peine formulée que l'action d'Apple a fait un bon de 33,2% à Wall Street.
Officiellement, Microsoft aide Apple à survivre car il trouve dans le Mac l'opportunité de vendre sa suite bureautique Mac office 98. Officieusement, les raisons de cet investissement sont multiples. Tout d'abord, si MacOS continue, Windows ne sera toujours pas le seul système d'exploitation sur le marché et cela évitera à Microsoft de tomber sous le coup de la loi antitrust américaine. De plus, l'accord passé entre Apple et Microsoft annule pour cinq ans toute poursuite judiciaire concernant les brevets des interfaces graphiques (Apple avait autrefois attaqué en justice Microsoft parce que
Windows ressemblait trop à MacOS). Mais le plus fort est à venir : Bill Gates a imposé à Apple de fournir, en standard sur ses prochains Mac, le logiciel Microsoft internet explorer, comme c'est le cas sur Pc. Du coup, le géant du logiciel élimine son concurrent direct sur le marché de l'Internet : Netscape ! A titre de consolation, la nouvelle équipe dirigeante d'Apple est exclusivement constituée d'ennemis de Microsoft. On trouve parmi eux Larry Ellison, patron d'Oracle et deuxième plus grosse fortune du monde du logiciel informatique (derrière Bill).
TEL 05-59-58-20-88
• ErgoWeb arrive sur Amiga ErgoWeb est un logiciel de création de
pages Web jusqu 'ici très connu dans les mondes RiscOS et
Psion.
Pour moins de 100 F, cette CARTES ACCELERATRICES Trois nouveaux turbo pour le Falcon Bonne nouvelle pour les inconditionnels de l'Atari en général et du Falcon en particulier : deux nouvelles cartes accélératrices viennent de faire leur apparition. En plus d'offrir une version améliorée du microprocesseur, ces cartes ont surtout comme intérêt d'accélérer grandement la vitesse d'exécution de tous les composants importants du Falcon. La première est la Centurbo 1 évolution 3 (68030 à 25 Mhz, Dsp à 50 Mhz), laquelle entend bien garder sa position de leader sur le marché français. Il
faut dire qu'elle a de quoi séduire : le prix de cette nouvelle version est rabaissé sous la barre des 700 F pour une accélération moyenne quatre fois supérieure à la machine de base.
Parmi les changements majeurs on note le retour du switch hard qui permet de passer du mode turbo au mode original (les premières Evolution 2 en étaient également pourvues mais ce commutateur avait disparu par la suite pour des problèmes de stabilité). L'affichage n'est pas non plus en reste, puisque le Blitter voit sa vitesse passer à 25 Mhz.. Cette carte est bien sûr disponible auprès de Centek. La deuxième carte est la Nemesis. Elle propose un 68030 à 32 Mhz, un Dsp à 50 Mhz ainsi qu'un co-processeur arithmétique à 50 Mhz. Les premiers tests de cette carte lui donnent une performance
globale d'environ 300% par rapport au Falcon d'origine. Son prix est inférieur à 600 F, ce qui en fait la carte accélératrice la moins chère du marché (disponible chez La terre du milieu). Mais le top du top est à venir dans les prochains mois, avec la révolution Centurbo 2, toujours de Centek. Pourvue d'un 68030, d'un co-processeur arithmétique et d'un Dsp à 50 Mhz, cette carte multiplierait par 12 la vitesse d'un Falcon de base.
Venant se connecter dans le port CpuBus, elle disposera de deux supports simms 32 bits (64 Mo possibles), d'un nouveau connecteur d'extension fonctionnant en 32 bits et d'un support pour une flash Rom.
Le but de ce composant ré-ins- criptible est de recevoir le logiciel de setup et de boot pour le futur système d'exploitation Dolmen. Toutes les infos sur les cartes Centurbo sont dispo- nibles sur le site http: www.cnam.fr Comp At ari Societes Centek .
INTERFACE Afterstep fait des émules Après le sublissime AfterStep, voici venir son premier concurrent : Window maker. Alors qu'AfterStep peut être considéré comme un Window manager généraliste pour X Window (il est d'ailleurs basé sur Fvwm), Window maker suit de beaucoup plus près les spécifications d'OpenStep, l'interface originale de l'ordinateur Next. C'est donc plus sobre mais plus "intégré". L'intérêt de Window maker réside surtout dans son emploi avec l'utilisation des outils CnuStep. En effet, ces outils de développement, prévus pour fonctionner en concordance avec un gestionnaire de
fenêtre, attendaient de trouver une interface idéale. Ce qui est le cas. Tant mieux, on n'en finit plus d'avoir le choix pour enjoliver son X- window !
Nouvelle machine Une station Alpha dans un Amiga !
• Wusage enfin disponible sur Amiga Très populaire sur les
plates-fonnes Unix et Windows Nt, Wusage arrive enfin sur
Amiga. Le but de cet utilitaire est principalement de contrôler
le nombre de personnes qui visitent votre site Web sur internet
et de connaître leur provenance (en L occurrence, quels sont
les liens avec les autres pages Web qui l'ont amené jusqu'ici).
La dernière version est téléchargeable sur le site http : www.
Boutell. Corn wusage!do wnload.html.
• Carte audio en kit Audacieux projet que celui de Cu Amiga
magazin. Notre confrère anglais propose en effet dès ce mois-
ci une carte audio en kit, la Project :Kg. Basée sur le
composant Yamaha DbSOxg, la Project xg est une carte qui se
connecte sur les ports série et disquette de n 'importe quel
Amiga. Elle offre une qualité de son en 18 bits, 4 Mo
d'instruments Midi en Rom et 16 voies. De plus, son Dsp intégré
lui permet d'appliquer 64 effets à tous les sons.
Plus fort que le DraCo, le dernier Siamese Alpha offre la puissance d'une station graphique à votre Amiga !
On ne présente plus la gamme des ordinateurs Siamese, ces configurations originales proposées par le constructeur HiQ et dont la particularité est de posséder deux cartes mères dans un seul boîtier. Jusqu'à présent il s'agissait juste du mariage d'un Amiga et d'un Pc... Jusqu'à présent, car la toute dernière version du Siamese propose ni plus ni moins qu'un Amiga accompagné d'une... Station Alpha de Dec ! Pour ceux qui pourraient encore l'ignorer, une station DgJ fenètres Amiga0s dans Windows nt !
Dec Alpha est une station graphique construite autour du microprocesseur Risc A21164, lequel atteint l'incroyable vitesse de 600 Mhz, soient 2 milliards d'instructions à la seconde ! Cette machine fonctionne de surcroît en deux modes : natif et x86. En mode natif, l'Alpha exécute toutes une gamme de logiciels spécialement compilés pour elle (sous Unix ou Windows Nt), dont le très connu logiciel de 3D Lightwave. En mode x86, l'Alpha est totalement compatible avec les processeurs Intel et permet donc de faire tourner Windows 95 ainsi que tous ses logiciels. Bien que plus lent que le mode natif
(parce qu'il s'agit d'une émulation), le mode x86 fait tout de même tourner Y Alpha deux fois plus rapidement qu'un Pentium pro à 200 Mhz !
Une intégration parfaite Les deux cartes mères (Digital Pc-104 pour Y Alpha et Al 200 pour l'Amiga) s'insèrent dans un seul boîtier et utilisent les mêmes périphériques (clavier, écran, souris, lecteur de disquette, etc.). Le plus impressionnant est que tout ce petit monde fonctionne en même temps ! En effet, grâce aux tous derniers pilotes Siamese, l'Amiga affiche ses écrans dans des fenêtres Windows nt et les deux environnements s'échangent des informations par l'intermédiaire d'un presse-papier commun. Une configuration de base (comprenant la carte mère Alpha à 433 Mhz, le boîtier tower
Atx (sept baies), les pilotes Siamese, un disque dur Ide de 1,6 Go, une carte graphique Matrox Millenium (4 Mo), 32 Mo de Ram, un lecteur de CD-Rom Ide (x8), Windows nt sur CD, un lecteur de disquette Hd, une carte audio 16 bits, un clavier et une souris) sera bientôt disponible pour moins de 19000 F. Tous les renseignements sont sur le site internet http: www.siamese.co.uk . I rnMK Aÿt» VWIMl Aiphk VMNHl !0»Wl | ut» (M NKM U.M (»M N«lxi4ct4»| IWW!
Non Les performances de l'Alpha. Le nouveau Siamese Alpha.
Entendu FAITES VOTRE CHOIX
• La citation du mois “Un jour, tes gouvernements vont se rendre
compte qu 'ils ont un concurrent : Microsoft. Cette firme est
déjà un gouvernement, avec une population qu 'elle contrôle".
Jean-Louis Cassée, Président de Be Inc. Le saviez-vous ? Linux n'est pas la seule version Free software d'Unix. Il existe également le projet FreeBSD, démarré en http ffwww fr**b*d of|j FreeB9D| 1993 à la célèbre université de Berkeley. Avec la récente publication d'une version 2.2.2, l'heure est venue pour l'utilisateur de faire un choix entre ces deux systèmes Unix gratuits, d'autant qu'ils fonctionnent tous les deux sur tous les micro-ordinateurs, de Y Amiga au Pc, en passant par Y Atari et le Risc Pc. FreeBSD doit sa naissance à une querelle entre les différents développeurs de 386BSD,
l'adaptation de NetBSD sur plate-forme Intel. La distinction entre FreeBSD et Linux provient en grande partie de leur mode de développement. FreeBSD est conçu en circuit fermé par une petite équipe de programmeurs qui reste tout de même ouverte aux initiatives extérieures (en particulier pour les patches). Linux, pour sa part, suit un développement beaucoup plus ouvert avec plus de cent développeurs importants sans compter les occasionnels. Du coup, Linux se développe de manière quasi anarchique.
Chez FreeBSD, on suit une méthode de spécification-implémenta- tion-test-validation beaucoup plus proche d'un développement commercial (sans la contrainte de temps). Ainsi, Linux évolue beaucoup plus vite (nouveaux drivers, nouvelles fonctions) mais FreeBSD garde pour lui la sécurité, en particulier au niveau du serveur.
Revers de la médaille, la confection "perfectionniste" de FreeBSD entraîne des pertes de performances. Concernant les applications, il faut savoir que les free software portables marchent aussi bien sous Linux que sous FreeBSD, même si le premier se détache de plus en plus de son étiquette Unix pour devenir un système à part entière. Enfin, le système de packaging standardisé de FreeBSD est un avantage indéniable devant la prolifération des formats sous Linux. Entre le dynamisme de Linux et l'efficacité rigoureuse de FreeBSD, le choix vous appartient ! Le site de référence du monde FreeBSD est
http : www.freebsd.org. A noter qu'une version free software de Bsd pour Risc Pc est offerte ce mois-ci sur notre CD- Rom de couverture.
Séparation des couleurs sur Risc Pc L'autre Unix Free software Ovation pro, le célèbre logiciel de Pao sur Risc Pc, dispose maintenant de la séparation des couleurs. Celle-ci prend la forme d'un module supplémentaire qui autorise la séparation partielle ou totale des couleurs et qui permet d'effectuer des traitements d'image.
On dispose en outre d'outils de réglage de l'image ainsi que de possibilités de conversion des couleurs. Ce module est gratuit pour tous les utilisateurs qui ont acheté Ovation pro avant le premier mai.
Cette option fait cf Ovation le numéro un des outils de Pao sur Acorn, devant Impression publisher +, son concurrent direct. Tout ceci confirme les capacités du Risc Pc dans le cadre de la Pao, lequel dispose désormais d'un ensemble logiciel très complet (Ovation, composition, PhotoDesk, ArtWork...). L'éditeur d’Ovation est Beebug, et son site est en cours de construction à l'adresse http: www. Beebug.com CHARABIA D'EXPERT Linux, serveur de base de données PostgreSql est un gestionnaire de base de données relationnelle d'une puissance phénoménale. Bien plus qu'un simple programme, c'est
un véritable système ouvert disposant des spécifications Ansi Sql92, Sql89 et Iso Sql ainsi que de nombreuses extensions associées, dont des propriétés orientées objet (héritage). Dérivé du célèbre Postgres, puis Postgres 95, ce programme risque de faire beaucoup de bruit et pourrait bien devenir un des Free software majeurs dans les années à venir (comme Emacs, Ccc ou Linux en ce moment). Epatant, PostgresQI permet, sans aucun frais, d'installer des clients Sql, des serveurs de données, des serveurs Www, des sites centralisés, etc. Avec son statut de Free software, les extensions
pour PostreSql sont très nombreuses (Api Tel, Perl, C, C++, Java rad tools, Odbc et Jdbc, Wisql, Esql c, etc.). Signalons notamment une interface graphique en Tcl Tk efficace. Plus d'infos sur www.postgresql.org. Postgresql.
PERIPHERIQUE Nouveaux gestionnaires Scsi et Ide pour Atari Très virulente sur le marché Atari, la société Centek se lance en ce moment dans le développement d'un nouveau pilote destiné à gérer les périphériques Scsi et Ide. Pour l'instant connu sous le nom de Cecile, le but de ce pilote est de fournir une interface standard pour toutes les cartes contrôleurs et tous leurs périphériques, qu'il s'agisse d'unités de stockage mais aussi de scanners ou de graveurs de CD-Rom. De plus, Cecile
* T| Cecile Audio TrfiCK nn ¦ nn i nn ! ÜU ! MU DEBUT ! SC I UU
DUREE it10nuu!mu
* este 3S:£C mis* ?
W ?1 II ¦ ?
Le lecteur de CD-audio de Cecile.
Est totalement calqué sur l'architecture du pilote Scsi de MacOS, ce qui simplifiera grandement l'adaptation des applications dédiées aux unités spécifiques (on pense notamment aux logiciels de contrôle pour scanners et aux utilitaires propres aux lecteurs Zip). Pour l'histoire, Cecile était initialement destiné au seul Dolmen (un nouveau système d'exploitation pour le Falcon et le Phénix), mais afin de pouvoir le déboguer rapidement, les ingénieurs de Centek ont décidé d'en recompiler une version pour Tos. Enchantés par la bonne stabilité du résultat, ces mêmes ingénieurs ont trouvé qu'en
fin de compte ce ne serait pas une mauvaise idée du tout de le rendre accessible au grand public.
Bien leur en a pris, la version finale de Cecile devrait être disponible dès la fin du mois de septembre et comprendra déjà une première application, Cecile CD, destinée à gérer les différents formats de CD, dont les CD-Audio. Pour de plus amples renseignements, on pourra consulter le site de Centek à l'adresse http: www.cnam.fr Comp Atari Societes Centek .
* Disques Linux sous Windows 95 Après quelques années de sens
unique, les amateurs du duo Windows 95 Linux vont être ravis
d'apprendre qu 'avec FsdextZ, ils pourront enfin lire leurs
partitions Linux (formatées en Ext2) depuis Windows 95. Pas
d'inquiétude à avoir : il s'agit d'un accès en lecture seule...
l'auteur de ce programme n 'est pas fou. Allez, on va dire que
c'est pratique pour partager les fichiers Paie de Quake.
• Indiscrétion Voici ce que nous avons pu apprendre sur le
prochain Risc Pc 2 d'Acorn, de source absolument pas officielle
: supports pour 5 Strong Arm à 300 Mhz directement sur la carte
mère, Ram Edo, bus principal à 66 Mhz, bus Pci à 33 Mhz, un
seul siot Cpu et circuit vidéo à 200 Mhz (4 Mo de Vram,
1600x1200 pixels en 32000 couleurs). Présentation officielle
lors du prochain Acom world.
Lifting pour les Network computers Une nouvelle version de Ncos est disponible. Pour mémoire, Ncos est le système d'exploitation du Network computer d'Acorn, la Net station, et de ses dérivés. La nouvelle version intègre les éléments suivants : un browser Web plein écran fourni par la société Ant supportant tous les éléments classiques, y compris les tableaux et les frames. On dispose également d'une machine virtuelle Java très véloce, d'un logiciel pour lire les fichiers conçus par Macromedia Director, d'un support du son et des films Replay, ainsi que d'Extend, un client X Window. La
présence de Java est un bonheur, et il est très impressionnant de voir la suite bureautique de Corel (Corel office for Java) tourner sur une machine aussi petite et silencieuse. Extend est un client X window, qui permet au Network computer de s'ouvrir aux marchés professionnels. Accessoirement, le Network computer pourra servir de terminal X pour un prix deux fois inférieur aux tarifs en vigueur sur le marché. La Net station est donc maintenant solidement équipée et, amusant, il est même possible d'y faire tourner de classiques applications Risc OS (sous réserve de modifications mineures).
Il est à noter que ce Network computer est toujours à l'état de prototype, même s'il est fiable et disponible à la vente. Son prix dissua- sif de presque 4000 F est sans rapport avec le prix final et ne destine, pour le moment, la machine qu'aux développeurs.
Malgré tout, l'adjonction prochaine d'un lecteur Zip sur le port parallèle permettra certainement de transformer la machine en un véritable ordinateur et, ce, pour un prix record.
Tous les renseignements sont sur http: www.acorn.co.uk. SCANDALE Microsoft attaque une Pme de huit personnes !
• Un 68060 à 66 Mhz pour 1200 Record battu. Jusqu à présent les
meilleures des cartes accélératrices pour 1200proposaient “
seulement ” un 68060 à 50 Mhz.
Cette limite est enfin dépassée grâce à la société Eyetech qui proposera prochainement une carte accélératrice avec 68060 à... 66 Mhz ! Gage de qualité, cette carte sera développé par les anciens concepteurs des cartes Apollo.
Prochainement disponible aux alentours de 3000 F.
• Sorti du placard CygnusED, cet antique éditeur de texte pour
Amiga, devrait connaître une seconde vie d'ici peu. Son auteur,
Stefan Ossowski, entend en effet publier prochainement une
toute nouvelle version de ce populaire logiciel. En ce sens, il
demande aux utilisateurs intéressés de lui adresser toutes
leurs suggestions (schatztruhe@cww.de). WindowShare était
jusqu'à présent une petite Pme lorraine bien tranquille, qui
employait huit personnes et dont l'activité se limitait à la
vente de shareware. Démarrée dans un garage de Woippy (c'est
dans le 57), cette petite entreprise aurait pu continuer à
prospérer gentiment s'il elle n'avait eu le malheur d'être
sacrifiée à la mégalomanie du géant planétaire Microsoft. Les
cerbères de Bill Gates ont en effet remarqué que si on enlevait
les lettres h, a, r et e dans la raison sociale de la Pme, il
restait le mot "WindowS".
Blessé dans son amour propre par cet excès de liberté, le deuxième homme le plus riche au monde a décidé de traîner devant les tribunaux ces français du terroir. Comme par hasard, le Tribunal de Grande instance de Metz vient de condamner WindowShare à changer de nom. Selon Jean-Guy Ducreux, gérant de la société lorraine, "nous arrivons au terme d'un mauvais procès mais aussi d'un faux procès.
Notre société était spécialisée dans le shareware; par la vente de disquettes à 20 F. Dire que nous sommes des concurrents directs de Microsoft relève de la galéjade ". Pas démonté pour autant, Jean-Guy Ducreux vient de changer le nom de son entreprise en "Winshare killer apps" et étend désormais son activité à la traduction et à la commercialisation de logiciels complets : "nous entrons donc de plein pied dans le monde de l'édition". Ironique. Mais l'histoire ne s'arrête pas là. En 1993 le provider américain CompuServe fait son apparition en France, accompagné de tout un bouquet de
services on-line propriétaires. Et, parmi ceux-ci, on pouvait trouver Go Winshare, un site de Microsoft dédié au téléchargement de shareware.
Or, WindowShare proposait déjà (depuis mai 1992) sur minitel un service identique et portant, de surcroît, le même nom : le 3615 Winshare. Et Jean-Guy Ducreux de faire remarquer que "Microsoft, qui n'a jamais eu rien à voir avec le domaine du shareware, nous a fait une concurrence déloyale. De plus la marque Winshare nous appartient légalement en France. Un nouveau procès ? C'est tentant".
CARTE GRAPHIQUE Une nouvelle Cybervision pour Amiga Parallèlement au développement de ses cartes accélératrices, le constructeur allemand Phase 5 peut se targuer d'être leader sur le marché des cartes graphiques pour Amiga. Après la Cybervision64 et la fabuleuse Cybervision 64 3D, voici annoncée la Cybervision Ppc. Comme son nom l'indique, cette carte est uniquement destinée à être insérée dans le connecteur d'extension des cartes Power Pc du même constructeur (modèles Blizzard 2604 et Cyberstorm Ppc). Cette façon de faire permettra au composant vidéo d'échanger ses informations avec le
microprocesseur à la vitesse record de 100 Mo par seconde.
Pourvue du processeur graphique 3D Permedia, la Cyberstorm Ppc sera capable de gérer 42 millions de texels (pixels qui composent une texture sur un volume 3D) par seconde et autorisera tout un tas de fonctions de rendu directement en hardware (gouraud-shading, fogging, blending, anti-aliasing, correction de perspective, décompression Mpeg, etc.). Puisque le Permedia est composant initialement prévu pour tourner avec les routines OpenGL d'une station Silicon graphies, ses fonctions 3D seront donc supportées sans problème par les routines CyberGL de Phase
5. La Cybervision Ppc sera livrée avec 4 Mo de Sgram et
fonctionnera en interne à la vitesse de 660 Mo par seconde et
permettra d'afficher une résolution maximale de 1280x1024
pixels en 32 bits (16,7 millions de couleurs avec 256 niveaux
de transparence supplémentaires) à 70 images par seconde. La
carte sera vendue aux environs de 1800 F seule, ou pour un peu
plus de 1000 F si elle est acquise en même temps qu'une carte
PowerPC. Plus de renseignements à l'adresse http
: www.phase5.de. 1ère GRANDE FOIRE AUX LOGICIELS ATARI ET
AMIGA LES SAMEDI 13 ET DIMANCHE 14 SEPTEMBRE 97 de 10h à 18h
Organisé par : IFA Informatique et Communications 11 rue des
Ecoles 59680 Colleret Tél : 03 27 67 77 67 A 10km de Maubeuge,
10km de la Frontière Beige, 100km de Lille, 120km de
Bruxelles, 220km de Paris... Plus de 30 000 logiciels
disponibles sur stock, en boîtes carton + documentations, à
prix cassés... des jeux, des logiciels de dessin, des
interfaces Midi... des accessoires : souris, joysticks,
câbles, etc... Plus de 10 000 invitations envoyées... De
nombreux visiteurs attendus (Catalogue VPC disponible contre
12 F en timbres) Dream vous propose de participer à cette
nouvelle rubrique Dream Market. Particuliers, clubs,
associations, boutiques, PME... OREAM MARKETR Cette rubrique
est pour vous.
390 F. H.T. le pavé en couleur !
Renseignements : Valérie Ambrosio au 01 53 36 84 11 rAKXIv; r • f v W r~ï~*] Spécialiste ATARI Grande Logithèque en stock !
CD-ROM x16 IDE 690 F CD-ROM x16 SCSI ext. 1350 F Iomega ZIP SCSI ext. 1090 F Iomega JAZ ext. 2990 F HD 2.1 Go IDE 1490 F HD 1.2 Go SCSI ext. 2100 F HD 2.1 Go SCSI ext. 2550 F RAM 16 Mo 32bits 550 F RAM 32 Mo 32bits 1490 F Scanner A4 600SP 1690 F Demandez notre catalogue VPC: 02.43.56.92.76 fJD'J PfiÜDUCTJDi i: SIMM GVP 4 Ho 60 490 UpDate senlock pour Carte 68030 Mtec---160 Genlock Lola 1500 1790 SupenCut vidéo ... 1490 Squirrel SCSI ¦¦¦¦¦¦¦¦¦470 RAM 512 Ko A500 190 Ppaint 6.4 VF ...120 TurboCalc 3.5 VF 440 ASIH CDFS V3 360 QuarterBack deluxe 290 Cyber Vision 64 3D 1598 Tour INFINITIV
1390 Carte Zorro II zl 1490 Lect. CD SONY 16x 790 Lect. CD SCSI 12x 1090 DD Quant un 2G1 IDE 1590 DD Quant. 3G2 SCSI 2590 DIGITAL Séquenci DIGITAL Séque D1GIPL Player HmDPLAY RiPlayer de Ml cr PRAXIS
1. Rue Duperré. 29200 BREST 1 VENTE PAR CORRESPONDANCE TOWER 'De
luxe" Ô60 990 F (Montage compris) POUR AMIGA 1200 Lect. CI
ROM xl 2 Cultive Lato Avec Télécommande 780 F. CARTES POWER PC
AMIGA A PARTIR DE 2980 F. Tél. : 02.98.46.98.24 »¦«
oa.si.jj.uo« KM ,1 S i umo . 800 F Audio, Midi + Samplcr + D2D
+ Etfots numériques bKACKER : 390 E POUR ur Audio + Sampler +
D2D ATARI 100 F FALCON usiques soundtracks haute fidélité.
£90 F ILE sans matériel.
Commande ou demande de documentation à SOFTJEE 47200 LONGUEVILLE Tél. Fax : 05-53-83-64-67 BEST OF JEUX AMIGA ET CD-32 La référence en matière de jeux pour Amiga et Cd-32 voir page boutique LA BIBLE DU JEU AMIGA WEB Nouvel éditeur Html pour Risc Pc Ici i HTMLEdit J a Rem H (HTItt mm m Vi m L j
U. I-S [hHT S t Vies | •Lists := ©oiic - H fi m m HtmlEdit pour
Risc PC.
La version 3 d'HtmlEdit de Rcomp est enfin disponible. Cet outil permet de faciliter la création de pages pour le World wide web (WWW). On peut ainsi réaliser en toute simplicité pages, images, tables, frames et formulaires. HtmlEdit reconnaît plus de 20 variantes Html', y compris celles de Netscape, Internet explorer, ainsi que le tout nouveau format Html 3.2. Mieux, HtmlEdit met à la disposition de l'utilisateur une boîte à outils permettant de gérer tout un site de façon dynamique, ce qui permet d'automatiser et de simplifier les mises à jour d'une ou plusieurs pages Web. Pour la création
visuelle des frames et autres tables, il faudra cependant toujours passer par le Web designer's toolkit du même éditeur. A noter que ce dernier est de toute façon prévu pour fonctionner avec HtlmEdit. Dans la jungle des éditeurs Html, HtmlEdit reste une valeur sure qui brille par son grand sérieux. Le site de Rcomp est au http: www.rcomp.co.uk.WEB LOISIR Jetez votre mîcro !
Présenté comme une bande dessinée, Ras le bol de l'informatique est un excellent bouquin que viennent de publier les éditions Vent d'ouest. N'avez-vous jamais eu envie de massacrer ces vendeurs qui vous embobinent avec leur "multimédia-dernier-modèle-pas-cher" ? Vous en avez marre des copains bidouilleurs qui vous laissent remonter la carte mère tout seul ? Et que dire du périphérique dont on a perdu le pilote, dont la marque a disparu et dont le revendeur a fait faillite au bout de trois mois ? Ecrit par Meunier et illustré par Monsieur B., Ras le bol de l'informatique retrace avec un
humour grinçant les déboires des possesseurs de Pc. On rit aux éclats et on a véritablement l'impression que les auteurs sont particulièrement bien informés. Plus de 20 thèmes sont traités sur une cinquantaine de pages et les habitués de Dream devraient adorer !
STRATEGIES Caldera veut devenir Microsoft On pourrait penser que Caldera est un simple petit éditeur de logiciels, comme il y en a beaucoup dans le monde Linux... Et pourtant ! Propriétaire du système commercial Open linux, Caldera vient de racheter la société Lst, chargée de la distribution allemande de Linux; LinuxLst. Rappelons que Lst était jusqu'alors titulaire de plusieurs modules optionnels d'Open linux, notamment l'utilitaire d'installation et d'administration du système (réputé pour sa simplicité d'emploi). Anodin, penserez-vous ? Hé bien pas tant que ça... Officiellement, le
but de la manoeuvre est juste de pouvoir intégrer directement dans Open Linux tous les outils de Lst.
Officieusement, Caldera cherche surtout à obtenir un monopole sur le marché commercial de Linux, notamment en rachetant des sociétés qui montent, ce qui permet d'isoler des concurrents comme Red hat. Une tentative de monopole ? Peut-être bien.
Rappelons que Caldera est actuellement en procès avec Microsoft.
La plainte, déposée par Caldera en 1996, concerne la politique anti-concurrentielle de géant américain. Concrètement, Microsoft demande depuis quelques années aux constructeurs de Pc de lui payer des royalties sur chacun de leurs ordinateurs vendus... Même si certains de ceux-ci sont livrés sans Ms Dos ni Windows !
Du coup, les constructeurs ne veulent plus fournir autre chose que les systèmes de Microsoft sur leurs machines (puisque les licences sont déjà payées). Ce qui ennuie fortement des sociétés comme Ibm avec son OS 2 Warp ou Caldera avec son... Dr Dos ! Hé oui, Caldera est aussi propriétaire depuis 1996 de ce système d'exploitation 100% compatible avec Windows. Rappelons que Dr Dos est un système inventé en 1981 par Digital research et racheté quelques années plus tard par Novell (c'est d'ailleurs lui qui avait été choisi originellement par Ibm pour figurer comme seul système d'exploitation
du Pc). Pour revenir au procès, la plainte de Caldera fait actuellement partie des arguments de la Ftc, la commission fédérale américaine qui cherchait à faire tomber Microsoft sous le coup de la loi anti-trust. "Cherchait" car le nouveau président de la Ftc, Robert Pitofsky, vient de clore bizarrement le dossier. Mais si Caldera obtient gain de cause, il deviendra alors un acteur majeur sur le marché micro-informatique, jouant à la fois sur le tableau des compatibles Windows et sur celui des non-compatibles.
DUCHET COMPUTERS 51 Saint-George Road - CHEPSTOW - NP6 5LA - Angleterre Tél: 00 44 1291 625 780 (8 h à 19 h lundi - samedi) Fax: 00 44 1291 627 046 (24h 24) Ligne téléphonique directe en français MINITEL 3616 AZERTY rubrique DUC LA SEULE ADRESSE POUR VOUS FOURNIR DIRECTEMENT EN ANGLETERRE!
NOUS NE PROPOSONS JAMAIS DES ARTICLES QUI N’EXISTENT PAS OU QUE NOUS N’AVONS PAS EN INVENTAIRE DU MATERIEL AMIGA DISPONIBLE (Prix en Francs Français, T.T.C. port compris) Interface PCMCIA SCSI2 Hisoft SURF SQUIRREL (A1200) 745 F Extension mémoire 1 Mo pour Amiga 600 275 F TECHNO SOUND TURBO 2 stéréo (F) Compatible AMIPHONE TCP 285 F KIT de transfert de fichiers AMIGA = PC (doc. F) 120 F Adaptateur pour brancher les manettes analogues PC sur AMIGA: 45F - les 2: 80 F SOURIS AMIGA 125 F - 2 pour 220 F - 3 pour 300 F HOUSSE AMIGA 500 600 1200 (PRECISEZ SVP) 25 F - 3 pour 50 F Câble Péritel
1.50 m: 75 F Câble Péritel 2 mètres 95 F Lecteur EXTERNE (Méc. SONY port d'extension) pour TOUS Amigas 425 F QUADRUPLEUR de MANETTES: 50 F - 4 pour 150 F Carte MAGNUM extension RAM A1200 - 8 Mo maximum - Fournie Oko 375 F Carte AURA 12bit 16bit PCMCIA (A600 A1200) 695 F CARTE SERIE HYPER RAPIDE WHIPPET PCMCIA (A600 1200) 425 F Carte AURA 8 bit -tous Amigas- 295 F INTERFACE MIDI PROMIDI 215 F Câble pour moniteur 1084 D (2 mètres) 125 F Câble pour moniteur 1084 S (2 mètres) 100 F Câble pour moniteur 1084 SPI (2 mètres) 115 F LECTEUR INTERNE AMIGA 500 285 F LECTEUR INTERNE AMIGA 600 285 F
LECTEUR INTERNE AMIGA 1200 285 F ALIMENTATION 220 240V POUR CD 32 225 F Boîtier adaptateur 23 broches 15 broches Hi-D (Pièce COMMODORE 390682-01) pour relier un écran PC à un AMIGA: 100 F COPIEUR "HARD": XCOPY PRO + Interface CYCLONE (doc en français) 250 F JOYPADS JOYSTICKS MANETTES DE JEU SPÉCIALS AMIGA ACTION PAD (J0YPAD) - Amiga seulement 125 F - 2 pour 220 F EXECUTIVE MINI JOYSTICK (LORICIEL) 59 F TAC 30 JOYSTICK (SUNCOM) - 3 BOUTONS FEU 99 F Q STICK (SUNCOM) JOYSTICK DE PRÉCISION 79 F ERGO STICK (SUNCOM) - JOYSTICK TRÈS ROBUSTE CONSTRUIT D'APRÈS LA FORME DE LA MAIN HUMAINE; IDÉAL
POUR JEUX DE FOOTBALL 119 F PC TASK 4.2 avec GUIDE D'UTILISATION EN FRANÇAIS 625 F TTC Port compris Nouvelle version avec émulation de co processeur mathématique Version complète multilingue sur écran: FRANÇAIS Anglais Allemand - (Processeur 68020 -ou mieux- requis) disquettes commerciales originales + manuel original complet + guide -imprimé- en Français Mise à jour PC TASK 4.2 (software + manuel original complet + guide en Français) si vous possédez déjà PC TASK version 2 ou 3: 275 F TTC port compris Envoyez-nous vos disks originaux v2 ou v3 comme preuve d'achat; ils seront retournés
intacts avec la mise à jour PC TASK 4.2 yaviatt'.ï, PROGICIELS AMIGA DISPONIBLES (Prix en Francs Français, T.T.C. port compris) AmiFile SAFE PRO 2.4+ (F) 365 F DICE C Compiler 3.2 (avec manuels sur disk) 325 F DIRECTORY OPUS 5.6 MAGELLAN 495 F AmiFile SAFE USER 2.4+ (F) 175 F
G. F.A. BASIC 3.51 (avec manuel technique de 420 pages) 95 F PC
TASK 3.1 -avec guide Français- 375 F GP FAX v 2.350 375 F
DEVPAC 3.14 (dernière version officielle de Hisoft) 395 F
BLITZ BASIC 2.1 175 F TERMITE TCP 325 F HISOFT BASIC 2
(dernière version officielle de Hisoft) 395 F
B. u.m. 9a 9b 10a 10b (4 disks) 65 F GAMESMITH 525 F NET & WEB
(Contient IBROWSE 1.12a+ complet + MUD295 F
B. U.M. 5 16 11 18 (4 disks) 40 F HISPEED PASCAL (dernière
version) 525 F IBROWSE -version 1.12a + complète- contient MUI
3.8+ 245 F Blitz support suite (3 DISKS) 110 F DE NOMBREUX
JEUX AMIGA SONT REVENUS EN STOCK ! (Prix T.T.C. port compris):
AIRBUS II .135 APPROACH TRAINER ....95
ODYSSEY ..95 F PGA GOLF EURO TOUR -A 1200 ...
45 F PINBALL FANTASIES AGA -A1200 . 65 F PINBALL ILLUSIONS (F)
A 1200 .... 95 F POWER DRIVE (F) 35 F RAILROAD
TYCOON (VF) 125 F ROAD RASH 95 F
SENSIBLE GOLF .95 F SHAQ FU -A
1200- ...... 60 F SILENT SERVICE 2 .....125 F
SKELETON KREW (F) - A 1200 ..... 75 F SLAM TILT (F) - A 1200
. 145 F SPECIAL FORCES (Microprose) 95 F STARLORD
(Microprose) ..95 F STRIP POT -A 1200- (Erotique) 45 F
SUPER SKIDMARKS .....85 F SUPER LEAGUE MANAGER
75 F SUPER LEAGUE MANAGER A1200 ... 75 F SUP ST.
FIGHTER 2 TURBO(F)-A1200 . 95 F SUPER TENNIS CHAMPION 75
F SYNDICATE 70 F BANSHEE (VF) - A 1200
.. 60 B-17 FLYING FORTRESS-500 600- 125 BLITZKREIG
(WARGAME) .45 BLOODNET (F) - A1200 .. 110
BLOODNET (F) -A500 + A600 ... 110 BRUTAL PAWS OF FURY
(VF).....45 BUBBLE & SQUEAK -A 1200 65 BUBBLE & SQUEAK -A 600
65 CHAOS ENGINE AGA -A 1200 ..... 65 CHAOS ENGINE 2
(F) A500 600 . . 195 CHAOS ENGINE 2 (F) - A 1200 ... 195
CIVILIZATION ..115 COALA - A 1200
95 COLONIZATION (F) .....125 DESERT STRIKE
.95 DOGFIGHT (Microprose) ..95 Dungeon
master 2 (VF) A 1200 .... 95 GUARDIAN + SKIDMARKS + GLOOM 145
F COMPILATION (2) A 1200: FEARS + ROADKILL + LEGENDS (F) . 145
F SELECTION AMIGA CD ROM et CD 32 (Prix T.T.C. port compris)
ALFRED CHICKEN (F) ....35 F BRUTAL PAWS OF FURY
(VF).....50 F BUBBA'N'STYX (F) ......45 F BUBBLE &
SQUEAK .....75 F CASTLES 2 .65 F CHAOS
ENGINE (F) .....60 F CIVILIZATION AGA (Amiga* COROM) .
. 125 F DRAGONSTONE (F) ......60 F ELITE
2 ....95 F EVOLUTION HUMANS 3 (F) 95 F
EXILE .....50 F FEARS
....85 F GLOOM ...85 F
GUARDIAN .75 F HUMANS 1 + HUMANS 2 45
F LEGENDS (F) 95 F LIBERATION CAPTIVE 2
..70 F MARVIN MARVELLOUS ...45 F PINBALL
ILLUSIONS .....65 F PREMIERE (F) ...45 F
ROAD KILL .65 F SPECCY 96 (Amiga+ CDROM) ...
. 95 F STAR CRUSADER (Amiga + CDROM) 95 F SUPER LEAGUE MANAGER
75 F Super Street Fighter 2 Turbo (F) . . . 95 F VITAL
LIGHT (F) .45 F American Héritage Encyclopedia
... 45 F WORMS (F) ...125 F ELITE 2 (Version
Française) ......125 Euroleague manager (2mo ram) .... 85
Evolution HUMANS 3 (F) Al 200 ... 95 pour un envol immédiat
d’articles ci-dessus (règlement par carte internationale visa
eurocard): téléphonez-nous (pas de panique, notre personnel
est français), ou faxez votre commande signée avec détails de
votre carte bancaire. Par Minitel: 3616 azerty puis duc. Ou
rédigez (EN français svp) sur papier libre et joignez votre
règlement, nous acceptons les chèques ordinaires français, les
chèques La Poste Français, les cartes internationales visa et
eurocard, mandats internationaux (ou Eurochèque en sterling si
vous n'avez pas de chéquier Français). Notre catalogue complet
vous est envoyé -gratuitement- avec votre première commande.
Si vous désirez recevoir un catalogue complet afin de faire votre choix, écrivez-vous en français svp et joignez 6 timbres à 3 FF ou 4 C.R.I.; précisez votre configuration exacte, ou nous ne pourrons pas donner suite à votre demande. Transaction minimum 100 FF septembre 1997 - stock et prix valables pour la durée de publication du magazine - Toute commande est considérée comme ferme.
F EXILE - A 1200 . 95 F F EXILE - A 600 .. . 95 F F F-15 II (Microprose) ..... 125 F F F-1 9 STEALTH FIGHTER -A500 2000 .
125 F F FIELDS OF GLORY (WB 2 + ) ____ 125 F F FIELDS OF GLORY -A 1200 ...... 125 F F GUNSHIP 2000 . 125 F F GUNSHIP 2000 AGA .... 125 F F HEIMDALL (F) -WB 2 .... . 40 F F HEIMDALL 2 (F) A500 600 ...... . 75 F F HEIMDALL 2 (VF) - A 1200 ...... . 75 F F Impossible Mission 2025 (vf) a 1200 . 95 F F Impossible Mission 2025 (vf) a600 .
. 95 F F JAMES POND 2 (F)-A 1200 ..... . 35 F F KICK OFF 3 EURO CH. A500 600 .
. 65 F F KING MAKER (VF) ...... 110 F F The LOST VIKINGS (VF) . . 95 F F MICROPROSE GRAND PRIX F1 ... 115 F F MINSKIES the Abduction -A 1200 .
. 85 F F MORPH (F) - A1200 .... . 35 F F NAPOLEONICS -A 500 .. . 65 F F NICK FALDO GOLF ..... . 35 F NIGHTHAWK F-117 A 2.0 -v 3.01 . 95 F THEME PARK -A 1200 .. 125 F THEME PARK -A 600 ... 125 F TOTAL FOOTBALL (Domark) ......95 F TURNING POINTS -A 500- . 55 F
U. F.O. (A 600) . 125 F
U. F.O. (A 1200) 125 F UNIVERSE
(VF) ..75 F VIRTUAL KARTING -Al200 (F) ____75 F
WATCH TOWER (F) -A 1200 ...... 45 F WHITE DEATH (WARGAME)
......45 F WING COMMANDER .....95 F WORMS DIRECTORS CUT
- AGA .... 185 F XTREME RACING -A 1200- 75 F Xtreme
Racing AGA; 2 DATA DISKS 55 F ZEEWOLF 1 (NF) 45
F ZEEWOLF 2 Wild Justice ..65 F ZEEWOLF 1 + ZEEWOLF 2
95 F ZOOL (F) - A500 600 .... 35 F COMPILATION
(1 ) A 1200: De nouveaux Amiga arrivent !
Incroyable !
Alors que tout le monde croyait la gamme des ordinateurs Amiga définitivement arrêtée, voilà que sept nouveaux modèles arrivent pour la fin de l'année.
Dream : lors du précédent World of Amiga de Londres, vous avez déclaré qu'Amiga international allait développer trois activités : support de la com- Petro Tyschtschenko, le président d'Amiga international, l'avait promis : des compatibles Amiga verront le jour. C'est aujourd'hui chose faite avec les machines de Micronik, Index information et Macrosystem. Mieux : les machines de Micronik sont déjà disponibles en France chez les distributeurs Sld informatique (67) et Software para- dise (64). Il faut dire que depuis que la société a été rachetée par le géant Gateway 2000, le moral est au
beau fixe. Non seulement pour les utilisateurs restés fidèles à la machine, mais également pour les investisseurs. Outre les trois constructeurs précités, les allemands Phase 5 et Pios sont déjà sur les rangs pour le développement de la prochaine génération d'Amiga : l'A Box et le TransAm seront basés sur des microprocesseurs Power Pc à 300 Mhz. Sans oublier bien entendu ProDad, lequel rendra bientôt public son système d'exploitation révolutionnaire, suite logique de YamigaOS : le pOS.
Pcmred by AMI G Pour l'heure, nous sommes allés enquêter auprès des principaux acteurs de cette inattendue résurrection et leur avons demandé de nous dire toute la vérité sur cette soudaine affaire.
Munauté Amiga existante; vente de licences et développement de nouvelles technologies. Quelle est la plus importante ?
Petro Tyschtschenko : les trois.
D : de nombreuses rumeurs prétendent que l'AmigaOS v43 (version 4.0 ?) Est déjà prêt mais seulement en langage 680X0. Est-ce vrai ? Si oui, quand sera-t-il disponible ? Sinon, pouvez-vous nous dire ce que les ingénieurs d'Amiga technologies ont bien pu faire pendant deux ans ?
P. T. : la prochaine version de YamigaOS (Kickstart et Workbench)
sortira de nos laboratoires américains en décembre prochain.
D : vos laboratoires américains ? Qu'en est-il de la mise en place de votre département en recherche et développement ?
P. T. : notre département de recherche et développement est
basé aux Usa et est directement financé par Gateway 2000. Nos
ingénieurs sont choisis parmi les plus réputés au monde. De
plus nous travaillons avec les laboratoires de Phase 5 et
Haage & partner.
D : quelles seront les innovations du prochain AmigaOS ?
P. T. : nous avons pris en compte toutes les suggestions
soumises par les développeurs du monde Amiga. Vous retrouverez
chacune d'elles dans le prochain AmigaOS.
D : pouvez-vous définitivement nous confirmer que le prochain Amiga sera à base de Power Pc ? Nous n'entendrons enfin plus parler de Hp pa ni de Dec Alpha ?
P .T. : nos ingénieurs n'ont toujours pas statué sur le sujet, mais je suis sûr que ce sera un Power Pc.
D : à part le Power Pc, qu'est-ce qu'on pourra trouver sur la carte mère des prochains Amiga ?
P. T. : je ne peux encore rien dire.
D : la communauté Amiga française pense que Pios est juste un Assembleur qui n'arrive même pas à fabriquer un compatible Mac qui fonctionne. Quel est votre avis ?
P. T. : nous avons nos propres idées, mais bon, nous restons en
contact avec Pios... Ceci étant, je pense que l'opinion de la
communauté Amiga est la bonne.
D : comment seront vendus les prochains Amiga : machines grand public; consoles Internet, consoles de jeux vidéos, stations graphiques... ?
P. T. : le marché grand public a toujours été la force de
l'Amiga. Mon voeu est que nous puissions développer un
appareil qui permette de jouer et de naviguer sur Internet
avec juste une télévision. Nous aurons également besoin de
stations graphiques à notre catalogue pour notre marché
semi-professionnel.
D : concrètement, qu'est-ce que l'on obtient en achetant une licence Amiga ?
PT. : notre stratégie est d'étendre le marché Amiga en autorisant des constructeurs tierces à distribuer le hardware et le software Amiga. Pour des raisons de cohérences, les "compatibles Amiga" devront au moins être capables de faire tourner notre AmigaOS, même avec un hardware différent du nôtre. Il n'y a, et il n'y aura toujours, qu'un seul AmigaOS.
D : que sont devenues les négociations avec le constructeur chinois Tienjin family multimédia, dont vous nous parliez lors du rachat de l'Amiga par Escom ?
P. T. : à l'instar de Pios, Prodad et Phase 5, nous sommes
toujours en négociations avec eux pour AMIGA International,
Inc. Le nouveau logo, relooké par Gateway 2000.
Qu'ils achètent une licence Amiga.
D: est-ce que n'importe quel utilisateur Amiga peut participer à l'élaboration de l'AmigaOS ?
P. T. : oui.
D : et comment doit-il faire ?
P. T. : notre département en recherche et développement va
prochainement publier un ensemble d'outils destinés à la
programmation de VamigaOS.
Bien entendu, pour pouvoir accéder aux codes sources des routines existantes, il faudra acquérir une licence.
D : et qu'est-ce qui fera que l'utilitaire d'un programmeur Lambda sera inclus dans le prochain AmigaOS ?
P. T. : il devra être approuvé par notre département en recherche
et développement.
D : allez-vous de nouveau fabriquer des Amiga vous- même, juste vendre des cartes mères et laisser les assembleurs en faire des ordinateurs (un peu à la manière d'Intel) ou simplement espérer que d'autres constructeurs feront le travail à votre place ?
P. T. : pour l'instant, nous ne construisons plus d'Amiga, car
nous avons encore d'importants stocks de 1200 et de 4000.
Lorsque le développement des prochains produits sera terminé,
nous fabriquerons nous-mêmes les nouvelles machines et
donneront le droit à des constructeurs tierces d'en faire
autant.
Actuellement, en plus des licences, nous vendons aussi des cartes mères toutes faites (celles qui viennent du stock) à des assembleurs comme Micronik.
D : qu'en est-il de Solectron, cette usine à Bordeaux qui fabriquait vos Amiga ?
P. T. : nous restons en contact et ferons appel à eux le moment
venu.
D : à qui appartiennent désormais les droits du Commodore 64 ? Et que sont devenus ses projets de résurrection 1
P. T. : les droits du C64 appartiennent maintenant directement à
Gateway 2000. A eux de voir.
Interview de Mick Tinker, président de Index information Dream : depuis le début du mois de juillet, Index information est titulaire d'une licence Amiga. Pouvez-vous nous expliquer précisément en quoi cela consiste ?
Mick Tinker : la licence nous donne le droit d'utiliser l'AmigaOS dans nos ordinateurs et d'appliquer le logo "Powered by Amiga" sur le boîtier de nos machines. De plus, elle nous permet d'acheter en grande quantités les composants spécifiques à l'Amiga. La durée de la licence est de trois ans, mais nous espérons bien pouvoir la renouveler une fois arrivés à ce terme. Vue notre activité, nous allons payer un nombre significatif de royalties à Amiga international et, du coup, je pense qu'ils seront facilement enclin à nous proposer une extension.
Concrètement, la licence nous permet de vendre en toute légalité l'Access ainsi que les ordinateurs en cours de développement (le Connect et l'InsideOut).
La licence a un effet positif sur nos distributeurs, car ils sont assurés de la longévité de la gamme.
D ; concrètement, à qui seront vendus l'Access, le Connect et l'Inside out ?
M. T. : l'Access sera exclusivement destiné aux entreprises.
Plein de projets sont possibles pour lui : bornes multimédia
dans les musées, bornes de pub dans les grandes surfaces... De
par notre expérience (Ndlr : Index information est célèbre
pour la réalisation de bornes à base d'Amiga au musée des
transports londonien), nous savons que ce marché réclame
des machines stables dont le hardware n'a pas à être modifié
tous les six mois. C'est le cas de l'Amiga. Le Connect est
conçu pour être un A4000 peu cher. Il est destiné au grand
public et plus particulièrement aux possesseurs frustrés par
le 1200, aux développeurs et aux professionnels de la vidéo.
Ce sera la continuité de la tradition Amiga : des bus
d'extension, le chipset Aga, un 68060 à 66 Mhz et jusqu’à 128
Mo de Ram.
Il est possible que nous le dérivions, plus tard, en serveur Intranet pour les Pme.
L'InsideOut, enfin, sera destiné à l'Amigaïste qui veut la puissance d'une station avec le système AmigaOS. Par rapport à un Amiga standard, il sera beaucoup plus rapide, aura de meilleures résolutions graphiques et reconnaîtra toutes les cartes au format Pci.
Clairement, il sera destiné aux marchés de l'image de synthèse, qu'elle soit 2D ou 3D.
D : quand seront-ils disponibles ? Et à quels prix ?
M. T. : l'Access est déjà disponible. Avec 4 Mo de Ram et un
lecteur de CD-Rom, son prix tourne aux alentours de 3000 F. Le
Connect et l'InsideOut seront disponibles dès octobre. Il est
difficile de déterminé un prix générique pour le Connect;
car nous ne vendrons qu'une carte mère et ce sera aux
distributeurs de trouver eux- mêmes le boîtier, la Ram, le
disque dur, etc. Néanmoins, son prix ne devrait pas dépasser
les 6000 F. D : selon vos dires, l'Inside out serait un
ordinateur Risc.
Quel microprocesseur sera utilisé 1
M. T. : nous ne dévoilerons aucune information sur Ylnside out
avant sa sortie.
D : quels sont vos objectifs pour les marchés européens, américains et asiatiques ?
M. T. : nous avons l'intention de travailler directement avec 100
distributeurs officiels éparpillés un peu partout dans le
monde. Il est même possible que nous nommions un fabricant
international pour s'occuper intégralement du Connect.
D : qu'apporte votre technologie par rapport à celle utilisée dans les Amiga standards ?
M. T. : nos ordinateurs sont plus rapides. Par exemple, sur le
Connect et l'Access (tous deux construits avec les composants
Aga), le transfert de données entre la Chip Ram et le
microprocesseur est accéléré de 30 %.
De plus, chacune de nos machines possède des slots Isa qui marchent, au contraire de ceux qu'on trouve depuis le 2000 dans l'Amiga mais qui ne sont reconnus que par une carte d'émulation Pc. Enfin, nos cartes mères disposeront de Flash-Rom (donc ré-inscriptibles) dans lesquelles nous placerons les pilotes du lecteur de CD-Rom, de la carte graphique, etc. D : allez-vous apporter des modifications au système d'exploitation, ou garderez-vous l'AmigaOS standard ?
M. T. : AmigaOS est le seul à être 100 % compatible AmigaOS.
D : allez-vous participer à l'élaboration du futur Amiga ?
M. T. : nous préparons actuellement une nouvelle version des
composants Aga : nettement plus performants, beaucoup moins
chers et toujours compatibles.
Mais ça, c'est une autre histoire... Interview de Heintz Oftrich, de Micronik Dream : que pouvez-vous nous dire des nouveaux ordinateurs de Micronik ?
Heintz Oftrich : que ce ne sont pas les ordinateurs de Micronik ! Entendons-nous bien : nous fabriquons juste des boîtiers tower et des cartes filles avec bus d'extension Zorro 2 ou 3. Tout le reste de nos machines est copyright Amiga international. La licence que nous avons acquise auprès d'eux nous permet juste d'assembler les pièces et de vendre le tout sous la forme d'un ordinateur avec le logo "Powered by Amiga".
D : l'AmigaOS est-il disponible d'office avec vos ordinateurs ou faut-il l'acquérir séparément ?
H. O. : Y AmigaOS 3.1, avec tous ses manuels, ses disquettes et
sa boîte d'origine, est bien évidemment donné lors de l'achat
et même pré-installé sur nos ordinateurs. Cela a toujours été
le cas sur Amiga et il n'y a aucune raison pour que les gens
payent maintenant quelque chose en plus. La licence nous
donne le droit de vendre des Amiga customisés. Or, le système
fait partie intégrante de l'Amiga !
D : quelle est votre politique par rapport aux distributeurs ? Leur fournissez-vous simplement un boîtier accompagné d'une carte mère, les laissant agrémenter le tout eux-mêmes (avec des disques durs, un lecteur de CD-Rom, un clavier, etc.), ou proposez-vous des configurations toutes prêtes ?
H. O. : nous proposons trois genres de configurations : le
boîtier tower tout seul, le boîtier avec une carte mère d'Ai
ainsi que notre carte Zorro, et l'ordinateur complet (avec
clavier, disques, souris, etc.). Rassurez-vous, nous disposons
de claviers et de manuels français. Il appartient aux
distributeurs de choisir eux-mêmes quel niveau de
configuration ils souhaitent nous acheter, suivant les
disques, souris et autres éléments qu'ils ont déjà en stock.
D : vous avez l'intention de vendre des compatibles Amiga à base de Power Pc d'ici à octobre. S'agira-t-il de la configuration actuelle à laquelle on aura simplement ajouté une carte Power Pc de Phase 5 ?
H. O. : exactement. Mais cette carte sera la version Zorro 3
(Blizzard 2604e) et non celle initialement prévue pour les
Amiga 1200. C'est d'ailleurs la seule qui fonctionne
correctement à l'heure actuelle.
D : avez-vous l'intention de vendre vos ordinateurs en dehors de l'Europe, aux Usa, notamment ?
H. O. : tout à fait, nous avons déjà passés des accords avec
plusieurs importateurs à l'étranger, dont un aux Usa.
Yann Serra.
Les machines de Micronik Al 500 plémentaire. Les ordinateurs "Powered by Amiga" que propose Micronik sont en fait des 1200 re-car- rossés. Vendus la plupart du temps accompagnés d'une carte accélératrice (dont le choix est laissé à la convenance de l'acheteur), ces compatibles offrent l'avantage de pouvoir accepter toutes les cartes d'extension du monde Amiga, ainsi que les cartes Pci (standards sur Pc et Macintosh). Si accepter le Pci est une première sur la machine, il faut tout de même savoir que les cartes répondant à cette norme devront impérativement être fournies avec des pilotes
logiciels spécifiques, condition sine qua non pour fonctionner correctement sur Amiga. En revanche, les connecteurs Isa sont ici encore inactifs, tant qu'une carte d'émulation Pc n'est pas insérée dans un connecteur Zorro 2 ou 3. Livrés avec une carte PowerUp de Phase 5, ces ordinateurs s'annoncent comme les plus populaires de la nouvelle génération. Les compatibles de Micronik sont distribués en France par Software paradise (64).
Carte mère Amiga 1200 Contrôleur Scsi 2 5 connecteurs Zorro 3 1 connecteur Isa 2 connecteurs Pci I connecteur vidéo (identique à celui des Amiga 2000 et 3000) I connecteur Cpu 32 bits (identique à celui de 1‘Amiga 4000) 1 connecteur Cpu Amiga 1200 Prix : environ 6600 F Disponibilité : immédiate A1400 Carte mère Amiga 1200 2 connecteurs Isa 2 connecteurs Pci I connecteur vidéo (identique à celui des Amiga 2000 et 3000) I connecteur Cpu Amiga 1200 Prix : environ 5000 F Disponibilité : immédiate Ajoutons également à cette liste Y Al 300, une simple carte mère d'Amiga 1200 montée dans le même boî
tier tower que les 1400 et 1500, sans extension sup- SERELE MICRO INFORMATIQUE Rue des Ormes (Près GITEM) Saint Pantaleon 71 400Autun Tél : 03 85 52 40 31 Fax : 03 85 52 40 99 Email : Serele@wanadoo.fr Site Web : www: perso. Wanadoo.fr serele CENTRE TECHNIQUE FRANCE AMIGA INTERNATIONAL SERVICE APRES VENTE Dépannage tout Amiga Devis gratuit Intervention rapide sur rendez-vous ou par correspondance VENTE DE MATERIEL Composants, Roms et accessoires, pièces détachées Manuel et systèmes 2.05 à 3.1 Tours pour Amiga 4000 et 1200 Vente par correspondance ou sur place (du lundi au vendredi de 9h00 à
12h00 et de 14h30 à 18h30).
Le nouveau Draco de Macro System Microprocesseur : 68060 à 50 Mhz Boîtier : cube avec 4 emplacements 5,25 pouces et 6 emplacements 3,5 pouces Ram : 128 Mo d'Edo Ram Contrôleur : Fast Scsi-2 (disque dur 4 Go, CD-Rom x4) Carte graphique : Altais 4 Mo (1280x1024 en 16 millions de couleurs) Carte de numérisation vidéo : Vlab motion 32 bits (entrée et sortie S-Vhs en Pal et Ntsc) Carte audio : 16 bits à 48 Khz Compression Mpeg et Jpeg hardware Logiciels fournis : Movie shop 4.3, Monument designer
3. 0, Xipaint, Morph plus, Adpro Prix : environ 60000 F
Disponibilité : immédiate Premier des compatibles Amiga, le
Draco est la station vidéo idéale. Dans sa nouvelle version
cubique, la machine est pourvue d'une carte mère totalement
redessinée par l'allemand Macro system et dispose, à ce titre,
de connecteurs d'extension spécifiques bien plus puissants et
rapides que les classiques Zorro 3 (et même Pci). Une
véritable bombe à laquelle il est possible d'ajouter un
processeur Dec Alpha à 300 Mhz pour battre de vitesse les
meilleures station 3D sous Lightwave. Dommage que son prix ne
réserve le Draco qu'aux seuls professionnels. La machine est
distribuée en France par DeltaGraphx.
• Joncs * Le Draco version cube.
Les machines de Index Information Ltd.
Access Carte mère : de la taille d'un lecteur 5,25 pouces Microprocesseur : 68EC030 à 28 Mhz Ram : 10 Mo Contrôleur : Atapi Ide Rom : Kickstart 3.1 + Eprom Index 1 connecteur Isa Numériseur audio Horloge Disque dur : 1 Go Lecteur de CD-Rom : xl6 Prix : de 3000 à 6500 F Disponibilité : immédiate L'Access est un ordinateur incroyable : sa taille ne dépasse pas trois lecteurs de CD-Rom posés l'un sur l'autre ! Sa conception ultra-optimisée (contrairement aux machines de Micronik, la carte mère est conçue en interne) lui offre un gain de vitesse trois fois supérieur à un Amiga 1200 équivalent
(68EC030 à 28 Mhz). Dans le même ordre d'idée, cet ordinateur possède une Rom supplémentaire contenant tous les pilotes absents du Kickstart (lecteur de CD-Rom, réseau, etc.). De plus, le connecteur Isa est réellement actif, même sans carte d'émulation Pc. Le constructeur Index information espère surtout vendre cette machine comme "cerveau" de bornes interactives. Une utilisation grand public n'est cependant pas à écarter.
Connect Microprocesseur : 68060 à 66 Mhz Ram : jusqu'à 130 Mo en barettes Simm Contrôleur : Ide Atapi 4 connecteurs E-lsa (fonctionnels) 4 connecteurs Zorro 3 1 connecteur Vidéo (identique à celui du 4000).
Prix : environ 6000 F Disponibilité : octobre ou novembre Le Connect sera la nouvelle version de Vamiga 4000, dont il reprend l'aspect. Il sera néanmoins bien plus rapide et bien moins cher que ce dernier. Autre nouveauté : il disposera de 4 connecteurs E-lsa (16 bits) qui seront réellement actifs, même sans carte d'émulation Pc. Enfin, la machine risque de disposer d'une nouvelle génération de composants Aga (plus rapides, avec plus de résolutions et acceptant directement le Chunky pixel), si Index information a le temps d'en finir la conception avant l'année prochaine.
InsideOut Microprocesseur : Risc Carte graphique : 128 bits avec accélération 3D (1280x1024 en 16 millions de couleurs) Plusieurs connecteurs Pci Support réseau Eternet Prix : inconnu Disponibilité : novembre ou décembre Cette machine est LA grande inconnue. Aucune information n'a transpiré des laboratoires d'index information. On sait juste que ce sera une station graphique haut de gamme compatible Amiga. On nous promet des performances époustouflantes... A Box, où en est-on ?
Voici le tableau officiel de l'évolution de l'A Box, un futur compatible Amiga basé sur une architecture PowerPC et un tout nouveau processeur graphique.
Tout l'univers de Linux sur le Web !
Www.linux-kheops.com
* CM*»* é-i r™ rrj khr. .V7. WIJ..V |99 Fr Offre Spéciale!
Offre Spéciale! Offre Spéciale!
- - N'hésitez pas à vous connecter !
Logiciels du Soleil 1, rue Pasqualini - BP 112 - 06 802 Cagnes sur mer cédex - tél : 04 93 14 01 55 - fax : 04
• Les documentations (format html ou téléchargeable) Manuel
utilisateur RedHat 4.2, Debian 1.2.9, Slackware 96 3.2... Guide
Xfree86 3.2, Métro X, configuration noyau 2.0 2.1... Le guide
du Rootard, Linux Facile, etc.
• Les liens Linux Où trouver éditeurs de textes, éditeurs html,
clients email, browsers, tableurs, traitements de textes, ges
tionnaires de fichiers, utilitaires systèmes, utilitaires
graphiques... Les acteurs commerciaux du monde Linux Les
Web-zines consacrés à Linux
• La liste des produits Linux par Kheops Le catalogue des
produits, les pro- mos du mois, les revendeurs en France... 93
14 36 75 3 Rue Galléan 06000 NICE Tel Fax : 04.93.80.71.55
AMIGA 1200 Carte Mémoire Omo 390f Blizzard 1230 IV Omo 890f
Blizzard 1240T Omo 1890f Blizzard 1260 Omo 3190f Module SCSI-2
650f PPC603e175 sans 68k epu 2990f PPC603e200 sans 68k epu scsi
3690f PPC603e175-68030 50 3490f PPC603e200-68040 40 scsi 4490f
PPC603e200-68060 50 scsi 6190f AMIGA 4000 Cyberstorm 40 40 Omo
2590f Cyberstorm 60 50 Omo 3990f Module Fast SCSI-2 650f
Cybervision 64 3D 4Mo 1600f Scandoubleur 600f
PPC604e150-68040 40 scsi 5490f PPC604e150-68060 50 scsi 7490f
PPC604e200-68040 40 scsi 7690f PPC604e200-68060 50 scsi 9490f
PPC604e150 sans 68k epu scsi 4890f PPC604e200 sans 68k epu scsi
6990f AMIGA 2000 Blizzard 2060 scsi 3990f Blizzard 2040 ERC
scsi 2590f FRAIS DE PORT : CD jeux Logiciel : 35f Carte HD Mem
: 60f ANTINEA Ecran: 14” 150f PROMO DU MOIS : Quaterback 5 vf
99f
* Les 4 CD-Rom 150f 17” 200f Tour: 10Of MEMOIRE COPROCESSEUR
Coprocesseur PGA 50Mhz 399f SIMM 32 bits 4Mo 60ns 160f SIMM 32
bits 8Mo 60ns 330f SIMM 32 bits 16Mo 60ns 650f SIMM 32 bits
32Mo 60ns 1290f Disque Dur 1.7 Go IDE 1490f Disque Dur 2.1 Go
IDE 1690f Disque Dur 2 G0 SCSI 2490f Disque Dur 3.2 Go SCSI
2990f CD Rom 8x IDE Interne 600f CD Rom 16x IDE Interne 750f
DIVERS Lecteur HD 1.76Mo interne 585f Lecteur HD 1.76Mo Externe
600f Souris Wizard 99f Tour Micronik A1200 1190f Alim Micronik
Tour A1200 449f Boîtier Clavier A1200 390f Scsi slot pour tour
199f Carte Zorro II Micronik 1590f Carte Zorro III Micronik
3190f Video slot pour ZII ZIII 500f Tour Micronik A4000 PCI
2490f Moniteur M1438 14” 2290f Moniteur IDEK 15” 2790f Moniteur
IDEK 17” 4990f Pad compétition pro 149f Tablette Wacom Artpad 2
1290f Wordworth 6 (vf) 540f Image FX v2.6 (va) 1190f SCALA
MM400 (vf) 1390f Turboprint 5 (vf) 449f I Browse (va) 249f
Miama V2 (va) 360f Aminet 15,16,17,18,19 79f Aminet set 1, 2
150f Aminet set 3, 4 199f Geeks Gadgets ADE 95f Geek Gadgets 2
ADE II 120f Amiga Tools 6 CD 129f Amiga Developer CD 95f Mods
Anthology 219f Colonisation (va) 199f Sens. World Soccer 96 97
199f Sens. World Soccer Upgrade 129f Slamtilt AGA 149f Pinball
Fantasies AGA 99f Jet Pilot 220f Mega Typhoon - PGA Tour Plus
149f Capital Punishment - Fifa 149f Theme Park AGA ECS 149f
Railroad Tycoon 149f A320 Airbus II - F15 Strike Eagle II 149f
Silent Servive II 149f Desert Strike 129f Chaos engine 2 249f
Burnout 249f Tiny Troops 249f Alien Breed 2 249f Trapped Dk CD
199f Akira CD32 149f PGA Tour golf CD32 99f Nemac IV CDRom
Legends CD32 180f Pinball Illusions CDRom 99f
* Animatic CDRom 49f
* Textures CDRom 49f
* Super Autos CDRom 49f
* Net News Offline 1 CDRom 49f PRIX NETS TTC MODIFIABLES SANS
PREAVIS - CHEQUE A L’ORDRE DE TRACO-ANTINEA s?
The K desktop environment Makeûle o tst é ¦ tsto shell-XtAppInitialize ( 8-app. "Test”, ULL. 0.
Ftargc. Argv, UIL. ULL. 0 ): xmstr=XmStringCreateltoR(argv[ 11. XmFO TLIST_DEFAULT_TAü tst«XtVaCreateVlanagedWidget( "Prout".
XmLabeIWidgetClass. Shell.
XmMabelString. Xmstr.
MULL.O ); button-XtVaCreateManagedWidget( "button".
XmPushButtonWidgetClass. Si XmMabelString. Xmstr.
ULL.0 ); INS Line 0 Col 0
* (one Q|Two
* 1 .
; - r ÏÏ € Hop, un drag'n'drop de Kfm vers Kedit !
Vous l'avez sans doute remarqué, X Window ne se limite pas à une interface. Et parmi tous les Window manager; il en est un qui se détache du lot : Le Projet Kde.
Dans les précédents numéros de Dream, le lecteur aura peut-être été dérouté par le fait que toutes les captures d'écran de X window ne présentaient pas systématiquement les mêmes boutons ni les mêmes fenêtres. Ceci s'ex- plique par le fait qu'on ne se cantonne pas à une seule interface (ou Window manager) : une bonne vingtaine d'aspects très différents existent en effet pour notre espace de travail (AfterStep, Fvwm95, etc.). Le projet Kde diffère de l'ensemble des Window manager, car au delà d'une esthétique particulière sa principale différence est l'homogénéité de ses outils, les K
Tools.
Les K Tools Kfm, par exemple, est un gestionnaire de fichiers configurable à volonté.
Dans sa version actuelle, l'outil sert aussi de client FTP et devrait, dans un futur proche, faire même office de browser WWW. Dans un autre genre, Kpanel est une barre d'icônes, qui permet de naviguer entre les écrans virtuels et offre un menu de configuration. Tous les autres petits utilitaires reprennent l'apparence et la fonction des modules les plus courants de Windows 95 (panneau de configuration, solitaire, éditeur, calculette, etc.). A noter que les K Tools tournent parfaitement sous une autre interface que Kde.
Simple !
Ce qui frappe le plus, dès l'installation de Kde, c'est sa simplicité. Le mortel de base pourra enfin utiliser Unix avec le moins d'efforts possible.
La configuration est soit automatique, soit graphique. Plus de ".rc" à triturer pour personnaliser son interface. Kde fera le bonheur des cli- queurs. L'un des points forts repose également sur le puissant support du Drag'n'Drop. Par exemple, on pourra faire glisser un fichier vers Kedit pour en changer le contenu, ou une icône vers Kpanel pour créer un raccourci. Dans le meme esprit, chaque type de document est associé à une application donnée ( les ".gif" à xv, les ".html" à Netscape etc.). Une association que l'on peut changer d'un simple clic sur le bouton droit.
Windows ?
S'il est vrai que Kde s'inspire des interfaces Win95 et OS 2, le logiciel reste une surcouche de Linux. Une particularité qui permet, par exemple, de modifier l'aspect des icônes et tous les boutons des fenêtres. Ceci étant, la ressemblance avec les systèmes de Microsoft apporte tout de même son bagage de défauts. La vitesse, entre autres, ne rivalise pas avec celle d'Afterstep.
Dans un autre genre, un habitué des interfaces sera surpris par le faible nombre de raccourcis clavier (pour passer d'un écran virtuel à l'autre, il faudra impérativement cliquer sur une icône du Kpanel). Notre conseil allier la puissance d'AfterStep à l'efficacité des K-Tools.
Emile Heitor - emile. Heitor@inforoute. Cgs. Fr En hausse ? Simplicité A Ergonomie A Beau et Configurable En baisse ? Standardisation du code ? Lenteur de KWM.
Statut : Freeware ( hormis Qt ) Source : http: www.kde.org Note ? ? ?
KDE v o. 9.7 2334 un 23 m L'auteur du programme nous prévient d'entrée de jeu : ce programme peut être utilisé pour travailler mais c'est avant tout un "time waster" (gaspilleur de temps).
Xspringies permet de simuler des inté- ractions entre des masses ponctuelles et des ressorts. Plus qu' une simple curiosité, c'est un véritable terrain d'expérimentation.
L'utilisateur dispose d'une multitude d'options pour créer des expériences plus étonnantes les unes que les autres. Il s'agit de disposer des masses ponctuelles et des ressorts dans une zone délimitée par la taille de la fenêtre.
Les paramètres disponibles sont extrêmement nombreux. Le principe est de relier des masses deux à deux avec des ressorts et de plonger tout ce petit monde dans un milieu aux propriétés physiques diverses.
Que la force soit avec toi !
Xspringies nous propose quatre forces différentes. La première et la plus connue est l'attraction gravitationnelle. Pour les expériences "planétaires", c'est la force la plus importante. La deuxième force n'existe pas dans la nature, elle attire les centres de masses des différents objets vers le centre du milieu (très drôle !). La troisième force est proche et attire les masses ponctuelles vers le centre. Enfin, La dernière est une force de répulsion associée aux murs (limites du milieu). On peut aussi rajouté de la viscosité (milieux "humides") et de la colle (stickiness).
L'utilisation de graphismes simples permet une animation très fluide et il est possible de "tirer" des masses pendant l'expérience pour modifier le comportement des objets.
Xspringies Pédagogique, impressionnant et parfaitement inutile... Donc complètement indispensable : le simulateur de ressorts !
Fred Pesch.
Simulation de pont; difficile de le casser !
Xspringies 1.12 En hausse A Animations très fluides A Nombreux paramètres A Pas vraiment inutile A Démonstrations impressionnantes En baisse ? Manque de couleurs Y Pas vraiment utile Source : Red Hat power CD Note ? ? ? ?
XmCd Si les lecteurs de CD audio sont légions sous Linux, Xmcd sort du lot. C'est tout simplement le meilleur du moment !
Xmcd s'est imposé comme référence en la matière sous Linux, détrônant au passage le leader précédent Workman. Il possède une interface tout à fait classique, imitant la face avant du lecteur de CD qui se trouve dans votre chaîne hi-fi. Un panneau principal regroupe les fonctions de base (play, pause, eject etc...) et un autre se charge de l'affichage des pistes. Deux autres fenêtres permettent de consulter le catalogue des morceaux et d'utiliser un sélecteur "direct" à la Workman.
Tout ceci tourne bien entendu sous Motif et se doit de marcher sans problème avec les versions actuelles de Lesstif.
Exhaustif et original Xmcd possède toutes les fonctions qu'on est en droit d'attendre. Par (je vous conseille celui ci) exemple, Les pistes peuvent être jouées dans l'ordre, aléatoirement ou encore selon un programme, qui peut être mémorisé séparément pour chaque
CD. Sont bien sûr présents l'avance retour rapide et une fonction
de bouclage qui s'avère très pratique quand on veut numériser
de la musique. Le catalogue des disques est thématique
(reggae, jazz, classique etc...) et modifiable à tout moment.
Très paramétrable, on peut décider de ce que fera Xmcd quand un CD se termine ou quand on quitte l'application (éjecter physiquement le disque, continuer à jouer le morceau mémorisé, etc.). Une première sous Linux : L'autoplay est désormais possible !
Enfin, la plus grande originalité de ce logiciel est la consultation automatique des bases de données sur Internet : on insère un CD, le logiciel le reconnaît et va chercher tout seul sur les réseaux le nom des chansons qu'il ajoute à votre liste personnelle.
Jakub Zimmermann X Motif CD Audio Player En hausse A Simple et agréable A Autoplay A Connexion réseau En baisse ? Rien!
Note ? ? ? ? ?
M. Ppaint 7.1 Digne successeur de feu Dpaint, le logiciel de
dessin bitmap Ppaint brille aujourd'hui par ses capacités
d'animation et de retouche photo.
Evinette : quel est LE logiciel qui aura rendu l'Amiga célèbre ? Deluxe Paint d'Electronic Arts ! Longtemps utilisé par de nombreux développeurs de jeux vidéos, Deluxe Paint, ou Dpaint, était l'outil de dessin indispensable pour créer le décors ou les sprites animés d'un titre sur Atari, D JH Jfl ¦ m t* 9 f5* m Fm ü D ifférents filtre V s. Sega, Nintendo ou même Pc. Afin de pallier la disparition de ce fabuleux logiciel, l'éditeur italien Cloanto s'est lancé dans le développement de son clone, Ppaint ou Personal Paint, lequel ne cesse d'évoluer.
Dans la tradition Dpaint C'est une tradition, Ppaint se présente sous la forme d'une page dans laquelle s'affiche le dessin en cours.
Celle-ci est bordée d'icônes représentant les outils de l'artiste (crayon, compas, loupe, palette de couleurs, etc.) ainsi que d'une barre de menus où se gèrent toutes les actions annexes (sauvegarde, configuration, etc.). La célébrité du concept tient dans la très grande maniabilité du travail : l'artiste peut retoucher au pixel près, agir avec aisance sur les couleurs et manipuler à part certaines zon«s. La sensation est très proche du papier, les possibilités de l'informatique en plus. Un coup de souris pour dessiner la tête d'un personnage, un clic gauche pour faire apparaître son
reflet et un clic droit pour que ce dernier s'estompe derrière la vitre d'un miroir.
Tion filtrp Retouche photo et animation Au delà du principe de base rendu célèbre par Dpaint, Ppaint est porteur d'innovations qui permettent au logiciel d'être toujours d'actualité. Par exemple, si Dpaint ne travaillait qu'en I f f, Ppaint reconnaît en revanche une bonne quinzaine de formats de fichiers tous plus standards les uns que les autres (dont le rarissime Photo-CD !). Mais Ppaint brille surtout par d'autres facultés autrement plus impressionnantes, telles la retouche Photo et l'animation. Le logiciel dispose en effet de 55 filtres permettant de flouter, d'atténuer, de teinter
ou de texturer n'importe quelle portion d'image. Et si l'utilisateur n'y trouve pas son bonheur, il pourra toujours créer à l'infini ses propres filtres via le module fourni. Comme toujours, cela se fait dans la plus grande convivialité. Détail amusant, à l'instar de Photoshop, Ppaint peut sauvegarder une image et lui adjoindre une icône qui la représente. Un exemple de l'ergonomie générale ?
Le module d'animation présente un storyboard (succession d'images réduites qui forment une espèce de bande dessinée) à partir duquel on peut faire tous les montages imaginables : et vas-y que je déplace une scène ou que j'insère un effet de transition. Pour peu, on se croirait sous Adobe Première (logiciel de montage réputé sur Mac et Pc) !
Effaoanrwmt Edition.
FcjOUN Edge Detect Emboss High Emboit Low Env. Transp.
Env. Transp.
Env. T ransp.
Light-Dark Oblique Gradient Lighten *23 Négative Randomlze High Randomize Low Randomize Oblique Rise High Rise Low Rub Through Diffusion d'erreurs £-8: Sortie | Annuler
- 2ÎL Plein de fonctions.
Pas très stable Bien qu'il reconnaisse absolument tous les modes graphiques de l'Amiga (y compris quand il s'agit d'une carte graphique spécifique), Ppaint semble être très titilleux avec le matériel. A titre d'anecdote, il nous a été absolument impossible de le lancer sur un Amiga 4000 60 avec carte Cybervision 64 3D, puis il n'a cessé d'accumuler les plantages sur un 4000 40 de base. Et ceci, même après avoir lancé le patch 7.1 qui corrige les bogues de la version
7. 0 de test... De plus, on regrette que ce type de logiciel ne
fonctionne toujours pas en multi-fenêtrage.
Pour passer d'une image à l'autre, on devra sauter de page en page en appuyant sur J. Yann Serra.
Remerciement à FDS.
Ppaint 7.1 En hausse A L'ergonomie A Les filtres et leur module de création A Le module animation En baisse ? Pas très stable ? Pas de multi-fenêtrage Note ? ? ? ?
Bureautique, de réseau, de gestion de disque, d'émulation, de dessin, de programmation et de vidéo, auquels on ajoutera encore quelques éducatws et divers extensions pour le Workbench. Le but est atteint : une fois qu'on dispose de ce CD, il n'est plus bèWTii connecter sur Internet !
Yann Serra Aga Expérience volume 3 Un CD-Rom original où sont réunies les meilleures réalisation pour Amiga Aga E batterie de patches pour que les routines fébriles de ces merveilleux logiciels s'accordent au mieux avec les performances de votre matériel.
Viennent ensuite les images, animations et autres sons (70 Mo), tous primés lors d'une quelconque démo-party. Un régal pour l'ouïe et les yeux, qui redore à lui tout seul le blason de la machine. Oui, on peut faire ça sur Amiga !
Un CD utilitaire Au delà d'une simple qualité artistique, Aga Expérience volume 3 est surtout un CD-Rom utilitaire, prompt à rendre le plus convivial et le plus utile possible votre Workbench. A titre d'exemple, ce ne sont pas moins de 37 Mo d'icônes qui sont proposés ! Toutes les collections sont représentées, y compris celles de BeOS ! Cerise sur le gâteau, le CD contient environ 1 30 outils de En hausse ? On n'y trouve que le meilleur A Tout se lance directement du CD En baisse Y Manquent quelques scripts d'installation sur disque dur Note ? ? ? ?
Ions les MEILLEURS programmeurs, Graphistes et Musiciens pour nous aider à ramener la magie dans les jeux vidéo. Si vous êtes déterminé à faire quelque chose de solide avec votre talent alors n’hésitez pas à nous contacter.
» Envoyez vos travaux et coordonnées à l’adresse suivante: dité par Sadeness, Aga Expérience volume 3 se fait fort Ide présenter un pot-pourri des plus beaux travaux exploitant le chipset Aga des Amiga 1200 et 4000. Occupant près de 230 Mo, les démos sont bien entendu à l'honneur. Mais ce CD-Rom privilégie également les dernières innovations ludiques : près de 60 démos de jeux sont fournies avec une toute une Shen “Rise of Dragoons” 65, Boulevard de Sébastopol 75 001 Paris Tel: 0155 34 34 00 Fax: 01 55 34 34 01 Top Model 2 Top Model est bien plus qu'un simple logiciel de 3D.
C'est un nouveau concept qui met la création d'images tridimensionnelles à la portée de tous.
Top Model de Sincronia Multimedia en est maintenant à la version 2. Celle-ci apporte son lot de nombreuses fonctions, dont la plus importante est l'utilisation du module Gémini, la bibliothèque 3D de l'éditeur. Ce moteur graphique permet le rendu en fil de fer, faces pleines, gouraud et même en phong... Il peut produire des effets de halo (lens-flare) et de brouillard... L'intérêt est que le rendu se fait en temps réel. Par exemple, le logo Risc Technologies ci-contre (500x350 pixels, en 16 millions de couleurs) a été calculée en moins de 3 secondes, avec tous les effets (y compris les
textures) sur un RiscPc 600 à 30Mhz.
Cette image comprend plus de 2500 polygones. Voilà ce qui s'appelle forcer le respect... En 3 secondes !
Une Silicon Graphics ?
Top Model a deux caractéristiques frappantes : la puissance de son A la portée de tous.
Moteur de rendu et les l'ergonomie du modeleur. Gémini permet entre autre d'utiliser jusqu'à 1024 sources de lumière, de gérer la transparence en utilisant des Z-Buffers et des T- Buffers. Le calcul se fait jusqu'en 96 bits par pixel et il existe de nombreux filtres d'importation et d'exportation.
Top Model ne dispose que d'une vue qui sert à la fois pour le modelage, l'édition et le rendu de l'objet. Il est possible d'importer et d'exporter directement les fichiers au format Vrml ou Dxf (...). Ce système de vue unique permet de rendre la création d'objets en 3D presque aussi simple que la création d'objets en deux dimensions. Malgré tout, ce produit n'est pas exempt de défaut : Il lui manque l'indispensable module d'animation, ce qui est quand même préjudiciable. Top Model 2 est disponible en France auprès de Rush pour environ 1500 F (-5% aux membres de l'Armada).
David Feugey.
Remerciements à Rush.
Top Model 2 En hausse ? Le concept, la facilité d'emploi A Le moteur 3D A Le prix En baisse ? Les bogues sont encore nombreux ? L'absence de module d'animation Note ? ? ?
Ant Internet Suite 2 Une suite royale pour une connection à Internet facile !
L'Ant Internet Suite 2 est une suite Internet... Mais pas n'importe laquelle ! Il s'agit ni plus ni moins de l'ensemble de logiciels retenu pour prendre place dans la Net Station d'Acorn. Ce produit d'un usage et d'une configuration facile va changer votre façon de surfer !
L'utilisateur dispose de plusieurs modules, les principaux étant Marcel pour le courrier et Fresco pour le WEB.
Marcel est un logiciel fantastique : on peut aisément déplacer les mails entr£ les différents dossiers de son interface par drag and drop. Egalement outil de consultation pour newsgroup, le seul défaut que nous lui reconnaissons réside dans son incapacité à gérer plusieurs serveurs de News.
A l'assaut du Web CH ANT Internet Suite Configuration Email &. News Web browser Hoc List M S ® Tools File Iran s (or ANT tcimirul Fingcr Tous les outils d'Ant.
Fresco est le browser Web. Capable d'afficher toutes les subtilités des pages Html (tableaux, formulaires, frames, etc.) il ne lui manque rien pour aller concurrencer le fameux Netscape. D'autres logiciels permettent la connexion aux sites Ftp (quoique Fresco puisse le faire aussi) et à Telnet. Le programme HotList, par exemple, regroupe tous les points d'accès que vous souhaitez conserver à travers une interface très souple d'emploi. Mais tout n'est pas parfait : le logiciel souffre de quelques bogues et problèmes divers. Heureusement, la qualité principale de l'éditeur Ant est d'avoir
déjà prouvé sa capacité à assurer un suivi sérieux de son produit phare.
Remarquable, Ant s'engage même à vous fournir un script de connexion Internet adapté à votre provider, si celui-ci n'apparaît pas dans la liste de l'Internet Suite. D'une ergonomie générale très agréable, on regrette juste son prix quelque peu élevé (environ 1200 F), même en enlevant les 5% de réduction offerts aux membres de l'association Armada.
Ant Internet Suite est disponible en France auprès de Rush (Rush@Wanadoo.fr). David Feugey.
Remerciements à Rush.
Ant Internet suite 2 En hausse ? La qualité générale du produit et celle du browser Web en particulier.
A Le support technique d'Ant En baisse ? Le prix un peu élevé Note ? ? ? ? ?
CARTE UÊTÇLÊM TURTLF. BAYDIRECT CARTfc AOROBÉ BP 801 64008 PAU CEDEX Tel Fax: 05 59 82 95 00 Email: phoenix@club-internet.fr Web: http: www.phoenix-dp.com POUR MIEUX VOUS SERVIR, NOUS RUMINI ONS LA PUBLICITE SEMESTRIELLE ET CREEONS UN CATALOGUE COMPLET AVEC TOUS NOS PRODUITS INFORMATIQUES AMIGA. POUR LE RECEVOIR, IL VOUS SUFFIT DE COM- om MERCI DE VOTRE CONFI ANCE m Geek Gadgets 2 105 F MIAMI 2 Enr. 350 F Termite TCP 1.2 340 F Ibrowse V 1.12 250 F Net Web 2 595 F (Termite TCP 1.2 + Ibrowse 1.12 + MetaTools + Amiga Surfing) ROM 3.1 pour A1200,3000,4000 350 F ROM 3.1 pour A500, A600 210 F
BIENTOT DISPONIBLES: NET CONNECT CD @NET CD 2 AMINET 20 75 F Aminet Set 5 199 F POS PRE-RELEASE 175 F Amy Resource 125 F History of W. Cup 206 F Brotkasten gold 172 F Directory Opus 5 Magellan 490 F Amiga Format 16 49 F Amiga Forma t 17 49 F Hidden Truth 206 F Network PC 240 F LES CLASSIQUES Extensions A500 500+, A600, Al200 B Ext. A500 avec Horloge 190Frs Ext. A500+ sans Horloge 280Frs Ext. A600 sans(avec)H 300Frs(380Frs) TBD1200 0Ko Disques Durs A600 Al200 C 370Frs HD60Mo2.5 550Frs HD160Mo2.5 690Frs HD270Mo2.5 790Frs HdlGo2.5 1350Frs HD1.2Go3.5 1320Frs HD1.6Go3.5 1485Frs HD2Go3.5 1650Frs
HD2.5Go3.5 Prévoir Kit Install 2.0 , 3.0 ou 3.1 60Frs Lecteurs CD-ROMA600 A1200 C 1765Frs CD Atapi Nu CD Atapi Externe x4 510Frs 590Frs xl6 740Frs 850Frs CD SCSI Nu CD SCSI Externe x8 990Frs Lecteurs de disquettes Amiga B 1090Frs Interne 880KoA500 600 1200 Interne 1.76Mo A1200Comm.
Interne 88OK0 avec façade 199Frs Interne 88OK0 A2000 250Frs 570Frs Interne 1.76 Al 200Am.Tech. 570Frs 210Frs Interne 1.76Mo avec façade 570Frs Extrait de notre catalogue Visitez notre site Web pour découvrir tous les CD ROM Amiga, tous les descriptifs, toutes les photos de couverture et téléchargez le contenu détaillé des nouveautés, ainsi que la liste de plus de 1200 CD ROM pour PC et Mac CD ROM Amiga EURO CD 2 89 F Formula 1 Masters 210 F @NET 89, F' WEB EXPLOSION 435 F B17 Flying Fortress 175 F 3D ARENA 149 F BURNIT 695 F Colonization 210 F AMIGA GOLDEN 20 Æ 139 F ASSASSINS CD 3 206 F
Dogflgh 175 F AMIGA JOKER 99 F SCALA PLUG IN 242 F F19 Stealth Fighter 175 F AMIGA MAGAZINE CD 29 F AGA TOOLKIT 97 139 F F117a Nighthawk 175 F AMINET 10 à 20 75 F AMIGA TOOLS 6 139 F Fields of Glory 210 F AMINET SET 1,2 3,4, 5 199 F GOLDEN DEMOS 100 F
• lmp. Mission 2025 175 F CAM CD (2 CD$ ) 135 F Starlord 175 F
DEMOS ARE FOREVER 79 F Jeux sur Disquettes
U. F.O. 210 F GOLDEN GAMES 69 F FLYINGHIGH 245 F Compila Acid
Software 175 F HERMANN DERUSER- 189 F BLITZ TENNIS 140 F (5
compils différentes) INTOTHENET 179 F KARGON AGA 175 F KARA
COLLECTION 349 F A320 Airbus II ' . . . .
175 F Jeux sur CD Rom LIGHT ROM 4 312 F EuroLeague Manager 175 F BIG RED ADENTURE 210 F MAGIC PUBLISHER 279F Alien Breed 2 AGA 350 F TRAPPED2 240 F MEETING PEARLS 4 53F Killing G round AGA 350 F FLYINGHIGH 245 F MODS ANTHOLOGY 219 F Sensible Soccer 96 97 210 F CIVILISATION 175 F ONLINE UBRARY 170 F Minskies 175 FJ Nemac IV 210 F SOUNDS TERRIFIC 2 249 F Chaos engine 2 AGA 310 F Gloom 140 F SPECCYCD 96 139 F Burnout 280 F Wendetta 2175 210 F SPECIAL EFFECTS 1 299 F Samba Partie AGA 210 F Oldtimer 110F TEN ON TEN PACK 245 F Tiny Troops 245 F Trapped 245 F VIDEO CREATOR VF 159 F Worms 110F Mag !
AGA 110 F XI PAINT V4.0 CD 399 F Capital Punishement 245 F Grandslam G. Gold 175 F Aga Expérience 3 139 F Testament AGA 210 F Evolution 140 F HOLL YWOOD STUDIO 172 F Jet Pilot 245 F Cedric 70 F APC & TCP 3 89 F Hugo 280 F Pinball Illusions 110F ENCY. PARANORMAL 209 F Stamtilt AGA 175 F Joypad Honeybee Compétition EPIC COLLECTION 3 172 F Extrême Racing AGA 110 F Pro pour CD32 A1200 199 F AMIGA MAG CD 29 F Gloom Deluxe 140F DES CENTAINES DE CD ROM AMIGA SONT DISPONIBLES A PARTIR DE 29 Frs. DEMANDEZ NOTRE CATALOGUE AMIGA GRATUIT. LE NOUVEAU CATALOGUE DETAILLE ET ILLUSTRE DE PLUS DE 1200 CD ROM
POUR PC ET MAC EST DISPONIBLE AU PRIX DE 18 F. Préciser la version de F Al 200 Commodore ou AmigaTechnologie pour les 1.76Mo Externe 88OK0 tout Amiga 310Frs Externe 1.76Mo (WB 2.05 mini) 690Frs Tower A 600 A1200 E 950Frs Tower TBD600 à monter 2990Frs Tower TBD1200Magic Tower TBD1200 à monter Tower TBD1200-3.0 1090Frs 3690Frs LES TOPS Cattes accélératrices Aî 200 à partir d'un 6SEC30 25Mhz a partir de 6 50Frs C Blizzard 1230,1V 950Frs C Blizzard 1240.1V -TERC 1990Frs C Blizzard î 260J V 3460fe C Kit SCSI Blizzard I V 699Frs C Copro 68882 33 PLCC l90Frs B Copro 68882 50 PGA 460Frs C Cartes
accélératrices A3000 A4Q0Q à partir de 2570FrsC Interfaces Zorro II RBM pour tout Al 200 monter en tour 450Frs C Blizzard 603E à partir de 31 lOFrs C Blizzard 603B+ à partir de 3 899Frs C 399Ers Ci 540Frs C Interface BUDDHA Interface CATWEASEL Carte Vidéo GRAFFITI Interface CATWEASELZII 490Frs C 675 Frs C Interface Squirrel 410Frs C Interface Surf Squtrrel 750Frs C TBB4 Ide ( Cption lDETix'97) I50Frs A (350Frs B) comprend 1 interface * L nappe 2.5 2.5 Nom: Adresse: Code Postal: Articles: . Prénom: A compléter et à retourner: L’ Etang Simon - 03320 LE VEURDRE Ville: Frais de port
Logiciels + 30 Frs Matériels + 90 Frs TOTAL: . Règlement par: O Chèque O Mandat O Contre Remboursement + 30 F O Carte Bancaire N°: Expirant le: Date et signature: cm PHOENIX-DP BP 801 64008 PAU CEDEX Tel Fax: 05 59 82 95 00 Email: phoenix@club-internet.fr Web: http: www.phoenix-dp.com & Visual prefs Enfin un utilitaire très complet et très simple d'emploi pour changer le look de son Workbench !
C 'est un fait, l'aspect du Workbench fait quelque peu vieillot en regard d'autres interfaces comme Afterstep ou BeOS. Jusqu'à présent, la meilleure solution pour améliorer le look de ses applications était Mui (voir notre article En pratique de ce m o i s - c i ) .
Malheureusement, Mui ne modifie que l'apparence des logiciels qui le reconnaissent, c'est- à-dire quasiment tous les programmes récents, sauf... Le Workbench ! C'est désormais chose réparée grâce à Visual prefs : ce patch a pour seule fonction de rendre paramétrable toutes les routines graphiques d'intuition.
System Width Height ei Left side Plusieurs collections de gadgets.
La couleur en plus !
Shareware offert ce mois-ci sur notre CD-Rom, Visual prefs est composé d'un exécutable à placer dans la startup- sequence, ainsi que d'une préférence.
C'est par cette dernière que l'utilisateur pourra paramétrer l'aspect de son système. Tous les gadgets qui ont fait le succès de Mui sont là : ascenseurs avec boulon au milieu, icônes en relief, bou- tons détourés, sélections estompées, etc. Il est même possible de changer la taille et la justification des barres de menu ! Mais le mieux reste la gestion des couleurs : on peut changer à volonté l'encre de chaque élément graphique ! Pour finir, signalons que Visual prefs est fourni avec quatre col- Appearance C” | Button frame C | EdgesOnly frame Pl XEN style C* | Solid îill Pl .. Fill pen
[?
Raised look Plusieurs paramètres pour les boutons.
Lections de gadgets (Standard, Xen, Future et Fiat) et qu'il est possible d'en obtenir bien plus en s'enregistrant auprès de l'auteur.
Yann Serra Visual prefs En hausse Configuration complète Simple d'emploi En baisse Moins puissant que Mui Note ? ? ? ? ?
Programmation, à savoir ceux de la Free software foundation et de Bsd. On trouve donc sur cette compilation de leurs derniers travaux divers compilateurs (C, C++, Fortran, Ada, assembleur) ainsi que tous les utilitaires Gnu qui les accompagnent (debugger, TeX, man, emacs, etc.). A titre expérimental, le CD-Rom contient également les versions de test des systèmes pOS et X window (pour AmigaOS, voir rubrique Courant alternatif du même numéro), ainsi que les béta-versions d'un interpréteur java et d'un compilateur T c I t k . . .
Incroyable !
Geek Gadgets 2 X Window, pOS et tous les langages de développement du célèbre groupe de développeurs indépendants Ade.
Un intitulé prometteur pour une compilation pas forcément à la hauteur.
L'Ade (Amiga developers environment) est une organisation mise en place par la société américaine Cronus pour adapter sur Amiga tous les plus célèbres environnements de Un sacré méli- mélo Réalisé par Fred Fish, ce CD-Rom prouve que le célèbre hobbyis- te a bien fait d'arrêter sa collection de Dp.
Peut-être est-ce à cause de l'âge, on ne sait pas, pOS complet sur le CD. Mais toujours est- il que l'organisation des fichiers présents sur le CD relève plus du n'importe quoi grabataire que de la cohérence élémentaire. Concrètement, ce CD- Rom projette rAmiga au moins un an dans le futur car on ne s'attendait pas à voir débarquer si vite tous les utilitaires absolument géniaux qu'il contient déjà. Seul problème, l'installation est boguée jusqu'à l'os et l'utilisateur (même averti) aura beaucoup de mal à retrouver quels fichiers correspondent à quelles applications. Si bien que Geek
gadget 2 devient vite inutilisable. Un beau gâchis.
Yann Serra Remerciements à Fds.
Geek Gadge En hausse A Que des logiciels géniaux A En avance d'un an sur son temps En baisse ? Installation boguée jusqu'à l'os ? Organisation incompréhensible des fichiers Note ? ? ? ?
Hors série PC Team n°3 spécial micro-ordinateurs de poche la poche 39F En kiosque le 30 septembre, J avec un CD-Rom Au sommaire
* L’histoire des micro-ordinateurs de poche
- Les logiciels
* Le hardware
* Des rubriques pratiques
* Les pockets et Internet ¦ Des interviews d’utilisateurs
célèbres
* Sur le CD : retrouvez des centaines de programmes pour vos Pc
de poche !
Tout sur : Psion, Pilot, HP48, TI92, Newton Tgif Tgif est un logiciel étrange et original qui introduit une nouvelle façon de penser le dessin sur ordinateur. Un mélange de Powerpoint, d'Hypercard et de Netscape... Comme son nom ne l'indique pas, Tgif n'a aucun rapport avec le format d'image GIF.
Présenté sous la forme d'un logiciel de dessin vectoriel, il s'agit en fait d'un outil de création de documents graphiques et interactifs distribués sur Internet. L'interface de Tgif est pour Help
* EDIT »« rt» * * L W Ot J ot .. Vous pouvez
consulter te pian interactif du métro parisien Bl(none) ISI
(non*) :46:18 cleo kernel: hdd: »«dla changed Ajg 6 08:40:19
cleo kernel: First dataione:28 Root inode nmber 57344 ftug 6
08:46:19 cleo kernel: 1SO960O Extensions: RRIP.1991A Ajg 6
08:48:48 cleo su: (to root) Ji on dev ttyp?
U* 6 09:02:51 cleo login: DlflLlP ttySl, root Tgif : puissant mais pas très ergonomique... le moins déroutante : les widgets utilisés ("Interviews" ?) Ont un look and feel tout sauf standard. Un abus de la flexibilité de X window : c'est vilain, ça n'a visiblement jamais entendu parler d'Editres et le pire est que ça ne réagit jamais de la façon à laquelle on s'attend. Même après avoir longuement adapter ses réflexes aux caprices de l'interface, le tout reste peu ergonomique. Développeurs, décidez-vous une bonne fois pour toutes à respecter les standards au lieu de chercher à
réinventer la roue à chaque fois !
Dessin vectoriel Tgif est avant tout un logiciel de dessin vectoriel, il rappelle d'ailleurs xfig sur plus d'un point. Il a cependant pour lui une richesse fonctionnelle beaucoup plus grande et surtout un degré de sophistication incomparable. Le programme va jusqu'à proposer des générateurs d'effets pour les images bitmap importées. Si on trouve xfig trop simpliste et Coreldraw trop cher, jeter un coup d'oeil à Tgif vaut véritablement le coup. Mais la philosophie de Tgif le démarque nettement de ses concurrents : il s'agit du premier logiciel de dessin véritablement orienté objet. Il
manipule deux types d'entités: les symboles et les objets. Pour simplifier, disons que les symboles sont les "briques" qui vont permettre à l'utilisateur de construire les objets.
Interactif !
Ce qui fait l'originalité de ce logiciel, c'est qu'ici les objets ne sont pas de simples dessins ou quelques anodines figures graphiques : ce sont des éléments actifs, qui ont un aspect, un contenu et un comportement. Ils peuvent réagir à divers événements et même déclencher des actions. Ces actions sont définissables soit à l'aide de commandes shell (on a donc directement tout le potentiel d'Unix), soit dans le langage interne de Tgif qui donne accès à tout ce que peut faire le logiciel... On peut ainsi construire des documents totalement interactifs ! Ne serait-ce qu'avec le symbole
"téléporteur", qui permet de tisser des liens hypermédia entre les objets, les possibilités sont immenses.
Ce n'est pas que beau.
Le langage de programmation Comme tous les grands logiciels sous Unix, Tgif possède un langage de programmation. Celui-ci est une sorte de Prolog, le fameux langage idolâtré par la communauté française de l'ia.
On l'aura compris, les symboles et les objets ne sont autres que la représentation graphique des déclarations Prolog. Dans la foulée, on peut donc aussi écrire des routines Prolog externes pour analyser ou synthétiser des documents : ce sont des "pilotes" Tgif. Par exemple, imaginons un jeu d'othello. Tout l'affichage sera géré par Tgif (positionnement des pions, déplacements à la souris, etc.) mais qu'en est-il de l'intelligence artificielle de l'ordinateur, ce vil adversaire ?
Puisqu'elle n'est pas graphique, nous ne pouvons pas la créer avec Tgif. Et bien toute sa stratégie sera contenue dans un programme externe (élaboré avec un environnement standard) et totalement compatible avec Tgif.
Autre exemple : on pourrait tout à fait modéliser un objet avec Tgif et calculer sa représentation de synthèse avec une autre application (un moteur 3D), sans même s'apercevoir qu'on sort de Tgif.
Et Internet dans tout ça?
Hé oui, Internet est là. Avec son mode de fonctionnement "Hyperspace", Tgif devient un... browser Web ! Même s' il ne comprend pas du tout le Html. Mais des En hausse A Logiciel très novateur A Un potentiel énorme A Intégration d'Internet En baisse ? Interface nullissime ? Assez complexe Source: http: bourbon.cs.ucla. edu:8001 tgif Note ? ? ? ?
Tgif 3.0 pl. S te, te. Te.
S îi S Non, ce n'est pas une interro au tableau mais un logiciel.
Serveurs Www peuvent proposer autre chose que du Html, par exemple le code Prolog d'un objet ou d'un symbole Tgif. Les objets peuvent contenir des téléporteurs pointant vers d'autres URL et ce mécanisme permet de construire de véritables banques de données hypergraphiques réparties dans le monde entier... Malheureusement, les sites proposant des objets Tgif sont trop rares pour que le Web classique soit concerné par ce concept, pourtant beaucoup plus puissant. Franchement, s'il n'y avait pas cette interface à la noix, ce serait l'une des applications les plus géniales qui ait jamais vu le jour
sous unix.
Jakub Zimmermann Saturne Party V La plus grande démo-party française !
Compétitions sur écran géant et maxi-sono Du Vendredi 31 octobre lOhOO au Dimanche 2 novembre 14h00 Entrée : 150 F pour 3 jours Gratuit pour les filles 50 % du prix des entrées est redistribué en lots aux 3 meilleurs de chaque compétition !
Démo Pc Démo Amiga Démo B4 Ko (commune à l'Amiga et au Pc) Dessin Image de synthèse Musique Wild compo (toutes machines et vidéo) €E) où?
Chelles (77) Centre Culturel Place des Martyrs En transport en commun : de la Gare de l'Est (Paris), prendre le train pour Chelles-Gournay.
Chemin fléché de la gare de Chelles au Centre Culturel.
En voiture : de Paris, prendre Al04 direction Lille. Sortir à Chelles et suivre le parcours fléché. Parking sur place.
Un événement incontournable !
Revendeurs informatiques Ecran géant et sono Compétition primée de jeu en réseau (Duke) Crash compo Restauration Possibilité d'hébergement sur place (prévoir un sac de couchage) Renseignements au 01 40 37 32 18, Email info@saturne.org, Web : www.saturne.org Avec la participation de ( team et de DR©AM V 1 que • CM y I a l Système Un Workbench plus joli !
C'est une évidence pour chaque utilisateur d'Amiga : le Workbench, fraîchement installé sur le disque dur, est des plus vilains. Il existe plusieurs façons de relooker le système pour le rendre plus moderne, plus attractif et - surtout - plus pratique.
Voici notre méthode.
? | Préférences Mode d'Affichage (ScreenMode) DBLPAL Haute rés. Sans sclnt (A9004) Taüe visible 720 x 564 Taflemm 640 x 200 Taille ma2. 16 368x16 384 Couleurs max 256 ECS nécessaire Couleurs 256 I D6LNTSC Ba»e résolution D6LNTSC Haute rés entrelacée DBLNTSC:Haute rés. Sans sclnt.
DBLNTSC Haute résolution DBLPAL Basse rés entrelacée DBLPAL Basse rés sanssdnt DBLPAL Basse résolution DBLP AL Haute rés entrelacée DBLPAL Haute rés sans sclnt.
DBLPAL Haute résolution EURO 36H2 basse rés. Entrel.
UI.- Défi auto HAM Largeur |3SéÜl| y l Défaut y Défaut Mettre à tour Annuler est, à priori, Workbench). Si vous disposez des composants Aga et d'un écran compatible Vga, optez pour le DbIPal Haute résolution sans scintillement. On obtient alors un Workbench plus spacieux en 640x512.
Préférence» Surafltehage (Overscan) |ED|CO Typti d» nonitrur Dtn R2024 CybtrGnphX DbINTSC Taill» Hin.
Tailla Texte: 640 X 72* x 31 2 564 DbIPRL m Tai1 le Hax.
720 x 364 Euro72 nuit iican - Editer taille texte... | Sauver | : Utiliser | flnnu1er | Mouais, on peut faire encore mieux... Double-cliquez sur la préférence Overscan, sélectionnez DbIPal et cliquez enfin sur Editer taille texte. Apparaît alors un écran de test comprenant un rectangle avec des poignées. En faisant glisser ces poignées au maximum vers l'extérieur, on obtient un Workbench en 720x550 pixels. Attention à ce que votre surface de travail reste visible.
Fenêtre icône?
Mis en arrière-plan Œil A Exécuter une commande... Œ~1E Tout retracer Tout mettre à jour Dernier message _ Version... Quitter... Un petit détail, mais qui a son importance.
Pensez à cocher l'option Afficher en arrière plan du menu Workbench. Faute de quoi, Pour l'exercice pratique de ce mois-ci, nous avons pris comme exemple le Workbench 3.1. Si cet article s'adapte sans problème à toutes les versions du système à partir de la 2.1, nous conseillons cependant vivement à nos lecteurs de se procurer la toute dernière version de l'OS, optimale pour la gestion des périphériques et autres formats de fichiers récents. De plus, c'est une évidence mais bon, rappelons que la customisation du Workbench n'est possible que lorsque le système est installé sur disque dur.
Utilisateurs de disquettes, mettez-vous à la page !
Prêts pour la transformation ? Juste une petite chose avant de commencer : assurez- vous que votre Workbench est en français (préférences Locale), c'est effectivement la langue que nous prendrons par défaut dans le détail de tous les outils que nous utiliserons.
Horreur, le Workbench est à peine installé sur le disque dur que ses premières fenêtres glacent déjà d'effroi l'utilisateur : tout est allongé, les icônes sont tristes, les couleurs inexistantes et la police de caractère rappelle celle qu'on utilisait dans les listings de l'Amstrad Cpc... Damned, on est loin des bureaux colorés de BeOS, MacOS ou même Windows 95.
Première chose à faire : changer la résolution de l'écran. Ceci grâce à l'outil ScreenMode que l'on trouve dans le tiroir Prefs du disque de démarrage (dont le nom Le moment est venu de changer les couleurs. Pour un confort optimal nous conseillons de fonctionner en 16 couleurs (préférence Screenmode). Problème, le Workbench est boggué et n'autorise pas l'utilisateur à modifier les couleurs n° 4 à
11. Heureusement, nous vous offrons sur le CD-Rom de ce mois-ci
un petit outil qui règle le problème : Procurepens, de Joseph
Luk. Décompressez l'archive Procurep.lha qui se trouve dans
le tiroir Amiga Workbench Plusjoli. Puis, copiez le fichier
Pocurepens dans votre tiroir C et Dream.pens dans le tiroir
prefs presets . Enfin, rajoutez la ligne suivante à votre
user-star- tup : Avant de passer aux icônes, nous allons
changer le fond d'écran, ceci grâce à la préférence
WBPattern. Dans un souci de sobriété, nous avons opté pour un
fond tout bleu, un peu à la manière de ce qui se fait sous
BeOS. C'est agréable et cela permet, en plus, une meilleure
lisibilité. Ceci étant, rien ne vous empêche de choisir une
image en fond d'écran... Run onil: C:ProcurePens CONFIG-
FILE=Sys: Près Presets Dream.pens Au prochain reset, votre
Workbench bénéficiera alors d'une palette de couleurs
vives, que nous utiliserons pour afficher de jolies icônes.
Ne pas utiliser le look Magic workbench est un parti pris. Cet ensemble d'icônes se fait; selon nous, vieillissant en regard des environnements disponibles sur les autres plates-formes. En plus, nous détestons les tons "gris-rose-cucul-la-praline". Comme quoi, les goûts et les couleurs... le système s'affiche dans une fenêtre et oblige l'utilisateur à jouer avec les ascenseurs pour voir toutes les icônes. Un Workbench en plein écran, c'est bien plus joli, non ?
Etape cruciale, on change maintenant les Et Magic workbench ?
Comment éditer un script ?
A plusieurs reprises dans cet article, nous vous demandons d'éditer le fichier user-startup.
Il s'agit, en l'occurrence, de pouvoir en afficher le texte à l'écran et d'y insérer de nouvelles lignes. Cette manipulation se fait par l'intermédiaire d'un éditeur de textes. Si vous n'avez pas encore décompressé Goided (fourni sur le CD-Rom de Dream N° 41), vous pouvez toujours passer par Ed, l'éditeur standard du Workbench. Dans ce cas, pour éditer la User- startup, ouvrez une fenêtre Shell et tapez la commande suivante : Ed s :user-startup Pour quitter et sauvegarder le fichier modifié, gauche de la fenêtre et tapez Y à la question M £| M O icônes. La collection d'icônes que nous vous
offrons sur le CD-Rom (fichier Amiga Workbench Plusjoli lcones.lha) est 100 % maison, réalisée par la rédaction de Dream rien que pour ses lecteurs. Vous pouvez l'utiliser, la modifier et la diffuser autant que vous voulez. Elle adopte le look cubique (3D isométrique) typique de BeOS.
Commencez par copier tous les fichiers qui débutent par "Def-" dans le tiroir Prefs Env- Archive Sys de votre disque dur. Chaque nouveau tiroir, fichier ou disquette emploiera désormais ces icônes.
O | PRO PERSQ Trues iAMuccî Dr erVA4000HW .guide pp Type Script o Pice Octets 75500 Archivé Pée [4096 Modifié le l9-Mai-97 11 27:3 Usibte yj Modifiable V| E&écutable V| Effaçable A FILETYPE«TEXT|ASCI I SCREEN Propno Groupe Commentaire Crunched with Ppack l 60 1 ftjt» défaut | | muttiview Al Reste désormais à changer les icônes des fichiers, tiroirs et autres disques déjà existants. Le faire manuellement est fastidieux et pourrait, dans certains cas, s'avérer dangereux. Aussi, nous allons utiliser le très pratique Swazinfo de David Swasbrook, petite commodité qui remplace la commande
Information (menu Icônes) du Workbench.
Cet outil, qui se trouve également sur le CD-Rom, permet de changer une icône par une autre en glissant juste la nouvelle dans cliquez sur le gadget de fermeture en haut à que l'on vous pose.
La fenêtre adéquate et en cliquant sur Sauver. Swazinfo est à placer dans votre tiroir WBStartup et nécessite, tout comme le reste des patches, l'installation préalable de Mui.
? | Texte des icônes _ vltgraph vltgraphi32 vti28 WebBold WebFixed WebLight widetop voodstock Worbles Wzonka Xcourier XEN Xhejyetiça BP i ii ¦ i ¦i Texte Préférences : Fontes (Font) Fontes choisies Texte des icônes Xhelvet ica 11 Texte par défaut : XEN 9 Texte de l'écran Xhelwet ica 11 Choix du texte des icônes Choix du texte par défaut Choix du texte de l'écran Ut 11iser | juste pour le fun, nous allons aussi modifier les polices de caractères. Notre choix s'est porté sur l'XHelvetica (taille 11) pour les icônes et les menus et l'Xen (taille 9) pour le texte affiché. Ces deux polices font
partie de la distribution Magic workbench. Le changement des polices passe par la préférence Font. A noter que le blanc a été choisi pour la couleur du texte des icônes et le bleu pour le fond (sélectionnez l'option Texte).
O Bon, il n'est pas mal du tout notre nouveau Workbench ! Reste, maintenant, à le rendre encore plus pratique. Plutôt que d'ajouter des tonnes et des tonnes de patches, notre choix s'est porté sur l'outil Mcp, un utilitaire unique qui regroupe à lui seul toute une collection de patches couramment rencontrés. Il permet, de surcroît, de procéder à toutes vos assignations en une seule fois.
Une fois l'archive (également sur le CD- Rom) décompressée, vous devez trouver sur votre disque dur le fichier Mcp dans le tiroir C et la préférence McpPrefs dans le tiroir Prefs. Voici, à partir de cette dernière, les options que nous avons cochées :
• AssignPrefs (qui vous invite à entrer toutes vos assi
gnations)
• Assombrisseur d'écran (économiseur d'écran qui laisse l'image
visible)
• Bords noirs (plus joli)
• Cache Fonts (pour lire les polices plus rapidement, utile quand
on en a beaucoup)
• CopymemQuick (pour accélérer le système)
• CrunchPatch (pour pouvoir lire des données compressées)
• CycleToMenu (pour que les gadgets à choix multiples
apparaissent dans un menu déroulant)
• Frame Hack (pour changer l'apparence des ascenseurs)
• Horloge de titre (pour que l'heure apparaisse dans la S |
Annuler flnnuler o
o I Select filename l'a ma ilto.1Ibrary mathieeedoubbas.1ibrary
math ieeedoubt rans.1ibrary math ieees ingtrans.1ibrary
mathtrans.1ibrary r mat r ix.1ibrary mcpgfx.i ibrary
mcpsupport.1ibrary medplayer.1ibrary midi.1ibrary Â
muimaster.1ibrary mu11 ip ic.1ibrary t |muimaster.1ibrary ?O 7
7 LUUUKS useu O & Assign RAW: Mount CON : mountlist Mount RAW :
mountlist Tout sur le CD Comme nous sommes de gros flemmards et
que nous avons horreur de taper et re-taper des commandes dans
une fenêtre Shell, nous allons installer le patch KingCon (tou
jours sur le CD). Il vous permet de glisser déposer des icônes
dans une fenêtre Shell pour que leur nom se tape tout seul,
d'avoir un ascenseur pour voir l'historique des commandes,
d'appuyer sur la touche tabulation pour que le reste d'un nom
s'écrive tout seul, etc. Vous devrez rajouter les lignes
suivantes à votre user-startup : Assign CON: DISMOUNT DISMOUNT
from DEVS:KingCON-
- xpans t.on Expans ion.Info DISCOLOGIE OISCOLOGIE.Info Devs
Devs.Info Ram.Info 0 isk.info 15 files - 28 direcwnnes-
9. WORKBENCH: cd libs
9. WORKBENCH:Libs version m from DEVS:KingCON- ? 1 AmigaShell
mélange du menu Pomme de MacOS et du Dock de BeOS en quelque
sorte. En ce qui nous concerne, nous avons opté pour une série
de petites icônes, discrètement placées en haut à droite de
l'écran. Les icônes que nous avons utilisées sont aussi 100%
maison et vous sont offertes sur notre CD (fichier
Amiga Workbench Plusjoli lconTool.lha). Select the file system
to use DOSVP [ MS-DOS l Format - DF1 Cancel Dernier détail,
avez-vous remarqué combien il est astreignant de voir toujours
s'afficher deux icônes pour une seule et même disquette ? La
raison est la suivante : le Workbench croit toujours que la
disquette est insérée dans deux lecteurs à la fois, un Amiga
et un Pc. Mais dans la pratique, il est impossible d'avoir une
disquette formatée à la fois en Ms Dos et AmigaOS, il y a
donc toujours une icône inutilisable à l'écran. Une icône de
trop. Ce léger problème est résolu par la patch
MultiFileSystem (sur le CD...), lequel se charge de n'afficher
qu'une seule icône et fait apparaître un écran de sélection
avant tout formatage. Très pratique.
Que voilà un bien joli Workbench ! C'est en tout cas la configuration qui tourne sur tous les Amiga de la rédaction. A titre d'information, sachez que nous utilisons également la commodité Grablff, pour capturer les portions d'écrans qui paraîtront dans le magazine.
Yann Serra O Exec } Image | Sound j Menu | Icon j Doc* | Accès * Doc*Internet
- Connexion
- Web
- Ftp E-mail
- Ire ' Minitel DockWb She* OrOpus PoverPacker OiskSalv
Macintosh Internet DPaint üghtvave Amos QuÉckWrite
Multiviev Menu Reserve Tous les utilitaires cités dans cet
tiroir Amiga Workbench Plusjoli.
.l.g legUa Icônes, lha IconTool.lha KingCon_ l_3.lha MagicWB20e.lha Mcpl 21 .lha Mfs21.lha Mui38usr.lha Procurep.Lha Swazlnfo18b.lha ToolmanagerBin. Lha ToolmanagerExt.lha ToolmanagerLoc.lha article se trouvent sur notre CD-Rom du mois, dans le Voici à quoi correspondent les archives : Collection d'icônes pour le Workbench Icônes pour Toolmanager Patch pour le Shell (11) Magic Workbench Patch système Mcp Une seule icône par disquette Indispensable à tous les patches 16 nouvelles couleurs Pour changer facilement d'icône Un dock le Workbench Des fichiers de complément Toolmanager en français O
Sort Cancel 1 lest Save Commodité ultime : Toolmanager. Cet utilitaire (toujours sur le CD du mois) nous permet non seulement d'accéder rapidement à nos applications préférées via une barre d'icônes (que l'on appelle "Dock") mais ajoute aussi autant de commandes qu'on le souhaite au menu Outils du Workbench. Un Use | _ _ NewÇfroif? | tjevObjcct | Detete Rappelons que pour installer chacun d'eux, vous devez ouvrir une fenêtre Shell et y taper les deux lignes suivantes : CD Ram : Lha x CDO :Amiga Workbench Plusjoli nom du fichier Enfin, double-cliquez sur l'icône de votre Ram disk et sur
l'icône d'installation de votre nouvel utilitaire.
Système Avant d'entrer dans le vif du sujet, rappelons que seules les machines disposant d'un co-pro- cesseur Mmu (gestion de mémoire paginée) peuvent utiliser Linux. Dans la gamme Atari, cela correspond au Falcon et au Tt, et chez les cloneurs, au Medusa et à l'Hades. Si vous êtes l'heureux possesseur d'une carte accélératrice, celle doit contenir au minimum un 68020+Mmu. A titre d'exemple, les cartes accélératrices Pak 3 pour MegaST, architectures autour d'un 68030, marchent parfaitement sous Linux. Il en va de même pour l'AfterBurner sur Falcon.
Welcome to Watchtower, an m68k running linux 2.0.22 watchtower login: root Password: I De plus, la présence d'un co-processeur arithmétique (Fpu) est obligatoire. Si ce composant est inclus d'origine dans le Tt, il faudra en revanche le rajouter sur Falcon. Enfin, il est toujours possible de passer par un émulateur Fpu, pour ceux qui n'en disposent pas. Attention toutefois, car cet émulateur ne rend pas le noyau Linux 68k plus stable.
A ne jamais oublier : votre login est Root et votre passeword est Linux.
Les fichiers Pour commencer cette installation, vous devez avoir sous la main les CD-Rom de Dream N° 41, 42 et 43, lesquels contiennent tous les fichiers nécessaires.
Attention : ces CD-Rom sont gravés avec l'extension Rock ridge pour la gestion des noms longs. Si le driver de votre lecteur de CD-Rom ne gère pas ce système (comme c'est le cas pour tous les drivers du Tos) consultez les fichiers TRANS.TBL pour prendre connaissance des noms exacts. Voici la liste des différents fichiers dont nous auront besoin :
• Le programme de boot est Ataboot23 (la version -bootp permet de
booter à partir d'une machine connectée en réseau). On le
trouve dans le répertoire atari linux du numéro 42.
• Le noyau s'appelle Vmlinux et le fichier RamDisk se nomme
Filesys (il s'agit d'une installation très pécaire de Linux en
Ram).
Tous deux sont présents dans le répertoire atari linux du numéro 41.
• Viennent ensuite les fichiers de démarrage, du répertoire
root, du répertoire usr, ainsi que les fichiers var. Tous sont
présents dans le répertoire amiga linux du numéro 41. Dans la
foulée, on pourra rajouter également les usrdoc, ce sont de
nombreuses documentations sur la configuration et le
fonctionnement des différentes applications de Linux.
• Le fichier de configuration du clavier se trouve dans le
répertoire atari linux du numéro 43.
• Enfin, tous les fichiers relatifs à l'installation de XI1
(l'interface graphique) sont dans le répertoire
Linux68k Xfree68 du numéro 43.
Le premier boot Pour démarrer Linux, il faut copier dans un même répertoire de votre disque dur le programme de boot (Ataboot23), le noyau (Vmlinux) et le fichier ramdisk (Filesys). En ce qui concerne le programme de boot, il est nécessaire de le décompacter à l'aide de l'utilitaire gzip.ttp (présent dans le répertoire atari archivers du CD-Rom 42) et de le renommer ensuite en ataboot.ttp. Il en va de même pour le noyau, à cette différence près qu'il faut le re-décompacter une seconde fois avec gtar (présent lui aussi dans le répertoire archivers cité plus haut ). Vm linux donne alors deux
fichiers : vmlinux (le noyau lui-même) et System.map qui sert au débuggage du noyau.
Allez, soyons fous ! Nous allons tout de suite lancer Linux, juste histoire de vérifier que votre matériel est bien compatible !
Rien de plus simple à cela : il suffit de créer un fichier de démarrage pour ataboot.ttp nommé bootargs. Prenez donc votre éditeur favori et insérez-y l'unique ligne suivante : Installation facile de Linux sur Atari
- k vmlinux -r filesys-.gz root= dev ram Il ne nous reste plus
qu'à lancer ataboot.ttp sans option... Alors ?
Normalement, vous devez obtenir une suite de messages sur la détection de votre matériel, puis le fameux "Booting Linux" doit apparaître. A ce moment, l'écran est censé devenir noir et Linux censé démarrer. Si, au bout d'un moment, votre machine demande d'entrer un login, alors c'est gagné ! Vous pourrez, vous aussi, profiter des joies de Linux ! Maintenant, rebootez votre machine pour passer à l'étape suivante.
Les partitions Après deux articles concernant l'installation de Linux sur Amiga, voici le pendant pour les machines Atari. A noter que nous parlons toujours ici du même Linux, Linux m68k, qui tourne indifféremment sur ces deux types de machines. L'installation passe donc encore par la distribution Watchtower, offerte sur le CD-Rom de Dream H* 41.
A ce stade, il va falloir décider du nombre de partitions que vous allez dédier à Linux. Evidemment, le nombre minimal est de une seule partition, dans laquelle on pourra mettre l'ensemble des fichiers ainsi que le fichier de swap. Le swap est l'espace nécessaire pour que Linux 68k puisse gérer sa mémoire virtuelle. Cet espace est alors utilisé comme de la mémoire vive, mais moins rapide puisqu'elle est sur disque dur. Ceci étant, il vaut mieux séparer sur deux partitions les fichiers root et usr. Ceci pour des raisons de sécurité des données. Pour accélérer l'ensemble, on peut aussi dédier
une partition entière au Swap. Afin de vous aider dans votre choix, voici la place que prendront les différents ensembles de fichiers une fois décompressés :
• root : 5 Mo
• usr : 51 Mo
• swap : le principe est de prendre la taille de la mémoire vive
de la machine et de la multiplier par deux, sauf dans le cas
d'espace mémoire important.
Notre conseil est de créer deux partitions : une pour tous les fichiers et une pour le swap. La manipulation se passe sous Tos avec votre programme de gestion de disques durs préféré (Ahdi, Scsi tools, etc.). Attention : il faut impérativement changer le type des partitions qui seront formatées pour Linux (le formata- ge des disques Linux s'appelle Ext2) ! Car si nous laissons Cem ou Bgm, le driver de votre machine va essayer de lire ces partitions au prochain boot... Et comme le format ne sera pas lisible, vous risquez de ne plus pouvoir booter sous Tos. Gênant.
Le mieux est d'utiliser Lnx pour les partitions formatées en Ext2, et Swp pour la partition de swap.
Le formatage Il nous reste maintenant à formater les nouvelles partitions Linux et à installer les fichiers du système. Pour ce faire, il suffit de relancer la machine sous Linux, 3ho*cvi«v hxt XI1 u**r i&t*rf* Copyright (C) 1992 Tinoehy O. Th*i**a ÇOrlfiMUc ie under eh* e*ra* of eh* eh* Pr** Softwar* roundtei («t yovr option) «ny l«e*r Thi* prograa i* di*tribut*d in ch* bvt WITMOÜT AWY MARRANTY; withoMt MERCKAIITABILITY or P2TNBSS rûR A F ONU 0*a*ral Public Lic*B** for mot You *hould hav* r«c«iv«d • c «long vich thi* progroa; if Authort Tim Th*i«*n nt*m*c: tiiêca.wiic.od UUCP: uwvaxltia
Phone: ( 08)262-0438 fnï7]| Ilm-I ïl a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a V Ouf ! Voilà toujours la version de base de X window.
Comme indiqué quelques lignes plus haut. A la demande du login, tapez "root" (sans les guillemets). On se retrouve alors sous Shell. Attention, le clavier est géré comme un clavier Qwerty (anglais). Certes, c'est quelque peu déstabilisant au départ, mais on s'y fait très vite.
Première étape : le formatage des partitions. Deux formats sont possibles : Minix et Ext2. Le premier format vous permet de partager des informations avec MiNT.
Le deuxième est plus performant puisque écrit spécifiquement pour Linux. Dans ce deuxième cas, le partage des informations pourra toujours se faire au travers d'une partition Cem classique, mais sans les noms longs. A vous de voir.
Autre chose à savoir : Linux ne nomme pas du tout ses partitions de la même manière que le Tos. Ici, le nom d'une partition prend soit la forme "hdXY" soit "sdXY". Explication : quand la partition se trouve sur un disque Ide, le nom commence par "hd" ; quand elle est sur un disque Scsi, le nom commence par "sd".
Ensuite, X et Y correspondent respectivement à la lettre physique du disque et au numéro de la partition sur le disque. Par exemple, on veut faire référence à la troisième partition du deuxième disque Scsi ; Il s'agit donc de "sdb3", "sd" pour Scsi, "b" pour deuxième disque et "3" pour troisième partition. Autre exemple, on fait cette fois référence à la quatrième partition du premier disque Ide. Elle se nomme donc "hda4", "hd" pour ide, "a" pour premier disque et "4" pour quatrième partition. Pour votre culture personnelle, sachez que les pilotes des partitions se trouvent dans le
répertoire dev .
Cette précision étant faite, nous allons maintenant pouvoir initialiser les partitions avec la commande mkfs (qui signifie Make filesys- tem). Voici ce qu'il faut taper pour, par exemple, la troisième partition du premier disque Ide et la quatrième partition du second disque Scsi : sbin mkfs -t ext2 dev hda3 sbin mkfs -t ext2 dev sdb4
• otcwar*: yoM Si vous avez opté pour un format Minix, remplacez
ext2 par minix (vous pouvez aussi utiliser la commande
mkfs.ext2 ou mkfs.minix sans l'option -t).
Si vous avez opté pour une partition de swap (très recommandé), vous allez pouvoir l'initialiser avec les commandes suivantes (exemple pour la partition 2 du premier disque Ide) : sbin mkswap dev hda2~» sbin swapon dev hda2~» Si vous avez choisi d'utiliser un fichier de swap, il faut le créer sur une de vos partitions comme ceci : mkdir etc dd if= dev zero of= etc swapfi- le bs = 1024 count=10240- (count est la taille du swap exprimée en kilo-octets) sbin swapon etc swapf ile-» Installation Watchtower Pour pouvoir installer les fichiers de la Watchtower, nous allons utiliser
directement le CD à partir de Linux. Pour cela, il suffit de le "mounter" (le rendre accessible) à partir du pilote qui se trouve, lui aussi, dans dev . Dans notre exemple, le lecteur de CD-Rom est le quatrième disque Scsi (et sa partition est toujours égale à 0).
Mkdir cdrom mount -t iso9660 cdrom dev scdO Il ne nous reste plus qu'à décompacter les différents fichiers de la Watchtower (dans cet exemple, votre partition principale est hda3) : mount dev hda3 cd mnt~» tar xvfz cdrom Amiga Linux watchtower- 2-root. Tar.gz- tar xvfz cdrom Amiga Linux watchtower- 2-usr . Tar . Gz-» tar xvfz cdrom Amiga Linux watchtower- 2 -var. Tar . Gz-» tar xvfz cdrom Amiga Linux watchtower- 2-usrdoc . Tar . Gz~» umount cdrom-» Le clavier français Avant de continuer la configuration, nous imaginons que la gestion d'un clavier français vous intéresse, n'est-ce
pas ?
Pour cela, il faut aller le chercher sur le CD de ce mois-ci : mount -t iso9660 dev scdO cdrom loadkeys cdrom Atari Linux atari.map umount cdrom Description des disques Il convient à présent de modifier Linux 68k pour qu'il prenne en compte votre architecture de disques. Pour ce faire, il faut éditer le fichier etc fstab avec la commande "vi etc fstab". Tapez sur i pour passer en mode insertion et tapez les lignes suivantes : proc proc dev hda3 defaults dev hda2 defaults dev scdO proc defaults- 0 l- swap 0 0-» cdrom ext2 swap iso9660 noauto,nouser,nodev 0 1 Remplacez ext2 par
minix si besoin est et adaptez le nombre de ligne en fonction de votre configuration.
Enfin, mettez toutes les autres lignes en commentaire en saisissant un devant chaque ligne. Pour sortir de l'éditeur, tapez la séquence de touches suivantes : ESC : w q return .
Installation Xfree Son nom générique est X window, mais sous Linux, on utilise une version gratuite nommée Xfree. Son installation est des plus simples, il suffit d'insérer le CD-Rom de ce numéro et de taper : Linux.
Démarrez Edition MCD* Diffusion JELF X11R6.1 Xfree 86 3.2 (X-Window) Support Matrox Millennium Noyau 2.0.29 + 2.1.36 + patchs jusqu'au 2.0.30 mount cdrom-* cd mnt usr- mkdir X11R6.3-» rm X11R6-*- [SIATIOH ln -s X11R6.3 X11R6-»- cd X11R6.3-* Menu d'installation en français et simplifié pour les débutants tar xvfz cdrom Linux68k XFree68 x33bin.tgz~* tar xvfz cdrom Linux68k XFree68 x3368fb.tgz-» tar xvfz cdrom Linux68k XFree68 x3 3‘cfg . Tgz- tar xvfz cdrom Linux68k XFree68 x33fnon.tgz~ tar xvfz cdrom Linux68k XFree68 x33fnts.tgz-* tar xvfz cdrom Linux68k XFree68 x331ib . Tgz-»- cd
bin-* Distribution basée sur Debian, l'installation se fait directement du CD-ROM sur le disque dur (sans disquette) sur une partition LINUX pour les systèmes avec MS-DOS™ ou Windows95™ installés.
Ln -s XF68_FBDev X~ cp cdrom Atari Linux XF86Config etc-* umount cdrom- Maintenant, pour utiliser la souris et voir enfin des fenêtres (ça faisait longtemps !), il suffit de taper : startx Pour sortir de cette interface, il faut presser les touches Ctrl-Alt- Backspace en même temps. Si vous utilisez des programmes écrits pour l'ancienne version de X, il se peut qu'il y ait des problèmes de polices de caractères. Pour les régler, installez le fichier x32fnon.tgz du numéro 42 : mount -t iso9660 dev scdO cdrom-» tar xvfz cdrom Linux68k Xfree68 x32fnon.tgz- mkfontdir
mnt usr XI1R6 1ib XI1 fonts misc- umount cdrom-» S1000op !
Pour arrêter une machine Linux, il ne faut pas appuyer sur Reset.
Le système garde en effet pas mal de choses en mémoire et ne pourrait ainsi pas les sauvegarder sur disque. La méthode à utiliser est la commande suivante : sbin shutdown -r now.
Pour voir si le nouveau système que vous venez d'installer fonctionne correctement, il suffit de relancer Linux avec ataboot.ttp, mais uniquement après avoir modifié le fichier bootargs comme suit (on imagine toujours que hda3 est votre partition principale, pensez bien à mettre vous-même le bon nom) :
- k vmlinux root= dev hda3- Normalement, vous arrivez sur un
message qui vous demande un login. A ce moment, tapez "root"
(sans les guillemets). On vous demande ensuite le mot de passe,
tapez "linux" (sans les guillemets)... Ça y est ! Vous avez
désormais un système Linux en état de marche sur votre Atari !
Maintenant, à vous de jouer !
David Curé - david.cure@Linux.EU.Org Facilité d'installation de l'interface réseau, X11 pré-configurée par menu, accès aux ressources Windows, utilisateurs root pré-configurés avec les interfaces openwin et fvwm 95-2.
Contient tous les utilitaires Unix™ standards, Kits de développement, compilateurs et plus de 200 programmes prêts à utiliser avec leurs sources plus celles des compilateurs, des librairies, des utilitaires... dont : GNU CC 2.7.2, GNU C++ 2.7.2, GNU F77 0.5.18, JAVA SDK 1.0.2, Tel 7.6, Tk 4.1, Visual Tel
1. 08, qps et qt librairies, Perl 5.003-07, Python 1.4 ...,
Afterstep 1.0, StarOffice 3.1 (suite bureautique, ne nécessite
pas Motif), lesstif 0.79 (un équivalent Motif en freeware),
xemacs 19.15, xcoral (éditeurs de texte), xtel (interface
minitel sous XII), iBCS2 (émulateur COFF, XENIX), tkdesk,
bowman 0.93e, fvwm 95-2, mpeg play, xanim, xgrasp, ImageMagic
3.7.3, Gimp, dosemu 064.3 (émulateur DOS), WINE 970415
(émulateur Windows 3.11), apsfilter ... suite TCP-IP, ftp,
telnet, uucp, NFS, PPP, NIS, bowser WEB grail
0. 3, serveur Web Apache 1.2 ... plus de 20 Mo compressés de
documentation (+ Howto en français, guide du ROOTard,...) Plus
de 630 Mo de données, de logiciels et sources compressés.
Disponibles également sur notre catalogue ... Applications ELF-97 (MCD2) • GNU-HURD (MCD2) • CALDERA Open Linux Base (Version Française), Standard «CALDERA Solutions CD (pour tout Linux) • Wabi (émulateur Microsoft™) • Linux Official Red Hat (Intel, Alpha, Sparc) • Applixware (Office suite) • Linux InfoMagic • Linux Slackware • MkLinux • FreeBSD • Motif
• Xi Graphics (CDE, Accelerated-AX pour LINUX BSD, support de 450
cartes graphiques dont Matrox Mystique) • Solaris 2.51 x 86
(Tarif Education) Vers. Française ou US • java WorkShop •
Netscape FastTrack Server • Netscape Navigator 3.0 Gold
• C C++ Super Library • Ada • Eiffel... bon de commande A
retourner à MCD Diffusion 5 7 rue Leredde 75013 Paris Tél.
01 42 16 88 00 Fax 01 42 16 89 85 ? Je désire recevoir une
documentation sur :_ ? Je désire commander UNUX MNIS Mai 97 au
prix de 185 Fttc ? Je joins un chèque (à Tordre de MCD2
Diffusion) ? Je règle par Carte Bancaire en reportant son n°
ci-dessous I I I I I I I I I I I I I I I expire : 1 J 1 | 1
Tous nos tarifs sont en Fttc et port compris • Livraison sous
48 h. Nom_Prénom_Société_ Adresse_
C. P Ville__Tél._ http: www.mcd2-diff.fr email :
mcd2@mcd2-diff.fr g?‘ Vos débuts sous Linux !
Maintenant que Linux fonctionne sur votre ordinateur, voici quelques bases nécessaires à vos premiers pas. Dans un souci de clarté, nous essaierons chaque fois que cela est possible, d'établir un parallèle entre Linux et AmigaOS, plus connu.
Tableau des équivalences Signification Linux AmigaOS Racine du disque Répertoire parent . .
Un caractère quelconque ?
?
Une chaine quelconque * ?
Alors qu'AmigaOS est un système entièrement graphique, Linux fonctionne de manière analogue au couple Ms Dos - Windows 3.1. A savoir que tout système Unix se présente sous la forme d'une ligne de commande (écran noir avec des caractères gris clairs, aussi appelé "mode texte") à laquelle on ajoute une surcouche graphique (X window). De même, un Unix de base ne possède pas de logiciel de gestion des fichiers basé sur les icônes, tel le Workbench ou Gem. En conséquence de quoi, le seul moyen de manipuler des fichiers, des répertoires et de lancer des applications reste l'entrée de commandes
au clavier. A cet usage, on utilise le shell, soit directement en mode texte, soit via une fenêtre dans X window, portant le nom de X term.
La commande permettant de se déplacer dans l'arborescence du disque dur, porte le même nom que sous AmigaOS ou Ms Dos : il s'agit de "cd". Pour les jokers et autres caractères spéciaux représentant la racine et le répertoire parent, voir le tableau résumant les équivalences.
Remarques : Il est possible d'entrer plusieurs commandes sur la même ligne en les séparant par un point-virgule. Linux accepte les noms longs mais contrairement à AmigaOS, fait la différence entre les majuscules et les minuscules.
Systèmes de fichier Bien évidemment, Linux ne formate pas les partitions d'un disque dur en Ffs ni en Dos.
Le formatage officiel sous Linux se nomme ext2fs (Extended 2 FileSystem). Très performant. A noter que, pour l'instant, AmigaOS ne reconnaît pas les partitions formatées en ext2fs. Mais Linux (i386 ou m68k), lui en revanche, peut parfaitement travailler avec les partitions Ffs de l'AmigaOS.
Correspondances des répertoires entre AmigaOS et Linux Amiga Linux Descritpion du contenu C: bin et usr bin Commandes usuelles sbin et usr sbin Devs: dev Gestionnaires de périphériques L: lib et usr lib Handlers Libs: lib et usr lib Bibliothèques S: etc Fichiers de configuration Env: var Fichiers de log, etc. T: tmp et usr tmp Fichiers temporaires Il est à noter que la différenciation entre et usr n'existe pas sous AmigaOS.
Pour pouvoir être utilisé, tout système de fichier doit être "mounté" (de l'anglais "mounted"). Cette opération consiste à assigner un nom logique à une partition phy- Edit Fïlesystem Device dev hdb Partition Type Unknown FS Type iso9660 Mount Point mnt Mount Options noauto,user Current Options ro Comment F Size 663066 Used 663066 Available 0 Percent Used 100 Cancel Linux relit tous les disques.
Sique. Souvenez-vous, sous AmigaOS cela se fait via la commande mount, accompagné de son fichier MountList (ou DosDrivers pour les Workbench postérieurs au 1.3). Sous Linux, tout passe aussi par la commande mount. La seule différence est que le fichier Mountlist s'appelle ici fstab. Par exemple, pour faire apparaître un disque dur sous AmigaOS, on tape : Mount HD1: Il faut bien entendu pour que cela fonctionne, que le fichier DEVS:MountList contienne un paragraphe correspondant à HD1: . Et bien sous Linux, on taperait : mount home Et c'est le fichier etc fstab qui devra contenir la
description de home (les noms HD1 : et home sont complètement choisis au hasard). A noter tout de même qu'il est possible, sous Linux, de se passer du fichier fstab. Tous les paramètres nécessaires à la description du disque peuvent être entrés sur la ligne de commande. Voici un exemple à taper sous Linux pour "mounter" votre partition Amiga Workbench : mount dev hdal amiga -t affs Expliquons au passage ce que signifie cette ligne, " dev hdal" spécifie qu'il s'agit de la première partition du premier disque ide.
" amiga" est le point d'entrée, c'est-à-dire le moyen d'accéder au support physique, "t" pourrait se traduite par "attention, je précise quel est le formatage du disque". Et enfin, "affs" indique que le disque est formaté en Amiga FastFileSystem.
Tiens, parions que vous n'avez pas compris ce qu'était le point d'entrée ! Rassurez-vous, c'est normal et vous êtes tout pardonné.
Sous AmigaOS, le point d'entrée est le nom logique du disque, celui que vous pouvez changer à tout moment avec le menu Icône renommer du Workbench. Par exemple, le nom physique de votre partition de travail est HD1: et le nom logique est Work:. Sous Linux, dans notre exemple, le nom physique de la partition AmigaOS sera hdal et son nom logique sera amiga. Si on parle de point d'entrée, c'est parce que Linux ne conçoit les autres partitions que comme des répertoires. Autrement dit, à chaque fois que l'on voudra accéder au disque AmigaOS, Linux ira chercher dans le répertoire amiga qui,
lui-même, transmettra les informations véritablement contenues sur un autre disque. Bien entendu, il faudra toujours s'assurer que le répertoire amiga existe.
Petite remarque : pour savoir quels sont les formatages reconnus par votre Linux, tapez : mémoire vive et AmigaOS, Tos ou autre Ms Dos n'existe plus. Il scanne les différents périphériques et initialise les pilotes nécessaires au bon fonctionnement du système et des extensions (carte éthernet, carte graphique, etc.).
• Le noyau lance le programme init. Nous n'entrerons pas dans les
détails cette fois-ci, cat proc filesystems A noter qu'à
l'instar des fichiers Dosdrivers de l'AmigaOS, tous les
périphériques listés dans fstab sont mountés automatiquement
lors du boot (par un 'mount -a' dans l'un des fichiers d'init),
à l'exception de ceux ayant pour option "noauto".
M------------- $ cd etc Sis *fs* fstab fstab.bak fstab.old $ ls -1 fs*
- rui-r r 1 root root
- rw-r r 1 root root
- rw-r r 1 root root Seat fstab w » etc fstab login.defs 641
Aug 2 01:32 fstab 668 Aug 2 01:24 fstab.bak 630 Jul 28 19:04
fstab.old n » You should be using fstool (control-panel) to
edit this!
device mountpoint filesystemtype options dump fsckorder dev hda2 ext2 defaults 1 1 dev hda3 home ext2 defaults 1 2 dev hdb mnt iso9660 noauto,user 0 0 dev fdO mnt floppy ext2 noauto 0 0 dev hdal none ignore 000 none proc proc defaults dev hda4 none swap su ïfl Le fichier Fstab de linux est équivalent à la mountlist du workbench.
_ Dream prof
• Unix = Linux ?
Unix est un système d'exploitation qui tourne sur les stations de travail (Sun, Silicon graphies, etc.). Linux est une version d'Unix pour micro- ordinateurs (Amiga, Pc, Atari, RiscPc, etc.). Autre différence : Unix coûte très cher et Linux est gratuit. Ceci étant, on dit de Linux que "c'est un Unix".
• Pourquoi toujours le signe " " ?
Sous Linux, le signe " " signifie la racine du disque. Lorsqu 'on change de répertoire avec la commande "cd", il est plus simple de commencer par taper ce signe, comme ça on est sûr de savoir où on se trouve dans !'arborescence.
Cuté et appelle lui-même d'autres scripts, dont celui dans lequel on rajoutera nos propres extensions (clavier français, etc.). C'est l'équivalent de la user-startup sous AmigaOS. Enfin, le programme Cetty affiche une demande de login et de mot de passe.
Une fois ceux-ci entrés, les commandes du Shell sont disponibles.
La prochaine fois nous étudierons le foncAccéder au CD-Rom Pour accéder à un lecteur de CD-Rom sous Linux, il suffit de le mounter comme un disque dur ordinaire. Exemple : mount dev hdb cdrom -t iso9660
- o ro Certes, il est plus élégant d'insérer dans fstab une ligne
équivalente et de mounter le cd-rom simplement par "mount
cdrom". Attention : Linux ne repère pas automatiquement les
changements de CD.
Pour changer de CD, il faut taper "umount cdrom", éjecter le CD, en changer, puis de nouveau "mount cdrom". D'ailleurs tant que le CD-Rom est mounté, la touche d'éjection du lecteur ne devrait plus fonctionner.
La séquence de démarrage (BootStrap) Correspondance des commandes entre AmigaOS et Linux AmigaOs Linux Action Cd cd Change de répertoire courant Dir Is Liste le contenu du répertoire courant List ls-1 Idem mais avec plus de détails Type cat Affiche le contenu d'un fichier More more Idem mais avec gestion des pages MakeDir mkdir Crée un répertoire Delete rm Efface un fichier ou un répertoire Copy CP Copie des fichiers ou des répertoires Rename mv Renomme ou déplace selon l'usage Mount mount "Mounte" un système de fichier Grâce au shareware Csh, le Shell Amiga ressemblera à s'y méprendre à un
shell Unix.
L'Amiga, après avoir chargé Devs:System- Configuration, exécute S:Startup-Sequence.
Ce processus est assez similaire à celui de Ms Dos (Config.sys puis Autoexec.bat). Sous Linux, la séquence de démarrage se présente de la manière suivante :
• Le kernel loader (AmiBoot, Ataboot, Lilo, etc.) charge le noyau
en mémoire puis l'exécute en lui passant certains paramètres
comme le nom de la partition qui contient la racine du système
(Amigaïstes, regardez donc le contenu des fichiers BootLinux et
BootLinux.HD dans le CD n°41).
• A ce stade le noyau alloue toute la mais sachez tout de même
que c'est init qui est chargé d'exécuter le script de démarrage
(la Startup-sequence ou ('Autoexec.bat, en quelque sorte),
lequel se trouve le plus souvent dans le répertoire etc rc.d
et dont le nom varie selon les Unix (et même selon les
distributions Linux...) Pour connaître le nom et l'emplace
ment du script de démarrage sur votre système, cherchez le
terme sysinit dans le fichier etc inittab (fichier de
configuration pour l'initialisation), en tapant : grep sysinit
etc inittab Si l'ordinateur vous répond " S : sysi n it:
etc rc.d rc.S", cela signifie que le script s'appelle rc.S et
se trouve dans etc rc.d. Ce script de démarrage est exé-
tionnement de X window. Mais avant de nous quitter, voici un
petit truc pour la route : en tapant "man " ou "info ", suivis
du nom d'une commande, vous obtiendrez plus de détails sur
celle-ci (options, syntaxe, etc.). Bon courage !
Guillaume Girard Les programmes disponibles sur le systèmes sont à la base des fichiers binaires enregistrés sur disque. Lors du démarrage d'une commande, ce code binaire est placé en mémoire et exécuté. Si on lance deux fois la même commande, le système utilise deux copies indépendantes du code en mémoire (sauf pour les librairies partagées). Il faut donc faire la distinction entre une application (code stocké sur disque) et l'exécution à proprement parler de cette application. Je me cultive en lisant Dream : on appelle processus une application en cours d'exécution. Sur un système
multitâche, plusieurs processus peuvent s'exécuter simultanément. A moins de disposer de plusieurs microprocesseurs en parallèle, un seul de ces processus est réellement exécuté à un moment donné. Le scheduler" (espèce de logiciel policier qui se veut être le gardien du multitâche) peut interrompre à tout moment cette exécution pour passer la main à un autre processus grâce à un système d'interruption. Du point de vue du noyau, c'est un mécanisme très complexe mais, heureusement, tout cela est transparent pour l'utilisateur.
Gérer les processus De nombreuses informations sont associées aux processus, certaines sont d'ailleurs très intéressantes pour l'utilisateur. Petite astuce, la commande ps permet de récupérer la liste des processus actifs : Chaque ligne donne des informations sur un processus particulier. Le premier numéro correspond à l'identificateur de processus (Pid). Tous les processus ont des Pid différents mais, rassurez-vous, ce n'est pas sale. Sans le Pid, on ne pourrait pas faire la différence entre plusieurs processus correspondants à la même application. Stat donne l'état (status) du
processus : R (prêt pour l'exécution), T (stoppé), D (endormi, ne peut être réveillé), S (endormi) ou Z (zombie). Les processus font tous parti d'une hiérarchie arborescente : chaque processus a un processus père, sauf le processus init, de PID 0, qui est le père de tous les autres processus. L'état zombie correspond à la terminaison d'un processus fils.
Le père peut savoir que son fils a mis fin à son exécution en vérifiant que ce dernier est un zombie. Une fois que le père a vérifié la terminaison du fils, le processus est réellement retiré de la liste des processus actifs. C'est un mécanisme un peu déroutant, surtout pour le programmeur.
Gestion des processus Unix est multitâche ! Ça a l'air anodin comme ça mais peu de systèmes disposent d'une efficacité comparable à celle des Unix modernes dans le domaine.
$ kill -9 PID la ? I
* ps - •a
- -------------- PID TTY StrtT TIME C0MMAND 192 aO S 0:00 gptn -t
MouseMan 206 2 S 0:00 bin login root 207 3 S 0:00 (mingetty)
208 4 S 0;00 sbin mngetty tty4 209 5 S 0:00 sbin hingetty
tty5 210 6 S 0;00 sbin Ningetty tty6 224 2 S 0:00 -bash 238 1
S 0:13 X :0 252 1 S 0:00 xten» -geometry *4*4 -si 256 -sb -ls
-T xterufiafterstep.erg 316 1 S 0:00 xterm -geometry 80x25 -si
256 -sb -ls -T ¦termStatooine 205 1 S 0:00 bin login pesch
213 1 S 0:00 -bash 236 1 S 0:00 sh usr XllR6 bin start* 237 1
S 0:00 ximt home pesch .ximtrc 240 1 S 0:00 afterstep 241 1
S 0;00 usr lib Xll afterstep. Hnimate 8 5 hone pesch .steprc
0 0 242 1 S 0:00 . Usi hb Xll af terstep Wharf 10 5
howe pesch .steprc 0 0 243 1 s 0:00
usr 1ib Xll afterstep rtudio 12 5 home pesch .steprc 0 0 247
1 s 0:00 usr l ib Xll afterstep Pager 13 4 home pesch .steprc
0 8 0 0 248 1 s 0:00 asclocl -12 -shape -position -1-1 249 1 s
0:00 xeyes -fg Plue ¦ 250 1 s 0:00 xload -bg MidnightBlue -fg
Yellow -hl Red -nolabel -geometry 48 48-l-l 1 254 pO S 0:00
-bash I 278 1 s 0:00 applix I 317 pl S 0:00 -bash I 328 pl s
0:09 display I 340 i i pO R 0:00 ps -a Commande PS-a.
Quand je serai grand, je serai espion On s'aperçoit dans ce cas que la liste est bien plus longue. Pour voir la hiérarchie des processus (ça n'a pas vraiment d'intérêt pratique), on utilise l'option -f : Un résumé des options de ps se trouve en encadré.
Tuer un processus Comme on peut le constater, le vocabulaire associé à la gestion des processus rappelle un peu l'inquisition espagnole mais, que personne ne s'affole, c'est du virtuel.
La tâche la plus courante consiste à mettre fin à l'exécution d'un processus. Si l'utilisateur pas root, il ne pourra "tuer" que les processus dont il est le propriétaire (les applications qu'il a lancé lui-même). La commande kill permet d'envoyer un signal (en général de terminaison) à un processus. On peut utiliser une trentaine de signaux différents en employant des numéros (de 1 à 30) ou des noms symboliques.
Les plus courants sont Term (1, c'est le signal par défaut), Quit et Kill (9). La commande kill -I liste les signaux et donne leurs noms symboliques. Pour terminer un processus de façon radicale, on utilise très souvent le signal 9 de la façon suivante : Par défaut, la commande ps affiche uniquement la liste des processus dont le propriétaire est l'utilisateur qui lance la commande ps. Pour afficher la liste de tous les processus actuellement actifs sur le système, on utilise ps -a : $ ps -a ; où Pid est bien sûr l'identificateur du processus à "tuer".
Attention, certains programmes préfèrent un Quit ou un Term pour pouvoir, par exemple, effectuer une sauvegarde automatique des données utilisateurs avant de s'arrêter (au hasard, un texte dans un éditeur de texte).
Pour tuer un ensemble de processus correspondants à la même commande, on utilise : $ killall [-signal] commande Le signal est facultatif, killall utilise Term par défaut.
Etre sympa avec la priorité L'exécution d'un processus est découpée en un ensemble de tranches de temps (time slices) plus ou moins longues et plus ou moins nombreuses en fonction de la priorité des processus. Ce mécanisme, qui conduit au célèbre multitâche préemptif, empêche le blocage des processus au niveau de l'exécution. La priorité des différents processus est fixée par le système, mais il est possible d'indiquer une priorité définie manuellement par l'utilisateur.
C'est le facteur nice (sympa, en anglais). Le noyau utilisera cette information pour changer temporairement la priorité d'un processus en cours d'exécution. Sa syntaxe est la suivante : ll:25an l* 14 ain, 4 users, load average: 0*13, 0*12, 0.09 46 processes: 44 sleeping, 2 rtmning, 0 zoobie, 0 stopped CPU States: 8.9Z user, 3.1Z systea, 11*62 nice, 88.32 idle Heu: 39176K av, 25608K used, 13568K free, 13716K shrd, 752K buff S42332K av, 9068K used, 33264K free 8832K cached PID USER PRI NI SIZE RSS SHARE STAT LIB 2CPU ZMEfl TIME C0MMANDB 238 root 11 0 12832 10M 940 R 0
8. 1
27. 8 0:24 y. 361 pesch 7 0 528 528 396 R 0
2. 1
1. 3 0:00 top 240 pesch 2 0 '624 616 440 S 0
0. 9
1. 5 0:01 afterstep 328 pesch 1 0 2328 1944 1464 S 0
0. 5
4. 9 0:18 display 252 root 0 0 1396 1188 724 S 0
0. 1
3. 0 0:00 xterm 1 root 0 0 112 60 44 S 0
0. 0
0. 1 0:03 init 2 root 0 0 0 0 0 SU 0
0. 0
0. 0 0:00 kflushd 3 root
- 12
- 12 0 0 0 SU 0
0. 0
0. 0 0:00 kswapd 213 pesch 0 0 400 252 224 S 0
0. 0 ' 0.6 0:00 bash 205 pesch 0 0 436 300 116 S 0
0. 0
0. 7 0:00 login 13 root 0 0 104 52 36 S 0
0. 0
0. 1 0:00 kerneld 206 root 0 0 436 284 116 S 0
0. 0
0. 7 0:00 login 94 root 0 0 140 68 48 S 0
0. 0
0. 1 0:00 syslogd 103 root 0 0 264 116 28 S 0
0. 0
0. 2 0:00 klogd 114 root 0 0 168 108 68 S 0
0. 0
0. 2 0:00 crond 125 bin 0 0 104 36 36 S 0
0. 0
0. 0 0:00 portmap 137 root 0 0 92 20 20 S 0
0. 0
0. 0 0:00 inetd 148 root 0 0 100 28 28 S 0
0. 0
0. 0 0:00 lpd 161 root 0 0 224 120 120 S 0
0. 0
0. 3 0:00 arnd 180 root 0 0 412 268 224 S 0
0. 0
0. 6 0:00 sendmail 192 root 0 0 116 76 60 S 0
0. 0
0. 1 0:00 gpm 207 root 0 0 56 0 0 SU 0
0. 0
0. 0 0:00 mingetty 167 root 0 0 0 0 0 SU 0
0. 0
0. 0 0:00 nfsiod Un exemple de plusieurs processus.
Renice [modif] PID la valeur modif est soit une augmentation du facteur nice ( +n où n est l'incrément) soit une baisse (-n ). Sur les systèmes modernes, nice et renice sont peut utilisés mais certaines commandes gourmandes (calculer une image sous Pov, par exemple) peuvent ralentir dangereusement le système (par exemple sur un serveur). La commande top est un programme interactif qui mélange un peu les commandes que nous venons de voir. On l'utilise surtout pour avoir une idée de la charge du système. Appuyez sur q pour quitter le programme.
Le plus dur, c'est de trouver un job Avec les shells récents comme bash ou simple : un seul processus peut récupérer l'entrée standard directement depuis le clavier pour un shell donné, c'est le processus de premier plan (foreground). Pour lancer une commande en tâche de fond (back- ground), on utilise la syntaxe : $ commande & L'ensemble de ces processus ont pour parent le processus du shell. Ce point commun a entraîné la création de commandes ne s'appliquant qu'à ces processus. Il s'agit de la gestion des jobs. Un job est un processus correspondant à une commande lancée en tâche de
fond. On distingue les numéros de jobs (seulement accessibles depuis le shell parent) et les Pid disponibles au niveau du système. Pour éviter toute confusion, les numéros de jobs commencent par un signe pour cent (%). Pour lister l'ensemble des jobs actuellement actifs dans le shell courant, on utilise la commande jobs. On peut "tuer" un job en utilisant la commande kill et en précisant le numéros du job. Par exemple, pour tuer le job numéro 4, on utilise la commande : $ kill -9 %4 Il est aussi possible de basculer une tâche de fond au premier plan en utilisant la commande fg avec le
numéro du job en argument. Attention, le shell ne sera plus interactif, les entrées au clavier seront redirigées vers le processus d'avant plan. La combinaison de touche CONTROL+Z est normalement utilisée pour faire passer le processus de premier plan en tâche de fond. On récupère donc la main sous le shell sans mettre fin à l'exécution de la commande. Cette gestion des jobs est surtout intéressante sous X window avec l'utilisation des fameux Xterm.
Fred Pesch - pesch@club-internet.fr processus lorsque, par exemple, le système sera surchargé. La commande nice permet de lancer une commande avec un facteur nice donné. La syntaxe de cette commande est : Les options de la commande ps nice [-nice] commande [arguments] On peut préciser une valeur nice entre 0 (défaut) et 19. Plus la valeur est grande, plus le processus va être sympa (nice) et laisser du temps aux autres processus.
L'administrateur peut préciser un nombre négatif (entre -20 et -1) pour augmenter la priorité du processus. La commande renice permet de changer le facteur nice d'un tcsh, il est possible de lancer des applications en tâche de fond. La règle est
- a : lister tous les processus
- c ; informations détaillées sur la ligne de commande
- e : include l'environnement
- f : affichage de l'arborescence
- h: supprimer l'en-tete
- j : affichage au format "job"
- I : format long
- m: informations détaillées sur la mémoire
- n : informations numériques plutôt que textuelles
- r : Exclure les programmes non exécutables
- s : format signal sort : tri (cf. Man ps)
- tTTY : affiche les processus du terminal TTY
- u : inclure le nom d'utilisateur au démarrage
- v : format mémoire virtuelle
- w : format large sans troncature
- x : include les processus sans terminal associé Du premier St
en 16 bits aux 120 Mhz de l'Hadès, en passant par le Falcon et
son Dsp, les ordinateurs Atari ont toujours été de véritables
précurseurs dans de nombreux domaines informatiques.
Même si, aujourd'hui, l'Atari n'a plus la place qu'il mérite. Détruit et humilié, il est tout de même encore plagié par MicroSoft et Intel. Tos, Gem... Cela vous dit quelque chose ? Il s'agit du système d'exploitation de l'Atari ainsi que de son interface graphique, tous deux présents en Rom sur (presque) toutes les machines de la famille.
Dès 1984, étaient accessibles à tous : souris, fenêtres, icônes, formulaires, popups, menus déroulants... Beaucoup de choses jugées inutiles par les Pcistes de l'époque.
Et pourtant... Nostalgie... En 1992, bien avant l'apparition de Windows 95, l'interface graphique était déjà adaptée à la couleur, au design 3D et aux modes graphiques Svga. Exemplaire.
A ce propos, les fameuses incompatibilités qui sévirent entre les différentes générations de l'Atari n'étaient pas du tout dues au système mais bel et bien au matériel.
Elles venaient des différences de mémoire cache, de microprocesseur, de circuit sonore et de circuit vidéo qui marquaient les évolutions d'un modèle à l'autre. Et si les jeux ont été les principales victimes de ces Même si Atari à cessé le développement de son 05 avec la version 4.04 du Tos (officiellement, car il existe un Tos 5.0 dans les cartons du constructeur), le système n'a pas cessé d'évoluer pour autant. Et les améliorations sont toutes aussi nombreuses que folles. Nvdi, par exemple, est une réécriture complète et optimisée de tous les gestionnaires de périphériques qui
permet, entre autres, de multiplier la vitesse d'affichage par 10 ! Mais aussi Metados, pour reconnaître un lecteur Le blues de l'Atari Depuis juin dernier nous invitons les plus fébriles de nos lecteurs à participer au magazine. L'enjeu est triple : avoir la possibilité de faire partager sa passion à des milliers de personnes, passer à la postérité et - surtout - gagner un abonnement gratuit. Chose promise, chose due : nous publions aujourd'hui la prose de Guillaume Louel. Sortant du lot, sa description du monde Atari a enchanté la rédaction par sa clarté et ses nombreuses informations.
Sauts d'humeur, les programmes sous Gem ont en revanche franchi la barrière sans anicroche. Ah ! Gem et sa programmation objet... Et oui, depuis 1984 l'interface graphique de l'Atari est découpée en "objets" de différents "types" possédant eux même leurs "attributs".
L'Atari aujourd'hui m En pratique Participation lecteur de CD-Rom, Win- X pour améliorer le look et les fonctions des fenêtres (avec notamment un scrolling temps réel), Selectric ou Freedom, pour manipuler au mieux les fichiers... La liste est longue et on ne vous parle même pas des "bureaux alternatifs", lesquels peuvent littérale- Modélisation 3D.
Ment remplacé le Tos.
Encore un avenir ?
Le plus impressionnant des logiciels sortis sur Atari est sans aucun doute MagiO.
MagiO. Est une réécriture complète du Tos.
C'est un système complètement multitâche pourvu d'une interface graphique qui n'a rien à envier à la pomme ou Windaube.
Grâce à lui, il est enfin possible d'effectuer une recherche de fichiers sur le disque dur, de taper un texte, de copier des shareware sur une disquette et d'installer Linux sur un disque Zip... Simultanément ! Et sans ralentissement ! MagiO. Emploie deux méthodes pour gérer le multitâche : un mode coopératif et un mode non-coopératif. En mode coopératif, toutes les applications tournent en même temps et se partagent les ressources selon leurs besoins (un logiciel d'image de synthèse s'accordera, par exemple, plus de temps machine qu'un traitement de texte). Dans le mode non- coopératif,
les logiciels prennent, chacun à leur tour, toute la machine pour eux tout seuls. Les autres applications sont alors figées. Mieux, MagiO. Gère également les Threads (multiples tâches au sein d'une seule application) et les Signais (événements inter-applications). Bien entendu, ce système permet d'accéder aux fichiers avec un nom long (dans sa version originale, le Tos travaille avec des fichiers au format 8+3, comme Ms Dos). Mais saviez-vous que MagiO existe aussi sur Mac, Power Mac et compatibles Pc ? Il permet en l'occurrence de lancer (presque) toutes vos applications Atari sur ces
machines et, ce, encore plus rapidement que sur un Falcon !
Guillaume Louel - glouel@normandnet.fr CÛMMfga EN VERSION COWÜÏÏ fdrtonal Sommaire Les disquettes le tow du monde mto les bons 'plus produits les mites à tout les salons les nouvelles du front Du côté de la Pologne l'évolution dlVOlimOH les cahiers de MADIS Ce qui a été pillé ûATAB Un bref aperçu les index dons CD BEC AUDIO Gérer le MIDI UIXEB Initiation à NEOH l imoge du mon (autre tmoge du mou Du cOte dEiUOOEl Module POSiWNNEB Module AUGNEMENt Desoturer une image des tech. Dans CALAMUS SI lecoumerducoeur la rentrée des démos On reprend depuis le début WIMAVI BU CASIO le web du mou UNUX68K
EXETAPO Programmer en C Optimiser la TT PAU Index des coul Vdl XÊlOS Prog un npper hue colot lapng nouvelle Des gemmes pour le GEM tableau DP CBOWN Of CBEADON 30 WOBDTOUBBACING Bevue de presse Petites annonces MAGAZINE L’univers ATARI &TOS-39 F Belote 300 FB - Suisse 12 FS - DOM 50 F - luxembourQ 270 FLUX triple choix pour la deuxième disquette : DD pour ST, HD pouUAffflgN ou HD pour TT jtAÜsCTlSrePl en version complète, utilisable directement (non compocté) avec pnse en main sur la disquette RIPPER CB DFBOOT HPENGUIN MTOOLS POPWATCH VIDELITY VOIES MAHJ0NG2 POSITIONNER (selon le choix de
disquette) W’LCCJi Wll D £T APO : HaiGRiSSEZ GRÂCE À VOTRE ORDINATEUR i les index manuels sous CD RECORDER La ferre du Milieu POSITIONNER ALIGNEMENT deux nouveaux modules pour CALAMUS SL CROhJn DF ceEfunn lg jeu uliime n rriN LLUI i SBBÊ RKH Te l T K Rassurez-vous, ce sera notre dernier article sur le packer, mais il nous reste à voir comment gérer la taille et la position des widgets enfants lors du redimensionnement d'un parent. Vous trouverez sur le CD (répertoire Linux Pratik TclTk ) le programme packer.tel que nous allons l'utiliser tout au long de cet article.
En finir avec le packer Déjà quatre mois d'initiation et nous en sommes encore au packer ! Décidément, ce gestionnaire de géométrie n'est pas facile à dompter !
Le "visual packer" Pour lancer le programme packer, tapez tout simplement : wish packer.tel & La figure 1 montre le programme packer en action avec le petit label "wid- get" encadré en haut de la fenêtre et une série de commandes séparées par catégories. Le texte tout en bas donne les principales options de la gestion de géométrie du label "widget". Lorsque vous sélectionnez une option, le programme change les paramètres de gestion de géométrie du label "widget" et le texte d'information doit lui aussi changer. Nous connaissons déjà le paramètre -side, commencez par vérifier son
fonctionnement (notion vue le mois dernier).
Expansion et remplissage Nous allons encore une fois revenir sur la différence entre la parcelle (espace) allouée par le packer pour y placer un widget et le widget lui-même. L'option "side" indique une zone pour aller chercher de la place pour afficher le widget.
Cette place correspond à la parcelle et est en général plus grande que le widget lui-même.
Pour imposer à un widget d'occuper toute une parcelle, on utilise l'option -fill (remplissage). Le paramètre par défaut est " N o n e " q u i indique au widget de ne prendre que le minimum de place dans la parcelle. L'option - fill x impose un redimensionnement du widget le plus grand possible en largeur. L'option -fill y est l'équivalent pour la hauteur et -fill both utilise la taille maximale aussi bien en hauteur qu'en largeur. Le problème, c'est que la parcelle allouée est elle- même généralement minimale (en particulier lorsque la fenêtre est chargée), cela correspond à
l'option -expand false. Pour obtenir une parcelle de taille maximale , on utilise l'option -expand true. Lorsque l'on redimensionne la fenêtre (ou le widget parent), la taille de la parcelle est une nouvelle fois modifiée. C'est le fonctionnement "dynamique" que nous voulions obte- r -------- nir. La figure 2 montre le label widget "packer" avec les options -fill X et - expand true. Le label "widget" est alors centré et sa largeur est maximale. La parcelle occupe donc toute la zone d'affichage. Si vous indiquez l'option - fill both vous verrez que le widget occupera à son tour toute la zone
d'affichage. Notez qu'avec -expand true, le paramètre -side n'a plus aucune signification lorsque l'on n'utilise qu'un widget.
L'espacement ou "padding" Les deux options précédents sont certes Figure 2 : packer -expand true -fill x. Figure 3 : packer -expand true -fill both - padx 40 -pady 24.
Figure 4 : packer -expand true -fill none - ipadx 40 -ipady 24.
Très puissantes mais peut être un peu trop radicales ! Les options d'espacement ou de padding permettent de préciser des espaces entre le widget et les limites de la parcelle qu'il occupe, c'est l'external padding (options -padx et -pady). La figure 3 utilise les options suivantes : -expand true -fill both -padx 40 -pady 24. La place occupée par le widget est donc la taille de la parcelle (avec l'option -fill both) moins 24 pixels en haut, 24 pixels en bas (-pady 24) et 40 pixels à gauche, 40 pixels à droite (- padx 40). Tk nous propose aussi l'internai padding (options -ipadx, -ipady) qui
est plus subtile. Il s'agit ici d'indiquer un écart minimum entre la bordure d'un widget (affichable avec les options
- relief et -borderwidth) et son contenu à proprement parler (du
texte pour un label ou un bouton, un autre widget pour un
cadre, etc.). Le programme packer permet de rapidement com
prendre l'internai padding. Utilisez une taille maximale pour
la parcelle (- expand true) mais minimale pour le widget (-fill
none). Amusez vous dès lors à changer les paramètre -ipadx et -
ipady. Avec -ipadx 40 et -ipady 24, on obtient la figure 4.
Jeter l'ancre à la fenêtre Avec toutes ces options, le fonctionnement du packer devient pratiquement "déterministe". Entendez par là que le programmeur contrôle la situation (avec un peu d'entraînement). Il reste un cas dans lequel on ne sait pas trop ce qu'il va se passer. Avec une parcelle de taille maximale (-expand true) et un widget de taille différente (-fill none ou x ou y mais pas both), on ne sait pas exactement comment va se placer le widget dans la parcelle. L'option -anchor permet de préciser un point d'ancrage dans la parcelle où le widget va rester "collé". Par défaut, un
widget est centré dans la parcelle qui lui a été allouée. Le paramètre par défaut est donc -anchor center. Les autres options possibles sont les 8 points cardinaux du nord au sud (cf . Encadré). Par exemple, pour les figure 5 et 6, nous avons utilisé des ancrages west (w) et south-east (se).
Pour ne pas vous laisser sans exemple concret sous la main jusqu'au mois prochain, regardez la modification apportée à la boîte de dialogue "about" de TkCalc (tkcalc4.tcl). Fred Pesch Le packer en détail Application I «i I crce Créatrice en Actif n : fcnseils. Ciialité et Ser vices Magasin ou VPC : 47 avenue de la libération F-63000 Clermont Ferrand.
Téléphone 04 73 34 34 34.
Port sans matériel = 40 F. Port avec matériel = 70 F. Assurance 6000 F = +30F. Étranger = +15 F Prioritaire (avec une CB) = +20 F. Différé accepté de paiement 0 F: en 2 fois = 50 F; en 3 fois = 100 F. pack [widget] [options] : appeler le packer pour gérer la géométrie du widget [widget] pack configure [widget] [options] : changer la géométrie du widget [widget] pack forget [widget] : arrêter la géométrie de [widget] (il existe encore mais n'est plus affiché) pack info [widget] : récupérer des informations sur la gestion de [widget] pack propagate [parent] true I false : autoriser (true) ou non
(false) le redimensionnement d'une fenêtre parent (true par défaut).
Pack slaves [parent] : retourne une liste des widget gérés par le packer dans la fenêtre [parent] options du packer :
• after [widget] : prochain widget à gérer après le widget
courant
• before [widget] : widget géré précédemment
• in [parent] : préciser le widget parent
• side top I left I right I bottom : zone de "recherche" pour
allouer la parcelle (top par défaut)
• expand true I false : taille minimale (false par défaut) ou
maximale (true) pour la parcelle
• fill none I x I y I both : taille minimale (none), largeur
maximale
(x) , hauteur maximale (y) ou taille maximale pour le widget.
(par défault : none)
• padx, -pady : external padding (par défaut : 0)
• ipadx, -ipady : internai padding (par défaut : 0)
• anchor nw I n I ne I e I se I s I sw I w I center : point
d'ancrage (center par défaut).
Tream 3.3 . 1690 F .240 F .240 F 290 F .340 F .230 F ,600 F .490 F .290 F .240 F ..230 F ,.530 F ,240 F ,430 F .490 F ....79 F F ..150 F ..190 F ,490 F ..790 F .980 F ..590 F .990 F ....290 F ....125 F ...,140 F 120 F ....130 F 1890 F 3790 F ..330 F 1090 F ..540 F ..795 F ..390 F ..390 F ..490 F ..320 F abarits A.D.F.I ripts A.D.F.I .. ffets de Gary ... rapcaux 3D ..... Filtre Wordworth..... xtensions Borders.. xtension TextFx 2.. oteur True type..... Festivités A.D.F.I..... iltre JPEG . ordWorth 6 ..... rganiser r _irectory
Opus . Turbo Cale CD .. Aminet 17, 18 ou 19 Aminet 20 ... Aminet set I ou 2. .. Aminet set 3 ou 4..... TypeSmith .. DrawStudio DrawStudio CD ArtEffect 1.5 ..... ArtEffect 2 . Décollages A.D.F.I ..... L'espace A.D.F.I ...... La mer A.D.F.I . L'alphabet A.D.F.I ...... Coloreliage A.D.F.I .... StormC2 .. StormC3 (2+extensions).. Extension P.OS .. Extension PowerUp .. Extension PowerASM..... HiSoft Dcvpac 3.50.i Icours Ophélie ASM
3.50 Aide Hypertexte 3.50...... Macros ASM 3.50 ..... Encyclopédie : Exec . Encyclopédie : Matériel ..320 F Bien débuter A500+ A600 .... 190 F Bien débuter A1200 A4000...190 F StormpowerASM 3.0 vo .940 F StormWizard 2.0 ..540 F A1200 pack Magic .2850 F A12Û0HD Magic ...3490 F A1300 ...3690 F A1400 . 5190F A1500 ...6790 F A4040 SCSI Magic .....16890 F Écran M1438 ......1940 F Tour Micronik A1200 ...1490 F Tour + Zorro
2 ....2490 F Tour + Zorro 3 ....5490 F Tour A4000+carte fille .3590 F Coque clavier + adapt .....440 F Alimentation 230 W int 490F (Lecteur int. HD A500 .....450 F Version A600 ROM 3.1 ..450 F Version A1200 Comm ....450 F Version A1200 C tour .....450 F Version A1200 Escom ....500 F Version A1200 E tour .....500 F Version A2000 ......550 F Version A4000 ......450 F Lecteur externe HD ..600 F Tous les Jeux ...99 F ecteur CD IDE
8x ..690 F cteur CD IDE I6x 790 F ecteur CD IDE 24x .....1590 F cteur CD SCSI I4x ...1290 F D 1200 Controller .680 F simCDFS ... 490 F 3S 3.1 A500...... 490 F S 3.1 A600 ..490 F S 3.1 A1200 590 F S 3.1 A2000 490 F S 3.1 A3000 590 F S 3.1 A4000 590 F tylus Color 400 .1590 F tylus Color 600 .... 2190F Stylus Color 800 .3190 F able d'imprimante 45 F lotes
A.D.F.I ......190 F pouleur A.D.F.I ..190 F ÎTurboPrint .....460 F kAriadne Ethernet 1590 F Squirrel SCSI 590 F Modem USR Sporter Voice ...970 F Modem USR Sporter Flash.. 1140 F Modem USR Courier Voice. 1890 F Modem USR Numéris ...3590 F Miami ..350 F Net Web 2 ......595 F Modem & Amiga .120 F Internet & Amiga .120 F SIMM à partir de ..130 F Blizzard 1230 950
F Blizzard 1240 .....1950 F lizzard 1260 .....3590 F lizzard 2040 .....2590 F lizzard 2060 .....4190F lizzard SCSI 640 F Copro 50 Mhz 460 F Cyberstorm 68040 ..2590 F Cyberstorm 68060 ..4390 F Cyberstorm SCSI .590 F Cybervision 64 3D .1590 F Cybcrvision ScanDoubler 630 F Picasso IV ....2840 F Lecteur ZIP SCSI ...1170F Coffret + 6 disquettes ZIP ....590 F Epson GT 5000 SCSI ....2490
F Epson GT 8500 SCSI ....3290 F Scanquix (nous appeler) 690 F IBM 2Vj 1,08 GO ...1530 F IBM 3H 3.24 GO ...1740 F Java n a vu que définir des classes ne suffit pas, car on a souvent (pour ne pas dire toujours) besoin de les organiser de façon hiérarchique, avec des classes représentant des concepts génériques (Vaisseau spatial) et des classes dérivées qui permettent de distinguer les différents types (X-Wing, Corelli...). L'héritage permet justement de regrouper des types de données dans des catégories plus générales et de traiter les instances des classes
dérivées comme si elles étaient également instances des superclasses. C'est la principale différence entre les langages procéduraux comme le C et les langages objet comme Java : programmer ne signifie plus décomposer des algorithmes en procédures élémentaires mais concevoir une hiérarchie de classes.
Précisions... Plus formellement, tout ceci signifie qu'une instance d'une classe dérivée peut se substituer à une instance de la superclasse. Cela inclut le passage de paramètres (une méthode qui attend en paramètre une instance de Vaisseau peut très bien recevoir une instance de Xwing) et l'affectation de variables: on peut écrire par exemple: Vaisseau v; MilleniumFalcon mf=new -+ MilleniumFalcon ();-*• v=mf ; -*• mais l'inverse (mf=v) ne marche évidemment pas! Si on fait maintenant
v. afficherType(), on obtient bien "millenium falcon". En
revanche, si on peut écrire mf.vitesseLumièreO,
v.vitesseLumière() ne passera pas. Pourquoi? La variable v est
déclarée du type Vaisseau et non MilleniumFalcon, et ne permet
d'accéder qu'aux membres déclarés dans la classe Vaisseau,
bien que l'objet qu'elle représente en possède plus.
Arrrgh!
Cela pose un nouveau problème. On sait qu'une classe dérivée hérite des membres de sa superclasse, elle peut les modifier et elle peut aussi en définir d'autres.
Supposons maintenant qu'on veuille une nouvelle méthode dessinerVaisseau().
Logiquement, elle sera différente pour chaque classe. Mais on a notre variable v et on veut pouvoir écrire v.dessinerVaisseau(): cela implique qu'il faut aussi définir cette méthode dans Vaisseau... mais comment, quand par définition on ne fait pas la différence entre les types de vaisseaux dans cette classe? Faire une méthode-bidon et compter sur les classes dérivées pour la redéfinir n'est pas propre comme technique.
Les méthodes abstraites On s'en sort à l'aide d'un nouveau concept et du mot-clé abstract. Comme son nom l'indique, il permet de déclarer des méthodes "abstraites", c'est à dire des méthodes qui sont définies dans une certaine classe mais qui ne sont réellement implé- mentées que dans les classes dérivées.
Reprenons les classes de la dernière fois et regardons la méthode afficherType dans Vaisseau : au lieu d'afficher "vaisseau générique" (ce qui ne veut rien dire), il est désormais plus correct de déclarer : abstract public void afficherType ();-*• Cela signifie en gros que cette méthode est certes déclarée dans la classe Vaisseau mais qu'elle n'a un sens que pour les instances des classes dérivées. Cependant, la classe Vaisseau n'est plus complètement définie car elle possède des méthodes non implé- mentées: on dit que c'est une classe abstraite. Elle est donc maintenant définie comme
ci-dessous, le reste du programme étant inchangé.
Abstract class Vaisseau -?
Figure n°2.
Java fait sa rentrée Content de vous revoir, après ces vacances! C'est l'heure de reprendre notre tour du monde Java, pour que l'été prochain vous puissiez draguer sur la plage en tant que développeurs 100% Pur Java. Ça impressionne toujours !
O public void décoller () -?
System.out.println("je décolle") ; abstract public void afficherType ();-*¦ }- On ne peut pas instancier une classe abstraite à l'aide de new. Simplement, elle sert à définir des classes dérivées. Cela nous permet d'écrire v.afficherType() dans attirerVaisseau, bien que cette méthode ne soit pas définie dans la classe Vaisseau.
Programme extensible On a donc une classe abstraite Vaisseau et une DeathStar qui peut attirer tout ce qui est un vaisseau. Une fois le programme achevé, on peut décider de rajouter au jeu les chasseurs Corelli : il suffit d'écrire : class Corelli extends Vaisseau -*• public void afficherType() System.out.println("corelli") ; }-?
Et la DeathStar est immédiatement capable de les attirer, sans qu'on ait à écrire de nouvelles méthodes. Toutefois, on voudrait que les traitements infligés aux vaisseaux par la DeathStar soient différents selon qu'il s'agit d'un vaisseau allié ou ennemi. Rappelez- vous l'article de la dernière fois : la question était pourquoi est-il avatageux d'utiliser une hiérarche comme celle de la figure 2 ? Pour programmer un combat, il faut faire la différence entre les alliés et les ennemis, or la hiérarchie de la figure 1 ne le permettait pas : on pouvait soit manipuler générique- ment les
vaisseaux sans les distinguer, ou alors se pencher sur chaque type de vaisseau en particulier. Ici, on peut en plus séparer les vaisseaux en deux groupes selon leur camp. On veut par exemple qu'un vaisseau impérial redécolle immédiatement de la DeathStar tandis qu'un vaisseau rebelle y reste prisonnier et appelle au secour.
Free Distribution Software 82 rue de Sailly, BP 134, 59453 Lys lez Lannoy Cedex Tél : 03.20.02.06.63 - Fax : 03.20.82.17.99 Ouvert du Lundi au Vendredi de 9h à 18 h Vente par correspondance uniquement.
Pour cela, on modifie nos déclarations, après avoir tapé la nouvelle version de la classe Vaisseau: abstract class Alliance extends Vaisseau -* public void appelerObiwan ( ) -?
System.out.println("Help me, Obiwan Kenobi!") DeathStar etoileNoire=new DeathStar ();-*¦ Xwing xwing=new Xwing ( ) ; Corelli corelli=new Corelli(); 1 etoileNoire.attirerVaisseau (xwing) etoileNoire.attirerVaisseau(corel
li) http: www.fdsoft.com Wordworth 6 Le plus populaire des
traitements de textes Ami sa. Version Française Intégrale !
540 Frs Mise à jour ancienne version de Wordworth :315 F (envoyez les disquettes originales + n de licence) Reprise concurrentielle : Tél.
Périphériques - Amiga Indique un retour ligne abstract class Empire extends Vaisseau -* public void confirmerOrdre ( ) -*¦ System. Out. Println ( "A vos ordres, Darkvador") }- }- class Xwing extends Alliance - public void afficherType() System.out.println("xwing"); } -* }- class Corelli extends Empire -?
Public void afficherType() System, out.println("corelli"); }-?
}- Remarquez que les classes Alliance et Empire sont abstraites: en effet, elles héritent la méthode abstraite afficherType mais ne l'implémentent pas. La classe DeathStar devient alors : class DeathStar -?
Public void attirerVaisseau(Alliance v) -* System.out.println("Vaisseau rebelle capturé:
v. afficherType()
v. appel erObiwan ();- • }- public void attirerVaisseau (Empire
v) -*• System.out.println("Vaisseau impérial : " ) ;~+
v. afficherType ( ) ;-*¦ System.out.println("Autorisé à
décoller")
v. confirmerOrdre ();-*¦
v. décoller ( ) ;-*• }- }- Regardez maintenant ce que ça donne à
l'aide de l'exemple n° 2: class Exemple2 -+ static public
void main(String[]
P) - L'erreur à ne pas faire L'utilisation abusive d'abstract
conduit à un phénomène qu'il faut éviter à tout prix: le
"bubble-up". Un mauvais programmeur conçoit sa hiérarche,
définit des méthodes dans les classes et se rend compte
typiquement à posteriori qu'il aura aussi besoin de les
appeler depuis les superclasses: il les rajoute donc en
abstract et c'est le bubble-up, des méthodes qui remontent
comme des bulles à la surface et on retrouve des déclarations
de méthodes abstraites là où elles ne veulent plus rien dire.
On aura ainsi abstract public void vitesseLumière() dans
Vaisseau alors qu'il n'a jamais été dit que tous les vaisseaux
peuvent atteindre la vitesse-lumière... Il faut donc faire
attention à utiliser les classes avec rigueur et les débutants
doivent toujours appliquer la règle du "plus bas possible":
Primo, élaborez la hiérarchie à partir du haut, en essayant de
reporter autant que possible les déclarations de méthodes pour
les mettre dans les étages les plus bas. Secundo, chaque fois
que vous déclarez une variable, choisissez le type qui
correspond à la classe la "plus dérivée possible", c'est à
dire déclarez des variables aussi peu génériques que pos
sible. C'est ce qui fait la différence entre un logiciel
propre, modulaire et Microsoft Incompréhensible(tm).
Jackub Zimmerman ZQ f) C'fôT £C*J.OK) âXXOP iT Lecteur CD-ROM 12X IDE ATAPI interne (seul) 590 F Nappe IDE en option (différents modèles) NC Squirrel SCSI - Contrôleur SCSI-2 pour A1200 530 F Surf Squirrel - Idem mais plus rapide + Port série 750 F Lecteur CD-ROM Pioneer 12X SCSI Interne 890 F Lecteur CD-ROM Pioneer 12X SCSI Externe L190 F Modem USRobotics Flash - 33.6 - 56 Externe 1.290 F Kit adaptateur Série Amiga + A-Net pour modem 100 F Souris 3 boutons - Haute résolution 149 F Souris 2 boutons - Haute résolution 129 F Lecteur de disquettes Interne HD 590 F (Précisez A1200 4000 Escom ou
Commodore - Monté en Tour ou pas).
Lecteur de disquettes Externe HD (KS 2.4 ET +) 750 F Adaptateur Moniteur M1438S M1538S pour PC 159 F Adaptateur Moniteur VGA pour Amiga 1200 4000 149 F Boîtier avec alimentation pour disque dur 3.5 SCSI 480 F Boîtier avec alimentation lecteur CD-ROM SCSI 350 F Cartes Accélératrices A1200 Blizzard 1230-1V (68030 à 50 Mhz) 890 F Blizzard 1240T ERC (68040 à 40 Mhz - Tower) 1.890 F Blizzard 1260 (68060 à 50 Mhz) 3.190 F Contrôleur Fast-SCSI-2 (Pour Blizzard) 650 F Coprocesseur 50 Mhz pour Blizzard 1230-IV 430 F Blizzard 603E PowerPC 175 Mhz (sans 68030) 2.980 F Blizzard 603E+ PowerPC 200 Mhz +
SCSI (sans 680xx) avec emplacement pour 68040 ou 060 3.690 F Nous consulter pour la disponibilité et les prix des cartes PowerPC pour Amiga 1200, 2000. 3000 et 4000.
Logiciels Organiser V2 Version Française Intégrale 349 F Mise à jour à partir de la version 1 ou 2 249 F (Renvoyer la disquette originale et indiquer le n° licence) AsimCDFS v3.8 - VF- 490F Directory Opus 5 Magellan - Vo- 490 F Master ISO V1.28 (Gestionnaire de graveur de CD) 990 F Miami 2.x enregisté + In-To-The-Net 339 F Network PC + cable 209 F PCX (Emulateur PC - 68020 minimum) 469 F Personal Paint v6.4 - VF - 60 F Personal Paint v7.I CD 259 F Pilotes ADFI - VF - 190 F Studio II Pro-VF- 340 F Turbo Cale v4.0 CD - VF - 490 F Turbo Print v5.x - VF - 460 F CD-ROM AMIGA ADE - Geek & Gadgets 2
(Kit dév. POS) 105 F 79 F 89 F 150 F 199 F 199 F 99 F 139 F 49 F 49 F 129 F 89 F 172 F 199 F 209 F 89 F 69 F 279 F 199 F 169 F 149 F 209 F 279 F 169 F 179 F 179 F 239 F Aminet 18 ou 19 Aminet 20 (Août 97) Aminet Set 1 ou 2 Aminet Set 3 ou 4 ou 5 (juillet 97) Aminet Set 5 (Juillet 97) Amiga CD Développer v 1.1 Amiga Desktop Video CD 2 Amiga Format 16 Amiga Format 17 Amv Resource European Edition Volume 1 APC & TCP Volume 3 Brotkasten Gold Epie Collection Volume 3 Epie Interactive Encyclopedia Of Paranormal Euro CD Volume 2 French Storm - Libre Essai Français The Hidden Truth The History Of The
World Cup Hollywood Studio In-To-The Net (2 Cds) Lighl Rom 4 Magic Publisher Mick Davis’s Cartoons Clip Art
P. OS PreRelease (version CD-ROM)
P. OS PreRelease (version disquettes) Scala Plug In Des dizaines
d'autres CD sont disponibles. Notre catalogue est gratuit !
Sauf indication contraire, les Cds sont en anglais.
Commande sur papier libre. Règlement joint par chèque, mandat. Carte Bancaire par téléphone.
Frais de port CD-ROM & Logiciels : 35 Frs Notre petit programme du mois va nous permettre de tester les événements qui arrivent sur une Applcon pour pouvoir en mettre partout. Le programme tient sur 2 fichiers. Le premier contient les données nécessaires pour créer l'image de l'AppIcon et le second contient le programme principal. Nous allons ouvrir une Applcon (contenant l'image du premier fichier) et une fenêtre (servant uniquement à quitter le programme en cliquant sur le gadget de fermeture). Voici les commentaires : Premier Fichier (appicon.image) : COM 1 : On stocke les points
de l'image dans un tableau.
COM 2 : On créer une variable de type Image qui nous servira à affecter l'image de l'AppIcon. Le nom de chaque champ de la structure est indiqué sur le listing.
COM 3 :A ariable inutilisée, mais qui permet de vous montrer la structure du type DiskObject (nécessaire à la création de l'AppIcon).
Second Fichier (appicon.c) : COM 4 : déclarations et inclusions de fichiers.
COM 5 : Ouverture des librairies et d'un port de message grâce auquel nous recevrons les messages de l'AppIcon.
COM 6 : Ouverture de la fenêtre.
COM 7 : Initialisation de la variable de type DiskObject avec getDiskObject().
(Nécessaire à l'ouverture de l'AppIcon) COM 8 : Copie du tableau représentant les points de l'image, vers le champ "ImageData" de la variable de type "Image".
COM 9 : Création et ajout de l'AppIcon grâce aux données précédemment initiali- sées.
Les Applcons en C Les Applcons sont de petites icônes qui se mettent sur le WorkBench et reçoivent des événements lorsqu'on double-clique dessus ou encore lorsqu'on y déplace une autre icône.
COM 10 : Boucle d'événements.
COM 11 : Attente d'un message sur les deux ports d'écoute (celui d'intuition pour la fenêtre et celui de l'AppIcon) COM 12 : Traitement des messages liés à la fenêtre, (gadget de fermeture).
COM 13 : Traitement des messages liés à l'AppIcon : on affiche les données relatives à chaque message pour information.
COM 14 : Fin de la boucle d'événements (le gadget de fermeture à été pressé) : on retire l'AppIcon (RemoveAppIcon).
COM 15 : On referme toutes les ressources utilisées.
Richard Thibault * Fichier Image : Applcon.image * * COM 1 * USHORT imageDatal[] = OxFFFF,OxFFFF,OxFFFF,OxFFFF,OxFFFF,0 xCOOO,0x0000,0x0000,0x0000, 0x0003,0xC007,OxEOOO,0x0000,0x0000,0 x0003,OxCOOl,0x8000,0x0000, 0x0000,0x0003,OxCOOl,0x8000,0x7C31,0 x8001,0xF003,OxCOOl,0x8000, 0x063B,OxCOOO,0x1803,OxCOOl,0x8000,0 x3E36,OxCOOO,0xF803,OxCOOl, 0x8000,0xC630,0xC003,0x1803,0xC007,0 XE000,0x7B30,OxCOOl,0xEC03, OxCOOO,0x0000,0x0000,0x0000,0x0003,0 xCOOO,0x0000,0x0000,0x0000, 0x0003,OxCOOO,0x0000,0x0000,0x0000,0 x0003,OxCOOO,0x0000,0x0000, 0x0000,0x0003,OxCOOO,0x0618,0x7C77,0
xl860,0x0003,OxCOOO,0x0618, 0xC639,0x9860,0x0003,OxCOOO,0x0330,0 XFE31,0x8CC0,0x0003,OxCOOO, OxOlEO,0xC030,0x0780,0x0003,OxCOOO,0 xOOCO,0x7C78,0x0300,0x0003, OxCOOO,0x0000,0x0000,OxOEOO,0x0003,0 xCOOO,0x0000,0x0000,0x0000, 0x0003,OxCOOO,0x0000,0x0000,0x0000,0 x0003,OxCOOO,0x0000,0x0000, 0x0000,0x0003,OxCOÏC,0x0000,OxOOOC,0 xOOOO,0x0003,OxCOOC,0x0000, 0x0000,0x0000,0x0003,OxCOOD,OxClFl,0 xDClC,0x0FC3,0xD803,OxCOOE, 0x6318,0xE60C,0x0C66,0x3003,OxCOOC,0 x6318,0xC60C,0x0C66,0x3003, OxCOOC,0x6318,OxCOOC,0x0C63,0xE003,0 XC007,OxClFl,OxEOlE,0x0C60, 0x3003,OxCOOO,0x0000,0x0000,0x0007,0
XE003,OxCOOO,0x0000,0x0000, 0x0000,0x0003,OxCOOO,0x0000,0x0000,0 xOOOO,0x0003,0xC060,0x0000, 0x07EO,0x0000,0x0003,OxCOFO,0x0000,0 x0180,0x0000,0x0003,OxCOFO, 0xDE37,0x8180,0xF83E,0xlF83,0xC198,0 x6318,0xC181,0x8C63,0x18C3, 0xClF8,0x6318,0xC181,0x8063,0xl8C3,0 xC30C,0x7ElF,0x8181,0x8C63, 0x18C3,0xC30C,0x6018,0x07E0,0xF83E,0 xl8C3,OxCOOO,0xF03C,0x0000, 0x0000,0x0003,OxCOOO,0x0000,0x0000,0 xOOOO,0x0003,OxFFFF,OxFFFF, OxFFFF,OxFFFF,OxFFFF, ** 0x0000,0x0000,0x0000,0x0000,0x0000,0 xOOOO,0x0000,0x0000,0x0000,0x0000, 0x0000,0x0000,0x0000,0x0000,0x0000,0 xOOOO,0x0000,0x0000,0x0000,0x0000,
0x0000,0x0000,0x0000,0x0000,0x0000,0 xOOOO,0x0000,0x0000,0x0000,0x0000, 0x0000,0x0000,0x0000,0x0000,0x0000,0 xOOOO, 0x0000,0x0000,0x0000,0x0000, 0x0000, 0x0000,0x0000,0x0000,0x0000,0 xOOOO,0x0000,0x0000,0x0000,0x0000, 0x0000,0x0000,0x0000,0x0000,0x0000,0 xOOOO,0x0000,0x0000,0x0000,0x0000, 0x0000,0x0000,0x0000,0x0000,0x0000,0 xOOOO,0x0000,0x0000,0x0000,0x0000, 0x0000,0x0000,0x0000,0x0000,0x0000,0 xOOOO,0x0000,0x0000,0x0000,0x0000, 0x0000,0x0000,0x0000,0x0000,0x0000, 0 xOOOO,0x0000,0x0000,0x0000,0x0000, 0x0000,0x0000,0x0000,0x0000,0x0000, 0 xOOOO,0x0000,0x0000,0x0000,0x0000,
0x0000,0x0000,0x0000,0x0000,0x0000,0 xOOOO,0x0000,0x0000,0x0000,0x0000, 0x0000,0x0000,0x0000,0x0000,0x0000,0 xOOOO,0x0000,0x0000,0x0000,0x0000, 0x0000,0x0000,0x0000,0x0000,0x0000,0 xOOOO,0x0000,0x0000,0x0000,0x0000, 0x0000,0x0000,0x0000,0x0000,0x0000,0 xOOOO,0x0000,0x0000,0x0000,0x0000, 0x0000,0x0000,0x0000,0x0000,0x0000, 0 xOOOO,0x0000,0x0000,0x0000,0x0000, 0x0000,0x0000,0x0000,0x0000,0x0000, 0 xOOOO,0x0000,0x0000,0x0000,0x0000, 0x0000,0x0000,0x0000,0x0000,0x0000, 0 xOOOO,0x0000,0x0000,0x0000,0x0000, 0x0000,0x0000,0x0000,0x0000,0x0000, 0 xOOOO,0x0000,0x0000,0x0000,0x0000,
0x0000,0x0000,0x0000,0x0000,0x0000, 0 xOOOO,0x0000,0x0000,0x0000,0x0000, 0x0000,0x0000,0x0000,0x0000,0x0000,0 xOOOO,0x0000,0x0000,0x0000,0x0000, 0x0000,0x0000,0x0000,0x0000,0x0000, 0 xOOOO,0x0000,0x0000,0x0000,0x0000, ** } ; * COM 2 * struct Image image1 = 0, * marge gauche (LeftHedge)* 0, * marge haute (TopHedge)* 80, * largeur (Width)* 42, * hauteur (Height)* 2, * profondeur (2*2 couleurs) (Depth)* (USHORT * ) imageDatal, * données de 1'image ( ImageData)* 0x3, * (PlanePick) * 0x0, * (PlaneOnOff) * 0, * Image suivante (NextImage) * } ; * COM 3 * struct DiskObject
diskObject = WB_DISKMAGIC, * do_Magic * WB_DISKVERSION, * do_Version * 0, * (NextGadget) * 0, * (LeftEdge) * 0, * (TopEdge) * 80, * (Width) * 43, * (Height) * 0x5, * (Flags) * 0x3, * (Activation) * 0x1, * (GadgetType) * (APTR)&image1, * (GadgetRender) * NULL, * (SelectRender) * NULL, * (GadgetText) * 0x0, * (MutualExclude) * 0x0, * (Speciallnfo) * 0, * (GadgetID) * 0x0, * (UserData) * 0x3, * (do_Type) * NULL, * (do_DefaultTool) * 0x0, * (do_ToolTypes) * 0x20, * (do_CurrentX) * 0x2A, * (do_CurrentY) * 0x0, * (do_DrawerData) * 0x0, *
(do_ToolWindow) * 0x0, * (do_StackSize) * }; * Fichier Applcon.c : Programme principal * * COM 4 * include intuition intuition.h indude exec memory.h indude workbench startup.h indude workbench workbench.h indude stdio.h indude dib exec_protos.h indude dib intuition_protos.h indude dib icon _protos.h indude dib wb__protos.h indude dib dos_protos.h indude "appicon.image" struct IntuitionBase IntuitionBase; struct Workbench Base *WorkbenchBase; struct IconBase *lconBase; void main(void) struct MsgPort *msgport; struct Window *win; struct Applcon *ai;
struct IntuiMessage *imsg; struct AppMessage *amsg; struct WBArg *argptr; struct DiskObject *dobj; ULONC id = 1, userdata = 0; BOOL done = FALSE; int i, imagememsize = 0; printf("ai: entrée n"); r COM 5 * if (IntuitionBase = OpenLibrary("intuition.library",
36) ) if (WorkbenchBase = OpenLibrary( workbench.library ,
36)) if (IconBase = OpenLibrary("icon.library", 36)) if
(msgport = CreateMsgPortO) * COM 6 * if (win =
OpenWindowTags(NULU WALeft, 0, WA_Top, 1, WA_Width, 160,
WAJHeight, 50, WA_IDCMP, CLOSEWIN- DOW, WA_Flags, WINDOWCLOSE
I WINDOWDRAG, WA_Title, "Applcon", TAG_END)) * COM 7 * if
(dobj = GetDiskObject(NULL)) dobj- do_Gadget.Width = imagel
.Width; dobj- do_Gadget.Height = imagel .Height;
dobj- do_Gadget.GadgetRender = &image1 ; * COM 8 *
imagememsize = (imagel .Width * imagel .Height * imagel
.Depth) 8; if (imagel .ImageData = (USHORT *)
AllocMem(imagememsize, MEMF_CHIP)) CopyMem(imageData1,
imagel .ImageData, imagememsize); printf("ai: calling
AddApplcon... n"); * COM 9 * if (ai = AddApplcon(id,
userdata, "Applcon", msgport, NULC dobj, NULL)) printf("ai:
ok, ai = %lx, attente en cours n", ai); * COM 10 * do *
COM 11 * Wait(1 « win- UserPort- mp_SigBit 11 «
msgport- mp_SigBit); * COM 12* while (imsg = (struct
IntuiMessage *) GetMsg(win- Userf)ort)) if (imsg- Class =
CLOSEWINDOW) done = TRUE; ReplyMsg((struct Message *) imsg);
} * COM 13* while (amsg = (struct AppMessage
* ) GetMsg(msgport)) printf("ai: appmsg=%lx, Type=%ld, ID=%ld,
UserData=%ld, NumArgs=%ld n", amsg, amsg- am_Type, amsg- am_ID,
amsg- am_UserData, amsg- am_NumArgs); argptr =
amsg- am_ArgList; for (i = 0; i amsg- am_NumArgs; h-+)
printf(" targ(%ld): Name= %s , Lock=%lx n", i, argptr- wa_Name,
argptr- wa_Lock); argptr++; } ReplyMsg((struct Message *)
amsg); } } while (îdone); * COM 14* RemoveApplcon(ai); } *
COM 15 * else * lai * printf("échec : AddApplcon n");
FreeMem(image1 .ImageData, imagememsize); } else * limagel
.ImageData * printf("ne peut pas allouer de mémoire pour
imagedataNn"); FreeDiskObject(dobj); } else * Idobj *
printf("échec : getDiskObject(NULL)"); CloseWindow(win); } else
* Iwin * printf("échec : openWindow n"); * On fait attention
qu'il n'y ait plus de messages incompris avant de détruire le
port * while(amsg = (struct AppMessage
* )GetMsg(msgport)) ReplyMsg((struct Message *)amsg);
DeleteMsgPort(msgport); } else * ! Msgport * printf("échec :
createMessagePort n"); CloseLibrary(lconBase); } else *
llconBase * printf("échec : openLibrary(icon.library) n");
CloseLibrary(WorkbenchBase); } else * IworkbenchBase *
printf("échec : openübrary(workbench.libra- ry) n");
Closeübrary(lntuitionBase); } else * .'IntuitionBase *
printf("échec : openübrary(intuition.library) n"); printf("ai:
terminé n"); Pourquoi employer des bibliothèques de fonctions
mathématiques ? Comme on a pu s'en apercevoir dans le
numéro précèdent, il est vite ennuyeux de réécrire
systématiquement tout un algorithme à chaque nouveau calcul
(même si ça reste techniquement possible). De plus, la
précision des résultats est très limité lorsque, l'on a recours
à la virgule fixe. Les bibliothèques du système, elles,
fournissent des fonctions déjà toutes faites pour manipuler
des nombres codés en virgule flottante. Dans cet esprit,
l'Amiga dispose de deux types de bibliothèques mathématiques.
Il y a les bibliothèques pour le standard FFP (mathffp.library
et mathtrans.library) et celles pour le standard IEEE double
précision (mathieeedoubbas.library et
mathieeedoubtrans.library). Là où la chose se complique, c'est
que ces deux séries de bibliothèques sont elles-mêmes subdivi
sées en deux familles : les bibliothèques de base et les
bibliothèques de fonctions transcendantales (vous savez, les
très Les bibliothèques de fonctions mathématiques Dans le
numéro précédent,nous avions vu comment compter avec les moyens
du bord, en utilisant uniquement le microprocesseur. Ce
mois-ci, nous allons examiner les bibliothèques de fonctions
mathématiques.
Assembleur ?ue çoæsxifrzoK IUÇÉ ££0 compliquées Sin, Cos, Tan, Cosh, Sqrt, Pow...). Dans cet article, nous n'allons examiner que les bibliothèques FFP, car tout ce que nous dirons au sujet de celles- ci sera valable pour les autres. Il est déjà assez difficile de comprendre la philosophie de la programmation, on ne va pas - en plus - assommer le lecteur avec une pompeuse documentation technique !
Be Quick Or Be Dead FFP signifie Fast Floating Point. Il s'agit d'un format de nombre à virgule flottante établit par Motorola, avec le soucis d'obtenir un bon compromis entre la vitesse et la précision d'un calcul. Ici, les nombres sont codés sur 32 bits, répartis comme suit :
• une mantisse sur 24 bits
• un bit de signe
• 7 bits pour l'exposant Les intervalles de valeur possible pour
les nombres positifs et négatifs sont donc respectivement : [
9 . 22337177*E18
5. 42101070*10E-20] [-9 . 22337177*E18
2. 710500535*E-20] La bibliothèque mathffp.library contient
toutes les fonctions de bases (SPAbs, SPNeg, SPAdd, SPSub,
SPMul, SPDiv, SPCeil, SPFloor,...) et quelques autres qui
permettent des conversions et des tests simples. Par exemple :
SPFix convertit un nombre FFP en sa valeur entière arrondie et
signée sur 32 bits SPFIt effectue la conversion inverse SPTst
teste si un nombre FFP est nul SPCmp compare deux nombres FFP.
Comment ca marche ?
Les appels à ses fonctions s'effectuent toujours suivant le même protocole. Pour les opérations unaires, l'opérande est dans le registre dO. Pour les opérations binaires, l'opérande de gauche est dans dO et celle de droite dans dl.Les opérations binaires se font toujours de la façon suivante : dO=op_binaire(dO,dl ). Le résultat est toujours dans dO. Voici un exemple : ;une opération unaire move.1 0,d0 CALLFFP SPFlt ;ici d0=0 codé en FFP ;une opération binaire move.l nb_enFFP,dl CALLFFP SPAdd ;ici dl=d0+dl en FFP Et toutes les fonctions suivront ce même principe ! Si on a compris ces deux
exemples, on saura utiliser toutes les autres fonctions !... A l'exception d'une : la fonction SPCmp. Cette dernière est plus particulière, car son résultat (dans dO) est 1 si dl dO
- 1 si dl dO 0 si dl = dO Les fonctions de la mathtrans.library
suivent également le même principe. Mais attention, les
fonctions trigonométrique ont des paramètres en radians ! Pour
avoir le détail de toutes les fonctions disponibles, nous
saurons que trop vous conseiller d'aller regarder les fichiers
dans le répertoire include math de votre assembleur préféré.
Double team... La codage développé par l'IEEE, pour les nombres à virgule flottante, répond à la nécessité d'une plus grande précision.
C'est pourquoi les calculs s'y font sur 64 bits (répartis entre 52 bits de mantisse, 1 bit de signe et 11 bits d'exposant).
L'intervalle des valeurs possibles est alors de [2.2E-308 , 1.8E+307] et l'on parle de " calcul en double précision Une petite difficulté vient s'ajouter ici, pour rire. Dans la famille des microprocesseurs de l'Amiga, le 68000 ne dispose que de registres sur 32 bits et aucun sur 64... Ce petit problème est contourné en utilisant deux registres de données, tout simplement. Ainsi, dans tous les appels aux fonctions de cette bibliothèque, il suffit d'utiliser dO et dl pour stocker l'opérande de gauche ainsi que d2 et d3 pour celle de droite. Et toujours suivant le même principe... Pour
illustrer l'utilisation des bibliothèques FFP, voici un petit listing qui effectue le zoom et la rotation d'un carré.
David Mignon ;Ecrit pour Devpac ...Pour Asm-one ajouter ;la directive INCDIR avec le répertoire ;correct et supprimer opt c+,d- ;exemple: INCDIR "Asm-one:include " opt c+,d- include exec execjib.i include intuition intuition.i include intuition intuitionjib.i include graphics graphicsjib.i include math mathffp_lib.i include math mathtransjib.i nb_pt equ 5 Cx equ 160 Cy equ 128 nb_rotequ 19 OPENLIB MACRO lea (pc),a1 moveq 0,d0 CALLEXEC OpenLibrary move.l d0, 2 ENDM CLOSELIB MACRO move.l ,a1 CALLEXEC CloseLibrary ENDM OPENLIB intnom,_lntuitionBase OPENLIB gfxnom,_GfxBase OPENLIB
mathnom,_MathBase OPENLIB mathtransnom,_MathTransBase lea ScreenED,aO CALLINT OpenScreen move.l dO,ScreenEDRast move.l d0,WindowEDS1 lea WindowED,aO CALLINT OpenWindow move.l dO,WindowEDRast bsr init move.w nb_rot,d7 main movem.l d0-d7 a0-a6,-(a7) bsr rotation bsr trace_carre movem.l (a7)+,d0-d7 a0-a6 move.l angle,dO move.l d6,d1 CALLFFP SPAdd move.l dO,angle move.l d0,zoom dbf d7,main bsr cliquer_souris move.l WindowEDRast,aO CALLINT CloseWindow move.l ScreenEDRast,aO CALLINT CloseScreen CLOSELIB _MathTransBase CLOSELIB _MathBase CLOSELIB _GfxBase CLOSELIB JntuitionBase rts init moveq 0,d0
CALLFFP SPFIt move.l dO,angle move.l d0,zoom move.l 10,d0 CALLFFP SPFIt move.l d0,d2 move.l 1,d0 CALLFFP SPFIt move.l d2,d1 CALLFFP SPDiv move.l d0,d6 rts cliquer_souris move.l WindowEDRast,aO move.l 86(a0),a0 CALLEXEC GetMsg tst.l dû beq.s cliquer_souris rts trace_carre move.l ScreenEDRast,a1 lea $ 54(a1),a1 move.l poly1 ,a0 move.w (a0),d0 move.w 2(a0),d1 CALLGRAF Move move.l ScreenEDRast,a1 lea $ 54(a1 ),a1 move.l poly1 ,a0 move.w nb_pt,d0 CALLGRAF PolyDraw rts rotation move.l angle,d0 move.l d0,d7 CALLMATHTRANS SPSin move.l d0,d6 move.l d7,d0 CALLMATHTRANS SPCos move.l d0,d5 move.l
poly,a4 move.l poly1,a5 move.w nb_pt-1,d4 boucle moveq 0,d0 move.w (a4)+,d0 ext.l dO CALLFFP SPFIt move.l d0,d3 moveq 0,d0 move.w (a4),d0 ext.l dO CALLFFP SPFIt move.l d6,d1 CALLFFP SPMul move.l d0,d2 move.l d3,d0 move.l d5,d1 CALLFFP SPMul move.l d2,d1 CALLFFP SPSub move.l zoom,d1 CALLFFP SPMul CALLFFP SPFix add.w Cx,dO move.w dOXaS)-!- moveq 0,d0 move.w (a4)+,d0 ext.l dO CALLFFP SPFIt move.l d5,d1 CALLFFP SPMul move.l d0,d2 move.l d3,d0 move.l d6,d1 CALLFFP SPMul move.l d2,d1 CALLFFP SPAdd move.l zoom,d1 CALLFFP SPMul CALLFFP SPFix add.w Cy,dO move.w d0,(a5)+ dbf d4,boucle rts intnom
INTNAME gfxnom GRAFNAME mathnom FFPNAME mathtransnom MATHTRANSNAME even JntuitionBase dc.l 0 _GfxBase dc.l 0 _MathBase dc.l 0 _MathTransBase dc.l 0 ScreenED dc.w 0,0,319,256,5
dc. b 0,1
dc. w 0
dc. w CUSTOMSCREEN
dc. l 0
dc. l ScreenEDtitre
dc. l 0,0 ScreenEDtitre dc.b "Old Logo Style",0 ScreenEDRastdc.l
0 even WindowED
dc. w 0,0,319,255
dc. b 0,0
dc. l MOUSEBUTTONS
dc. l BACKD ROP! BORD ERLESS! SIM PLE_REFRE- SHIACTIVATE
dc. l 0,0,0 WindowEDSI dc.l 0
dc. l 0
dc. w 0,0,0,0
dc. w CUSTOMSCREEN WindowEDRast dc.l 0 angle dc.l 0 zoom dc.l 0
poly dc.w 50,50,50,-50,-50
dc. w -50,-50,50,50,50 polyl dc.w 0,0,0,0,0,0,0,0
dc. w 0,0 TOUT FAUX Monsieur, J'ai un Commodore Amiga 1200 avec
disque dur de 1 Go et une carte accélératrice 68030 à 28 Mhz.
Mon problème est que je n'arrive pas à décompresser les
fichiers fournis sur vos CD-Rom. Voici ce que je fais :
j'insère le CD dans le lecteur, je double-clique sur son
icône, je sélectionne "Montrer tous les fichiers", je rentre
dans le tiroir Amiga jeux Workbench. Mettons que je veuille
décompresser le fichier Hybrisl .2.Lha (CD-Rom No 41). Une
fenêtre apparaît avec l'inscription " Entrez les arguments de
la commande ".
Dans la zone d'édition, je remplace le nom du fichier par Lha "CDPCTeam 41 :Z_Amigajeux" Hybrisl .7.lha ". On me demande alors d'insérer le volume " CDPCTeam41 : " et on me dit que la commande est inconnue. Et quand je remplace Lha par Lha x, le résultat est idem ! Pourtant la commande Lha est bien dans le tiroir C de mon Workbench... En plus, le CD n'apparaît à l'écran qu'après avoir remonté son icône par les flèches. Mais on ne voit plus très facilement les icônes permanentes ! Et pour finir, pourquoi est-ce qu'on me demande de ré-insérer une disquette Dream quand j'exécute un
fichier à partir de la copie de celle-ci (qui, en plus, change de nom : Dream39 devient Dream39Bis...) ?
Frédéric, Ste Geneviève des bois.
Aussi surprenant que cela puise paraître; cette lettre est pourtant la preuve qu'il existe encore de super-néophytes sur Amiga. Une fois n'est pas coutume, nous allons nous attarder ce mois-ci sur ce cas, relativement original.
Tout est correct jusqu'à ce que Frédéric arrive au fichier Hybrisl.7.lha. Ensuite, il ne nous dit pas comment il a fait pour que la fenêtre "Entrez les arguments de la commande" apparaisse. Remarquez, ce n'est pas bien grave, il n'y a qu'un moyen d'arriver à cette fenêtre : en double-cliquant sur le nom d'un fichier. Mais là, on se demande QUI a bien pu lui dire de double- cliquer sur le nom du fichier ?
Dans notre rubrique CD, nous précisons bien (depuis plus d'un an et demi) qu'il faut ouvrir une fenêtre Shell (sélectionner le menu " Workbench Exécuter une commande " et taper "Newshell").
Mieux, où est-il allé chercher une ligne de commande pareille (Lha "CDPCTeam41 :Z_Amigajeux" Hybrisl.7.lha) ? Si on relit bien la collection de Dream des trois dernières années, on s'aperçoit qu'il faut taper (dans une fenêtre Shell) Lha x nom du CD- Rom : nom du tiroir nom du sous-tiroir nom du fichier .
Tout d'abord, il se trompe en omettant de taper le "x". Car si "Lha" lance un programme de compression décompression, le "x" est le seul paramètre de cette ligne qui signifie que Ton veut décompresser un fichier (extraire). Ensuite, on se demande pourquoi il ouvre les guillemets, leur présence n'étant requise que lorsque le nom d'un fichier ou d'un disque comporte un espace (par exemple "Ram Disk"). Remarquez que cela aurait quand même pu marcher... Si les autres guillemets avaient été placés à la fin de la ligne de commande et pas en plein milieu ! Quatrième erreur, le nom du CD-Rom.
Nous n'avons JAMAIS publié de CD-Rom s'appelant "CDPCTeam41 ". C'est bien simple : le Workbench affiche le nom d'un disque SOUS son icône (à noter qu'il en va de même sur tous les autres ordinateurs du monde). En l'occurrence le nom du CD est "Dream41 ".
Cinquième erreur : le tiroir Z_Amiga n'existe plus depuis que le CD-Rom est fourni en couverture de Dream. Il existe une astuce pour ne pas se tromper : lorsqu'on sélectionne "Fenêtre Montrer Tous les fichiers" cela signifie que l'Amiga nous montre tous les fichiers dans la fenêtre (d'ailleurs c'est écrit en français). Si le tiroir Z_Amiga n'apparaît pas, cela signifie qu'il n'existe pas. Idem pour ce bizarroïde "Amiga jeux".
La commande correcte est donc : Lha x Dream41 Amiga Jeux Workbench Hybris 1.
2. Lha.
Nous devinons que par "Remonter les icônes avec les flèches", Frédéric doit vouloir nous dire que son Workbench apparaît dans une fenêtre et qu'il doit bouger les ascenseurs pour voir toutes les icônes. Comme expliqué dans le "manuel de l'utilisateur" livré avec chaque Amiga, il suffit de sélectionner "Workbench mis en arrière plan", pour que le Workbench prenne tout l'écran. Enfin, un programme qui demande à ne s'exécuter qu'à partir d'une certaine disquette, ne s'exécutera vraiment qu'à partir de celle-ci ou, du moins, de sa copie parfaite. Voilà pourquoi nous avions expliqué pendant
plus de deux ans dans la rubrique "Ne soyez pas cave" qu'il faut toujours renommer (menu "Icône Renommer") une disquette "Copy_of_Dream39" en "Dream39" tout court.
MISSION IMPOSSIBLE Bonjour Dream, Comment faire pour avoir de la Mmu sur mon 1200 (je possède une carte interne Tbd de mémoire Fast, mais sans carte accélératrice) ?
Gauthier, Limoges.
Le microproceseur du 1200 est un 68EC020, lequel ne peut en aucun cas reconnaître la présence d'une Mmu (composant 68851). La seule solution est d'acquérir une carte accélératrice avec un microprocesseur qui ne soit pas EC (68020, 68030, 68040, 68060, mais PAS 68 ECO 30, 68EC040 ni 68EC060). En revanche, vous pouvez tout à fait insérer un coprocesseur arithmétique (Fpu, référence 68881 ou 68882), sans même avoir besoin de carte accélératrice : un emplacement est prévu sur la carte mère !
ECRAN MOCHE Monsieur, Je possède un Amiga 1200 Escom. Mon problème est que je n'arrive pas à afficher une autre résolution que le Pal ou le Ntsc sur mon écran M1438S. Par exemple, des effets de réverbérations apparaissent avec les modes HighGFX (1024x384) et Super72. Au bout d'un moment l'image se stabilise, mais le défaut ré-apparaît au premier Reset.
Jean-Marie, Marseille.
Le moniteur M1438S est un écran multisynchro qui, dans la théorie, accepte toutes les résolutions de l'Amiga. Son avantage est donc de permettre à la fois l'affichage des jeux et celui des applications en hautes résolutions. Dans la théorie. Car dans la pratique, les bidouilleurs de l'Amiga ont bien compris que Ton pouvait tirer dans tous les sens les résolutions en faisant varier les fréquences (Hz pour le nombre d'images par seconde, Khz pour la vitesse du rayon lumineux qui frappe la surface vitrée du moniteur). Or, ces fréquences bidouillées ne sont pas forcément acceptées par tous
les moniteurs, et pas non plus par toutes les versions d'un même moniteur. A titre d'exemple, les modes Super72 et HighCFX sont les plus difficilement affichables.
La solution idéale pour un 1200 + M1438S est le mode DpIPal Haute résolution sans scintillement avec un Overscan monté au maximum. On obtient alors une image très stable en 720x550 (nous vous conseillons de rester en 16 couleurs, car en 256 couleurs ça devient lent, même avec une carte accélératrice). A partir de ce moment il y a deux solutions. Soit les modes DbIPal et DbINtsc sont affichés sans problème sur votre écran.
Dans ce cas, vous disposez d'une version malheureusement limitée du MI4 38S. Tentez quand même de déplacer le pilote VgaOnly du tiroir devs moni- tors au tiroir Storage monitors (ou inversement) et de cocher les options Eviter scintillement et Mode promotion dans la préférence Icontrol. Soit les modes DbIPal et DbINtsc ne passent pas du tout ou présentent une image très peu stable. Dans ce deuxième cas, le problème vient de votre câble vidéo ou de l'adaptateur qui transforme le connecteur vidéo DB25 en connecteur Vga (si vous en possédez un). Certains de ces câblages ne laissent pas
passer la totalité des fréquences. Seule solution : acheter un autre câble.
BONNE BLAGUE Bonjour, Serait-il possible que la distribution Debian m68k pour Amiga et Atari soit présente sur le prochain CD ?
Christian.
Honnêtement; on aimerait bien.
Malheureusement, si la distribution Debian de Linux pour Amiga et Atari est belle et bien en cours de préparation, sa sortie n'est en revanche pas prévue avant la mi-98.
ALTERNATIF COMPATIBLE ?
Bonjour, Utilisateur depuis une dizaine d'années de Pc sous Dos et Windows, je cherche à élargir mon horizon informatique, ne serait-ce que pour sortir de la course au surarmement financier de Microîoft lntel. C'est pourquoi je viens tout juste de m'abonner à votre revue qui, soit dit en passant, m'enchante littéralement. Outre vous faire part de mes félicitations, j'écris aussi afin de vous transmettre quelques unes de mes interrogations. Tout d'abord, existe-t- il des compatibilités entre les applications des systèmes alternatifs et celles de Windows ou MacOS ? Ensuite, quelles appli
cations du MacOS ou de Windows l'Amiga peut-il exécuter ? Peut-on installer plusieurs 05 sur une même machine ?
Quel type d'Amiga me serait nécessaire pour disposer d'un équipement de haut niveau, c'est-à-dire qui puisse faire du traitement de texte, lancer des jeux, utiliser des CD-Rom et piloter un scanner (pour la Pao) ?
Bernard, Amiens.
Au niveau des applications, tous les OS travaillent avec les mêmes formats de données (fichiers images, textes, sons, vidéos, etc.) et cela ne pose pas de problème de récupérer sur Amiga un document créé sur Pc.
A noter tout de même que, pour une raison que la raison ignore, Microsoft aime à changer de format de fichier à chaque nouvelle version de l'un de ses logiciels. Et les applications des OS alternatifs n'arrivent pas toujours à suivre... Pensez donc à toujours sauvegarder un texte ou un tableau dans un ancien format de Word ou d'Excel pour être sûr de l'obtenir correctement sur Amiga. Dans la théorie, l'Amiga ne peut exécuter aucune application de Windows ou de MacOS. Dans la pratique, l'Amiga peut tout à fait fonctionner sous MacOS (donc lancer toutes ses applications, y compris les
jeux) grâce au logiciel Shapeshifter et, ce, sans ralentissement aucun. On peut tout à fait installer plusieurs OS sur une même machine, du moment qu'ils lui sont tous adaptés. Par exemple, un PC peut faire tourner Windows 95, Windows NT, OS 2, Linux et OpenStep.
L'Amiga, quant à lui, s'accommode fort bien de l'AmigaOS, pOS, MacOS et Linux. Le Mac; enfin, peut tourner sous MacOS, BeOS et Linux. Pour l'instant. Les constructeurs nous promettent d'élargir cet éventail à l'avenir.
Chers lecteurs, le forum lecteurs de Dream est votre rubrique !
Surtout, n 'hésitez pas à nous poser vos questions, émettre vos critiques ou commentaires, nous nous ferons un plaisir de vous répondre.
A bientôt Dream forum - 16, rue de La Fontaine au Roi 75011 Paris Ah ? Sur Pc vous avez besoin d'un équipement de haut niveau pour faire du traitement de texte ? A l'heure actuelle, l'idéal est un Amiga 4000 ou 1200 monté en Tower (pour avoir la place de disposer tout un tas de périphériques et autres cartes d'extension). Pour de bonnes performances, son microprocesseur doit être de type 68040 (on trouve des composants dits "recyclés " pour très peu cher, les 68040ERC) et vous devez disposez d'une carte Scsi (pour le scanner). C'est tout ! Pour le reste, (barette Simm 16 Mo de RAM, lecteur
de CD-Rom x4, moniteur VCA 15 pouces, disque dur d'1 Go voire juste 540 Mo... Tout ce qu'il y a de plus standard i), faites plutôt vos emplettes chez les revendeurs Pc car tout est standard et les prix sont bien moins chers que dans le monde Amiga. Si vous tenez absolument à faire de la Pao (logiciel Pagestream), optez en plus pour une carte graphique (nous vous conseillons la Cybervision 64 3 D). A noter que vous ne trouverez plus sur Amiga de jeux aussi impressionnants que les titres disponibles sur Pc. Nous conseillons d'ailleurs à nos lecteurs avides de produits ludiques révolution
naires de se tourner plutôt vers la Playstation.
UNE FILLE !
Salut à toute l'équipe, Ne possédant qu'un Amiga 500 de base, comment le booster ? Y aura-t-il toujours des problèmes de lenteur avec un disque dur ? Aimant la programmation, existe-t-il des logiciels et des livres traitant du langage Ascii ?
Laurence, Montigny.
Soyons clairs, l'Amiga 500 n'existe plus depuis belle lurette et les extensions qui lui sont destinées ont cessé d'évoluer à partir d'un certain moment. Un 500 boosté au maximum comprend une carte accélératrice 68030 à 50 Mhz avec 8 Mo de Fast Ram et contrôleur Scsi (carte Gvp... 530 ?), un disque dur Scsi standard (de la capacité que vous voulez, tous sont acceptés), les composants électroniques de la Rom Kickstart 3.1 (et les disquettes Workbench 3.7 qui vont avec), un lecteur de CD-Rom Scsi, un lecteur de disquette HD (qui remplace le lecteur interne), un modem pour se connecter à
Internet, une imprimante jet d'encre Canon, ainsi qu'une extension mémoire interne de 512 K (1 Mo si c'est un 500+) avec horloge. Vu leur âge, toutes ces extensions ne se trouvent plus que dans les petites annonces. On dispose alors d'une machine pas trop mal, mais qui reste encore loin des performances des ordinateurs d'aujourd'hui (pas de mode 256 couleurs, mémoire limitée à 10 Mo, vitesse maximum moyenne). Si les problèmes de lenteur dont vous faites mention sont ceux du temps de chargement d'un logiciel sur disquette; alors oui, le disque dur va donner un sacré coup d'accélérateur à
votre utilisation quotidienne ! Le langage Ascii ? L'Ascii n'est pas un langage mais un format de fichiers : il représente un texte sous sa plus simple forme (une succession de lettres). Pour débuter, nous vous conseillons le langage Amos Pro, qui exploite de surcroît toutes les possibilités de Vamiga 500.
ET LE JEU SUR AMIGA ?
Bonjour, Je regrette la disparition de l'espace lecteurs (BD, livres, etc.) et de la rubrique Dp. Je tiens à signaler que j'achète Dream parce que c'est d'abord un magazine de jeux. Que sont devenus les jeux cités dans vos avant-premières ?
Avec le rachat de l'Amiga par Gateway, le Walker sera-t-il enfin commercialisé ?
Anonyme.
Désolé, mais l'espace lecteurs ayant été des plus critiqués, nous avons l'avons fait disparaître pour économiser de la place. En ce qui concerne les Dp, ils n'ont pas du tout disparu du magazine ! Bien au contraire, une place de choix leur est faite au sein de la rubrique Labo, aux côtés des produits commerciaux.
Seule différence, nous ne testons désormais que les meilleurs.
Dream un magazine de jeux ?
Vous voulez sans doute parler d'Amiga Dream, notre ancien- ne-ancienne-ancienne-ancienne formule ? Depuis lors, nous sommes surtout tournés vers l'actualité en générale des systèmes alternatifs (c'est écrit sur la couverture). Que reste-t-il du jeu, alors ? Soyons francs : bien sûr, des tonnes de titres rivalisant avec les dernières productions sur Pc existent pour Amiga (très impressionnants, ils exploitent toutes les cartes accélératrices et graphiques). Mais on ne les trouve qu'en toute illégalité sur des sites Internet pirates... Car aucun éditeur ne semble décidé à les publier !
C'est pourquoi le jeu garde, proportionnellement parlant, la place qu'il mérite dans nos pages, c'est à dire beaucoup de previews et très peu d'actualité. Le Walker ?
Ce prototype fantaisiste qui n'a jamais fonctionné et qu'Amiga Technologies exhibait juste pour masquer le fait qu'aucune machine n'était en cours de développement ?
FACILE ?
Monsieur, je voudrais juste savoir s'il est possible de brancher un lecteur de CD-Rom et un modem sur mon Amiga 500.
Sébastien, les Barils.
Bien entendu. Il suffit juste d'avoir un disque dur pour stocker dès le démarrage tous les pilotes adéquats. Et pour brancher un disque dur, il faudra - avant - acheter une carte contrôleur de disque dur. Et pour que les pilotes fonctionnent, il faudra aussi installer le Kickstart et le Workbench 3.1. Juste un truc : le tout vous coûtera environ 4 fois plus cher qu'un bon 1200HD d'occasion. Un ordinateur est dépassé tous les 18 mois. L'Amiga 500 a 12 ans.
C'est un Amiga, mais tout de même... BIZARRE Salut la Dream's band, Le lecteur de disquette du 1200 que j'ai acheté d'occasion ne veut lire que des disquettes Ms Dos. Pourquoi ?
Stéphane, Fontenay le Comte.
Soit vous avez un Commodore Amiga 1200 avec un lecteur de disquette Pc, soit vous avez un Escom 1200 avec un lecteur Amiga. Il y a deux types de standard et vous n'avez pas le lecteur qui correspond au vôtre.
Vérifiez votre version de 1200 et courrez acheter le bon lecteur.
Petites annonces VENTES Vds Al 200 + HD 80 Mo + jeu = 1 100 F, CD Rom 6x = 500 F, Modem 14,4 = 400 F. Imprimante = 400 Frs ou le tout pour 2 200 F app.
Ludo au 05 56 30 98 57.
Vds lot 14 jeux originaux A500 : 400 Frs, Nigel. Mansell Al 200 : 60 Frs, CD DP CD-32. Frédéric au 04 77 28 74 10. Achète CD Amiga.
Vds Al 200 HD 80 Mo + écran 1083S + souris + nbreux jeux et utils + CD-Roms ; 1 500 F à débattre (TBE). Tél. : 01 34 74 64 54 (18h - 21 h).
Vds Blizzard 1230 IV + copro 50 Mhz + 8 Mo de ram + horloge Prix : 1 000 F. Frais de port inclus. David au 03 80 45 43 90.
Vds GVP 68030 40 Mhz + copro + 4 Mo ram 60ns : 700 F - DD 1 70 Mo 50 % plein - 2,5 p : 300 Frs. Tél. : 03 80 58 26 93.
Vds Al 200 + DD540 Mo + 100 DP + Amos + revue Dream n° 1 à 41 + nobr jeux + joystick + manuel le tout 2 500 F à débattre, Joël au 03 27 60 65 77.
Vds Al 200 2 Mo DD 210 Mo + écran + imprimante 24AIG. (+ ruban neuf) + nbrx disket. Prix : 2 800 F. Tél. : 01 39 19 5391.
Vds Al 200, Blzd 4 Mo copro 50 Mhz, DD210 Mo, Overdrive, lect.
Ext. Ecran, imprimante, jeux, utils, demos, dream, concept 2 500 F au 01 39 85 35 24.
Vds Al 200 + lecteur externe + 6 jeux VO 1 250 F + frais de port, DD 820 Mo plein 1 000 F + frais de port. Tél. : 03 21 43 72 52.
Vends ordinateur Amiga 500 4 Mo.
Prix : 500 F, Vends boitier disque dur 300 F. Tél. : 01 43 71 00 48.
Vds Genlock Amiga 500+ PAL réglage RVB + Softs titrages + effets + Scala 500 bon état 500 F. Tél. 02 99 62 72 23.
Vds Amiga 1200 HD 540 Mo - 6 Mo ram-nbrx logiciels - Prix : 1 200 F. Tél. : 04 90 35 18 83 Demander Brice.
Dream est édité par Posse Press, SARL au capital de 250 000 francs, 16, rue de La Fontaine au Roi, 75011 Paris.
Directeur de publication : Romain Canonge Tél : 01 53 36 84 25 Directrice de la rédaction : Christine Robert Tél : 01 53 36 84 24 Responsable publicité : Hélène Blondel Tél : 01 53 36 84 20 Directeur des projets multimédia : Fred Botton fbotton@hol.fr Tél : 01 53 36 84 12 Assistante de direction : Valérie Ambrosio Tél : 01 53 36 84 11 Secrétaire générale : Anna Vincent Renseignements : (techniques, abonnements et VPC de 10hOO à 12h30) Tél. : 01 53 36 84 18 Télécopie : 01 43 55 66 68 Rédaction Tél : 01 53 36 84 15 Email : yserra@club-internet.fr Rédacteurs en chef adjoints : Yann Serra Geoffroy
Marty On collaboré à ce numéro : Cédric Coulon, David Curé, David Feugey, Guillaume Girard, Emile Heitor, Guillaume Louel, David Mignon, Vincent Oneto, Fred Pesch, Richard Thibault, Jakub Zimmerman.
Directeur artistique : Pierre-Yves Roudy Tél : 01 53 36 84 28 Email : pyroudy@hol.fr 1" rédacteur graphiste : Catherine Paire Tél : 01 53 36 84 27 Rédacteur graphiste : Véronique Belpois Tél : 01 53 36 84 27 Illustrateur : Christophe Bardon Fabrication Photogravure : La station graphique Impression : Leonce Deprez Réassort : Distrimédia (Toulouse) 05 61 40 74 74 Diffusion : MLP Dépôt légal : à parution Commission paritaire : n°75364 Représentant légal : Romain Canonge.
Associés principaux : Romain Canonge, Christine Robert.
Droits de reproduction : Copyright 1997 - Posse Press Toute représentation ou toute reproduction intégrale ou partielle du magazine, toute utilisation du logo de Deam ne peuvent se faire sans l'accord de l'éditeur. L'envoi de textes, photos, logiciels à l’éditeur implique l’acceptation par l'auteur de leur libre publication. Sauf accord spécial, les documents ne sont jamais restitués. L'éditeur décline toute responsabilité quand aux opinions formulées dans les articles, celles-ci n'engageant que les auteurs. Les marques citées appartiennent à leurs propriétaires respectifs. Leur citation est
faite sans aucun but publicitaire et ne signifie en aucun cas que les procédés soient tombés dans le domaine public.
Posse Vds pour Amiga, moniteur 1083 : 400 F - DD - Seagate 100 Mo : 600 F
- Barette - 4 Mo : 150 F - epsonlq 100 : 500 F - CD-Rom : 40 F -
Tél. : 05 53 04 59 91.
Matériel Amiga neuf moins cher ?
Ex : lect. CD Pionner X 12 : 680 F, propose aussi des PC Complets à la carte Tél. : 06 80 52 02 56 Amiga 500 ext. 1 Mo + alim. + souris + joystick + Manuel français + jeux bonne état 800 F, Tél. : 01 47 52 15 26.
Vds Al 200 + Pad CD-32 + Jeux + Docs : 1 200 F DD 120 Mo 350 F écran + Filtre : 500 FTBE A500 3Mo + jeux 800 F, Tél. : 02 35 87 86 52.
Vds Blizzard IV 030 50 Mhz + 4 Mo à réparer ss gar. à déb. Rech. Rom
2. 0 et HD IDE 200 Mo . Sylvain au 02 99 37 33 85.
Vds Al 200 Tower + Blizzard 1230 50 Mhz + 16 Mo ram + CD-Rom 4x + HD 250 Mo + Nomai MCD 540 Mo + 1083 S. Sébastien au 05 55 35 99 75.
Vds carte mem 8 Mo 750 F, CD 1200 controller 400 F, Rom 3.0 200 F ou éch. Contre monit. 1438 + cherche contacts a 1200 Tél. : 03 44 78 92 06.
Vds ext. Mem. Al 200 4 Mo : 300 F HD 40 Mo : 200 F. Tél. : 05 45 24 90 12.
Vds HD 1.6 Go = 1200 F. 1.2 Go = 1000 F. Jeux orig. : WormsTDC, Minskies, Dawn patrol, Thème par- kage, Swow 97 : 80 -100 F. Tél. : 03 21 65 55 22.
Vds A500 1 Mo + Lect. Ext. 3'5 + nbx log. Emb. D'orig ! + Jx orig. (Swos, Dune2, Elfmania...). Micro + jeux 790 F. Stéphane 05 57 84 44 52.
Vends Amiga 500 + Moniteur 10845 + extension 512 Ko + 2 joysticks + périphériques divers, contacter Guy au 03 88 32 30 30.
Vds HD + CD-Rom + graveur + Ram + Modem + Moniteur très très bon état bas prix + Jeux AGA. Fred au 01 69 06 22 46 après 18 h 00.
Vds Amiga 1200 + moniteur + CD- Rom + Squirrel + HD 300 Mo + Trackball + nb jeux utils mag. Livres.
Prix : 3 500 F Tél. : 02 35 23 14 84.
Vds DD 2'1 2 80 Mo = 270 F port inclus, Frédéric au 05 45 85 55 42.
(Weekend uniquement, merci !).
Vds Al 200 Tower +030 2 8 Mhz + Copro 8 Mo + souris + pad, HD 1. 7 Go, CD-Rom X 4. Nbx utils et jeux.
Kit connect Internet, 4 500 F à débattre Tél. : 02 31 47 55 04.
Vds imprimante jet d'encre N B Commodore MPS 1270 à très peu servie : 700 F, Tél. : 02 35 91 33 13.
Vds Al 200 + DD SCSI 21 Go + CD 4,4 + carte 1230 IV + 24 Mo + copro 6882 + disks + CD + originaux + mags + manette + mon 1083S = 8 000 F. Tél. : 03 27 34 86 25.
Vds Al 200 Tower + CD-Rom 4x + DD520 Mo + souris + joystick + nombreux CD-Roms + très grand nombre de jeux + 36 numéros de Dream. Le tout cédé 4 000 F. Tél. : 04 77 83 89 52 Après 19 h 00.
Vds A1200 + 1085 S + Disks + joystick : 1 250 F, A500 + 1085S + Disk + joystick : 650 F. DD340 Mo IDE 3'5 : 450 F. Tél. : 01 4523 1581.
Vds A4030 14 Mo + SCSI 700 Mo 5 000 F. A4040 18 Mo + SCSI 700 Mo + 1960 12 000 F. Hervé 03 27 92 75 44.
Vds Amiga 1200 Tower Maxi CD x 2 DD 850 Mo Blizzar D50 Mhz 8 Mo + nbx jeux + utils disk CD-Rom 3 500 F. Tél. : 03 23 96 35 84.
Demander Alain Ap. 18h.
Tarif des PA Abonné Dream Insertion maqazine Dream 0F 20F Option couplée maqazine PC Team (+15F) (+15F) Option en gras M0F) (+20F) Total Envoyez votre règlement (selon les tarifs ci-dessus) par chèque à l'ordre de Posse Press PA, 16, rue de La Fontaine au Roi, 75011 Paris. La vente ou l'échange de logiciels concerne uniquement les originaux. Dream se réserve le droit de refuser toute annonce. - Rubriques : ? Achats J ventes ? Contacts - Système : ? Amiga ? Linux ? Autre i 1 i i Vds jeux CD-32, 100 F. pièce port compris Ach. Ram, Vds CD-Roms récents, Tél. : 04 71 43 24 28. (Rémi).
Vends CD-Rom Redneck rampage achèté le 10.06.97, très peu servi prix : 230 F. Tél. : 04 94 89 04 29.
Après 19h. Audrey Vds P90 Multimédia 2 disque dur carte graph. 24 Bit carte acqui.
Vidéo Micro DC1 Win 95. Tél. : 02 40 26 01 29 ACHATS Ch. Cartouches Syquest. 44 - 88 Mo + contacts Amiga sur Dijon. 03 80 73 47 33 (le soir demander Richard) ou 03 81 57 63 82 (Gil).
Achète notice français : Dogfight + Night hawk F117A + Armour ged- don + logiciels Loto et Lotocalc faire offre au 03 24 22 21 18.
Recherche extrension Ram complète, pour Al 200 (je n'ai pas de carte) au moins 2 Mo Prix à déb. Tél. : 03 83 31 75 17.
Ach. Originaux : Hired guns, Carton rouge, Bloodnet, Swos 96 97.
Le tout pour A600 ; Té I. : 03 22 77 06 82.
Cherche orig : Hired-guns, Ufo (+ manuels). Cherche ext. 1 Mo pour A600. Faire offre au 03 22 77 06 82 après 17 h 00 Demander Thierry.
Ach. Blizzard 1230, HD 21 2, Graffiti, CD-ROM et originaux divers (sim,...) faire offre Thierry au 03 20 93 19 33.
Achète logiciels T. de T. et de dessins pour Amiga 600. Env. Liste, Carine Renard, Landrejard, 35270 Combourg.
Achète jeux originaux de Reunion, Armourgedon II ou I, Elite III, Campaign II. Tél. : 03 87 86 91 04.
Achète Dungeon master sur Amiga 500 (ou pak dm + csb). T.B.E. région parisienne, johnny Grasset, 9, rue E. Degas, 94000 Creteil Cherche lecteur CD-Rom SCSI interne. Etudie toutes propositions. Tél. : 04 93 87 07 39 ou écrire à Guedj Fabrice, 1 36, bd Gambetta, 06000 Nice. Réponse assurée.
Cherche pilote d'impr Hp pour Amiga plus jeux, Simonn le sorcier, Short grey, Scrabble, etc pour Amiga 500 Tél. : 03 84 29 06 15. Botelli Fabrice, 25, Fbg de Belfort, 90200 Giromagny.
CONTACTS Cherche contact A600 A500 pour échanges serieux, envoyer liste à Blondel Dany, 3, Voie henri Dunant.
59 760 Grande Synthe.
Decu PC ch. Contacts pour conversion compatible sur matériels OS alternatifs. B Branche, 20, rue Allart 80000 Amiens.
Cherche Amigaïste internaute pour la récupération et le décompactage du Freeware util wb imorse.LHA. Tél. : 04 79 59 68 45 vers 19 h 00 Demander Julien.
Cherche contacts sur Al 200 sympa et serieux. Tél. : 03 20 93 19 33 Thierry après 18 h 00.
Cherche contacts A1200 A4000 sur la côte d'Azur désirant faire évoluer cette fantastique "bécane"... Tél. : 04 93 87 07 39 ou écrire à Guedj Fabrice, 1 36, bd Gambetta, 06000 Nice. Réponse assurée.
Cherche contact dans les P.O et ailleurs Al 200 avec sans CD gravez
J. F. 7, rue Med de la Résistance, 66000 Perpignan. Rép. Ass.
L'Amiga n'est plus compétitif pour les jeux ?
Voire ! Deux démomakers ont mis le paquet pour démontrer le contraire... Connaissez-vous Quake et Duke Nukem 3D ? Ce duo constitue le nec plus ultra en matière de jeux d'action, d'un point de vue technologique mais aussi... Marketing !
Suites logiques du fameux Doom, Quake et Duke nukem 3D suivent un principe diaboliquement simple : progresser au travers d'une multitude de couloirs tortueux et massacrer les aliens qui barrent notre chemin. De part leur conception toute en 3D (on voit au travers des yeux du héros), ces deux produits demandent, plus que tout autre logiciel, un maximum de vitesse de calcul. Si bien que leur notoriété a vite été fondée sur l'étalonnage : l'ordinateur sur lequel ils seront le plus fluide dans la plus haute résolution, sera le meilleur ordinateur. Ce phénomène existe depuis Doom. Seul
problème, ni Doom, ni Quake; ni Duke nukem 3D ne sont sortis sur Amiga. La première raison est que leurs programmeurs ne connaissaient que le Pc. La seconde est que, forts de leur notoriété, ces mêmes programmeurs ont revendu la licence de leurs jeux au prix fort. Si Sony et Nintendo ont eu les moyens financiers d'offrir une adaptation de Doom à leurs consoles, Commodore, Atari, Acorn et même Sega ont été contraints de s'en passer. La réaction des consommateurs a été sans équivoque : Doom ne fonctionne pas sur Amiga ? L'Amiga est donc dépassé ! Quant à Quake ou Duke nukem 3D, la
génération suivante, ce ne sera même pas la peine d'y penser... Et pourtant... C'est à ce moment qu'intervien- nent deux démomakers du monde Amiga : Max du groupe Digital corruption et Graham du groupe Oxyron. Depuis janvier dernier, ces deux programmeurs ont investi tout leur temps dans l'adaptation des plus populaires jeux d'action 3D sur Amiga. Le premier, Max, a récupéré sur Internet les codes source (le listing) en langage C de Quake.
Selon lui, il lui aurait fallu apporter juste quelques modifications pour que le jeu veuille bien se lancer sur Amiga. Quelque soit la profondeur de son travail, le résultat est là : Quake tourne désormais sur Amiga (son nom est AmigaQuake) ! Et le produit est absolument identique à sa version originale : textures, couloirs, emplacements et combativité des monstres, passages secrets... Même les cheat modes marchent ! Bien intentionné, notre programmeur s'est empressé de montrer son travail à l'éditeur Id software, créateur de Quake, dans l'espoir que celui-ci veuille bien enfin publier
le jeu sur sa machine. La réponse d'Id software fut menaçante : "Nous ne publierons jamais Quake sur Amiga car; vu le nombre d'Amigaïste, on ne gagnerait pas assez d'argent.
Quant à vous, vous êtes un pirate qui a touché à notre propriété intellectuelle et nous allons vous faire un procès".
Quelles performances ?
Les meilleurs résultats s'obtiennent en faisant tourner ces deux adaptations sur un microprocesseur 68060 et une carte graphique moderne (genre Cybervision 64 3D). Sans les personnages, Duke nukem 3D tourne pour l'instant en 320x200 aussi rapidement que sur un Pentium 133. Quake, plus gourmand en calcul, fonctionne à la même vitesse (en 320x240) que s'il se trouvait sur un Pentium 90.
L'argent, toujours l'argent... Quake et Duke Nukem 3D existent sur Amiga !
Ecoeuré, Max a préféré retirer son projet de tous les sites Internet où il l'avait placé en téléchargement. Si bien que plus aucun Amigaïste ne peut désormais se le procurer. L'affaire est désormais entre les mains de l'éditeur Clickboom. Ce dernier tente de convaincre Id software de lui céder des licences pour une version, officielle cette fois, de Quake sur Amiga. Mais même en argumentant que cela ne leur ferait pas perdre d'argent (au contraire), Id software reste, aujourd'hui encore, borné.
Le cas de l'adaptation de Duke nukem 3D par Graham est plus subtil. Fort de l'expérience de Max, Graham n'a pas du tout récupérer les sources du programme original. Il s'est au contraire plongé dans la réalisation de son propre moteur graphique, le jeu ayant besoin de la version originale sur Pc pour tourner. Mais le projet est encore en cours de développement : la version actuelle n'affiche pas les monstres.
La morale de cette histoire ?
L'Amiga n'est plus en vogue, non pas parce que sa technologie est dépassée, mais uniquement parce que le Pc rapporte beaucoup d'argent aux éditeurs. Le pire, c'est que dans le meilleur des cas, l'Amigaïste se fera insulter de pirate.
Yann Serra N u N Oui, je souhaite m'abonner à Dream au prix de 299 francs.
Nom : Prénom : ...Adresse : .... .....Code postal : .Ville : ... Machine système (facultatif) : ? Amiga AmigaDos ? Amiga Linux ? Pc Linux ? Pc Divers ? Be BeOs ? Autre machine autre système : ... Ci-joint un règlement de francs, par ? Chèque bancaire, ? Mandat postal à l'ordre de Posse Press.
? Carte bancaire : n° CB i i i i i i i i i i i i i i i i i i i i expire le i i i i i Date et signature obligatoires : Offre à renvoyer à Posse Press abonnement Dream, 16, rue de la Fontaine au Roi, 75011 Paris.
Tarif pour la France métropolitaine uniquement. DOM TOM et étranger, ajouter 100 francs au prix de l'abonnement.
Informatiques et libertés : en application de l'article L27 de la loi du 6 janvier 1978, relative à l'informatique et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification pour toute information vous concernant en vous adressant à notre siège social. Les informations requises sont nécessaires à l'établissemenLde votre commande. Elles pourront également être cédées à des organismes extérieurs, sauf indication contraire de votre part.
Le retour des trucs vous immobiliserez vos adversaires et les laisserez sans défenses face à vos prises meurtrières.
Leisure suit larry 3 Daniel recherche désespérément de l'aide pour ce truculent jeu d'aventure : "Je suis bloqué dans le casino et j'aimerais avoir les codes pour aller voir le spectacle. Comment être membre du Fast city ? Et surtout comment avoir le magazine de tourisme local ?".
Crystals of arborea Pour augmenter les capacités et accroître l'énergie de votre personnage, appuyez simultanément sur les touches Control et V. Eye of horus Vous en avez assez de succomber à la dure loi des trois vies ? Un cheat vous permet de recommencer le jeu avec des vies infinies : dans le tableau des crédits, entrez SPAM.
Epie Un peu d'aide pour ce précurseur des jeux de combats spatiaux. Pour faire le d'énergie et de munitions, appuyez simplement sur la touche ENTRER.
Si, malgré tout, vous n'arrivez pas à progresser, voici les codes des différents niveaux: CEPHEUS, APUS, MUSCA, PYXIS, CETUS, FORMAX, CAELUM et CORVUS.
Flashback Enfin les codes de ce magnifique jeu d'action : Mode facile : LOUP CINE GOOD Mode normal : TOIT ZAPP LYNX Mode difficile : CAR CALE FONT Après 2 mois de vacances méritées, il est temps de se remettre au boulot... A vos souris !
Monkey island 1 Loïc a un problème pour dérober l'idole des multiples mains dans le palais du gouverneur Marley. Comment droguer les chiens à l'entrée du palais ? Il ne lui reste plus que cette statue pour avoir remporté les trois épreuves. Vous êtes son dernier espoir... Sim city Sim city est un simulateur complet. La preuve, une option de corruption a même été incluse ! Vous ne nous croyez pas ?
Essayez donc de taper FOUND (avec la touche Shift enfoncée).
Et astuces Les trucs et les autres astuces Genesia Comment faire pour transformer un frêle colon en vigoureux soldat ?
Kid chaos Kid, le héros du jeu, tape sur les bambous et ça lui va bien, d'autant plus qu'il nous dévoile les codes de ces niveaux : World 1: LFEGOKOKQCK World 2: MDORQAPKHOL World 3: NRLQTAGASM World 4: OPTSQARBLOO Microcosm Ce jeu est techniquement magnifique et le tips qui va suivre va sans doute conforter cet argument : insérez le CD du jeu dans un lecteur de CD audio et lisez la piste n°2.
Vous découvrirez, non sans émotion, qu'une musique de qualité digitale était cachée... Brutal paws of fury Pour avoir de l'énergie infinie dans ce Beat em up, il suffit d'imiter le cri de Bill Gates en rut durant sa phase axiale de sédentarisation innée au Liban Sud ; non, plus sérieusement, il faut taper le code suivant lorsque vous êtes dans la page des pass- word : NINE SPROGS.
Ultimate body blows Encore une astuce pour un jeu CD-32, dans Ultimate body blows, faites une partie rapide (un simple combat) et mettez dans les hi-scores le mot HARDCORE à la place de votre nom. Vous deviendrez invincible pour les matchs qui suivront.
Populous 2 Le pouvoir ! C'est ce que tout le monde espère posséder. Voici de quoi apaiser votre désir : le code ADKITAKDVGZLRGWZ vous donne dès le départ accès à tous les pouvoirs.
A001 Int. A500 290' A002 Int. A600 1200 300' A003 Int. A2000 350' A004 Ext. Tout Amiga 320' CD-ROM IDE B001 CD 8X seul 620' B002 CD 8X + Kit Randy 990' B003 CD 12X seul 690' B004 CD 12X + Kit Randy 1090' B005 Kit Randy 490' IOMEGA C001 ZIP SCSI Ext 1190' C002 JAZ SCSI Ext 3690' A005 Int. Al 200 590' A006 Int. A2000 590' A007 Int. A4000 590' A008 Ext. Tout Amiga 890' CD-ROM SCSI BOOl] CD 12X seul 1290' B002 CD 12X + Squirel 1690' B003 CD 14X seul 1690' B004 CD 14X + Squirel 2090' B005 Squirel 490' SYQUEST C003 EZ 135 890' C004 EZ 235 NC Digita Wordworth 45E Digita organiser 1.1 Personnel point
6.4 Turbo Cale 3.5 Digita print manager 1.2 SE Digita Datastore 1.1 Photogenies 1.2 SE Pinball Mania Whizz Photo non contractuelle H001 A 1 200 + Pack Magic 3190' H002 A 1200 + DD 170 Mo + Scalla 3990' H003 A 1200 + DD 1,20 Go + Pack 4490' AMIGA 1200 TOWER »?
1 1
• Bit Boitier mini-tower + leds, 2 baies 3"1 2 + 1 baie 4"] À.
Alimentation 200W modi- fiée AMIGA. Interface cla- 1 == vier PC + clavier PC.
Options : bus Zorro II et III Photo non contractuelle L001 Boitier Tower Infinitiv 1690' L002 Interface Clavier PC 490' L003 Interface PCMCIA 290' L004 Carte Zorro II 1890' ivouveautes 1 1 Bd Voltaire 7501 1 PARIS (D 01 43 57 48 20 Fax : 01 43 57 10 01 Ouverture : lOh à 19h LECTEURS 88OK0I LECTEURS 1,7Mo OCCASIONS K001 Amiga 500 650' K006 Moniteur 10835 700' K002 Amiga 500+ 800' K007 Moniteur 10855 700' K003 Amiga 600 800' K008 Moniteur 10845 900' K004 Amiga 1200 1700' . K009 Moniteur SVGA 800' K005 Amiga 2000 1500' K010 Lecteur Ext.
250' OCCASIONS COMPOSANTS CLAVIER 500 150' ROM 1.3 100' CLAVIER 600 150' ROM 2.0 150' CLAVIER 1200 250' ROM 3.0 250' CARTE MERE 500 300' CIA 8520 150' CARTE MERE 600 1200' DENISE 8373 150' CARTE MERE 1200 1200' GARY 150' Lecteur interne 150' GAYLE AA 150' Lecteur externe 250' ALICE 150' Alimentation 250' 1 NOUVEAUTES Aminet 15 16 17 18 79' Aminet 19 99 f Aminet Set 1 159' Aminet Set 2 159' Aminet Set 3 199' Aminet Set 4 199' Aminet Set 5 199' French Storm 79' Assassins CD 3 169' JEUX DISCOUNT DISK 99F Amiga Desktop vidéo 139' Amiga Tools 6 139' Light ROM 4 199' Magic Publisher 279' Personaz
suite 169' Scala Plug in 239' @ Net 89' Aga tool it 97 139' Airman 4.1 310' Amiga Golden 20 139' Amiga Joker 99' Kara collection 349' EXT. MEMOIRE D001 A 500 512Ko 200' D002 A 500 lMo 300' D003 A 600 1 Mo 300' EXT. MEM. Al200 D004 A 1200 Omo 590' D005 A 1200 4Mo 760' D006 A 1200 8Mo 920' Sans CPU avec 68030 à 50 Mhz DENNIS LA MALICE BLUES BROTHERS BATTLE CHESS 2 SMASH TV LETHAL WEAPON WIZKID FATMAN JURASSIK PARK HUDSON HAWK NIGHT SHIFF CHRISTMAS LEMMINGS PUTTY JUMP KILLING CLOUD OVER THE NET ZOMBI BOB'S BAD DAY TOTAL CARNAGE ONE STEP BEYOND TITUS THE FOX CARTE ACCELERATRICE 68030 28 MHZ E001
MTECK 28 Omo 690' E002 MTECK 28 4Mo 890' E003 MTECK 28 8Mo 1040' E004 KIT SCSI 700' CARTE ACCELERATRICE 68030 50 MHZ E005 Blizard 1230 Omo 890' E006 Blizard 1230 4Mo 1090' E007 Blizard 1230 8Mo 1290' E008 Blizard 1230 16Mo 1490' CARTE ACCELERATRICE 68040 E009 Blizard 1240 Omo * 1890' E010 Blizard 1240 4Mo 2090' Eonj Blizard 1240 8Mo 2290' E012 Blizard 1240 16Mo 2490' E013 j Copro 50 Mhz 520' JEUX 249F E014 Blizard 1260 Omo 3190' E015 Blizard 1260 4Mo 3390' EO16 Blizard 1260 8Mo 3590' E017 Blizard 1260 16Mo 3790' E018 KIT SCSI 700' BOITIERS-TIROIR-INTERFACE F008 Bai. Ext. IDE Jf», 590' F009
Boi. Ext. SCSI 690' F010 Boi. Ext. A 500+ 890' F011 Tiroir Int. IDE 140' FOI 2 Tiroir Int. SCSI 170' FOI 3 Inter face Squial SCSI 490' FOI 4 Interface PCMCIA IDE 590' Tous nos prix sont TTC et modifiables sans préavis. Offres valables dans la limite des stocks disponibles. Photos non contractuelles.
COLONISATION WORMS SLAM TILT CAPITAL PUNISMMENT FORMULA 1 SENSIBLE WORLD OF SORCCRA 96 97 CIVILISATION SPECIAL FORCE CHAOS ENGINE VIDEO DISQUES DURS F001 170 Mo 2m IDE 1290' F002 540 Mo 2m IDE 1790' F003 630 Mo 31 2 IDE 1090' F004 1,2 Go 3, 2 IDE 1290' F005 1,6 Go 31 2 IDE 1590' F006 540 Mo 31 2 SCSI 1390' F007 1 Go 3, 2 SCSI 1890' DOMAINE PUBLIC SERVICE REPARATION Réparation garantie 3 mois.
MONITEURS G001 Mult. S nc 14” M 1438 2290' GC02 Mult. S nc 15" M 1538 2990' G003 Mult. S nc 17" M 1738 7290' G004 SVGA 14" 1490' G005 SVGA 15" 1990' G006 SVGA 17" 3590' IMPRIMANTES G007 Canon B 240 1290' G008 Canon BJC 4200 1690' G009 Canon BJC 620 2490' G010 HP 690 1990' GO 11 HP 820 2490' G012 HP 870 3490' RACHAT COMPTANT Nous reprenons comptant vos ordinateurs, vos périphériques, vos logiciels, vos livres... ÂmTe“pC,Trî™v""i"75ÔTnPARIS ... I Quick! Softs DISQUETTES Certifiées 100% sans erreurs 3" 1 2 DF DD Ggh 2,40' M 2,30' M 2,10' M 1,90' 3" 1 2 DF HD Q
2,90' 2,80' 2,60' fjgg 2,40' Désignation ou réf.
Qté.
Prix Montant J -1 -1 | J Chèque J CCP ? Carte bleue date d'expiration N° |_j Carte club AMIE Date : Signature DIVERS ' CABLES S001 Souris standard 99 f T001 Peritel 90' S002 Souris 300 dpi.
120' T002 Midi 70' S003 Souris 400 dpi.
160' T003 Nul modem 90' S004 Souris optique 220' T004 Minitel 90' S005 Crayon souris 300' T005 Disque dur 2 , 22 1 2 60' S006 Trackball 350' T006 Disque dur 2 , 23 1 2 70' S007 Multistandard 500 200' T007 Prolongation joystisk 60' S008 Multistandard 600 260' T008 Imprimante 90' S009 Commut. Joy souris 200' T009 Adaptateur multisync.
150' S010 Alim. 500 600 1200 390' T010 Adaptateur peritel 1083 150' A retourner à iNom ... | Adresse .....I |Code Postal ......Ville ....| |Tel Mon ordinateur . | Prix TTC, promotions non cumulables ’frois d’envoi : poste 50F tronsporteur 150F por colis C.R 70F en su: M001 VIDI 24 RT 1390' N001 Scanner 69t Gris 590' M002 VIDI 24 RT PRO 1990' N002 Scanner 256t Gris 990'
M003 Genlock Minigen 790' N003 Scanner Couleur 2190' M004 Genlock Composite 1790' N004 Tablette ARTPAD A6 1290' M005 Genlock Y C 2790' N005 Tablette ARTPAD A5 2490' SON MODEM + P001 | Interface MIDI 190' R001 OLITEC 14400b 990' P002 Mégalo Sound 390' R002 OLITEC 28800b 1190' P003 AURA 890' R003 US Robotic 33600 1290' GRAND CHOIX DE DISK ET CD JEUX • DEMOS • UTILITAIRES • EROTIQUES Nous réparons tous les ordinateurs et moniteurs... Délais maximum 10 jours. Devis gratuit ou forfait.
3390' CARTE POWER PC POUR 1240 ET 1260 RISC POWER PC 603E+ À 200 MHZ Sans CPU support 68040 3890' Sans CPU support 68060 3890' Avec 68040 25 Mhz 4290' Avec 68040 50 Mhz 4590' Avec 68060 50 Mhz 6290' GRAPHIQUE 2890' CARTE POWER PC POUR 1230 RISC POWER PC 603E À 175 MHZ D é m o s Bonne rentrée !
On ne vous avait pas menti, l'été fut riche en démo-parties... Et en démos aussi, du coup ! En voici une première partie, avec des démos venant de la Remedy 97, de la Tcp party, ou bien encore de la Intel outside 4. Le mois prochain, on continuera avec les productions de la très renommée Assembly'97. Bonne rentrée !
Code : Ambient, Klovathy et Krustur Musique : Somel et Morrow Graphisme : Don, Eracore, Oyise, Wire et Silicon Paranoid Panacea Cela faisait un bon moment que l'on n'avait pas vu de productions de la part de Rebels. Ils sont arrivés à la Remedy 97 un peu par surprise (personne ne les attendait là), et voilà qu'ils raflent la première place ! Une production qui tient Graphisme : Tudor et Rubberduck Réalisée par la même équipe que la Darkside (qui avait, elle, remporté la compétition de la Remedy l'année passée), cette démo reste un peu dans le même esprit. L'ensemble n'est pas aussi propre que
d'habitude, avec notamment quelques bogues sur microprocesseurs 68060. Parmi les effets proposés : un visage en phong, des shading de particules, un voxel, un tunnel en bump... La musique de Lizard, comme souvent, suffit à elle seule pour créer une ambiance particulière autour de la démo. Encore un bon point pour Tbl.
REBELS THE BLACK LOTUS • 1 Z êê* * " ¦' At’B ~ w TA ..Rgriacea y . 1 Code : Rubberduck, Gizmo et Dig-lt Musiaue : Lizard Démo Aga, disque dur (1,5 Mo) et mémoire Fast obligatoires.
* Vl, if S sV « De nombreux éclairages Rgb.
La route, avec une bonne dose d'effets en 3D et de voxels, le tout parsemé de nombreux éclairages Rgb. Autrement dit, plein de couleurs simultanément. L'ensemble est correctement enchaîné, mais on regrettera l'absence d'effets véritablement innovateurs, grâce auxquels cette démo serait un véritable must.
Démo Aga, disque dur (3,6 Mo) et mémoire Fast obligatoires.
Broken promises Code : Mare Musique : Buzzer Graphisme : Tohe Une production plutôt honorable, de la part d'un groupe relativement inconnu. Cette démo a tout de même remporté la compétition de démos lors de l'Adbuction 97, une party qui s'est tenue mi-juin en Finlande. Disons que la plupart des ingrédients populaires sont bien présents, mais que l'ensemble manque un peu de maturité.
On y retrouve bien sûr des effets très classiques, comme un Gouraud sur un visage ainsi que sur différents objets mappés et éclairés. La musique et les graphismes qui pèchent un peu.
Démo Aga, disque dur (4,0 Mo) et 8 Mo de mémoire Fast obligatoires.
Code : Hastur et Talpa Musique : Gilo et Notman Graphisme : Bandy et Bifrost Fallen angels Cette production d'iris (un des plus anciens groupes encore actif sur la scène) est arrivée à la première place de la Tcp party, début juillet. L'intro est composée exclusivement d'une séquence vidéo entièrement digitalisée.
Back ira town Code : Sly Musique : Bass-Cadet Graphisme : Bass-Cadet et Sly Les membres d'Embassy ont créé cette démo pour fêter le retour de certains d'entre eux du service miliSaturne party 5 A la demande générale, Saturne nous annonce que la Saturne party 5 aura bien lieu !
Comme on ne change pas une équipe qui gagne, ils ont gardé la même période et le même lieu. Sortez donc vos agendas, et notez-y que vous serez pris le week-end du 31 octobre au 2 novembre prochains, pour ce rendez-vous européen des démomakers, qui se tiendra au Centre Culturel de Chelles (77). Comme d'habitude, des compétitions pour tous sont prévues : Pc, Amiga, Falcon et autres. L'accent sera mis cette année plus particulièrement sur les jeux en réseau. Toute l'équipe de Dream sera ravie de vous accueillir sur son stand, comme l'an passé. Si vous souhaitez obtenir de plus amples
renseignements, contactez Vincent (de préférence le soir) au 01.40.37.32.18, ou branchez-vous sur le Web Saturne : www.saturne.org. - Vodka Malheureusement, les effets suivants sont assez pauvres : un simple cube mappé, un autre ombragé en Gouraud, puis un effet de bump et enfin un landscape en faces pleines. La musique et les graphismes ne relèvent malheureusement pas le niveau.
Une démo qui aurait certainement été bien notée il y a un an ou deux. Mais on a vu bien mieux depuis... Démo Aga, disque dur (3,6 Mo) et mémoire Fast obligatoires.
Taire. C'est pour cette raison qu'on y retrouvera la plupart des effets de leur précédente production, Corona... Ils n'ont effectivement pas pu développer grand chose de nouveau depuis. C'est en quelque sorte juste histoire de se refaire la main avant de repasser aux choses sérieuses... Beaucoup d'effets de 3D (map- ping, bump) utilisent un tramage d'un pixel sur deux.
Démo Aga, disque dur (1,2 Mo), 4 Mo de mémoire Fast et un processeur 68030 ou supérieur obligatoires.
Code : Noster et Pippen Musique : Wierza Graphisme : Korbatz et Majkel Cette démo nous vient tout droit de la Intel outside 4, une démo party qui s'est tenue mi-juillet en Pologne. Beaucoup de séquences digitalisées ici, rendues avec un tramage spécial qui nécessite peu de couleurs. De courtes phrases accompagnent ces vidéos, qui nous montrent des personnes que l'on imagine facilement ivres ou même droguées. Rassurez-vous, il n'y a aucun message malvenu derrière tout ceci. C'est propre, les couleurs sont assez bien choisies (pour une démo polonaise) et l'ensemble tient bien la route.
Démo Aga, disque dur (2,3 Mo) et mémoire Fast obligatoires.
Microstory Commodore, chronique d'un beau gâchis Saviez-vous que Commodore était d'abord une boutique miteuse du Bronx ? Une boutique qui, 30 ans plus tard, enregistrait tout de même 681 millions de dollars de bénéfices... juste avant de se suicider lamentablement. Alors, géant technologique ou monstre d'idiotie ? A vous de voir... rapidement du statut de revendeur-réparateur à celui de constructeur. Une usine est même créée en Allemagne, pays où Jack a gardé de nombreux contacts. En 1960, Commodore rachète une société dont il distribuait les fournitures et s'installe dans ses locaux, à
Agincourt dans l'Ontario (Canada). Jusqu'à la fin des années 70, la société devient petit à petit le plus grand fournisseur de matériel pour bureau de tout le Canada. Commodore en profite d'ailleurs pour changer de nom et devient Cbm (Commodore business machines). Coup d'éclat, en 1969 Jack Tramiel se lance même dans la conception de calculatrices, fabriquées à partir de composants achetés chez Texas instrument. Commodore est ainsi le premier constructeur à présenter un modèle "qui tient dans la main", la fameuse Cl 08.
Aussi curieux que cela puisse paraître, c'est le polonais Jack Tramiel qui a fondé Commodore.
Né dans les années 30, Jack a passé six années dans les camps d'Auschwitz avant de s'engager dans l'armée américaine, au moment de la Libération. Ses dix années sous les drapeaux lui auront appris un métier : réparer les machines à écrire.
C'est en ce sens qu'il ouvre en 1954, dans le quartier New Yorkais et mal famé du Bronx, une boutique de dépannage pour matériels de bureau, pompeusement nommée Commodore portable typewriter company. Lassé du voisinage, il émigre à Toronto (Canada) l'année suivante. Là, les affaires prospèrent et Commodore passe De bureautique à informatique Malheureusement, en 1975 Texas instrument se met à concevoir ses propres calculatrices, deux fois moins chères que celles de Commodore ! Voyant son chiffre d'affaire fondre comme neige au soleil, Jack emprunte tant bien que mal 3 millions de dollars
au financier Irving Gould pour racheter la société Mos, constructeur elle aussi de composants électroniques. Bien lui en a pris ! En effet, Mos sera le fournisseur officiel du microprocesseur 6502 pour Apple (Apple II), Acorn (Bbc), Atari (Atari
400) et même Nintendo (console Nés) ! A ce propos, Jack Tramiel
reconnaît à ce moment être séduit par les soubresauts de
Valtaïr, le premier micro-ordinateur.
Profitant de sa nouvelle acquisition, il décide de se lancer dans le développement d'un ordinateur pour tous, adoptant le célèbre leitmotiv "computer for masses, not for classes" (approximativement, l'ordinateur pour les masses par pour l'élite). Du coup, Commodore devient Commodore international et son siège social est transféré à Nassau, capitale des Bahamas, parce que les taxes y sont moins chères. C'est en 1977, avec quelques mois de retard sur Vapple I, que sort enfin le Personal electro- nic transactor, ou Pet. A noter que cet ordinateur fut entièrement développé par Chuck
Peddle, qui devint plus tard le président de Tandon computers. Pour l'anecdote, les premiers modèles arrivés en France étaient destinés au Palais de la Découverte, à Paris.
Le temps de l'euphorie Succès commercial immédiat, le Pet est décliné en plusieurs modèles et se voit adjoint un grand frère, le Cbm 8000 dont les gammes sont destinées au marché professionnel. Stimulé par la concurrence grand public de l'Apple II, Commodore présente en 1981 le Vie 20. Avec son 6502 à 1 Mhz, ses 5 Ko de Ram et son affichage en 1 76x158 pixels, le Vie 20 est un succès immédiat : Commodore en produit 9000 unités par jour et ses ventes rapporteront 305 millions de dollars de chiffre d'affaire au bout d'un an d'existence. La machine ne souffre que d'un défaut : elle se plaint
de ne plus avoir de mémoire disponible avant même que les programmeurs n'aient fini de taper leurs listings en Basic. Qu'à cela ne tienne, la plupart des jeux disponibles pour cette plate-forme seront fournis en cartouche, comme sur une console. C'est en 1982 que Commodore créé l'événement en présentant pour la première fois le C64.
Outre son affichage en 320x200 avec 16 couleurs et sa possibilité de gérer les sprites, la particularité du C64 qui impressionne le plus le public réside dans son chipset audio, le Sid. Alors que la concurrence fait encore "bip-bip", le C64 est le premier ordinateur à pouvoir générer huit octaves sur trois voies. Cette machine se sera vendu à plus de dix millions d'unités autour de la planète et connaîtra même une version portable, le Sx64, avec écran couleur. Grâce au C64, le bénéfice net de Commodore se chiffre, en 1983, à plus de 681 millions de dollars. Le constructeur se satisfait alors
d'une croissance deux fois plus importante que celle de ses deux concurrents réunis, Apple et Tandy. C'est l'euphorie.
Et puis, plus rien ne va plus Pourtant, Jack Tramiel commence à sentir que le fruit est pourri de l'intérieur. Irving Gould, le fameux financier qui avait négocié son entrée à la direction de Commodore contre le prêt des 3 millions de dollars salvateurs en 1975, tente en effet d'évincer Tramiel pour s'accaparer tout seul le magot. Dépité, Jack se rend compte qu'il est de moins en moins le maître à bord.
Persuadé, à raison, que le succès de Commodore est de son seul fait, Jack Tramiel décide en 1984 de tenter le tout pour le tout : il rachète à la Warner, sur sa fortune personnelle, la branche micro-informatique d'Atari et quitte Commodore pour tout recommencer à zéro. Satisfait et rieur, Irving Gould se dit qu'il est maintenant à la tête d'un constructeur indestructible. Dans la foulée, il se fait fabriquer, sur le compte de la société, un jet pour ses déplacements personnels (un Learjet, bi-réacteur, 40 places). Histoire d'entretenir le marché, il lance la série des C264 (le Cl6 et le
Plus 4).
Comme par hasard, il s'agit du plus retentissant échec commercial de Commodore.
Après l'incroyable succès du C64, ça fait mal. Aucune étude de marché n'avait été faite pour ces nouvelles machines et Irving Gould s'est aperçu, mais un peu tard, qu'elles n'intéressaient absolument personne. Cette même année, Apple présente le Macintosh et Ibm son Pc at. Sans compter que le marché des ordinateurs de loisirs voit de plus en plus fleurir de nouveaux constructeurs très prometteurs : Amstrad, Sinclair et autres Acorn commencent à se partager le territoire européen. Damned, l'empire, fondé sur le seul C64, est en train de s'écrouler ! Bon, mais que fait Tramiel pendant ce temps
? Hé bien Atari ne se porte en fait pas mal du tout grâce à son 800x1 et Tramiel louche sur un nouvel ordinateur, le Lorraine, pour la prochaine génération de sa gamme. Bon sang de bonsoir !
Qui fabrique ce "Lorraine" ? Une jeune société répondant au nom d'Amiga corp. ?
On va racheter Amiga corp ! Rien que pour Le Pet et le Pet 2001, les premiers ordinateurs de Commodore.
Embêter Tramiel ! Les hostilités étaient lancées, se fut le début de la plus sanglante des guerres qu'ait connu l'histoire de la micro-informatique : Atari contre Commodore !
Amiga-Atari, la gué-guerre Une nouvelle fois pris de cours, Tramiel demande à ses ingénieurs de sortir à la va- vite un ordinateur qui ressemblerait à celui d'Amiga, lequel lui est finalement passé sous le nez. Ce fut la naissance de Y Atari st (d'abord appelé "Jackintosh"). De son côté, Irving Gould s'aperçoit que le successeur du C64, le Cl28, est une fois de plus un échec total. Il décide donc d'incorporer la nouvelle filiale Amiga corp. au reste de commodore et de renommer le Lorraine en Amiga. Nous sommes alors en 1985.
L'accueil réservé à Y Amiga est très enthousiaste, en tout cas plus que pour Y Atari st, lequel reste techniquement inférieur (YAmiga brille par les capacités de son chipset graphique). Mais cet enthousiasme aura un effet négatif sur la politique d'Irving Gould. Ce dernier est en effet persuadé que Commodore a de nouveau un cheval de bataille qui va marcher tout seul. Du coup, il préfère garder les deniers de la société pour son propre compte plutôt que d'investir dans une inutile publicité. Atari, au contraire, remue vents et marées pour faire connaître son st, ce qui lui vaudra de
tenir tête jusqu'au bout à la machine de Commodore. Mais en 1989, le constat est sévère : Atari n'a plus d'argent à investir dans une nouvelle technologie pour se remettre au niveau du marché et la dernière version de l'Amiga, le 3000, n'a plus rien d'impressionnant. Il faut dire que l'Amiga a évolué au ralenti, le budget accordé au développement était si maigre que les ingénieurs (Dave Haynie, Peter Kittel...) étaient plus des passionnés que des personnes véritablement qualifiées. Une fois de plus, les ventes de Commodore s'effondrent. Irving Gould décide alors de sortir à la va-vite de
nouvelles machines : c'est le temps du Cdtv (à quoi ça sert ?), des Amiga 4000 et 1200 pourvus de la pré-version du nouveau chipset graphique (le AAA, jamais sorti...) et de la CD-32 qui a une génération de retard (le Japon annonce déjà la Saturn et la Playstation). Bien entendu ça coûte de l'argent et il est hors de question d'en investir aussi dans le marketing. Le flop est monstrueux.
Une fin lamentable Fin 1993, Commodore accuse des pertes de 357 millions de dollars. Irving Gould envoie alors son bras droit, Medhi Ali, dans toutes les filiales du monde pour annoncer la fermeture prochaine de Commodore.
Bien entendu, l'éminent personnage ne se déplace qu'en Concorde et descend, à Paris, à l'hôtel Le Crillon, au bas des Champs Elysées (un séjour de deux jours à 11000 F la nuit, pour un rendez-vous qui aura duré moins d'une heure). En 1994, Commodore dépose le bilan. Irving Gould et Medhi Ali prennent alors le jet de Commodore (le fameux Learjet) pour fuir aux Bahamas, loin des tracasseries judiciaires. Bien entendu, cet avion appartenait à la filiale Cbm qui, elle, était devenue américaine. Il s'agit donc d'un vol pur et simple.
Condamnés, Medhi Ali et Irving Gould sont d'ailleurs toujours interdits de séjour sur le sol américain. Et comme Y Amiga appartenait à cette même filiale Cbm, c'est tout naturellement que Gould et Ali se sont arrangé pour que la technologie ne puisse pas être rachetée tout de suite et soit dévaluée. Juste pour se venger... Yann Serra.
Le Pc sans se 35F planter 1 Ttif.
Tout pour 1 comprendre et v ' £*3 acheter un L * ordinateur C multimédia : l'unité centrale, le T.ZZT l r*- stockage iffft ___ magnétique, l'affichage, le multimédia, les communications, les imprimantes, les souris, les joysticks... Avec CD-Rom 35F te P. sans .
Fausses notes Musique assistée 1 *•* par ordinateur : le 1 y* f» internet, rubriques pratiques... Avec lED- - - un CD comprenant 34 démonstrations commerciales, 50 Mo de modules, 13 trackers, 100 fichiers Wav... 20F DR fît» ?WMB La bible du jeu Amiga 1 La référence en WjSMH matière de jeux pour Amiga et ¦Kn| CD-32. Découvrez lfiÉ| les 101 meilleurs jeux, 101 trucs et astuces et un méga-dossier sur les jeux de foot. Incontournable Le CD Pc team (n°10 à 24) r Retrouvez sur chacun de ces jÊLflj CD-Rom un répertoire Amiga d'environ 10 Mo: jeux, 1 t63ITl utilitaires, astuces, fichiers images,
sons
• Dream n°1 LES ANCIENS NUMÉROS Dossier : la CD-32 Reportage :
l'ECTS de Londres Disquette : DSS 1, version complète
• Dream n°2 Dossier : les jeux de Noël Reportage : comparatif
numériseurs Disquette : Amos Turbo
• Dream n°3 Dossier : les imprimantes Reportage : le Supergames
Show Disquette : Cinemorph, version complète
• Dream n°4 Dossier : les virus Reportage : le Winter CES de Las
Vegas Disquette : Quickwrite, version complète
• Dream n°5 Dossier : sex'n'Amiga Labo : Blitz basic 2,
Mediapoint... Disquette : Skidmarks démo
• Dream n°6 Dossier : le salon Imagina 94 Labo : ADPro 2.5,
Quarterback... Disquette : Personal paint 4, version complète
• Dream n°7 Dossier : le piratage Labo : Scenery Animator, Vidi
24, le PAR... Disquette : Canon studio, version complète
• Dream n°8 Dossier : les simulateurs Labo : Overdrive CD,
Caligari, Directory Opus... Disquette : Personal font maker,
version light
• Dream n°9 Dossier : l'Amiga en vacances Labo : Imagine 3.0,
Emplant Disquette : Abank
• Dream n°10 Dossier : les mangas et l'Amiga Labo : carte M-Tec,
Can Do... Disquette : une sélection de DP
• Dream n°11 Dossier : l'avenir de l'Amiga Labo : Lightwave,
Dice, Videostage... Disquette : Painter 3D, version complète
• Dream n° 12 Dossier : la création d'un jeu Labo : DSS 3.0,
DirWork, Brilliance 2... Disquette : Desktop Magic
• Dream n°13 Dossier : l'Amiga à la télé Labo : PageStream,
Panorama Disquette : Virus Checker 6.41
• Dream n°14 Dossier : l'Amiga et les graphismes Reportage : Le
World of Amiga Disquette : Real time sound processor II lite
• Dream n°15 Dossier : le rachat de l'Amiga Labo : Photogenics...
Disquette : Skidmarks II, la démo
• Dream n°16 Dossier : les clones Amiga arrivent Reportage :
l'Amiga s'impose à Imagina Disquette : Photogenics, la démo
• Dream n°17 Dossier : la Doom-mania arrive sur Amiga Labo :
GoldEd 2.1.1, Easy calc, Studio professional 2... Disquette :
DSS 3, version complète
• Dream n°18 Dossier : l'ECTS de Londres Labo : Dpaint V, Scala
MM400, Sherlock, Diavolo, Power CD... Disquette : Brutal, la
démo
• Dream n°19 Dossier : les dessous du rachat par Escom Reportage
: l'Amiga à L'E3 de Los Angeles Disquette : OctaMed Pro 5.04,
version complète
• Dream n°20 Dossier : l'Amiga et Internet Labo : Photogenics
1.2, Kit tower 1200, Digita organiser... Disquette : Obsession
flipper, la démo
• Dream n°21 Dossier : transformez votre Amiga en Pc, Mac... Labo
: OctaMed 6, AsimCDFS, Fax on ... Disquette : Flight of the
Amazon Queen, la démo
• Dream n°22 Dossier : l'avenir ludique de l'Amiga Labo : CD
Write, lecteur Zip... Disquette : Vroom multiplayer, version
complète
• Dream n°23 Dossier : optimisez votre Workbench !
Reportage : l'Amiga aux commandes du virtuel Disquette : Coala, la démo
• Dream n°24 Dossier : choisir un lecteur CD- Rom pour Amiga Labo
: Devpac 3.5, carte Piccolo, Action Replay 1200... Disquette :
Boston bomb club, version complète
• Dream n°25 Dossier : l'Amiga expo fait un carton Labo :
Directory Opus 5.0 Disquette : Virus checker 8.03
• Dream n°26 Dossier : les ordinateurs exotiques Labo :
ImagineVision, Blitz basic 2.1, Arts et frontières... Disquette
: Zeewolf 2, la démo
• Dream n°27 Dossier : le guide du programmeur Labo : la carte
68060 Blizzard 1260T Disquette : Gloom Deluxe, la démo
• Dream n°28 Dossier : les extension du Pc au service de l'Amiga
Labo : Tower TBD, SX32, TurboCalc 3.5, @-Net... Disquette :
TurboPrint professional 4.1, version light
• Dream n°29 Dossier : Viscorp rachète l'Amiga Labo : DeltaTower,
DiskSalv
4. .. Disquette : MandelTour AGA, version complète
• Dream n°30 Dossier : toutes les clés pour éviter la galère Labo
: Wordworth 5, World Atlas, encyclopédie Adfi... Disquette :
Blitzbank 2.1
• Dream n°31 Dossier : le quizz de l'été Labo : Image FX 2.a,
Artpad 2, Vid 24, Kit internet... Disquette : une sélection de
DP
• Dream n°32 Dossier : quel fournisseur Internet choisir ?
Labo : Turbo print v 4.1... Disquette : Poweroïds
• Dream n°33 Dossier : le multimédia et l'Amiga Labo : la carte
Cyberstorm 060 Disquette : une sélection de DP
• Dream n°34 Dossier : la communauté Amiga à la rescousse Labo :
OctaMED, Soundstudio, Imagine 5.0... Disquette : Alien Breed 3D
2, la démo
• Dream n°35 Jeu : Capital punishment Labo : iBrowse,
InterOffice, MaxDOS Disquette : une sélection de DP
• Dream n°36 Dossier : pourquoi investir sur Amiga Labo : 2
modems 33600bps, X-DVE, SMD-100... Disquette : une sélection de
DP
• Dream n°37 Dossier : gagnez de l'argent avec votre Amiga
Reportage : l'histoire de l'informatique à Londres Disquette :
Magic Menu 2.15
• Dream n°38 Amigazone : Typesmith, Wordworth Linuxzone :
Lincity, Xquad, Lyx Disquette Amiga : Doopsi, Monopoly...
• Dream n°39 Amigazone : les browsers Web, Shapeshifter...
Linuxzone : Xwindow, The gimp, Mesa OpenGL, Xclamation...
Disquette Amiga : Gestion 2000 (démo) et FirePower
• Dream n°40 Amigazone : Blobz, Cybervision 64 3D, Airmail Linux
: les distributions, Maëlstrom, DDD, CDE... Disquette Amiga :
Amigameboy, WebDesign, VirusZ-ll...
• Dream 41 Dossier : tous les formats non compatibles Pc Tests
Amiga : Burnit, GoldEd... Manuel d'installation Linux sur Pc,
Amiga et Atari CD : la distribution Redhat 4.1 et Watchtower
• Dream n°42 Dossier : tout sur Java Amiga : PcTask vs Pcx,
Organiser 2... Linux : Hotjava, Xanim En pratique : le RiscOs,
la connectique Amiga Sur le CD : Atari, amiga, BeOs, Linux,
RiscPc, spécial démos de groupes Coupon à renvoyer à Posse
Press Dream's bootik - 16, rue de la Fontaine au Roi, 75011
Paris.
Nom : ... Prénom : ..... Adresse : ...... Code postal : ..... Ville : .... Téléphone : .. Machine Système : Port A : gratuit (France, étranger et Dom-Tom) Port B : 16 francs (France), 20 francs (étranger et Dom-Tom) Port C : 21 francs (France), 35 francs (étranger et Dom-Tom) + port Si plusieurs produits
sont commandés avec des ports différents, ne compter que le port le plus cher.
Total ? Mandat ? Carte bancaire expire le i i i i i I I I I I I 1 1 I I 11111 1 1 1 1 J Je règle par : J chèque à l'ordre de Posse Press Date et signature obligatoires : Informatiques et libertés : en application de l'article L27 de la loi du 6 janvier 1978, relative à l'informatique et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification pour toute information vous concernant en vous adressant à notre siège social. Les informations requises sont nécessaires à l'établissement de votre commande. Elles pourront également être cédées à des organismes extérieurs, sauf indication
contraire de votre part.
: Acorn Risc PC StrongARM™ ARM
• processeur StrongARM en standard cadencé à 200 Mhz
• son digital 16 bits intégré
• architecture ARM RISC 32 bits
• boîtier modulaire (extensible)
• système multi-processeur multitâche
• option second processeur classe Pentium
• mémoire vidéo extensible à 2 Mo
• mémoire dynamique standard extensible à 256 Mo
• accepte tout type d’écran (y compris un téléviseur)
• couleur 24 bits pour un afichage en 16 millions de couleurs
Dhrystones Dhrystones MIPSv2.1 StrongARM Risc PC 356 k 204MIPS
P200 PC 295k 169MIPS DX2-66 PC 40k 23MIPS Principales
caractéristiques : Processeur StrongARM @ 200 Mhz Mémoire 2 x
connecteurs SIMM (DRAM) 1 x connecteur DIMM (VRAM) Système en
ROM (4 Mo) Système d’exploitation RISC OS 3.7 Système audio Son
stéréo digital qualité CD 16bits 44.1 Khz avec mixer pour une
seconde source audio Vidéo Nombreux modes d’affichage jusqu’à :
- 1280 x 1024 @ 8BPP (60Hz)
- 800 x 600 @ 24BPP (60Hz) Extension Nombreuses cartes
d’extension : (réseau, genlock, grabber, expan- der...) Mémoire
de masse interne Disque dur IDE Lecteur de disquette 31 2 2Mo
Drivers ATAPI en ROM Ports et Interfaces I O Port série RS232
Port parallèle Sortie audio stéréo jack 3.5mm Tél - 01 48 58 70
77 CAP 101 - 67, rue Robespierre Fax - 01 48 58 20 09 Ashiv
Distributeur exclusif depuis 1987 93558 MONTREUIL Cedex Email -
public@ashiv.fr 1 Triple A Triple A est une association de
Portes-lès-Valence
(26) consacrée à Vamiga. Son but est de pro2 TrackDisk Prefs
(pour que le lecteur de disquette ne fasse plus "clic-clic")
• WBAbout (pour obtenir les messages cachés de l'AmigaOS avec la
commande version du menu Workbench).

Click image to download PDF

Merci pour votre aide à l'agrandissement d'Amigaland.com !


Thanks for you help to extend Amigaland.com !
frdanlenfideelhuitjanoplptroruessvtr

Connexion

Pub+

40.3% 
15.6% 
5.8% 
3.7% 
3.3% 
3.3% 
3.1% 
2% 
1.9% 
1% 

Today: 163
Yesterday: 95
This Week: 163
Last Week: 662
This Month: 2689
Last Month: 2550
Total: 69379

Information cookies

Cookies are short reports that are sent and stored on the hard drive of the user's computer through your browser when it connects to a web. Cookies can be used to collect and store user data while connected to provide you the requested services and sometimes tend not to keep. Cookies can be themselves or others.

There are several types of cookies:

  • Technical cookies that facilitate user navigation and use of the various options or services offered by the web as identify the session, allow access to certain areas, facilitate orders, purchases, filling out forms, registration, security, facilitating functionalities (videos, social networks, etc..).
  • Customization cookies that allow users to access services according to their preferences (language, browser, configuration, etc..).
  • Analytical cookies which allow anonymous analysis of the behavior of web users and allow to measure user activity and develop navigation profiles in order to improve the websites.

So when you access our website, in compliance with Article 22 of Law 34/2002 of the Information Society Services, in the analytical cookies treatment, we have requested your consent to their use. All of this is to improve our services. We use Google Analytics to collect anonymous statistical information such as the number of visitors to our site. Cookies added by Google Analytics are governed by the privacy policies of Google Analytics. If you want you can disable cookies from Google Analytics.

However, please note that you can enable or disable cookies by following the instructions of your browser.

Visitors

Visite depuis
03-10-2004
Visite depuis
23-02-2014